LA PECHE A LA COULEE: Halte au feu ! - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Je ne pensais pas que la publication des brevets puisse susciter de telles réactions.

 

TOUTEFOIS, pour que les choses soient claires:

 

1-J'ai retrouvé les formules.

 

2-J'ai expérimenté jusqu'à trouver celle qui semble convenir parmi une panoplie pour le moins abondante.

 

3-J'ai aussitôt écrit à l'ONEMA pour infirmation ou confirmation de la possibilité d'utiliser les produits.

André MARINI
marini.andr@orange.fr
Secrétaire de l'AAPPMA de Crécy la chapelle.
Auteur du blog
www.pecheurdumorin.fr

Bonjour Monsieur FAU ,
Je me permets de vous poser une question assez technique qui appelle forcément quelques interrogations et pour laquelle je souhaite votre commentaire.

Depuis longtemps, comme l'indique le brevet français FR-A-582 224, on sait que l'ammoniaque et la triméthylamine ont un pouvoir d'appât sur les poissons.

Un brevet, déposé le 2 octobre 1986 par le Groupement D'Etudes Et De Recherches Navales (G.E.R.N.) avec, pour inventeurs, Jean-Paul Charbonnier et De Passemar Bernard, est intitulé Procédé et composition pour ATTIRER et RETENIR les poissons.

Le deuxième brevet, dans sa composition, peut faire intervenir
-Un composé indispensable, sous forme de mono, di ou triméthylamine
-l'ammoniaque
-la lysine, acide aminé essentiel donc nécessaire à l'organisme qui n'en produit pas.
-Un acide, formique ou acétique par exemple.
-L'urée

En quantité préconisée, aucun de ces composants n'est nuisible à la faune aquatique, à sa vie, sa reproduction, sa conservation..

J'ai expérimenté avec des résultats incroyables.

Toutefois, je m'interroge par rapport aux articles suivants du Code de l'Envionnement

Article L.436-7 al. 1

Le fait de jeter dans les eaux libres des drogues ou appâts en vue d'enivrer le poisson ou de le détruire.

Article L.432-2

Le fait de jeter, déverser ou laisser écouler dans les eaux mentionnées à l'article L.431-3 (eaux libres), directement ou indirectement, des substances quelconques dont l'action ou les réactions ont détruit le poisson ou nui à sa nutrition, à sa reproduction ou à sa valeur alimentaire.

Quelle est votre appréciation par rapport à l'utilisation de ces produits ?

Sont-ils en accord avec les articles du Code de l'Environnement ?

Ou, au contraire, sont-ils interdits malgré deux brevets déposés ?

J'ai, bien entendu, décortiqué et commenté ces compositions sur mon site

www.pecheurdumorin.fr

Merci de l'attention que vous ne manquerez pas de porter au présent courrier.

Respectueusement

André MARINI

J'ai reçu, le soir-même confirmation du courrier par l'ONEMA

Bonjour Monsieur Marini,

Je prends connaissance de votre questionnement qui ne manque pas d’intérêt. La question étant, comme vous en convenez, assez technique, je ne manquerai de vous apporter une réponse dans les jours prochains.

Bien cordialement,

Jean-Marc FAU

Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques

Chef de service départemental de Seine et Marne

288, rue Georges Clémenceau

77005 MELUN Cedex

Tel : 01 60 65 38 22

Port : 06 72 08 14 79

jean-marc.fau@onema.fr

Voila où en sont les choses, considérant que l'ONEMA doit faire des recherches car il ne peut pas se permettre, en qualité de dépositaire de l'autorité publique, de fournir des indications fausses ou approximatives.

 

De ce point de vue, je me fie sans crainte aux grandes compétences de Monsieur FAU

 

DONC, EN CONCLUSION :

 

Je ne parlerai plus de ces compositions tant que les Autorités n'auront pas communiqué de réponse.

 

Il est donc inutile de m'adresser ce courrier de Ministre puisque, si c'est interdit pour tout ou un produit, je laisse ceci de côté.

 

En effet, même protégé par brevet, ceci ne signifie pas que la loi en permette l'usage. Souvenons-nous du poisson-nageur à 3 triples, breveté et en vente bien qu'interdit à l'usage.

Tag(s) : #Les amorces pour la pêche au coup.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :