L'AMORCE DE FOND MIRACLE OU LE SECRET DE POLICHINELLE. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

POUR COPIER LE CODE DE CE CUBE ANIME, SE REP0ROTER A MON BLOG INFORMATIQUE.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

Amorce

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque nous confectionnons nos amorces de fond nous-mêmes, nous pensons détenir le petit plus qui, à défaut de nous faire remplir une bourriche alors que nos voisins ont l'impression de pêcher dans un baquet, permettra de "sauver" une journée.

 

Pour moi, c'est du folklore, du moins à notre niveau, mais rien ni personne ne nous empêche d'aimer le folklore et je dirais même que celà fait partie de notre plaisir.

Une partie de pêche se prépare, tant pour ce qui concerne le matériel que pour l'amorce à utiliser le jour J, comme si c'était le début du plaisir et...en confidence mais ne le répétez à personne, même après toutes ces années de pratique et ces heures passées au bord de l'eau, j'ai encore du mal à trouver le sommeil lorsqu'une sortie est prévue le lendemain matin.

 

Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que je prépare mon amorce moi-même bien qu'il me soit arrivé, plus souvent qu'à mon tour, de me trouver à côté d'un pêcheur utilisant l'amorce lambda achetée dans le commerce et de ne pas avoir plus de touches.

 

Pas moins non plus, heureusement !

Mais pour être complet, sinon il n'y aurait rien à écrire, il m'est souvent arrivé de décider le poisson quand mes voisins "ramaient".

 

Des secrets ? Que non !

 

La chance ? Peut-être ! 

 

L'observation ? Pourquoi pas ! 

 

L'expérience née de la multiplication des situations ?  Sans nul doute !

 

Comme tous les pêcheurs inconditionnels de gardons, j'ai sans doute appris bien des choses mais c'est en toute modestie que je livre quelques constantes.
 

Les cyprinidés... c'est bien eux que nous recherchons en premier.... aiment ce qui est

-huileux

-épicé

-sucré

-et même ce qui est salé !

 

Un vrai buffet de surprise-partie, il ne manque que les petits fours et le champagne.

En mars, alors que les eaux sont encore froides et que le métabolisme des poissons fonctionne au ralenti, j'ai remarqué, depuis longtemps qu'une amorce épicée les réveille un peu plus que les autres.

 

Voici donc, à titre d'exemple et sans être présomptueux au point de prétendre détenir une vérité absolue, gage d'une réussite assurée, la composition de ma "mixture" que je modifie tout au long de la saison en gardant les mêmes bases.

 

Interviendront aussi la luminosité, la couleur de l'eau, la force et la vitesse du courant ainsi que la profondeur à laquelle je pêche.

 

En règle générale : J'assombris mon amorce par temps couvert ou par eau teintée.

Je dose  le "collant" sur place en fonction de la profondeur et surtout de la vitesse du courant.

 

Voici ma base

 

3 Kg de chapelure brune.

1 Kg de chapelure blonde
1 Kg de chapelure fluo.
3 Kg de gaude ou de farine de maîs.
3 Kg de chènevis grillé que je préfère de loin au chènevis moulu.
1 Kg de braséine.

 

Puis j'ajoute  

 

1 Kg d'épicéine
2 Kg de fenouil.
1 Kg de coriandre.
1 paquet de curcuma.

                             
 Et enfin le PV 1 collant en fonction des conditions de pêche.

 

Remarquez, avec cela, j'ai de quoi pêcher pendant un moment mais c'est justement ce que je recherche, étant bien entendu que j'apporte quelques modifications au fil de la saison pour tout abandonner lorsque la pêche à la graine détronne, pour moi en tout cas, toute autre pêche.

 

Ceci constitue ma base, huileuse grâce au chènevis, sucrée grâce au maïs et épicée grâce à l'épicéine, au coriandre et au curcuma.

 

Pour le sel, j'ajoute, en cours de saison, des sardines, du thon ou des éperlans ou tout autre poisson de mer mais cela ne peut se faire qu'au coup par coup sous peine de corruption de l'ensemble de l'amorce.

 

C'est d'une efficacité redoutable.

 

Le fenouil donne le goût anisé.

 

Je confectionne cette base en grande quantité et  je la conserve dans des seaux hermétiques.

Ensuite, comme tout le monde, après que mon amorce soit mouillée, bien imprégnée puis passée, j'ajoute des asticots de taille et de couleur différentes.

 

Avec cette base, je touche pratiquement tous les poissons mais je n'oublie pas la propension de certaines espèces comme le pain d'épice pour la tanche, le fromage pour le barbeau, l'ail pour la brème et j'en passe avec bonne conscience parce qu'à ce niveau, mes amis pêcheurs en savent autant, sinon plus que moi.

On notera tout de même qu'à ce niveau, beaucoup de progrès ont été réalisés, notamment avec l'introduction des farines belges ou anglaises.

 

Mais confectionner son amorce soi-même est le début du plaisir de la pêche.

Tag(s) : #Les amorces pour la pêche au coup.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :