FABRIQUER SES PAINS DE MAÏS SOI-MEME. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Puisque nous le faisons avec le chènevis, il n'y a pas de raison de ne pas le faire avec le maïs et voici pourquoi.

-L'eau, dans notre région est à 13-14 degrés en surface.

-Le poisson est descendu et ne monte à proximité de la surface que par grand soleil et il n'y reste pas longtemps.

-En Marne, sa profondeur d'évolution, hors conditions de pêche, est comprise entre 3 et 4 mètres.

-Par voie de conséquence, considérant la configuration de cette rivière et les conditions d'eau basse actuelle, le bord est un désert.

Bien entendu, je n'écris par cela au hasard.

J'ai beaucoup échosondé hier après-midi, pendant plusieurs heures en compagnie de ma femme et nous avons pu faire des relevés de température, de courant, de profondeur et de concentration de poissons.

Une chose est certaine, l'époque bénie du chènevis est terminée mais le maïs reste roi avec l'avantage d'attirer la convoitise de beaucoup de cyprinidés.

Alors pourquoi ne pas fabriquer des pains qui fixeront les poissons sur un coup de façon plus durable que la poignée jetée à la volée en début de partie ?

FABRICATION TRES RAPIDE.

 

-Une boite de maïs cuit dans une casserole.

 

 

Ajouter 10 morceaux de sucre en morceaux. 

 

 

Puis de la gaude de maïs.

 

VOTRE MELANGE DOIT ETRE A PEINE HUMIDIFIE.

 

Parfois, l'eau contenue dans la boite de maïs est suffisante.

 

Sinon, dites-vous bien que:

 

-Plus il y aura de sucre, plus le pain sera dur.

 

-Plus il y aura d'eau, plus la cuisson sera longue.

 

 

Maintenant, faites cuire à feu TRES doux jusqu'à ce que le mélange commence à coller à la casserole.

 

A ce moment-la, c'est le signe que le sucre humidifié s'est transformé en caramel qui, en refroidissant, donnera un gâteau de très dur à tendre, selon la quantité de sucre.

 

Avec 10 carrés, j'obtiens un caramel blanc, de dureté moyenne en refroidissant.

 

Arrêtez la cuisson et versez le mélange sur une planche en le compressant bien puis laissez refroidir. 

 

Si, comme moi, vous possédez une batterie de cuisine, laissez refroidir le mélange dans la casserole, en ayant soin, avant compression, de le décoller des parois avant qu'il ne soit refroidi.

 

Sinon, vous devrez prende le marteau et le burin.

 

Ce n'est pas comme le chènevis.

 

Vous pouvez utiliser le matériel familial puis laissez tremper votre casserole en fin de fabrication. Il ne restera pas d'odeur.

Tag(s) : #Les amorces pour la pêche au coup.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :