"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

           Hier

 1.640 Visiteurs

Record absolu 

 

  1er et 24 juillet 2017

 32.140 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.232.408 Visiteurs

   

TOTAL ARTICLES LUS 

20.046.560   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 09:57

  Comme beaucoup de mes confrères, j'étais présent sur les rives le samedi, le dimanche et le lundi de l'ouverture, en particulier sur notre parcours. Durant ces trois journées, je suis resté près de la petite route où le bateau de mon frère et le mien sont amarrés et j'ai, soit pêché sur nos fiches, soit en me déplaçant, au leurre, soit, pour finir, en restant près de chez Jean-Yves parce que ce maudit vent laisse supposer aux passants qui se promènent sur la rive ensoleillée que je culmine à 40 de fièvre pour être aussi couvert sous les arbres, en face.
    Samedi, un départ au vif et une touche à la ligne à coup.
    Dimanche, au leurre, capot.
    Lundi, sur les fiches, capot....
    Bon ! Ras le bol, mercredi je viens avec l'échosondeur pour en avoir le coeur net.  C'est donc ce que j'ai fait hier.
    J'ai commencé par une petite partie de pêche avec une ligne à coup, au "cul" du bateau, devant chez Jean-Yves.      
    En une heure et...en plein soleil, ça fait du bien... j'ai vu une touche et pris un gardon. Bon, ça continue ! Il n'y a plus un poisson dans cette rivière, en tous cas sur cette portion !
     Comme je me l'étais promis, j'ai plié ma ligne et sorti l'échosondeur.

   

     
     









     Cet appareil, bien connu de nombreux pêcheurs, est constitué d'une unité centrale et d'une sonde WI-FI que l'on attache au fil d'un lancer et que l'on jette à distance, soit en la laissant dériver, soit en moulinant lentement.  
      Sur l'écran LCD s'affichent la température de l'eau, la profondeur, la configuration du fond et la présence de poissons, restant bien entendu que la sonde émet un faisceau et ne détecte le poisson que lorsque celui-ci le coupe, ce qui ne donne qu'une vision approximative de la population.
      Voici le résultat d'une exploration d'environ 1 heure....J'en suis encore sur le derrière....
      Température de l'eau, en surface bien entendu : 13 degrés, là, rien de bien surprenant.
       Par contre, l'appareil émet un signal sonore et un affichage sur l'écran de la profondeur à laquelle un poisson est détecté. Si la taille ne peut pas être déterminée de façon précise (petit, moyen ou gros mais quel est l'étalonnage ? ), le nombre et la profondeur sont fiables et là,  je suis sur les fesses !
        J'ai détecté plus d'une soixantaine de poissons, en particulier sur nos fiches....et nous ne voyons pas une touche lorsque nous y sommes ! Il reste bien entendu que tous ne sont pas détectés, loin de là, parce que le faisceau est tout de même relativement étroit. J'en ai fait l'expérience à plusieurs reprise dans mon bassin qui est pourtant bien peuplé.
        Par contre, là où celà demande réflexion, c'est qu'à chaque fois que le sonar passait sur un obstacle, les bips indiquaient un rassemblement de poissons (3,4 et parfois plus). Sur fond propre, presque rien, y compris dans la coulée que j'avais amorcée pendant plus d'une heure et qui est régulièrement pêchée.
         Autre constatation : A part quelques rares poissons posés sur le fond (peut-être des goujons) les groupes se trouvaient entre 2 mètres et 2,50 mètres pour un fond variant entre 3,50 et 4 mètres de profondeur.

Donc, pas de touches mais présence incontestable.... Restent les hypothèses ! 

Et là, je suggère.... mais comme je ne suis pas poisson, même pas en signe astrologique, voici ce que j'en pense mais mon interprétation ne vaut rien si nous ne confrontons pas nos expériences :

- Le poisson n'est pas actif. Il ne vient pas sur les coups amorcés qui sont, en général, situés sur des fonds propres. 
- N'étant pas actif, il reste près des obstacles qui lui garantissent une relative sécurité contre les prédateurs.
- Peut-être reste-t-il près des obstacles parce qu'il est en pleine fraie.
- Il se situe  souvent à la pointe supérieure des obstacles dont je ne peux pas déterminer la nature, ( Branches, herbes naissantes, obstacles divers) en tout cas, jamais en-dessous de 2,50 mètres. 
  Peut-être les échanges lents de température entre les différentes couches d'eau font-ils qu'il recherche les parties supérieures, plus chaudes. Il serait intéressant de pouvoir la mesurer de la surface jusqu'au fond.

 LE DEBAT EST OUVERT MAIS, EN TOUTE FRANCHISE, J'Y PERDS MON LATIN !  



  
    


      





      Exemple d'affichage sur l'écran LCD. Les photos sont prises dans mon salon pour les besoin de l'article et sans que l'appareil ne soit paramétré. Et pour cause, il n'y a pas encore de gardons sur ma moquette !
      Maintenant, les copains, à vos claviers parce que vous ne pouvez tout de même pas me laisser mourir idiot !

commentaires

André MARINI 24/04/2009 10:27

Voici plusieurs commentaires émanant de pêcheurs qui évoluent en des lieux différents. Ce constat n'est pas encourageant bien qu'il soit localement rassurant...Attendons des jours meilleurs...s'ils viennent. En tout cas, merci à ceux qui se sont exprimés.

Garde pêche 23/04/2009 19:43

   Voilà des commentaires rassurants : ce n'est pas la population du Grand Morin qui est à mettre en cause puisque c'est pareil ailleurs. Il y a la fraie actuelle, c'est sûr , qui cloue le bec des gardons , il n'est donc pas facile de se faire une opinion pour l'instant. Mais pour les autres poissons ? Ce serait sympathique si d'autres de nos lecteurs de France et de Navarre pouvait nous dire si la situation est la même chez eux toutes espèces confondues, car si c'est le cas j'ai ma petite idée...   Le Garde pêche

Raymond 23/04/2009 16:23

Devant 4 magistrales capotes à la suite sur Couilly, vu le grand soleil, j'ai chargé le matériel, les transats, la radio et les mots croisés, les asticots, le chien et mon épouse pour un petit essai-pêche-brozette à Gressy, au canal. J'y ai rencontré quelques irreductibles en pleurs, et après quelques heures de présence, je n'ai attrapé ...qu'un coup de soleil. Et pourtant??? Enorme activité de gros(carpes) en surface, des chasses moyennes (perches). A n'y rien y comprendre. Fraie ?? Pourquoi pas.A suivre. R 

Bruno 23/04/2009 14:39

Salut André ! Si cela peut te rassurer, dans le secteur Draveil-Vigneux-Villeneuve , le carnassier doit être rare aussi car je n'ai entendu parler d'aucune prise... En ce qui concerne la pêche au coup ce n'est pas mieux pour l'instant. Sur les quelques concours organisés dans le secteur les 3/4 des participants sont capots. L'explication viendrait peut être du fait de la période de fraye tardive (dans notre bras on commence seulement à voir le poisson frayer alors que l'année dernière il frayait déjà début avril).@+

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -