PECHE A LA CARPE. J'ai peut-être enfin trouvé la solution. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

 

Je me démène pour trouver ce superbe poisson et bien que je n'envisage pas de me reconvertir en carpiste, j'ai tout de même parfois envie de prendre ce magnifique cyprinidé.

 

J'ai, dans un premier temps, cherché un endroit favorable en Marne, abrité des courants et des remous, construit un ponton au-dessus d'une fosse très profonde à quelques mètres de bord puis amorcé convenablement.

 

En puisant dans mes lointains souvenirs d'adolescent, je me suis souvenu de ce qu'utilisait Monsieur Michel DUBORGEL, mon maître, pour attirer cette torpille.

 

L'ASA FAETIDA

 

 

Je sais que c'est passé de mode mais RAISON DE PLUS.

 

Puisque le poisson n'y est plus habitué, autant lui en redonner le goût.

 

Ce ne sont pas ses habitudes qui ont changées mais les nôtres.

 

L' Asa faetida est une résine séchée, extraite du rhizome de deux espèces de fenouils géants poussant en Inde et en Iran.

L'ase fétide fraiche est blanchâtre et solide.

Elle passe du rose au brun-rouge en s'oxydant.

On la trouve généralement sous forme de poudre.

Son odeur d'œuf pourri provient de la grande quantité de soufre qu'elle contient.

Je m'en suis donc procuré mais pour trouver ce produit dans un magasin de pêche, il faut se lever de bonne heure.

 

Acheté en bloc, j'ai transformé ce produit en poudre et je l'ai mélangé à l'amorce.

Après avoir amorcé mon nouveau coup pendant trois jours, je me suis enfin décidé à tenter ma chance. 

 

SURPRISE ! 

 

S'il est bien connu pour attirer la carpe, ce produit attire également tous les gros cyprinidés, barbeaux ou chevesnes.

 

Hier, quelle matinée !  

 

En pêchant à la coulée au grain de maïs, pour voir, j'ai pris, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, trois superbes barbeaux, deux gros chevesnes et je me suis fait casser deux fois mon 16 centièmes de bas de ligne malgré mes 100 mètres de 18 centièmes dans le moulinet.   

 

 

 

 

 

De cette aventure, on tire forcément la conclusion : 

 

LES CARPES SONT LA !

 

Je me suis donc équipé autrement avec deux cannes à carpe, du costaud, et je m'y suis mis.

 

Là, c'était une autre affaire ! Quand je dis costaud, c'est costaud !

 

En quelques minutes, au pellet, deux superbes départs et deux carpes au tableau.

Ai-je enfin réalisé mon rêve ou s'agit-il d'une simple coïncidence ?
L'avenir me le dira mais je ne suis pas près d'oublier ces deux heures de pêche.

Trois barbeaux, deux chevesnes puis deux carpes.

L'ASA FAETIDA, oubliée, serait-elle en passe de revenir à la mode ?

Tag(s) : #las additifs pour la pêche au coup.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :