FAUNE AQUATIQUE ET ANXIOLYTIQUES - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Nous sommes les plus gros consommateurs de psychotropes du monde et cette situation ne cesse d'empirer.

 

Plus de 25% des Français consomment des anxiolytiques, des antidépresseurs ou des somnifères, dont 11% de façon régulière, ce qui représente 150 millions de boites par an.

Une étude conduite par Dilute Concentrations of a Psychiatric Drug Alter Behavior of Fish from Natural Populations rejoint les conclusions de Jerker Fick, toxicologue à l’Université d’Ume en Suède. 

 

Les médicaments ne disparaissent pas mystérieusement après que nous les ayons excrétés

 

"Et où vont-ils ? DANS LES RIVIERES ET NOTRE FAUNE AQUATIQUE EN "PROFITE" ! 

Il s’avère que la perche serait droguée par nos médicaments.

 

Elle est devenue un peu trop courageuse, elle a beaucoup moins peur et s’expose ainsi plus facilement au danger.

 

Elle s’éloigne de la sécurité de son groupe et fait preuve de gloutonnerie en dévorant les aliments plus rapidement que ses congénères. Ces dramatiques changements de comportement pourraient entraîner leur disparition et un profond déséquilibre dans notre écosystème.

 

Ces comportements anormaux seraient liés à la présence dans leur eau d’une substance chimique, l’oxazépam, une benzodiazépine contenue dans certains médicaments contre l’anxiété, qu’utilise l’humain et dont l’excédant est rejeté par les urines.

J'ai tenté, hier, l'expérience en bassin avec des goujons.

 

J'ai déversé dans leur eau, 4 comprimés de Lysanxia et j'ai attendu qu'ils fassent effet.

 

Celui-ci est progressif mais les poissons deviennent boulimiques et perdent toute notion de prudence alors que, couverts, ils ne sont pas habitués à la présence humaine et s'affolent habituellement au moindre passage. 

Bien entendu, s'agissant d'une drogue, le Code de l'Environnement en interdit l'usage.

Tag(s) : #Faune halieutique d'ici ou d'ailleurs

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :