"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

Actuellement en ligne

 

1er au 17 septembre 

 21.035 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.315.060 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.216.040   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 17:50

Il y a bien longtemps que cette idée me trottait par la tête mais je n'avais jamais essayé.

Pourtant, puisque l'on tente le brochet avec un maquereau ou un autre poisson de mer, pourquoi le sandre n'aurait-il pas la même attirance ?

A tout hasard, hier, considérant que l'eau de la Marne est encore particulièrement trouble, je n'ai pas hésité à pêcher au pater-noster de ma fabrication et à la crinelle.

Celui-ci ? JAMAIS ! En espérant ne froisser personne.

Celui-ci ? JAMAIS ! En espérant ne froisser personne.

Après avoir pris quelques ablettes, je les ai mises dans un seau contenant de l'eau copieusement salée, pensant qu'elles ne tiendraient pas longtemps.

Surprise ! Même dans une eau saturée en sel, mes ablettes se sont parfaitement adaptées à leur environnement éphémère et, après deux bonnes heures de "trempage", je suis monté chercher ma première canne pour, au moins, faire une tentative.

Eschage de la première ablette, mise à l'eau, débrayage du tambour et je monte chercher ma deuxième canne.

Lorsque je redescends, mon scion d'une sensibilité extrême est plié et le moulinet, débrayé, laisse filer à toute vitesse.

Ferrage, ça prend ! A la défense, je déduis que c'est un sandre moyen. Effectivement, 60 cm...Je me m'étais pas trompé.

Pas de doute, on insiste ! Allez savoir ?

Je m'approche du seau contenant mes ablettes qui se gardent bien en cette saison où l'eau ne se réchauffe pas et reste normalement oxygénée.

Stupeur ! Pendant que je suis monté, ma chienne a presque tout mangé et il ne m'en reste que deux !

Deux cannes, deux ablettes, ça devrait faire l'affaire...surtout s'il s'agit d'une coïncidence...Et bien non, elles sont "parties" en peu de temps et j'ai pris deux autres sandres de taille équivalente.

Mais j'ai eu beau repêcher et reprendre d'autres ablettes de régime "sans sel", je n'ai plus eu une seule touche.

 

N'y a-t-il pas là, matière à réfléchir et à retenter l'expérience ?

Trois sandres de taille raisonnable et un setter anglais en quelques minutes !

 

Je relâche systématiquement depuis de longues années maintenant, en forme de rédemption pour en avoir beaucoup (Beaucoup trop!) pris durant ma jeunesse dans la rivière le Lot où il est implanté depuis fort longtemps.

122 en un mois de vacances ! J'en ai rêvé pendant des années mais je fais des cauchemars maintenant.

Essayez, mes amis. Peut-être n'est-ce qu'une coïncidence mais c'est sans risque puisque les ablettes ont été prises donc elles ne repoussent pas.

Dans un seau contenant environ 4 litres d'eau, verser deux bonnes poignées de sel fin de cuisine bon marché puis ajouter en petite quantité jusqu'à saturation, c'est-à-dire jusqu'à ce que le sel ne se dissolve plus.

J'ai goûté ce breuvage...loin de la concentration à 0,9 du sérum physiologique ! Après tout, le poisson d'eau douce vit parfois en eau saumâtre !

Pour ne pas modifier cette concentration supportée par les vifs, il ne faut pas changer l'eau mais utiliser le bulleur.

LA PECHE AU VIF: Le sandre au poisson salé, bonne affaire ou coïncidence ?
LA PECHE AU VIF: Le sandre au poisson salé, bonne affaire ou coïncidence ?

J'ai utilisé mes cannes avec montage pater-noster parce que l'eau est particulièrement trouble et, pour revenir d'un safari photos en période de migration au lac du Der, je peux vous dire que cela ne va pas s'arranger tout de suite.

Par eau plus claire, il me suffira de changer le bas de ligne, mes montages étant d'une sensibilité extrême et n'offrant que peu de résistance à la tirée.

...Et oui, même avec un montage pater-noster...Il suffit de bricoler l'émerillon pour qu'il permette au fil de coulisser.

Dans ce cas, le bouchon qui tire le vif vers le haut doit être placé le plus haut possible pour que le carnassier ait pris suffisamment d'élan pour casser le fil de couturière qui retient la plombée perdue.

Je n'utilise plus ce modèle depuis longtemps.

Je n'utilise plus ce modèle depuis longtemps.

Mais j'utilise ce petit bricolage particulièrement efficace. Quant à la plombée, comme elle est cassante, elle peut être lourde et empêcher toute dérive en eau très courante, ce qui est le cas de la Marne en ce moment.

Mais j'utilise ce petit bricolage particulièrement efficace. Quant à la plombée, comme elle est cassante, elle peut être lourde et empêcher toute dérive en eau très courante, ce qui est le cas de la Marne en ce moment.

Donc affaire à suivre ou, plutôt, à poursuivre mais en tout cas, je veux en avoir le coeur net.

Si après une séance de pêche, toutes les ablettes meurent, en les conservant dans le sel on peut aboutir au même résultat pour pêcher au poisson mort et revenir à un montage plus traditionnel mais poissons morts lochés à l'aiguille, cette fois.

Moi, je ne peux pas car si l'endroit que je fréquente est profond et riche en gros specimens de toutes espèces, le fond est très sale.

Publié par André MARINI - dans La pêche du sandre
commenter cet article

commentaires

Cédric 24/10/2013 21:11

Bonsoir André,

Jusqu'au bout de l'article j'ai pensé que vos ablettes avaient fini par mourir à mariner pendant deux heures dans cette saumure. Faut croire que non ! Le sel ça fonctionne aussi pour conserver les vifs plus longtemps, avec un simple bulleur et une eau un peu salée (je veux dire par là pas à saturation) les gardons se tiennent plusieurs semaines sans développer de maladie (dans une eau ne dépassant pas les 20° C tout de même).
Mais quand même, c'est étonnant, les ablettes se sont réadaptées instantanément à l'eau douce lorsque vous les avez mises à la ligne ?
Pour le montage coulissant, j'utilise le même aussi en plombée avec un émerillon à agrafe pour changer de lest rapidement , c'est ce qu'il y a de mieux du point de vue coulissement à mon avis.
Il y a tout de même une chose que je ne comprends pas : en quoi une ablette ayant séjourné dans l'eau salée est différente d'une "classique" qui après quelques minutes dans la rivière est totalement lavée de tout le sel ?
Soit vous avez une touche de suite (comme la première), et alors là oui le sel joue peut-être un rôle, soit vous avez une touche plus tard et alors là il n'est plus question de sel. Ce serait tout différent avec des ablettes mortes conservées dans la saumure et complètement imprégnées de sel. C'est d'ailleurs quelque chose que je vais tester.
Vous pouvez aussi monter une ablette morte sur votre montage pater noster, ça n'empêchera pas un sandre de mordre. J'ai fait les plus beaux avec des poissons morts placés à mi-profondeur (pour limiter les attaques des poissons chats). Quelques fois même ça partait sur des morceaux de poissons encore congelés.
Cordialement
Cédric

André MARINI 25/10/2013 08:56

Et bien non, Cédric. Après plusieurs heures, elles étaient encore parfaitement vivantes.
Les vertus du sel dans le bassin à vifs est en effet bien connu et utilisé mais en quantité modérée ( C'est ce que je fais pour éviter l'utilisation d'autres produits coûteux et peu efficaces parce qu'ils ne couvrent pas un large spectre ).
En effet, les ablettes se sont réadaptées à l'eau douce.
Maintenant, reste le point essentiel : En quoi ces ablettes sont-elles différentes ? Vivantes, elles filtrent l'eau salée qui finit par passer dans tout l'organisme et les imprègnent pour longtemps. J'ai pratiqué l'ablette morte conservée dans le sel mais ce qui m'intéressait était de savoir si l'on pouvait pêcher au vif salé et là, j'avoue que je n'y croyais pas trop. Pourtant !!!!
Une nuance, toutefois. Je pêche à un endroit où je rassemble une multitude d'ablettes, de goujons, de petits gardons et de petites brèmes. Je vois les chasses devant moi et ce ne sont pas que des perches puisque, quelquefois, l'élan des carnassiers amène leur gueule béante à la surface. J'ai donc essayé de trouver un plus qui fasse que le vif soit plus tentant q'un autre au milieu de centaines.
Maintenant, que l'attractivité se vérifie ou non dans ces conditions de présence indiscutable...et visible ne signifie pas pour autant qu'en action ordinaire de pêche, un vif salé batte le rappel à des kilomètres.
Mais notre plaisir c'est aussi de chercher même si nous procédons par essais/erreurs.
Pour ce qui est de mon montage, je l'ai déjà exposé dans la rubrique pater-noster mais il est si efficace que j'y reviendrai en détails.
Amitiés Cédric.

André MARINI 25/10/2013 08:33

Merci Serge,
Venant de toi, ce compliment me touche profondément car tu connais l'estime et le respect que je te porte.
J'ignorais la sortie de cette amorce salée mais depuis belles lurette, j'ajoute, comme beaucoup d'entre nous, quelques bonnes pincées de sel à mon amorce donc Sensas n'a rien inventé.
Pour ce qui est de la pêche au vif, l'expérience un peu bizarre que j'ai décrite hier demande à être approfondie donc renouvelée, ce que je ne vais pas manquer de faire aujourd'hui même si le temps s'annonce peu engageant.
Amitiés DD

AVANZINI SERGE 25/10/2013 08:18

notre ami André est un chercheur de la pêche ,
jamais les deux pieds dans le même sabot, toujours a la recherche d'une idée ou une nouvelle technique
dans le chasseur Français Sensas sort une amorce salée pour les pêche difficiles ,alors en lisant l'article d'André ,je me dit qu'il est toujours en avance .
bravo Dédé

Cédric 24/10/2013 21:15

Je viens de me relire.... J'espère que vous comprendrez ce que j'ai voulu dire...

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -