LE BARBEAU AU PELLET DE 8. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Comme j'ai conclu un pacte de non-agression avec le brochet qui se tient à mes pieds et qui bondit à la vitesse de l'éclair sur les poissons que je rassemble, je ne pêche pas au vif, de peur de le prendre alors qu'il m'amuse beaucoup et que, surtout, j'apprends à connaître son comportement.

 

Depuis trois jours, je me suis donc reconverti dans le gros cyprinidé.

 

Il y a tant de carpes qui sautent au milieu et sur l'autre rive que j'espère bien les faire venir sur le coup mais, malgré mes efforts, rien à faire.

 

Ah Nico, mon ami, si seulement Pacific Pêche te prenait un peu moins de temps !

 

 

Voici mon amorçage:

-Bouillettes.

-Croquettes

-Pellets de 14

-Pellets de 8

 

Je pêche au pellet de 8, le plus petit mais le plus efficace.

 

Un feeder de 80 grammmes garni d'amorce mélangé à du maïs en grains sert de plombée.

 

Bien entendu, j'en mets deux à l'hameçon à boucle monté au cheveu.

 

Ce ne sont pas les carpes qui se manifestent mais les barbeaux. Mais alors, quels barbeaux !

 

Des bombes au niveau de la défense et des départs de champions de 100 mètres. Ils ne s'avouent pas facilement vaincus mais ils faut dire que leur taille les aide considérablement.

 

Bien que ce ne soit plus trop la saison et que je ne les vois plus enchainer leurs sauts caractéristiques si spectaculaires, je les ai un peu réveillés.

 

Oh, pas longtemps. Tout au plus une demi-heure avant que la rivière ne retombe dans la léthargie, à l'exception de mon copain brochet qui continue à se remplr le ventre.

 

Le feeder est rempli d' amorce Charlot que j'ai déjà présentée, mélangée à une boite de maïs en grains.

 

 

1ère prise, dès la ligne à l'eau.

 

 

2ème prise, à peine le feeder rempli, l'hameçon regarni et la canne remise en position.

 

 

3ème prise calibrée, dans la demi-heure qui suit puis PLUS RIEN de tout l'après-midi, pas même un chevesne alors que j'en avais pris deux très gros la veille, pas une brème alors qu'elles fouillent devant moi et, bien sûr, pas une carpe.

 

A n'y rien comprendre ! 

 

Mais tout de même, le pellet est un véritable aimant, lorsqu'ils sont là.

Tag(s) : #La pêche au quiver et au feeder

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :