LA PÊCHE AU CHENEVIS: UNE AUTRE METHODE POUR PREPARER LA GRAINE. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Il s'agit de la graine d'eschage bien entendu.

Pendant ces dernières vacances, je me suis offert quelques parties de graine dans la rivière la BAÏSE, affluent de la Garonne et, à Lavardac, j'ai fait la connaissance d'un vieux pêcheur qui utilisait la même esche, ce qui est plutôt rare dans ces départements.

Bien entendu, après 2 ou 3 jours de promiscuité, on en arrive à des comparaisons et à des échanges.

Quand j'ai parlé de cuisson du grain, il m'a regardé avec de grands yeux, comme si j'avais dit une grossièreté car, chose surprenante, lui, pêchait avec du grain NON CUIT.

Face à mon scepticisme il m'a demandé d'essayer...ce que j'ai fait de bonne grâce.

A première vue, ses germes étaient de première qualité et, chose surprenante, d'une dureté que je n'ai jamais rencontrée.

Evidemment, dans ces cas-là, on aime en savoir un peu plus et je vous décris donc sa pratique, pour le moins originale, pour moi en tout cas, comme la mienne l'était pour lui.

- IL MOUILLE COPIEUSEMENT DEUX FEUILLES DE PAPIER JOURNAL QU'IL TREMPE DANS UNE BASSINE AVANT DE LES PRESSER UN PEU.

 

-UNE FEUILLE EST ETALEE SUR UN SUPPORT, MËME A TERRE.

 

-LE GRAIN SEC EST ETALE SUR CETTE FEUILLE.

 

-LE TOUT EST RECOUVERT D'UNE DEUXIEME FEUILLE BIEN PLAQUEE.

Au bout de deux ou trois jours, la germination, sans chaleur mais avec la simple humidité commence et il n'utilise son grain que lorsque les germes sont bien sortis PUISQU'ILS RESTERONT TRES DURS.

C'est l'avantage incontestable.
Faute d'être cuit, le germe conserve toute sa dureté mais ce n'est pas pour autant que vous avez une germination plus importante en pourcentage.

A l'origine il utilisait de la toile de jute, quasiment introuvable désormais...même les sacs à patates sont en plastique.

Bien entendu, de retour chez moi, j'ai tenté le coup avec d'autant plus d'envie que notre grain n'a plus rien à voir, en taille, avec le grain d'antan.

Le moins que l'on puisse dire est que le résultat a été probant.

LA PÊCHE AU CHENEVIS: UNE AUTRE METHODE POUR PREPARER LA GRAINE.

Au fait ! J'ai lu quelque part qu'il n'y avait plus de gardons dans le Grand Morin ?

LA PÊCHE AU CHENEVIS: UNE AUTRE METHODE POUR PREPARER LA GRAINE.

Même après l'arrivée de ce diable de Jérôme qui a pris sa première leçon en deux minutes et m'en a donné une pendant deux heures...

LA PÊCHE AU CHENEVIS: UNE AUTRE METHODE POUR PREPARER LA GRAINE.

Mais je me console comme je peux en me disant que ce grain était préparé d'une façon particulière qui permettait à ses yeux de chat d'accrocher une graine en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

Ô rage, Ô désespoir, Ô vieillesse ennemie
N'ai je donc tant vécu pour cette infamie ?
Et ne me suis-je blanchi, à force de pêcher
Que pour voir, en un soir, un jeune me doubler ?

Tag(s) : #La pêche au chènevis

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :