LA PÊCHE DU BROCHET AU LEURRE EN FIN DE SAISON. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

On peut considérer que l'hiver est une bonne époque pour la pêche du brochet qui fait ses réserves pour l'hiver, avant la fraie, en essayant de dépenser le moins de calories possible en eau froide.

 

Il faut donc forcément adapter la technique à ces conditions.

 

Si la pêche au vif reste la meilleure formule, encore doit-on affronter le froid en pêche statique alors que rien ne s'oppose à une pêche au leurre, pourvu qu'elle soit adaptée aux circontances.

Lorsque la température de l'eau est en forte baisse, les poissons sont bien moins actifs et se réfugient dans les couches plus chaudes, souvent plus profondes, en essayant d'échapper au courant qui les oblige à dépenser leur force.

 

Mais si quelques rayons de soleil viennent réchauffer les couches supérieures, c'est du pain béni.

 

En d'autres termes, trouver les poissons fourrage est, presque à coup sûr, trouver un brochet.

 

Généralement, le brochet est en poste près des poissons fourrage et malheur à celui qui passe à sa portée comme le montre ce croquis de nos amis www.generation.leurres

LA PÊCHE DU BROCHET AU LEURRE EN FIN DE SAISON.

La meilleure approche reste donc un leurre aux déplacements lents et de faible amplitude que l'on fera vivre par des petites tirées entre-coupées de relachers et de posers au fond.

 

On privilégiera les leurres souples qui permettent ces évolutions.

LA PÊCHE DU BROCHET AU LEURRE EN FIN DE SAISON.
LA PÊCHE DU BROCHET AU LEURRE EN FIN DE SAISON.

Ou les jigs qui ont la même vocation.

LA PÊCHE DU BROCHET AU LEURRE EN FIN DE SAISON.

Si, près de vous, un pêcheur prend avec un leurre souple ou un jig maniés lentement, ne croyez pas que votre leurre ne vaut rien.

 

C'est tout simplement qu'il est passé trop vite pour qu'un prédateur, économe de ses mouvements, ne le prenne.

 

Le risque d'accrochage est important mais il vaut le coup.

 

Cependant, il ne faut pas hésiter à faire un montage extrêmement rapide et facilement interchangeable avec un point de faiblesse parce que le matériel laissé au fond est inévitable.

LA PÊCHE DU BROCHET AU LEURRE EN FIN DE SAISON.

Avec quelques centimètres de nylon après l'émerillon baril, le nylon ne peut pas être coupé et en cas d'accrochage, il faut que sa résistance soit inférieure à celle de la tresse et de la crinelle.

 

Il est confortable de préparer deux ou trois bas de ligne avant la sortie. 

LA TAILLE DU LEURRE

 

On a coutume de dire qu'il faut de gros leurres pour que le brochet consente à se déplacer MAIS...

 

Avant la fraie, et elle se prépare, les carnassiers voient leurs organes digestifs s'atrophier au profit des organes génitaux et cela ne se fait pas en un jour, à tel point qu'il n'y a plus d'alimentation pendant la période de reproduction.

 

Ce n'est pas que le brochet ne veuille pas s'alimenter, c'est qu'il ne peut pas et ne réagira que pour tuer par agacement.

 

Il me parait donc évident, lorsque la fermeture approche, d'utiliser des petits leurres destinés à un poisson qui absorbe des proies de plus en plus petites.

En résumé, la pêche du brochet en hiver est très simple...s'il ne faisait pas froid !

-Trouver le poisson fourrage. 

-Préférer une pêche dynamique à une pêche statique, à moins que vous n'utilisiez, comme moi, des vêtements et surtout des chaussettes et des chaussures spéciales...C'est par là qu'on s'enrhume !

-Préférer des leurres A QUEUE FOURCHUE (Mais oui !) 

-Utiliser des petits leurres.

-Faire des évolutions lentes.

Tag(s) : #La pêche au leurre

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :