"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

1er au 8 octobre 2017 

 8.481 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.336.919 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.534.030   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 19:22

Par principe, je ne passe jamais l'échosondeur quand j'ai mon matériel de pêche et je ne prends pas mon matériel de pêche quand je passe l'échosondeur. En effet, la pêche est une passion dévorante et mon but n'est pas de prendre le poisson là où il se trouve naturellement mais de le faire venir là où je veux. NUANCE !

 

Voici, sur mon coup, les résultats d'aujourd'hui alors que je me suis donné relâche pour taquiner le goujon ou le gardon.

 

L'ECHOSONDEUR

 

Pas forcément toujours très fiable, ce petit instrument est plus un indicateur qu'un véritable instrument de mesure. Toutefois, il donne une idée du fond et, éventuellement de ses habitants, à condition de savoir interpréter les données.

 

Composé d'une sonde que l'on accroche au bout d'une ligne et d'un récepteur, sa manipulation est très simple pour un prix abordable.

 

 

J'ai pratiquement sondé toute la rivière sur un bon kilomètre pendant un an pour trouver un bon poste mais je crois que, cette fois, c'est la bonne. 

 

LE CHOIX DU POSTE

 

Au large du ponton que j'ai construit de mes petites mains, se trouvent trois troncs d'arbre.

 

Ne me demandez pas pourquoi ils sont là, je n'en sais absolument rien et le comble, c'est qu'une branche prend des feuilles en saison, preuve que les racines sont encore en terre.

 

A moins que ce ne soit une graine qui ait pris racine sur le limon que les crues laissent dans le creux du tronc. 

 

Toujours est-il que ce n'est que du bonheur puisqu'il y a bien longtemps que je les observe et qu' en été, je vois les gardons venir broûter la mousse.

 

De plus, c'est un excellent refuge pour échapper aux prédateurs, forcément nombreux puisqu'il y a le garde-manger.

 

Le poisson s'y tient en permanence mais reste à le faire sortir de là où il est impossible à pêcher.

 

 

Vous remarquerez, en passant, que l'eau est à 12 degrés en surface et que le poisson se tient presque au fond. On peut estimer la température supérieure de 3 degrés à environ 2.50 à 3 mètres de profondeur.   

 

Reste maintenant à essayer de le faire venir dans ma coulée, désespérément vide.

 

Amorçage abondant sur un coup bien entretenu et voici ce que devient ma coulée au bout d'une demi-heure avec un amorçage de base puis des amorces de rappel toutes les cinq minutes.

 

DEBUT DE COULEE

 

L'image est floue mais vous pouvez tout de même voir que la profondeur donnée ici 

pour 3,60 mètres est en réalité d'environ 3,20 mètres.

 

Par contre, on remarque tout de suite que les poissons sont venus sur le coup. Il est vrai qu'ils ont peu de chemin à faire entre les arbres immergés et ma coulée qui passe entre ces arbres et la rive.

 

 

MILIEU DE COULEE

 

De plus, comble de chance, le fond remonte au fil de la coulée.

 

Enfin, quand je dis "chance", c'est une façon de parler parce que cela aussi faisait partie de mes critères de recherche. En tout cas, le poisson est là, moins nombreux qu'en début de coulée mais le courant est faible et l'amorce n'a pas encore eu le temps de se disperser.

 

 

FIN DE COULEE

 

En fait pour une profondeur réelle de 2,70 mètres avec un obstacle auquel je dois toujours penser lorsque je pêche. Quand le bas de ligne arrive contre ce tronc, la plume se penche légèrement en aval et c'est la touche...ou l'accroc si je ne relève pas assez vite.

 

L'amorce, quel que soit le courant, se cale au fond et maintient le poisson, encore peu nombreux mais ce n'est qu'une question de temps.

 

Je pense que si j'avais attendu une demi-heure de plus en continuant à rappeler en début de coulée, la répartition aurait été plus homogène. 

 

 

Mais, J'AI REUSSI A LES FAIRE VENIR ET, PROBABLEMENT, A EVEILLER LES PREDATEURS !

 

Grâce à mon amorce expérimentale, le but est donc atteint. 

 

MAIS QU'A-T-ELLE DONC DE PARTICULIER CETTE AMORCE ?

 

Voici le petit plus qui la rend si attractive en une demi-heure.

 

J'en ai déjà beaucoup parlé. J'avais envie de tenter l'expérience avec du safran pour vérifier s'il a vraiment les vertus qu'on lui attribue.

 

J'ai donc ramené une vingtaine de bulbes du Gers, je les ai planté et maintenant, je récolte dans un petit pot hermétiquement fermé pour que le parfum ne se dissipe pas.

 

Soit dit en passant, lorsque vous ouvrez le pot pour prélever quelques stygmates, le parfum est si entêtant qu'il n'y a rien d'étonnant à ce qu'il ait un tel pouvoir attractif.

 

S'il y avait besoin de faire la preuve que l'on peut le faire venir en toutes régions, on ne peut pas dire que le mois d'octobre ait été particulièrement ensoleillé en Ile de France et pourtant, je récolte.

 

Peu pour la première année mais c'est suffisant pour l'expérience.

 

 

Voici une fleur bonne à cueillir. Remarquez les stygmates rouges du pistil qui contiennent le safran. C'est eux que je vais prélever, en ne gardant que la partie supérieure.

 

A partir du moment où, près de la corolle, les stygmates sont blancs, la partie initiale doit être éliminée parce qu'elle est amère. 

 

 

Mais si j'en crois cette première expérience, qui reste bien entendu à confirmer, la réputation de la puissance attractive de cet additif n'est pas une légende.

 

Pour mettre en avant ce parfum, j'ai opté pour une amorce réduite à sa plus simple expression.

 

-Chapelure brune.

-Chènevis grillé moulu.

-PV1.

-Colorant noir sous forme de noir de vigne.

-Maïs en grains

Et surtout safran en bonne quantité pour que mon amorce soit bien odorante.

Pas d'additif, d'attractant, d'épice ou de sucre. Rien de plus que la base.

 

Attention à la quantité car il ne faut pas oublier que l'odorat des poissons serait 50 fois supérieur au nôtre donc bonne quantité ne veut pas dire excès en me prenant comme cobaye.

 

Si je vous ai convaincus d'essayer, dites-vous bien que je n'ai aucune action rémunératrice chez mes deux fournisseurs. Tout au plus, une relation d'amitié parce qu'ils m'ont beaucoup appris, ignorant même que le SAFRAN est de très loin l'additif dont tous les pêcheurs rêvent.

Vous êtes libres de vous adresser à qui vous voulez, internet étant fait pour cela. 

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -