LA PÊCHE AU COUP A LA GRAINE DE SARRAZIN, UNE REVELATION OU UNE REVOLUTION ? - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Pour situer l'histoire, je me réfèrerais à mon coup, normalement situé et bien amorcé.

 

Depuis une dizaine de jours, rien n'y fait. Les ablettes et petits goujons sont si nombreux que l'amorce, quelle qu'elle soit, n'arrive pas au fond.

 

Pour nous, cette année, le chènevis ne donne rien, le maïs non plus, quand à l'asticot, les ablettes se précipitent dessus. Il fallait donc trouver une esche qui les laisse indifférentes et pour cela, j'ai eu recours à LA GRAINE DE SARRAZIN.

Bien sûr, ce n'est pas une première pour moi mais dans ces conditions, OUI !

 

Hier après-midi, j'ai essayé avec de la graine pré-trempée la veille et cuite hier.

 

Certes, avec cette esche, il ne faut pas manquer son coup faute de se retrouver avec une bouillie inutilisable et tout juste bonne à mélanger à l'amorce mais, sincèrement, la cuisson est loin d'être la mer à boire. 

Pour la cuisson et à titre de repère, j'ajoute un peu de chènevis en grains car je sais que si l'on cuit jusqu'à voir les germes, c'est fichu. Non, le sarrazin s'accommode d'une cuisson beaucoup plus rapide s'il y a eu pré-trempage la veille.

PRECAUTION
Avoir un seau d'eau et un chiffon près de soi.
La graine de sarrazin est si riche en amidon que, très vite, les doigts sont recouverts d'une pellicule et deviennent collants.

En tous cas, ce qui est certain, c'est que cette graine si commune attire les gardons sans contestation possible et, après 10 jours de vache maigre, je les ai enfin récupérés.

 

Bien entendu, forcément 2 hypothèses:

 

-Etaient-ils déjà présents sans pouvoir répondre à l'amorce ?

 

-Cette graine inhabituelle pour eux les a-t-elle attirés ?

En cette période de vache maigre et après un temps quasiment mort où je ne parvenais qu'à en prendre 2 ou 3 par après-midi, ce n'est pas le délire mais le nombre de touches manquées a été important parce que, malheureusement, je n'ai plus des yeux de vingt ans.

Nouvel essai en un autre lieu hier après-midi, avec des conditions de pêche difficiles:

 

Courant allant plus vite en surface qu'au fond donc plume inversée, vent d'est ramenant la ligne vers le bord sans suivre la coulée, difficulté d'agrainage du fait de la distance et du vent contraire.

 

Quelques touches de gros gardons et de beaux chevesnes mais beaucoup de ratés qui ont bien amusé mes deux compères, Serge et Michel, venus en simples spectateurs.

 

Je crois que ma réputation en a pris un coup !

 

LES MODES DE CUISSON

 

Là, il ne faut pas se rater mais la préparation est simple et rapide...surtout rapide !

1-Avec pré-trempage

-La veille au soir, mettre à tremper avec un volume d'eau à peu près 1 fois et demie la quantité de grains.

 

-Le lendemain, vider dans une passoire

 

-Mettre peu d'eau à bouillir et LORSQU'ELLE BOUT, mettre le grain.

-Attendre QUE L'EAU SE METTE A BOUILLIR A NOUVEAU, avec le grain, et passer en FEU MOYEN.

 

-Attendre 5 minutes et pas une de plus.

 

-Enlever du feu et EGOUTTER. LE GRAIN EST PRËT.

2-Sans pré-trempage (Méthode recommandée)

-Préparer votre grain dans une assiette.

 

-Mettre l'eau à bouillir, représentant 1 fois et demie la quantité de grains.

 

-Lorsqu'elle bout, METTRE LE GRAIN.

 

-Attendre l'ébullition et laisser cuire 5 minutes, montre en main, à feu moyen.

 

-Au bout de 5 minutes, arrêter le feu et laisser reposer 20 minutes dans l'eau qui se refroidit.

 

-Egoutter dans une passoire et conserver le grain au sec.

 

POURQUOI FAUT-IL ÊTRE ATTENTIF A LA QUANTITE D'EAU ?

 

Tout simplement parce que, lors de la cuisson, le grain va absorber l'eau jusqu'à s'en gorger et s'il y en a trop, il est facile d'imaginer que l'on obtiendra de la bouillie.

Tag(s) : #Les amorces pour la pêche au coup.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :