LA PECHE AU FEEDER ET LA DOUBLE AGRAFE DE CHEZ BALZER. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Le présent article ayant donné lieu à des échanges avec mon ami TOAD, fidèle lecteur, je le remonte aujourd'hui et le complète avec notre correspondance.

Pour compléter votre article comme toujours très utile: une autre solution serait de terminer le corps de ligne par une boucle simple, si l'on ne dispose pas d'émerillon assez petit pour passer à travers les anneaux du scion quiver. Il suffit alors de préparer des montages intermédiaires qui supportent l'amorçoir et que l'on attache par une boucle dans la boucle, sur le lieu de pêche, une fois le scion choisi en fonction des conditions. Voici des liens vers des schémas que j'ai faits pour un forum:
http://i38.servimg.com/u/f38/17/52/12/19/montag10.png 
http://i38.servimg.com/u/f38/17/52/12/19/montag11.png
 
 
Bien sûr, Toad, toutes les techniques sont bonnes mais après usage, boucle dans boucle, il faut couper.
De même si les conditions changent en cours de partie, il faut également couper au cas où l'on veut changer le quiver tip mais je regarde en suivant vos liens et peut-être les reproduirais-je avec votre permission.
Merci et amicalement.                                      André
 
 
On peut laisser la boucle simple sur le corps de ligne, pas besoin de la couper à chaque fois après usage, le nœud passe bien à travers les petits anneaux des scions quiver (sauf si on utilise du fil de gros diamètre). Pas de souci pour reproduire les schémas ou les montages, je n'ai, hélas, rien inventé ;-)
 

Merci de vos visites sur mytesting

 

RECHARGER L'ANIMATION

La pêche au feeder est parfois une pêche d'imprévus.

 

Lorsque l'on arrive au bord de l'eau, on ne peut jamais prévoir qu'elles seront les conditions ce jour, surtout en cette période où le courant est particulièrement changeant.

 

Un jour, c'est calme, le lendemain, ça file à toute allure en bouillonnant et, manque de chance, le scion prévu ne correspond pas, soit parce qu'il est trop sensible, soit parce qu'il ne l'est pas assez.

 

En changer s'impose mais il faut se livrer à un véritable exercice que nul d'entre nous n'a envie de faire tant nous sommes pressés de tremper notre fil.

 

Pourtant, il faut bien s'y résoudre sous peine de passer une journée catastrophique avec un scion à la limite de sa sensibilité ou, au contraire, pas assez si l'eau est à peu près calme.

 

Le meilleur moyen de se livrer à cet exercice est de prévoir un montage qui puisse se défaire et se remonter en un clin d'oeil.

 

En un mot, il faut pouvoir enlever le feeder qui ne passera jamais dans l'anneau terminal et prévoir le reste du montage avec des micro émerillons qui, eux, passeront sans problème.

 

Vous avez sans doute déjà compris où je veux en venir : Pour enlever le feeder, il suffit qu'il soit agrafé mais pas n'importe comment puisque si vous enlevez le feeder, c'est l'agrafe qui ne passera pas.

 

Pour remédier à cela, montez votre feeder avec une double agrafe BALZER et le tour sera joué.

 

Vous ferez passer la partie pêchante par l'anneau terminal, vous changerez le scion puis vous repasserez la partie pêchante dans le nouveau scion. 

 

Vous avez le choix entre ces deux modèles :

 

Double agrafe simple

 

 

Double agrafe avec micro émerillon

 

Il vous suffit ensuite de prévoir un montage très simple pour pouvoir démonter et remonter rapidement.

 

 

Détachez l'agrafe à sa partie supérieure pour que le feeder suspendu puisse être libéré, passez votre bas de ligne dans l'anneau terminal mais pour cela prévoyez des micro émerillons, changez le sion, remontez puis agrafez le feeder.

 

La deuxième agrafe vous servira à changer de feeder sans avoir à tout démonter. 

 

Si vous ne trouvez pas ces gadgets chez votre détaillant, ils sont disponibles par internet.

Tag(s) : #La pêche au quiver et au feeder

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :