LA PÊCHE AU LEURRE ANDMAR: ARTICLE 1 SUR L'UTILISATION DU STRESS DES POISSONS. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

 

©A-M©  Article 1 protégé par copyright

 

Ce thème, en deux articles, aboutira à la réalisation d'un leurre protégé par brevet.

 

TOUTE UTILISATION A DES FINS COMMERCIALES EST DONC INTERDITE.

 

La fabrication artisanale du leurre et l'utilisation des produits qui l'accompagnent sont exclusivement réservées aux lecteurs de ce site.

RECHERCHES ET DOCUMENTATION

La notion de stress est importante chez les poissons car elle aboutit à la libération immédiate d'hormones sécrétées par les glandes surrénales composées de glandes médullosurrénales et corticosurrénales qui répondent à des signaux endocriniens et non à des messages nerveux.

 

On comprend alors que cette libération soit perceptible par l'entourage qui capte ces hormones et apporte une réponse comportementale immédiate.

 

A)- NOTION ET CONSEQUENCES DE STRESS LENT.

 

Phénomène se produisant lors de perturbations imprévisibles de l’environnement qui n’appartient pas à la valence écologique des espèces.

( Pollutions, variations trop importantes des paramètres physico-chimiques de l’eau, hausse des nitrites, nitrates,...)

 

En milieu naturel, les poissons possèdent des moyens d’anticiper ce stress par la plasticité phénotypique qui entraine la libération d’acétylcholine par les neurones du système nerveux sympathique, la libération de sérotonine par les neurones innervant le tissu chromaffine, un changement de la chimie sanguine et une augmentation de la concentration en catécholamines (dopamine, noradrénaline et adrénaline) synthétisées et sécrétées par le tissu chromaffine de la médullosurrénale.

 

En 1998, une expérience menée par Ryan Gregory et M. Wood, consistait à injecter un stresseur chronique à des poissons.

 

Les sujets ayant subi l'injection ont présenté un taux de croissance plus bas que celui des poissons contrôles, un taux de mortalité de 45% chez les poissons stressés alors qu’aucun individu du groupe contrôle n’était mort et n'avait manifesté de perte significative de l’appétit.

 

B)- NOTION ET CONSEQUENCES DE STRESS BRUTAL.

 

Travaux de Crosby (2007), Brydges , Francis-Floyd (2009), Pasnik (2010) et Pizzinat (2012).

En conclusion de leurs travaux:

" L’extraction du milieu aquatique est considérée comme le stress le plus intense que peut subir un poisson."

1)- REACTION DES POISSONS GREGAIRES A LA PERCEPTION DES HORMONES DE STRESS.

 

Les poissons grégaires réagissent instantanément par la fuite.

 

Prenons l'exemple d'un gardon piqué, sorti de l'eau, décroché puis remis à l'eau.

 

Il rejoint son groupe qui décampe à toutes nageoires mais ce n'est pas son retour précipité qui conditionne la fuite. C'est la perception des hormones de stress, synonymes de danger. 

 

2)-REACTION DES CARNASSIERS A LA PERCEPTION DES HORMONES DE STRESS.

 

Tout poisson-fourrage qui dégage des hormones de stress est en poisson en difficulté qui devient une proie privilégiée pour un prédateur, partisan du moindre effort pour économiser son énergie.

C)- HORMONE DE STRESS CHEZ LES POISSONS.

 

Contrairement à une idée reçue, l'adrénaline, la noradrénaline ou la dopamine ne sont pas les hormones de stress mais les hormones de REPONSE au stress issues de la plasticité phénotypique.

 

Depuis la découverte de la cortisone et jusqu'en 2005, le CORTISOL était considéré comme la seule hormone du stress.

 

Le cortisol est la principale hormone glucocorticoïde secrétée par la glande corticosurrénale .

 

Il permet la régulation des glucides, des lipides, des protides, des ions et de l'eau pour limiter une éventuelle variation de l'équilibre physiologique de l'organisme.

 

Travaux de BLoodLine

 

Ces travaux mettent en évidence l'augmentation très importante du CORTISOL en fonction du stress subi.

 

Le glucose n'est pas retenu malgré son augmentation car le résultat obtenu est une moyenne dont les individus sont parfois très éloignés, en plus ou en moins.

Sélection de 4 goupes de poissons dont le premier ne subit aucun stress puis prise de sang en fin d'expérience.

 

______________________________________________________________________

RESULTATS   Ne subit aucun stress     Stress élevé      Stress moyen       Stress faible

______________________________________________________________________

CORTISOL         103.52                            494.31           477.43                      453.47

en µg par ml

______________________________________________________________________

GLUCOSE          120.83                            290.86          300.33                       324.44

en µmol/100 ml

______________________________________________________________________

CHLORURE        139.63                           124.14           102.67                       86

en mg/100 ml  

_______________________________________________________________________

Travaux de BAU (2000).

 

Il observe, lors de l’étude du stress provoqué par la capture de poissons, que la pêche au filet maillant peut induire jusqu’à 75% de mortalité chez le sandre (Sander lucioperca).

 

Il observe également que les taux de catécholamines et de CORTISOL plasmatique, observés chez la plupart des espèces après la capture, s’avèrent EN GRAND EXCES.

A noter que, jusqu'en novembre 2005, le cortisol était considéré, chez les poissons, comme la seule hormone régulant le stress.
Des chercheurs de l'INRA de Rennes viennent de mettre en évidence une deuxième hormone, la DOC, pour déoxycorticosterone, qui pourrait être impliquée dans la régulation du stress.

J'ai donc déduit des recherches qui m'ont permis d'écrire ce premier article que l'utilisation du CORTISOL en qualité d'attractant pouvait EVENTUELLEMENT permettre la capture d'un plus grand nombre de carnassiers que les leurres classiques du commerce.

 

A la condition, bien entendu, d'associer tous les éléments déjà connus et existants;

 

-Détection des vibrations.

 

-Acuité visuelle. 

 

-Réaction d'agressivité.

 

 

 

EXPERIMENTATION DU LEURRE ANDMAR

 

Après les recherches et la documentation, je suis passé à la fabrication et à l'expérimentation de 7 fois 3 heures de pêche en rivière.

 

1ère journée: La Gélise:  Un sandre.

 

2ème journée: La Gélise: Un brochet et un sandre.

 

3ème journée: La Baïse dans le Gers: Trois sandres.

 

4ème journée: La Baïse dans le Gers: Trois sandres.

 

5ème journée: La Baïse dans le Lot-et-Garonne: Un sandre.

 

6ème journée: La Baïse dans le Lot-et-Garonne: Un sandre.

 

7ème journée: Le Grand Morin en Seine-et-Marne: Deux brochets.

 

Je constate, bien entendu, que les résultats sont proportionnels à la richesse faunistique de la rivière considérée, même si ma femme, en plaisantant, m'a dit:

"Toi, tu prendrais du poisson même dans un baquet !"

Le compliment m'a fait plaisir mais je reste lucide et je sais que je connaîtrai des capots.

 

Un de plus !!!

Sans doute vous ai-je mis l'eau à la bouche mais les trois derniers chapitres, en l'occurence...

 

SE PROCURER DU CORTISOL.

 

FABRICATION ARTISANALE DU LEURRE ANDMAR.

 

UTILISATION DU LEURRE ANDMAR ET ASTUCES.

 

Feront l'objet d'un prochain article, sous peine de vous lasser par leur longueur.

Tag(s) : #La pêche au leurre

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :