LA PÊCHE AU CHENEVIS: LA GROSSEUR DU GRAIN A-T-ELLE DE l'IMPORTANCE ? - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

LA GROSSEUR DU GRAIN A-T-ELLE DE l'IMPORTANCE ?

 

OUI, sans la moindre hésitation, je réponds OUI.

 

Mais pas forcément celle que l'on croit !

 

Nous recherchons le grain le plus gros possible dans l'espoir de tenter nos gardons convoités et, il faut bien le dire, pour notre confort car il n'est pas facile de faire tenir à l'hameçon un grain d'amorçage.

 

Parfois quelques vendeurs recommandent d'acheter du petit grain supposé mieux cuire mais ils n'en connaissent pas l'autre avantage encore bien plus important !

 

 

Sans doute, comme moi, avez-vous remarqué qu'un coup à graine "s'essoufle" très vite.

 

Pas besoin de chercher bien loin la raison.

 

Si le germe et la chair sont attractifs et possèdent des vertus laxatives, il n'en va pas de même pour les cosses.

 

Plus elles sont grosses, plus elles sont indigestes. Il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour comprendre cela.

 

Deux bonnes solutions s'offrent donc réellement à nous pour conserver longtemps un "coup" en bon état de marche.

 

-Soit amorcer et pêcher avec du grain d'amorçage mais, évidemment, reste la difficulté d'accrocher le grain à l'hameçon.

 

-Soit amorcer avec du grain d'amorçage et pêcher avec du gros grain.

Cette seconde solution présente évidemment l'inconvénient de nous obliger à deux cuissons mais les avantages que l'on peut en tirer sont tels que cela vaut bien de s'y conformer.

 

-Tout d'abord, le grain de pêche sera plus attractif que le grain d'amorçage.

 

-Ensuite, nous n'aboutirons pas à un gavage rapide des poissons qui séjournent sur le coup parce que la plus grande quantité déversée sera du petit grain, donc des cosses beaucoup plus petites qui n'aboutiront pas au gavage.

 

ET N'OUBLIONS PAS QUE:

 

-Si malgré toutes nos précautions, le coup donne de moins en moins, il faut le désinfecter en neutralisant les acides produits par la nourriture non consommée.

 

ACIDE + BASE = SEL + EAU

 

-Ajoutons donc une base sous forme d'un paquet de bicarbonate de soude mélangé à un produit neutre comme de la terre de berge pour faire des boulettes qu'il convient de lancer en tête du coup suivant une ligne couvrant largement toute la coulée d'amorçage.

 

Il y a tellement longtermps que je le fais que j'ai maintes fois eu l'occasion d'en mesurer l' efficiacité.

 

ARTICLE PUBLIE DU GERS, AU MILIEU DES VIGNES DU BAS ARMAGNAC.

 

Tag(s) : #La pêche au chènevis

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :