"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

           Hier

 1.640 Visiteurs

Record absolu 

 

  1er et 24 juillet 2017

 32.140 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.232.408 Visiteurs

   

TOTAL ARTICLES LUS 

20.046.560   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 10:00

 

 

Maudit par mon porte-monnaie du fait de son prix, le POISSON-NAGEUR est-il l'arme fatale pour le carnassier ou pour notre détaillant d'articles de pêche ?

 

Si, par expérience lorsque je pêche au leurre, c'est celui qui m'a rapporté le plus de prises, c'est aussi, incontestablement, celui qui fait le bonheur de mon magasin de référence.

 

Leurre pour le poisson ou leurre pour le pêcheur ?

 

A chacun de voir, mais ce qui est incontestable, c'est que l'exposition en vitrine est si colorée que l'on n'y résiste pas.

 

J'ai bien essayé de les fabriquer moi-même mais ce petit objet doit être si parfaitement équilibré qu'y parvenir relève de l'exploit.

 

Amis pêcheurs, en vous présentant une série d'articles consacrés à ces gadgets que nous utilisons volontiers, je ne vous apprendrai rien.

 

Dans ce cas, juste pour le plaisir, notre plaisir, je vous en présente quelques-uns.

 

Je suis pêcheur, certes, mais aussi collectionneur et j'ai l'habitude de ne plus utiliser un leurre qui a pris, soit un brochet, soit un sandre.

 

Voici donc l'une de mes boîtes où je range les heureux élus après une prise.

Puis viennent ceux qui attendent sagement qu'une place se libère dans la boîte qui m'accompagne sagement au bord de l'eau.

Les petits plongeurs, reconnaissables à leur palette courte présentant plusieurs angles d'attaque qui pêchent à moins d'un mètre de profondeur.

 

Ils sont, à mon sens particulièrement efficaces en été, pour la perche mais aussi pour le brochet lorsque celui-ci se met en poste sous les nénuphars.

 

C'est d'ailleurs souvent lorsque l'on arrive près des feuilles étalées sur l'eau que se produit l'attaque, très spectaculaire.

 

Les plongeurs descendant à moyenne profondeur.

 

Là encore, la palette est significative car son orientation et sa taille déterminent la résistance opposée à l'eau lorsqu'on anime le leurre en le ramenant.

 

Les grands plongeurs, avec lesquels il m'est également arrivé de prendre des sandres.

 

Leur palette est longue et plus ou moins large, permettant de descendre parfois à plus de trois mètres, selon la vitesse à laquelle on ramène le leurre.

 

Mais gare aux accrochages, surtout s'ils sont bien armés !

Et voici enfin mon petit chouchou : Le "maraudeur", qui se caractérise par une palette très arrondie qui lui permet de descendre très profond mais qui lui donne surtout un mouvement de "dandine" qui s'effectue presque sur place.

 

Il est souvent nécessaire de relever la canne pour éviter qu'il ne s'accroche lorsqu'il arrive près de la berge.

 

C'est, incontestablement, celui avec lequel j'ai réalisé le plus de prises...et de loin.

 

Mais, je le répète, c'est celui qu'il faut manier avec beaucoup de précautions tant il est friand de souches ou de racines immergées.

 

A tel point qu'il est presque introuvable chez les détaillants parce que les pêcheurs le boudent, non pas à cause de ses qualités mais du fait de sa propension à vouloir rester au fond, laissant le pêcheur dépité !

 

Heureusement pour moi, après avoir testé sa redoutable efficacité, j'ai pris la peine de m'en procurer plusieurs et de ne les utiliser que lorsque je suis sûr de l'endroit que je "peigne".

mon expérience me conduit à penser que le poisson nageur est, de très loin, le leurre le plus efficace, à condition de le manier d'une façon telle qu'il intrigue ou agace le prédateur.

 

Lancer puis ramener à la même vitesse peut procurer quelques touches puisqu'en action de pêche, tout est possible ou presque mais animer pour "faire vivre" son leurre donne de meilleurs résultats.

 

Lancer, ramener par à-coups, varier la vitesse de récupération, s'arrêter 4 à 5 secondes, repartir par un tirée brusque, explorer toutes les couches d'eau, ne sont pas les clés d'une réussite assurée mais le moyen de mettre le maximum de chances de son côté.

 

Mais au bout du compte, pour mettre le plus possible d'atouts dans son jeu il faut avoir plusieurs sortes de leurres sur soi lors d'une partie.

 

Nous le savons tous: Ce qui "marche" aujourd'hui peut nous faire ramener une bredouille demain.

 

Il y a tant de choses qui nous échappent dans l'humeur du poisson ! 

Publié par André MARINI - dans La pêche au leurre
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -