"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

1er au 8 octobre 2017 

 8.481 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.336.919 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.534.030   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 08:33

Bien que ma coulée soit idéalement située, j'ai déjà fait état de mon impossibilité à prendre du gardon, à tel point que j'ai imaginé qu'il y en avait peu à cet endroit de la Marne.

 

Pourtant, au printemps, la prise accidentelle de quelques gros specimens m'a fait changer d'avis et j'ai bien été obligé de me rendre à l'évidence: Le gardon est bien présent dans la rivière, en nombre et en taille, mais mon fond vaseux, dépourvu de végétation ou de caches naturelles les oblige à chercher refuge ailleurs.

 

J 'ai donc imaginé puis fabriqué des caches artificielles en deux points de ma coulée avec une réussite mitigée : Quelques gardons mais épisodiques sur un coup largement fréquenté par les barbeaux, les gros chevesnes et depuis peu par les carpes.

 

Le gardon est un poisson timide, qui n'aime pas être dérangé lorsqu'il s'alimente à tel point que même les brèmes lui font déserter les lieux.

 

Cependant, le résultat étant quelque peu encourageant, j'y ai réfléchi un peu plus pour arriver à deux évidences:

 

1-Avant une partie de pêche, débarrasser le coup des gros cyprinidés qui y stationnent.

 

2-Faire en sorte que les caches soient aussi proches que possible de la coulée, de façon à ce que les gardons puissent rentrer et sortir rapidement.

 

FABRICATION

 

Faire des caches le long de la coulée, ce qui est rendu possible par un fond qui descend à près de 3 mètres en bordure de ponton.

 

J'ai donc placé des parpaings d'angle tout le long de la coulée, si possible, mais cela n'est pas toujours facile, avec les ouvertures vers le large.

 

Sur les parpaings, tout le long de la coulée, j'ai placé des LAMES de plaque de fibro-ciment ondulé.

 

 

Comme tout ceci se passe au ras du ponton, il n'y a aucune difficulté à le faire.

 

Il suffit de laisser descendre devant soi mais je conviens que, de la rive, ce n'est guère possible.

 

 

Sur mon croquis, figurent, au large, deux arbres immergés près desquels l'échosondeur ne sait plus où donner de la tête mais faire venir dans la coulée était, jusqu'à présent, presque impossible.

 

AMORCAGE

 

1)-En entretien, des croquettes tendres FROLIC très près du bord à raison de trois bonnes poignées en fin de partie.

Oui, je dis bien FROLIC dont le gardon est particulièrement friand !

Une boîte de maïs.

 

2)-En début de partie, pains de chènevis, commerce ou maison et quelques bonnes poignées de graines de chènevis.

 

3)-En cours de partie, grains de chènevis en rappel à chaque coulée.

 

PÊCHE

 

En début de partie, canne forte et ligne montée sur du 25 centièmes car les barbeaux et les chevesnes sont les seuls présents.

 

S'ils sont pris, nous sommes tranquilles pour un bon moment.

 

S'ils sont piqués et non sortis, il faut continuer car cela n'est pas suffisant pour "nettoyer" le coup.

 

Ensuite, canne à graînes avec amorçage de rappel exclusivement au chènevis, relativement sélectif car le barbeau prend peu la graîne.

 

MAIS NE COMPTEZ PAS PRENDRE DU GARDON SI LE GROS CYPRINIDE EST SUR LE COUP.

Je suis pêcheur passionné avec pour ETHIQUE de faire venir le poisson là où je veux plutôt que de le prendre là où il se tient naturellement.

 

J'ai réussi et j'avoue en être fier. Je mérite enfin le titre de bon pêcheur.

 

Reconstituer un fond propice sans géner l'action de pêche était mon objectif, avec des matériaux neutres et non polluants, bien entendu.

 

J'ai enfin concrétisé ma réussite hier même si cela m'a demandé du temps, de la réflexion et, surtout, de la patience, sous les yeux ébahis de l'un de mes amis, pêcheur, qui n'en est pas revenu de me voir prendre 2 énormes barbeaux avant même que l'esche ne touche le fond puis, après quelques coulées neutres, changer de canne pour passer au chènevis avec de beaux passages de gardons de très belle taille.

 

Pendant ce temps, à l'autre bout du ponton, mes cannes de fond à vif, placées dans une fosse en plein courant, tintaient de temps en temps sous la tirée d'un sandre !

 

QUE DU BONHEUR ET QUELLE JOURNEE !

Publié par André MARINI - dans Trucs et astuces de pêcheurs
commenter cet article

commentaires

LAFFONT 02/08/2016 20:41

Bien l'histoire. Il fallait y poesner c'est sur mais n 'hésitez pas à mettre un s à specimens, ça fera plus riche.

André MARINI 03/08/2016 09:56

Merci d'être aussi attentif à l'orthographe mais, la prochaine fois, n'hésitez pas à vous exprimer avec votre adresse internet.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -