COQUILLAGES ET SILURES. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Je ne vais pas vous chanter la chanson de Bardot "Sur la plage abandonnée..." mais je vais vous conter un spectacle assez rare qui ne se reproduit pas forcément tous les ans.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le silure est friand de coquillages d'eau douce et, certaines années, lorsque les conditions s'y prêtent, le miracle de la nature nous fait assister à l'insolite.

Cette année, pendant l'été, pêchant en bateau avec un ami de toujours sur le Lot, près de Sainte-Livrade, d'innombrables clapotis se produisaient en surface, comme des dizaines de truites qui mouchent.

Habitué à ce spectacle, mon ami, homme du cru, m'a laissé tout ébahi avant de s'approcher et là !

Croyez-moi si vous voulez mais nous étions entourés de silures comme fous, absorbant des "petites choses informes".

La surprise passée, j'ai tout de même voulu en savoir un peu plus et ce que gobaient les silures sont effectivement des crustacés d'eau douce montés en surface.

Ils ont pour nom des "CORBICULES", espèce invasive, capable de coloniser une rivière ou un plan d'eau.

Les adultes sécrètent un byssus qui leur permet de s'accrocher aux coques des navires.

Les juvéniles secrétent un filament muqueux qui leur permet de dériver en pleine eau et d’être entraînés par le courant.

 

COQUILLAGES ET SILURES.

Le corbicule est un coquillage de la famille des palourdes, originaire d’Asie, qui a envahi nos eaux.

Lorsque l'eau atteint une température élevée et manque d’oxygène, la bête meurt, sort de sa coquille et remonte en surface.

COQUILLAGES ET SILURES.

Commence alors le grand festin qu'il ne faut pas rater lorsqu'il se produit parce qu'il ne dure que quelques jours au plus.

COQUILLAGES ET SILURES.
Tag(s) : #Faune halieutique d'ici ou d'ailleurs

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :