"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

         HIER

 2.005 Visiteurs

Le cap des 2.000

visiteurs par jour

est franchi.

 

  1er au 15 août 2017

 26.415 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.269.343 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

20.564.530   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 08:24

 

Comme j'ai de la suite dans les idées et que, par rapport à mes fidèles lecteurs, je suis là pour ça, j'entame donc une procédure de demande d'annulation du texte réglementaire concernant la liste des espèces protégées et, plus précisément, le classement de la vandoise comme telle.

 

Arrêté ministériel du 8 décembre 1988

 

En effet, après avoir effectué de nombreuses recherches, je ne peux que rejoindre l'avis de notre confrère qui m'a écrit pour me faire part de l'incongruité de ce texte, supposant, à juste titre me semble-t-il, qu'une erreur de recopiage

 

-Entre l'Arrêté du 4 octobre 1985 qui fixe Leuciscus leuciscus burdigalensis : vandoise rostrée comme poisson protégé. 

 

-Et l'Arrêté du 8 décembre 1988 qui fixe Leuciscus leuciscus : vandoise comme poisson protégé en occultant "burdigalensis".

 

1-MES RECHERCHES: 

 

-Elles m'ont conduit à remonter la chronologie des textes et , comme je l'ai indiqué dans l'article précédent, à considérer que le dernier arrêté est illégal, l'abrogation du premier arrêté étant postérieur à la promulgation.

 

-Elles m'ont conduit à rechercher toutes les études concernant l'espèce, effectuées par

 

*l'ONEMA. 

*le Museum national d'Histoire naturelle. 

*le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

*la Société française d’ichtyologie.

 

De toutes ces études, il ressort que l'espèce ne fait l'objet d'aucun classement, faute d'éléments suffisants pour l'effectuer.

LIRE LA LISTE ROUGE DES ESPECES MENACEES EN FRANCE METROPOLITAINE EN CLIQUANT SUR L'IMAGE.

 

Vous pourrez remarquer, sur ce document, que la vandoise est classée DD en France ce qui signifie "Données insuffisantes pour effectuer un classement".

CONCLUSION DES RECHERCHES:

 

Seule une omission de transcription du législateur peut expliquer cette "mutation" de Leuciscus leuciscus burdigalensis vers Leuciscus leuciscus.  

2-L'ACTION

 

*En premier lieu, saisir le Ministère de L'ÉCOLOGIE, du DÉVELOPPEMENT DURABLE et de l'ÉNERGIE.

Madame la Ministre,

J'ai l'honneur d'attirer votre attention sur l'Arrêté ministériel du 8 décembre 1988 relatif à la liste des poissons protégés et, plus particulièrement "Leuciscus leuciscus" ou vandoise.

L'arrêté ministériel du 4 octobre 1985, antérieur et fixant la liste des espèces protégées cite "Leuciscus leuciscus burdigalensis" ou vandoise rostrée.

Je précise que ces deux espèces sont des espèces différentes et je pense que le législateur, lors de la rédaction de l'Arrêté du 8 décembre 1988 a occulté le qualificatif "burdigalensis", ce qui pour les pêcheurs, change beaucoup de choses.

En effet, une espèce protégée ne peut pas être utilisée comme vif.

A l'appui de mon argumentation, je me référerai au tableau dressé conjointement par l'ONEMA, l'UICN, le Museum national d'Histoire naturelle et à la Société française d’ichtyologie qui classent "Leuciscus leuciscus" comme « espèce pour laquelle l’évaluation n’a pas pu être réalisée faute de données suffisantes » .

Au nom des milliers de pêcheurs que je représente et qui s'interrogent, je souhaiterais que l'Arrêté du 8 décembre 1988 soit revu puis remplacé et annulé afin d'être conforme à l'état des lieux.

Je m'étonne d'ailleurs qu'aucun autre responsable n'ait attiré votre attention sur l'omission d'un simple terme qui a un impact important sur "le terrain".

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l'expression de mon profond respect.

André MARINI

*Recevoir un accusé d'enregistrement.

 

Accusé d'enregistrement.

Votre demande a été prise en compte.

Elle porte le numéro : 145072677400. 

 

*Dans le délai d'une semaine, obtenir, un accusé de réception par voie télématique.

 

*Dans le délai d'1 mois, obtenir une réponse. (Obligation de l'Administration).

 

3-POURSUITE DE L'ACTION

 

SI CETTE REPONSE N'EST PAS SUFFISANTE OU SATISFAISANTE.

 

*SAISIR LE CONSEIL D'ETAT. 

 

Le Conseil d'État émet un avis sur la régularité juridique des textes, sur leur forme et sur leur opportunité administrative.

 

Cet avis peut prendre la forme d'un texte modifié, ou d'une note de rejet.

 

Les séances se tiennent à huis clos, et l'avis n'est transmis qu'au Gouvernement, qui est libre de le faire publier ou non. 

 

SI CETTE REPONSE N'EST PAS SUFFISANTE OU SATISFAISANTE

 

*SAISIR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL par demande au Conseil d'Etat.

 

Depuis la loi constitutionnelle de 2008, la saisine peut s’effectuer a posteriori et les citoyens français peuvent, comme c’est le cas dans d’autres pays, demander le contrôle de constitutionnalité des lois en vigueur, à l’occasion d’une action en justice les concernant, s’ils estiment que la loi porte atteinte à leurs droits et libertés.

 

Toutefois, le Conseil n’est pas saisi directement par le citoyen, mais par le Conseil d’État ou la Cour de cassation auxquels la demande a été transmise.

 

4-CONCLUSION

 

A l'appui des arguments fournis, l'arrêté du 8 décembre 1988 est illégal.

 

Je demande à tous les responsables et acteurs de la pêche,

 

Présidents d'AAPPMA, Présidents de Fédérations départementales,

 

Président de la FNPF, Chargés de mission et gardes assermentés, de

 

soutenir cette action s'ils l'estiment fondée.

 

A l'inverse, je leur demande de me contredire s'ils l'estiment 

 

infondée.  

Nous pourrons ainsi mesurer le degré d'implication des acteurs du monde de la pêche.

Il reste bien entendu qu'à titre individuel, les simples pêcheurs comme moi peuvent engager la même procédure.

Bonjour,
La date de validation à retenir d’un arrêté est la date de la parution au Journal Officiel (JO). Or, l’arrêté du 8 décembre 1988 est paru au JO du 22 décembre 1988.
Ci-dessous, vous trouverez un lien de l’arrêté du 4 octobre 1985 stipulant l’abrogation des articles 1 et 2 à la date du 22 décembre 1988
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006074773&dateTexte=19881221
Il n’y a donc aucun souci, l’arrêté du 8 décembre 1988 est bien valide.
Effectivement, comme vous le soulignez, il y a une différence notable concernant la vandoise entre l’arrêté de 1985 et celui de 1988.
Cependant, il y a bien des études scientifiques sur les espèces, et il en ressort que les scientifiques ne s’entendent pas, et ce depuis plusieurs décennies, sur la systématique des poissons, et le cas de la vandoise remonte à longtemps.
Certains ne considèrent qu’il y a qu’une seule espèce, d’autres identifient 3 espèces, puis les études tendaient à penser qu’il n’y avait qu’une seule espèce et avec plusieurs sous-espèces. Aujourd’hui, bien qu’une séparation en 4 espèces ait été proposée, l’association des études morphologiques et moléculaires permet d’argumenter en faveur d’un découpage en deux espèces, Leuciscus leuciscus (vandoise commune) et Leuciscus burdigalensis (vandoise rostrée).
Cependant, sur l’arrêté du 4 octobre 1985, la vandoise rostrée est définie comme Leuciscus leuciscus burdigalensis, donc, elle était considérée à l’époque comme une sous espèce. On peut donc soumettre l’hypothèse qu’elle a été renommé Leuciscus leuciscus sur l’arrêté du 8 décembre 1988 pour cette raison et avec les classifications de l’époque.
Bien évidemment, il semblerait nécessaire que cet arrêté soit remis à jour, où qu’il aurait été plus simple d’indiquer, comme pour les truites, Leuciscus spp, ce qui aurait réglé les problématiques de systématique.
Pour conclure, à l’heure actuelle, c’est bien l’arrêté du 8 décembre 1988 qui fait référence, car plus récent que celui de 1985 et abrogé dans les règles, et que cela soit logique ou non, c’est bien la vandoise commune, Leuciscus leuciscus qui est visée. Il est donc interdit de pêcher avec des vandoises communes, et il n’est pas interdit d’utiliser des vandoises rostrées, qui aujourd’hui sont considérées comme une espèce à part entière.
Cordialement
Alexandre ROBERTY
Chargé de développement
Animation et Communication
FDAAPPMA de l'Aube
89 rue de la Paix
10000 TROYES
Tél : 03 25 73 35 82
Port. : 06 31 75 06 71
mail : roberty.alexandre@fedepeche10.fr
Site Internet : www.federationpeche.fr/10/

Publié par André MARINI - dans Règlementation
commenter cet article

commentaires

Alexandre 04/01/2016 09:47

La date de validation à retenir d’un arrêté est la date de la parution au Journal Officiel (JO). Or, l’arrêté du 8 décembre 1988 est paru au JO du 22 décembre 1988.

Ci-dessous, vous trouverez un lien de l’arrêté du 4 octobre 1985 stipulant l’abrogation des articles 1 et 2 à la date du 22 décembre 1988

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006074773&dateTexte=19881221

Il n’y a donc aucun souci, l’arrêté du 8 décembre 1988 est bien valide.

Effectivement, comme vous le soulignez, il y a une différence notable concernant la vandoise entre l’arrêté de 1985 et celui de 1988. Cependant, il y a bien des études scientifiques sur les espèces, et il en ressort que les scientifiques ne s’entendent pas, et ce depuis plusieurs décennies, sur la systématique des poissons, et le cas de la vandoise remonte à longtemps.

Certains ne considèrent qu’il y a qu’une seule espèce, d’autres identifient 3 espèces, puis les études tendaient à penser qu’il n’y avait qu’une seule espèce et avec plusieurs sous-espèces. Aujourd’hui, bien qu’une séparation en 4 espèces ait été proposée, l’association des études morphologiques et moléculaires permet d’argumenter en faveur d’un découpage en deux espèces, Leuciscus leuciscus (vandoise commune) et Leuciscus burdigalensis (vandoise rostrée).

Cependant, sur l’arrêté du 4 octobre 1985, la vandoise rostrée est définie comme Leuciscus leuciscus burdigalensis, donc, elle était considérée à l’époque comme une sous espèce. On peut donc soumettre l’hypothèse qu’elle a été renommé Leuciscus leuciscus sur l’arrêté du 8 décembre 1988 pour cette raison et avec les classifications de l’époque.

Bien évidemment, il semblerait nécessaire que cet arrêté soit remis à jour, où qu’il aurait été plus simple d’indiquer, comme pour les truites, Leuciscus spp, ce qui aurait réglé les problématiques de systématique.

Pour conclure, à l’heure actuelle, c’est bien l’arrêté du 8 décembre 1988 qui fait référence, car plus récent que celui de 1985 et abrogé dans les règles, et que cela soit logique ou non, c’est bien la vandoise commune, Leuciscus leuciscus qui est visée. Il est donc interdit de pêcher avec des vandoises communes, et il n’est pas interdit d’utiliser des vandoises rostrées, qui aujourd’hui sont considérées comme une espèce à part entière.

Cordialement

faveau eric 23/12/2015 10:46

André,
Nous les pécheurs et les brochets ben "Voui"!!, mais les Vandoises beaucoup moins puisque elles nous serviront de vifs.
Faisons un peu d'humour dans ce monde de brute épaisse. C'est toujours cela de pris.
Eric

avanzini 23/12/2015 08:22

André,
la simple question sur l'omission d'un simple terme, je la comprend et suis d'accord avec toi ,mais dans le monde de la pêche ils y a beaucoup de choses a revoir et a faire respecter, nous les pêcheurs depuis des siècles nous entretenons ,protégeons , gérons les cours d'eaux tout en payant notre cartes de pêche sur le million cinq de pêcheurs ,pas mal d'argent ?les dépenses entres matériels en tout genre ,les séjours pêches le tourisme pêche ,tout cela représente des millions d'euros est ton respectés a notre juste valeur ,considérés comme, certaines autres pratiques le sont , par bien des élus et gouvernants et bien je pense que non ,alors unissons nous au lieu de nous déchirés qui est a mon simple avis notre plus grande faiblesse
Serge

André MARINI 23/12/2015 09:56

Je sais qu'il y a beaucoup de choses à revoir.
Raison de plus pour les prendre une par une. Lorsqu'il s'agit d'un texte illégal au sens de la "légalité", les choses sont un peu différentes. Attirer l'attention des Pouvoirs publics est aussi de notre responsabilité et cela peut éviter bien des ennuis à nos pêcheurs.
Le problème de la vandoise fait couler beaucoup d'encre. Pour s'en convaincre, il suffit de parcourir les blogs.
Je suis alerté par un confrère, je cherche et je me rends compte qu'il est dans le vrai, il se plaint de ne pas aboutir, je reprends la démarche avec lui. Voila le processus et moi, je considère que c'est mon rôle.
Dis-toi bien que ce n'est pas la première fois !

faveau eric 22/12/2015 15:56

Salut André,
Visiblement vieux combat depuis le 23/02/209.
IDEFIX ou DON QUICHOTTE dé la mancha ? Au choix. (C'est pour sourire)
Promis a l'avenir je ne pécherai plus ce genre d’espèce surtout pour le vif.
Bien cordialement

André MARINI 22/12/2015 19:25

Don Quijotte de la Mancha se battait contre des moulins à vent. Moi, je demande que soit revu un texte illégal, encore que, pêcher le brochet à la vandoise est largement un plus. Elles sont extrêmement remuantes, résistantes et les brochets ont, en milieu naturel, tellement peu l'occasion de s'en mettre sous la dent tant elles sont vives que quand ils peuvent s'en faire une, ils ne laissent pas passer l'occasion. Je crois que tu as mal compris. Tu peux les pêcher, les garder, les emmener pour faire une friture mais comme tous les poissons soumis à une mesure spécifique, il est interdit de les mettre au vif. C'est vrai pour les poissons soumis à taille légale de capture, faisant l'objet d'une mesure particulière de protection ou susceptibles de provoquer un désordre dans l'écosystème. Donc, il va falloir que tu arrêtes de pêcher au vif avec des poissons chats, sinon je te dénonce.

Louisonnet 22/12/2015 12:44

Monsieur MARINI, bonjour.
Vous devenez trop technique et cela ne nous intérese pas. Cntentez vous de dnous donner les information que vous aveze fait jusqu'à présent. Vous vous porterer mieux et nous aussi.

André MARINI 23/12/2015 09:47

Eternellement reconnaissants ? Ouh la !

faveau eric 23/12/2015 06:39

Cher André,
J'avais bien compris, je te rassure.
Si cette démarche aboutit, nous les pauvres pécheurs nous t'en seront éternellement reconnaissants.
Bonne journée & surtout joyeuses fêtes à tous

André MARINI 22/12/2015 19:44

Bonjour cher Monsieur,
Evidemment, si les articles deviennent trop techniques, cela va changer de certains blogs où il faut s'arrêter à chaque mot pour déchiffrer. Je vous conseille d'ailleurs leur lecture si vous avez des prédispositions pour déchiffrer les hiéroglyphes.
Prenez-vous les pêcheurs pour des imbéciles ?
Pensez-vous qu'ils ne soient pas capables de suivre une démarche qu'ils auront peut-être à appliquer un jour ?
Pensez-vous qu'ils soient étanches aux arcanes administratives ?
Croyez-vous que quand ils pêchent au vif avec une vandoise, ils n'ont pas les yeux partout ?
Alors, mon cher, quand un texte est illégal dans un domaine qui nous passionne, on cherche, même si l'on n'est pas sûr d'aboutir.

Maintenant si, pour vous, la pêche est d'aller au bord de l'eau en fermant vos écoutilles, libre à vous. Mais n'empêchez pas ceux qui sont passionnés par tout ce qui touche au monde halieutique de faire ce qu'ils estiment devoir faire pour essayer de clarifier les choses.

J'ai été saisi par un lecteur, il a raison, je le suis. Voyez que ce n'est pas si technique que cela ?

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -