MES AMORCES SELON LES SAISONS. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

 

Cet article, intitulé "Mes amorces selon les saisons", fait suite à l'article "LES 4 GRANDES FAMILLES DES COMPOSANTS DE L'AMORCE, ARTICLE 1".

 

Pour faciliter l'aller-retour entre les deux articles sans perdre le fil, il faudra cliquer sur le rectangle bleu, EN FIN D'ARTICLE.  

HIVER

 

Autant commencer par la saison en cours, même si elle est bientôt terminée.

 

FAMILLE DES FARINES.

 

-Préférer des farines aussi peu nourrissantes que possible du fait d'un métabolisme ralenti qui peut rapidement conduire au gavage.

 

-Rechercher des farines sucrées: Farine ou gaude de maïs.

 

-Rechercher des farines huileuses: Chènevis grillé moulu, contenant encore son huile.

 

-Rechercher des farines riches en protéines telles que la farine de poisson ou le bird-food.

 

A cette époque, je laisse de côté la chapelure ou toutes les autres farines d'origine végétale, y compris le quinoa.  

FAMILLE DES ARÔMES

 

-Assez peu d'intérêt en hiver à part les arômes d'origine animale comme l'asticot ou le boeuf.

FAMILLE DES ADDITIFS

 

-Les colorants sombres ou noir sont précieux quant l'eau est teintée. 

 

-Je fais l'impasse sur les épices mais par contre, j'insiste sur les huiles, végétales ou animales.

 

Cependant, attention que ce soit des huiles "lourdes" qui ne se dégagent que lentement de l'amorce, sinon, plus légères que l'eau, elles formeront un nuage au-dessus de l'amorce qui affolera les poissons et les feront se désintéresser complètement de l'esche qui dérive au fond.

FAMILLE DES PRODUITS SPECIAUX.

 

-A utiliser en toute saison comme l'acide butyrique ou l'acétate d'isoamyle

PRINTEMPS

 

La nature sort de sa torpeur hivernale, le poisson aussi. Il retrouve un regain d'activité d'autant plus marqué qu'il fait des réserves alimentaires pour la fraie pendant laquelle il ne se nourrira que très peu, voire pas du tout.

 

C'est donc le moment de lui proposer une nourriture riche et plus abondante, d'autant que cela ne durera pas longtemps.

FAMILLE DES FARINES

 

-On peut donner libre cours à ses envies et même à des tests: Farine de blé, farine de maïs, farine de soja, farine de quinoa, farine d'épeautre, farines animales...farines en mélange...tout est bon.

 

FAMILLE DES ARÔMES

 

-Ne pas hésiter à utiliser tous les arômes disponibles qui se dilueront bien dans une eau encore fraîche.

 

-Ne pas hésiter à mélanger les arômes d'origine végétale et les arômes d'origine animale.

 

-Les arômes boeuf et surtout brasem trouvent toute leur place.

 

-On peut commencer, doucement, à utiliser les huiles essentielles. Personnellement, je ne le fais qu'en période ensoleillée et sèche.

FAMILLE DES ADDITIFS

 

-Là encore les colorants sombres sont les bienvenus, d'autant que le carnassier, en principe sorti de la fraie, a un regain d'appétit. Au-delà d'attirer le poisson dans un eau qui peut être trouble du fait des pluies, le colorant sombre ou noir les met à l'abri des prédateurs en pleine activité.

 

-Au début du printemps, les épices ne sont pas encore d'actualité. Un peu plus tard en saison, la coriandre ou le fenouil sont à essayer.

 

-Par contre, diminuer sensiblement l'utilisation des huiles. Le pellet de poisson écrasé ou la croquette pour chiots, également écrasée, genre Frolic sont de bons substituts. 

 

-Les produits spéciaux sont à utiliser sans modération de nature mais en respectant les proportions en quantité.

 

Acide butyrique, acétate d'isoamyle, acide formique...

ETE

 

Je ne vous apprendrai rien en écrivant que c'est la pleine saison, bien qu'elle soit, de plus en plus, soumise à des aléas climatiques.

 

Le poisson est actif, son métabolisme fonctionne à plein régime lorsque l'eau a atteint le preferendum thermique. C'est bien entendu la saison privilégiée pour la pêche à la graine. Plus tard, une eau trop chaude, appauvrie en oxygène sera beaucoup moins propice. 

FAMILLE DES FARINES

 

-On recherchera des farines nourrissantes, riches en protéines, vitamines, acides aminés . Chènevis grillé moulu, chènevis moulu chapelure blanche, rousse ou brune ont leur place mais je conseille le mélange avec le quinoa, l'épeautre ou le kamut, beaucoup plus complets et plus riches que la farine de blé.

Je les utilise abondamment et je ne le regrette pas.

 

FAMILLE DES ARÔMES

 

En poudre, liquides ou en huiles essentielles, de l'ananas à l'asticot en passant par l'eucalyptus ou la badiane, tout est à essayer car, aussi surprenant que cela paraisse, ce qui marche un jour ne marchera plus le lendemain et inversement.

 

FAMILLE DES ADDITIFS

 

Comme pour les arômes, tout est à essayer.

 

-Le colorant sombre a moins d'importance dans une eau chargée en plancton et l'on peut essayer des traçants rouges ou jaunes. Le rouge marche bien. 

 

-Par contre, s'il est une saison où les épices sont incontournables, c'est bien l'été. J'utilise, mélangées, de l'épicéine, de la coriandre, du fenouil (excellent), du romarin, du thym et même du laurier sauce. Je n'hésite pas à faire un cocktail selon mon humeur mais je change souvent, SANS CHANGER LA BASE.

 

-Je proscris les huiles à l'exception de l'huile de chènevis, non pas ajoutée mais contenue dans le chènevis GRILLE moulu. 

 

-Pleine saison pour tester les produits spéciaux.

 

Acide butanoïque, acétate d'isoamyle et bien d'autres avec une précaution.

 

Je n'utilise jamais un acide FAIBLE sans ajouter la quantité équivalente de base FAIBLE et réciproquement par la bonne et simple raison qu'ils se neutralisent et donnent un sel + de l'eau.

Définition de Bronsted-Lowry
Réaction entre l'acide chlorhydrique (HCl) et la base ammoniac (NH3) en phase gazeuse.
Formation d'une fumée de chlorure d'ammonium (NH4Cl) ,sel que l'on connait mieux comme additif alimentaire numéro E 510 sous sa forme solide. et utilisé pour la conservation des farines.

Exemples d'acides faibles:

 

Acide méthanoïque, acide acétique, acide borique, acide cyanhydrique...

 

Exemples de bases ou solutions basiques faibles:

 

Ammoniac (gaz), solution aqueuse du gaz ammoniac, l'ion éthanoate ou l'ion méthanoate.

AUTOMNE

C'est souvent excellent au début de saison. Les jours commencent à raccourcir et les journées sont souvent ensoleillées sans être brûlantes.

Le poisson est actif, libéré de la fraie, préparant des réserves au fur et à mesure que les jours passent.

 

FAMILLE DES FARINES

 

Comme en été, j'utilise de la farine de chènevis, de la farine de quinoa, de l'épeautre et du kamut, en banissant la chapelure, quelle que soit sa couleur, parce qu'elle n'est pas assez riche à une époque où le poisson se nourrit abondamment. J'y retrouve mon compte, et apparemment, eux aussi. 

 

FAMILLE DES ARÔMES

 

On peut donner libre cours à son imagination mais je préfère mélanger des arômes d'origine animale et d'origine végétale comme l'arôme d'asticots et le brasem (excellent) ainsi que le basilic en huile essentielle.

 

FAMILLE DES ADDITIFS

 

Colorant redevenant foncé si l'eau s'éclaircit ou, au contraire, si elle devient trouble. 

 

Pour les épices, j'utilise les mêmes qu'en été. FENOUIL, CORIANDRE, EPICEINE sont de très loin mes préférés, mélangés bien sûr.

 

En fin d'automne, quand les feuilles commencent à tomber, j'utilise à nouveau l'huile en petite quantité et, en particulier, l'huile de hareng.

 

FAMILLE DES PRODUITS SPECIAUX

 

Ammoniaque + acide faible ou acétate d'isoamyle. 

TOUTES SAISONS

 

Il y a , bien entendu, des produits que j'utilise toute l'année, en complément, comme le goudron de Norvège, le PV1, le chènevis grillé moulu et le chènevis moulu, le biscuit ou le pain d'épices et la triméthylamine.

MAIS TOUT CECI N' A QU' UNE IMPORTANCE RELATIVE...

 

...que j' utilise parce qu'il faut bien faire un classement.

 

La saison n'est pas particulièrement importante si ce n'est qu'elle détermine deux facteurs capitaux pour le comportement du poisson et la pêche.

 

L'ENSOLEILLEMENT et surtout, LA TEMPERATURE DE L'EAU.

 

Comme chaque espèce a un PREFERENDUM THERMIQUE, plus la

 

température s'en approche, plus le poisson est actif, plus elle s'en

 

éloigne, moins il est actif. 

 

Ainsi, pour le gardon, le preferendum thermique se situe entre 12 et

 

25 degrés.

Tag(s) : #Les amorces pour la pêche au coup.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :