CONFECTIONNER SES PAINS DE CHENEVIS SOI-MEME. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Il est d'autant plus important de savoir les fabriquer très simplement soi-même qu'ils sont devenus quasi-introuvables.

 

Sensas qui en avait presque le monopole ne les commercialise plus.

 

Manque de débit, paraît-il ! Moi je pense qu'il y a une autre raison que l'on s'est bien gardé d'ébruiter.

Vous pouvez cependant en trouver ici.

La vente est dans l'Ain mais vous pouvez vous les faire livrer dans un point relais, près de chez vous.

 

Ou en roue, pour mes amis de Seine-et-Marne, à MOUROUX, sur la N 34, entre Crécy et Coulommiers.

 

.

 

Je ne livrerai pas un "scoop" en écrivant que la meilleure amorce de fond pour maintenir son "coup de pêche" en bonne forme est le pain de chènevis.

 

Nous l'utilisons tous parce qu'il est très apprécié des cyprinidés en général, des gardons en particulier et, sutout, parce qu'il se désagrège lentement, fixant le poisson qui ne manque pas de le "picorer" au fur et à mesure que les particules se détachent du fait de son immersion.

 

Les pêcheurs "à la graine" n'en ont pas le monopole à partir du moment où un coin de pêche n'est pas fréquenté par une mutitude de pêcheurs qui tapisseront le fond d'ingrédients divers et variés de nature à rendre le pain totalement inefficace.    

 

Compte-tenu de cette capacité à se déliter lentement,  le pain de chènevis n'est pas la meilleure amorce à utiliser pour une simple partie de pêche à un endroit que vous ne fréquentez pas assidûment et sur lequel vous ne reviendrez  peut-être pas.

 

Son efficacité n'est cependant plus à prouver si vous êtes seul, ou presque, à entretenir votre espace.     

 

Je ne vous apprendrai rien non plus en écrivant que ce qui est le plus attractif est l'huile de chènevis parfois ajoutée aux amorces mais dont le prix reste dissuasif.

 

De là à en déduire qu'un pain vraiment attractif doit être riche en huile, il n'y a qu'un pas et c'est là qu'intervient le discernement du pêcheur.

 

La facilité, parfaitement compréhensible, consiste à acheter les pains de chènevis chez le détaillant d'articles de pêche.

 

Bien que je ne procède pas ainsi, je risquerai une remarque.

 

Pour récupérer l'huile si précieuse, certains fabricants n'hésitent pas à presser les grains moulus et ne laissent que la quantité d'huile permettant d'agglomérer par compression le "hachis" ainsi obtenu, au détriment de l'attractivité.

 

Un pain de bonne qualité se reconnaît à sa couleur brillante qui atteste de la présence d'huile.

 

Si vous pouvez le manipuler, grattez sa surface avec l'ongle: Si la trace laissée est brillante, faites-en l'emplette mais si la trace reste terne, remettez-le dans son rayon sans une hésitation.

 

Le maximum d'huile aura été récupéré avant qu'il ne vous soit proposé.

 

Pour ce qui me concerne, je procède différemment sans, pour autant, prétendre détenir une quelconque vérité.

 

JE FABRIQUE MES PAINS MOI-MEME

 

C'est un simple "truc" qui demande un peu de manipulation.

 

1)-J'utilise du chènevis en grains que je passe au moulin électrique pour le moûdre.

 

Il suffit de toucher et de sentir le produit haché pour se rendre compte de la différence aves du chénevis grillé ou moulu du commerce.

 

2)-Je fais fondre 5 à 6 morceaux de sucre dans un peu d'eau sans attendre que ce "caramel" ne brunisse,sachant que le gardon est également friand de ce qui est "sucré".

 

3)-J'y ajoute le hachis en mélangeant à l'aide d'une spatule en bois.

 

4)-Je moule le tout dans des petites barquettes à congélation lavées et récupérées et j'attends tout simplement que celà refroidisse.

 

 5)-Lorsque c'est froid, le démoulage est un jeu d'enfant.  

 

        ATTENTION :

 

 Réservez le vieux moulin électrique et la casserole à ce seul usage.

Vous ne vous débarasserez plus de l'odeur du chènevis et Madame risque de ne pas apprécier !

 

                                                   Attention aux brûlures ! 

 

Lorsque votre pain commence à "prendre", une croûte se forme en surface mais le "coeur" reste brûlant et pourrait vous infliger des blessures extrèmement graves si vous commettiez l'imprudence de terminer le malaxage à la main en ayant l'impression que le tout est refroidi !

 

Celà m'est arrivé en étant trop pressé.                              

 

J'en garde un souvenir cuisant et extrèmement douloureux ! 

 

- VOUS OBTIENDREZ AINSI DES PAINS BIEN PLUS ATTRACTIFS  ALLIANT LA QUALITE DU CHENEVIS AYANT GARDE SES PROPRIETES HUILEUSES A LA SAVEUR SUCREE.

 

- ILS METTENT BEAUCOUP PLUS DE TEMPS QUE LES PAINS DU COMMERCE A SE DELITER DANS L'EAU.

Il y a bien d'autres recettes.

Ou sur ce forum avec quelques modifications.

Il n'est pas bon de laisser sécher au soleil.

C'est très long et le chènevis a le temps de se corrompre.

Au four peut-être, mais il vaut mieux faire l'inverse : Amener son eau sucrée à ébullition et mélanger le chènevis grillé.

La boule devient dure dès le refroidissement, prise dans ce caramel blanc.

Dans un endroit sec, la conservation est quasi-illimitée.

Je vous rassure: Je n'ai pas d'actions dans la maison !

 

J'ai lu, c'est tout. D'autant que les actions, par les temps qui courent !

Tag(s) : #La pêche au chènevis

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :