"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

Actuellement en ligne

 

1er au 17 septembre 

 21.035 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.315.060 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.216.040   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 20:00

 

Le terme "waggler" vient de l'anglais "to wag" qui signifie "remuer", très original lorsqu'il s'agit de pêche.

 

Plus simplement, le waggler est une longue plume plombée pour faciliter le lancer et le plus souvent utilisée pour la pêche à l'anglaise.

 

Il en existe bien des formes, plus ou moins longues, plus ou moins plombées, plus ou moins portantes.

 

 

 

Mais ce qu'elles ont toutes en commun est de n'être attachées que par le bas et d'être plombées. 

Voici les miennes, tout à fait classiques.

 

Comme vous pouvez le voir, elles sont de tailles différentes donc plus ou moins de quantité de balsa, et le lest est de grammage différent.

 

On voit d'ailleurs parfaitement le lest qui a la particularité de se dévisser pour un rangement moins risqué pour l'intégrité du flotteur.

 

 

L'originalité de ce flotteur est qu'il se fixe uniquement par l'anneau du bas.

 

Déjà plombé, il suffit d'ajouter une toute petite quantité de plombs pour l'équilibrer parfaitement et c'est ce qui lui permet d'avoir une formidable sensibilité.

 

En effet, lors de l'engamage, seule la partie terminale de la ligne, peu plombée, est entrainée par le poisson.

 

L'enfoncement du flotteur vient bien après, lorsque le fil est tendu et son attache particulière par le bas évite que son inertie soit immédiatement ressentie.

 

Passez le corps de ligne à l'endroit où vous voulez fixer le flotteur.

 

Faites un noeud coulant autour du flotteur. S'il est démonté, faites-le autour de la partie plombée.

 

 

Faites un noeud coulant en passant le fil en double par-dessus le flotteur ou par-dessus la plombée si vous l'avez démonté.

 

 

Puis resserrer ce noeud coulant.

 

Votre canne montée se présente désormais ainsi:

 

Plutôt que de faire un noeud coulant sur le fil pour fixer le flotteur, vous pouvez tout simplement mettre un stop-fil mais il risque d'avoir l'inconvénient de ne pas passer dans l'anneau terminal de la canne.

 

Certains pêcheurs coincent aussi le flotteur avec deux plombs mais je pense que le fait de déplacer les plombs pour changer de fond au lieu de défaire le noeud coulant éraille davantage le fil.

 

Pour cette pêche, on utilise de préférence une canne anglaise dont la particularité est d'avoir des anneaux petits et rapprochés pour faciliter le lancer en empêchant le fil mouillé de coller à la canne.

 

Mes propres cannes font 4,30 m et sont téléscopiques mais on peut fixer son choix sur une canne à emboitement.

 

Un petit moulinet qui serve de réserve de fil est suffisant mais à condition qu'il soit de bonne qualité parce qu'il est très sollicité.

 

Attention à la répartition des plombs.

Mal répartis, ils sont source d'ennuis et multiplient les emmêlages.

 

Voici deux montages, présentés par Kamel Barred et qui me paraissent être à la fois simples et efficaces.

 

Je suis d'ailleurs très proche de lui à la différence que je bloque mon flotteur par un noeud coulant et non par deux plombs.

 

Lorsque la ligne est lancée, forcément en amont, la coulée fera que le fil se détendra au fur et à mesure que la plume vient vers soi.

 

Dans ce cas, il faut reprendre la bannière avec la main non pêchante, comme les moucheurs, pour éviter qu'une trop grande quantité soit dehors.

 

Sinon, en cas de ferrage, c'est un manqué assuré.

 

Ensuite, lorsque la plume s'éloigne vers la fin de coulée, on restitue progressivement le fil, toujours avec la main non pêchante, mais en gardant toujours la bannière tendue.

 

Cette pêche est une pêche à la coulée mais permet d'aller beaucoup plus loin, là où on touche de plus beaux poissons.

 

Je la considère à mi-chemin entre la coulée ordinaire sous la canne et la pêche au feeder, sans plume et immobile, évidemment, mais plus lointaine.   

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -