LA PÊCHE DU BARBEAU A LA COULEE. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

 

Je ne sais pas si j'ai construit mon ponton près d'un stade un soir de grand match ou dans une réunion de famille mais, à l'échosondeur, le poisson est si abondant que cela en est impressionnant.

 

Le lieu est très particulier, obstrué au large par des arbres coupés mais dominant une fosse de plus de 4 mètres, à pic devant moi, en ce moment où la Marne est particulièrement basse.

 

Toujours est-il qu'après les premiers jours de pêche du carnassier au vif avec au moins un brochet sinon 2 voire 3 chaque jour, je suis passé hier à la recherche du gros cyprinidé.

 

Il est bien évident qu'en ce lieu où le poisson, petit, moyen ou gros se tient volontiers, les carnassiers viennent faire quelques passages. Mais encore fallait-il les garder sur le coup. 

 

J'avais, bien entendu, consacré les jours précédents à un amorçage en règle.

 

Oh, là, là, quelle journée !

 

AMORCAGE

 

-De rappel :

1 part d'épicéine. 

2 parts de chènevis grillé moulu.

1/2 part de PV1.

1 boite de maïs en grains.

 

REMARQUE:

 

C'est parce que, dans d'autres occasions, j'ai remarqué que l'épicéine avait un effet fortement attractif sur les barbeaux que j'ai simplifié mon amorce de rappel. 

 

-De fixation :

Des galettes de maïs.

 

 

RECETTE DES GALETTES

 

INGRÉDIENTS:

500 grammes de maïs EN GRAINS.

250 grammmes de farine de blé

1/2 sachet de levure

1 oeuf

1 petit verre de lait

1 cuiller à soupe d'huile

 

PRÉPARATION :

Tamisez ensemble la farine et la levure.

Fouettez l'œuf avec le lait et l’huile neutre.

Versez cette préparation sur la farine et fouettez jusqu’à ce que le mélange soit lisse.

Ajoutez le maïs égoutté.

Faites cuire les galettes au four 3 à 4 mn.

Retournez-les et poursuivez la cuisson 1 mn. 

PÊCHE

 

A la ligne flottante, au bouchon donc en suivant la coulée.

 

Canne DaÏwa 5180 donc un peu plus de 5 mètres, à anneaux et moulinet.

Cette canne ressemble à une canne anglaise mais est beaucoup plus puissante.

Moulinet simple de réserve de fil.

Corps de ligne en 18 centièmes.

Bas de ligne en 16 centièmes avec hameçon à boucle de 12, fort de fer.

Réserve de 100 mètres de fil dans le moulinet.

Flotteur 2,5 grammes.

 

ESCHAGE

 

A un seul grain de maïs, forcément dérivant à 15 centimètres du fond.

Les touches, sur ce coup bien préparé, se sont succédées tout l'après-midi.

 

D'abord, les premiers arrivés au rappel sont les chevesnes.

 

 

Puis viennent les barbeaux en nombre.

 

 

J'en ai pris 7, mais je n'ai pas pu en monter certains au bout d'une demi-heure de combat et je suis forcément frustré de ne même pas les avoir vus après tant de temps passé à les travailler.

 

Je vous laisse imaginer la taille qu'ils devaient avoir sur 16 centièmes comme bas de ligne.

 

Soit cassé, soit hameçon ouvert et pourtant !

Je ne peux pas m'empêcher de penser que les galettes de maïs en fixation y sont pour quelque chose. En ce moment, le maïs est roi.

 

Il faut bien, quelque part, se donner un peu de mérite.

Sinon, la seule explication possible est que je sois tombé sur le point de rassemblement, en cas d'alerte, de tous les poissons de Marne ou sur la file d'attente des 24 heures du Mans !

 

Je préfère la première hypothèse, valorisante, à la deuxième qui ressemble à un coup de chance. 

 

INFORMATION AUX LECTEURS.

 

Ce site va bientôt se transformer en site de recettes de cuisine halieutique mais ne vous imaginez pas, pour autant, que je vais vous donner la recette du sandre au beurre blanc. Pour cela, vous irez chez BARRIER, à Tours.

 

Je relâche tout ce que je prends et je montrerai, demain avec les brochets, comment je m'y prends.

Tag(s) : #La pratique de la pêche au coup.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :