COMMENT ATTIRER LES GARDONS A PROXIMITE DE SON COUP. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

J' ai construit mon ponton à un emplacement idéal de bord de Marne.

 

J'y prends sandres, brochets, barbeaux et tous les cyprinidés possibles et imaginables SAUF le gardon.

 

Un par ci, un par là mais jamais de véritables passages durables et c'est tout de même ma pêche préférée, à tel point que je suis obligé de m'expatrier lorsque je veux faire une partie au maïs ou au chènevis.

Me souvenant d'une aventure arrivée pas mal d'années en arrière, j'y ai refléchi.

 

A Vaires sur Marne, j'avais acheté une bonne barque de Marne à deux pêcheurs et dans la transaction, ils m'avaient aussi donné le coup matérialisé par deux fiches le long de l'ile avant la chocolaterie.

 

Que du bonheur !

 

Première journée, touche sur touche mais c'était au centimètre près.

Si ma coulée passait trop près du bord, c'était l'accroc et la casse.

Si ma coulée passait un peu plus au large, pas de touche.

J'ai fabriqué un grappin attaché au bout d'une corde solide et j'ai accroché l'obstacle, si lourd que je n'ai pas pu le monter et que je me suis laissé dériver pour tout lacher plus en aval et au large.

 

Enfin, j'allais pouvoir me faire plaisir !

 

Oui, mais voila ! Dès la première partie de pêche, j'ai compris que les gardons étaient partis et que cet obstacle était une cache d'où ils ne sortaient que si l'esche passait vraiment à proximité.

 

Croyez-moi, j'ai retenu la leçon et j'ai bien étudié le fond de mon coup actuel.

 

Pas une cache, une belle coulée, beaucoup de vase mais RIEN qui ne protège les gardons en cas d'intrus...et, à cet endroit, ils sont nombreux.

Qui ne risque rien n'a rien et j'ai reconstitué une cache en fin de coulée avec des boisseaux de cheminée et j'ai ajouté des cônes de chantier

 

 

Constituer cet assemblage sur le ponton et descendre tout cela à l'eau n'a pas été une mince affaire mais sincèrement, je ne regrette pas le mal que je me suis donné.

 

Après quelques jours d'accoutumance à ce nouvel environnement et à un amorçage régulier, les gardons prennent petit à petit possession de ces lieux.

 

Oh, ce n'est pas encore le miracle mais c'est un début très encourageant avec une progression de jour en jour.

 

La cache étant située en fin de coulée, les passages sont encore entrecoupés de temps morts au cours desquels je sais que je vais prendre un barbeau ou avoir un départ à la canne à vif placée à proximité mais en tout cas, j'ai réussi à faire venir le gardon là où je n' ai jamais pris que quelques rares isolés.

 

 

La première expérience ayant réussi, il me reste bien entendu à améliorer le système en constituant une cache le long de ma coulée de façon à ce que l'esche passe juste devant mais que les gardons, à la moindre alerte, aient peu de chemin à faire pour se mettre à l'abri et peu de chemin pour revenir sur l'amorce.

 

Voici à quoi il faut que je parvienne car, après-coup, j'ai découvert avec stupéfaction que cela existait dans le commerce !

 

Bien sûr, ceci va vous faire sourire...jusqu'à ce que vous en testiez l'efficacité !

Tag(s) : #Trucs et astuces de pêcheurs

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :