LA JOURNEE DU SANDRE EN MARNE. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Après la journée du brochet, voici la journée du sandre.

 

Celle-ci s'est déroulée le lendemain, au vif et à la plombée avec exactement le même matériel que la veille. Ceci tend à prouver ce que j'affirme depuis toujours: On prend le sandre à la crinelle, à condition de la rendre souple.

Premier joli poisson de 60 centimètres pris à l'ablette morte.

Deuxième joli poisson de 58 centimètres, pris à l'ablette vivante.

Mais l'essentiel de cet article consiste surtout à relater les montages qui prennent pratiquement à chaque fois.

BAS DE LIGNE

 

On notera, sur la deuxième prise, que je tiens à la main une crinelle à brochet qui n'a pas rebuté le sandre et a parfaitement trompé sa méfiance légendaire.

 

J'ai déjà écrit et je maintiens, preuve à l'appui, qu'il est parfaitement possible de pêcher les deux espèces avec le même bas de ligne.

Toute l'astuce consiste à assembler du nylon et de la crinelle, celle-ci gardant alors sa souplesse. MAIS, considérant mon montage, il est indispensable de recouvrir le noeud qui relie les deux brins d'une gaine très fine pour deux raisons.

 

1)-Ceci permet de laisser un brin de nylon dépasser du noeud cuiller pour qu'il ne se détache pas, ce qui se produit souvent lorsque l'on coupe à ras.

 

Attention, ne pas mettre de tresse à la place du nylon. Celle-ci est trop molle.

 

2)-Ceci évite les emmêlages du bas de ligne et du fil de plombée du fait de l'ergot qui dépasse du noeud cuiller. 

MONTAGE FIL DE PLOMBEE ET BAS DE LIGNE

Très utile dans les fonds encombrés pour que le vif ne s'accroche pas et c'est mon cas.

Ce qui détermine ma partie terminale est la présence de DEUX EMERILLONS BARILS, celui de PLOMBEE étant simplement passé dans le fil, AVANT l'émerillon du bas de ligne.

 

Pas d'amortisseur, RIEN qui complique ce montage d'une qualité remarquable. Tout ce que j'ai essayé conduit à ce que le vif, pendant ses évolutions ne vienne s' emmêler alors que là, c'est extrêmement rare.

PARTICULARITES

-Le corps de ligne est en tresse.

 

-Le bas de ligne est, d'abord du fil de 30 centièmes puis de la crinelle, les deux étant attachés avec un noeud cuiller recouvert d'une petite gaine. Il n'excède pas 60 centimètres.

 

-Le bas de ligne peut librement coulisser dans le premier anneau de l'émerillon baril supportant le fil de la plombée et la tirée du poisson se fait UNIQUEMENT ressentir à la pointe de la canne.

 

-Par contre, au lancer, le vif est entraîné par la plombée mais, MOINS LOURD, IL SE POSE AU MOINS DEUX METRES APRES LA PLOMBEE et c'est pour cette raison que ce montage ne fait jamais de noeuds.

 

-Le plomb est un "plomb perdu", constitué d'un boulon, écrou, caillou, attaché avec du 12 centièmes et qui casse à la ferrée. 

 

-Une seule précaution au lancer: Tenir le plomb et lancer sous main.

 

 

Et voici ce que cela donne au moment où le montage touche l'eau.

 

Le vif traîne en arrière et se pose 2 mètres moins loin, évitant ainsi tout accrochage avec le corps de ligne, y compris au moment de la descente. 

Au moment du lancer, lorsque le plomb touche l'eau, garder le fil tendu pour que la descente se déroule bien puis poser la canne, fil tendu.

 

OUVRIR L'ANSE DE PANIER et coincer le fil dans le détecteur de touches qui doit plier puis lâcher sous la tirée.  

L'astuce de ce mode de pêche est de pouvoir adapter la hauteur de la canne à la surface de l'eau.

 

En effet, pour que le vif ne puise pas s'accrocher au fond, il faut que la canne soit placée le plus haut possible de façon à DIMINUER l'angle canne, corps de ligne.

 

Du bord, canne à 45 degrés.

Sur ponton, j'ai surélevé de 2 mètres, ce qui me permet:

1-De diminuer le frottement du fil dans les anneaux.

2-De passer dessous sans me baisser. 

3-De diminuer l'angle, donc de pouvoir pêcher plus loin.

Tag(s) : #La pêche du sandre

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :