"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

         HIER

 1.782 Visiteurs

 

  1er au 21 août 2017

 35.306 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.278.234 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

20.692.420   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 08:16

Après une période assez longue d'utilisation, il n'y a pas photo.

 

Les pains de chènevis que je fabrique moi-même très simplement sont d'une efficacité redoutable qu'aucun pain acheté ne peut venir concurrencer.

 

L'explication est simple

 

-Les pains du commerce, bien que très durs, sont tous compressés pour extraire l'huile de chènevis qui fait toute la différence.

 

-Les pains que je fabrique moi-même sont beaucoup moins durs mais ils contiennent une graisse qui, déjà en elle-même, est un puissant attractant. La végétaline a, en effet, un pouvoir net et reconnu.

 

Pour test, je l'ai utilisée seule en bassin d'expérimentation. Refroidie, j'en prélève une petite boule que je mets dans l'eau avec d'autre petites boulettes d'autres amorces. C'est vers la boule de végétaline que les poissons, sans exception, se dirigent tous en premier.

 

Voici donc un premier élément positif incontestable.

 

Vient ensuite le fait que j'incorpore du chènevis que je mouds moi-même et qui contient donc toute son huile puis des grains cuits, parfois trop cuits pour que tous les germes sortent bien des cosses mais qui habituent les gardons à prendre les graines.

J'insiste beaucoup sur cette fabrication artisanale que je pense être quasiment le premier à avoir trouvée mais elle est si rentable et si pratique à réaliser que je pense qu'il s'agit là d'une fabrication de première qualité et QUI DOIT FAIRE ECOLE.

Un brevet aurait d'ailleurs pu être déposé et je pense que si je m'étais lancé dans cette commercialisation, j'aurais pu faire fortune ! (lol)

D'un simple coup d'oeil comparons les deux produits

A gauche, ma fabrication.

 

On remarque tout de suite que le délitement se fera rapidement, que les grains se détacheront vite et facilement et que la luisance indique la présence de graisse et d'huile.

 

A droite, un pain du commerce.

 

Il est beaucoup plus terne ce qui indique qu'il n'y a pratiquement plus d'huile. Les grains semblent vides de la substance qui attire le poisson et fait qu'il prend la graine. Sa dureté indique un temps de délitement beaucoup plus long mais une faible efficacité. 

 

Il faut bien se rendre à l'évidence: Dans le commerce, les pains, quel que soit leur mode de fabrication, n'ont plus rien à voir avec ceux que nous trouvions il y a quelques années.

 

Les acheter est donc une dépense inutile. 

AUTRE AVANTAGE, NON NEGLIGEABLE

 

Ce mode de fabrication divise par deux la durée minimum de préparation d'un coup. En effet, il suffit d'immerger les pains pendant deux jours consécutifs pour que les gardons s'y habituent.

 

Il est même possible de pêcher à la graine quelques heures après l'immersion des pains. La végétaline suffit à les attirer.

 

Le mode d'amorçage et d'entretien du coup sera différent de notre mode habituel.

 

-Immerger 2 ou trois morceaux chaque jour.

 

Compte-tenu du coût minime et de la rapidité de fabrication, ceci n'est pas un problème, d'autant que la conservation d'une fabrication en quantité est longue...J'en suis à 1 mois sans altération.

 

-Ne pas arroser le coup d'une grande poignée de graines en début de partie car le gardon reste sur place ou fait des passages fréquents. Les graines cuites contenues dans les pains sont presque suffisantes et il suffit de faire deux ou trois arrosages un peu plus importants sur la plume en début de partie.

Il ne me reste donc qu'à rappeler le mode de fabrication et les proportions d'une amorce de fixation à effet rapide qui, à mon sens, est inégalable de simplicité et d'efficacité.

-2 Kg de chènevis grillé moulu du commerce
-1 Kg de grains de chènevis concassés PAS TROP FINEMENT par le pêcheur.
-1 bonne casserole pour environ 500 grammes de grains de chènevis cuit que l'on n'utilisera pas pour la pêche puisqu'on allongera le temps de cuisson afin de faire sortir le plus possible de germes.
-2 pains de 500 grammes de végétaline.

La fabrication est rapide mais il ne faut pas oublier de TASSER la mixture placée dans une cuvette avec une brique ou une truelle.

 

Cette mise au point étant la meilleure possible, ceci constitue le dernier article consacré à cette série. Je pense, en effet, que l'on ne peut pas faire mieux.

Publié par André MARINI - dans La pêche au chènevis
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -