"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

Actuellement en ligne

 

1er au 17 septembre 

 21.035 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.315.060 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.216.040   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 12:35

 Permettez-moi, tout d'abord, de planter le décor :

 Mardi 14 juillet, sur les bords de la Sauldre, à Romorantin.

S1_edited.jpg

S2_edited.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Un pêcheur est en action, canne à coup à la main. Comme je le fais toujours, je m'approche mais je reste à une dizaine de mètres en arrière puis je m'accroupis sans dire un mot.

   Je me connais ! Le traditionnel "Alors, ça mord ? " a le don de m'agacer au plus haut point et il n'y a pas de raison pour que ce ne soit pas le cas des autres.

    Le pêcheur a le droit d'exercer en toute quiétude et je lui laisse toujours l'initiative de la prise de parole...

    A l'évidence, j'ai affaire à un pêcheur à la graine. Ligne légère et bien équilibrée, retenues fréquentes suivies de relachés et deux ou trois gardons dans la bourriche mais durant sa coulée je ne vois pas de touche.

   Lorsqu'il relève sa canne, il n'y a plus de graine à l'hameçon qu'il tente à nouveau d'escher. Il s'escrime sans succès avec un premier grain pris dans son pot en verre puis avec un deuxième puis un troisième et finit tout de même par en faire tenir un. Bien qu'il pose sa ligne en douceur, je vois (Lui aussi) que le grain s'est détaché avant de toucher l'eau.

   Il peste gentiment, relève sa canne puis se retourne vers moi et dit : "Ah la pêche au chènevis, c'est amusant mais pour faire tenir un grain, quelle galère ! ". Moi, au premier coup d'oeil, j'ai compris : Son chènevis est trop cuit !

   Comme il a entamé la conversation, je m'approche un peu, restant tout de même en arrière. "Votre chénevis ne tient pas ? Peut-être est-il trop cuit ? " Et le dialogue s'engage.

    Initié depuis peu par l'un de ses amis, il maîtrise presque toute la technique : Préparation du coup au pain de chènevis, petite pincée de graines au début de chaque coulée, retenues fréquentes suivis de relachés, certaines plus prononcées en sortant la plume de l'eau et en la reposant à plat en arrière, retenue très prononcée en fin de coulée... Tout sauf ce maudit chénevis qui ne veut pas tenir !

     Timidement, je dis: "Est-ce du chènevis cuit du commerce ou l'avez-vous fait cuire vous-même"...

     Au coup d'oeil, je connais la réponse avant qu'il ne me la donne mais je me tais.

     "Je ne sais pas le faire cuire, je l'ai acheté tout cuit !

        - Ne cherchez pas, c'est la seule raison.

        - Ah bon ? Vous savez le faire cuire ?

        - Oui, si vous voulez, je vous en prépare pour demain.

        - Bah, vous savez, on tient facilement à deux sur la place alors si ça vous dit, on se fait une petite partie ensemble !

      Sûr que je ne me le suis pas fait dire deux fois et le lendemain, à 7 heures sonnantes, nous étions tous deux en place mais avec la graine que j'avais préparée. Ils étaient là et bien là nos gardons convoités. Peut-être mon compagnon ignorait-il les finesses de la cuisson mais pour la préparation du coup, chapeau ! Une touche caractéristique, brutale et profonde, à chaque coulée !

S3.jpgS4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La cuisson de la graine est la clé de la réussite.

 

-PLacez votre graine couverte d'eau dans une casserole et faites cuire à feu doux en SURVEILLANT cette cuisson.

-Dès que les premiers germes blancs apparaissent, arrêtez la cuisson. N'attendez pas qu'ils soient sortis !

-Versez dans une passoire et rincez abondamment à l'eau froide.

-Placez les graines dans un pot en verre et remplissez d'eau (froide, bien entendu ). Ainsi cuisinés, les germes resteront fermes mais sortiront des cosses bien élastiques par trempage.

-N'utilisez que des graines cuites le jour même ou la veille au soir. Elles se corrompent très vite, repoussant alors plus le poisson qu'elles ne l'attirent et pourrissent votre coup.

 

     N'UTILISEZ JAMAIS SIMULTANEMENT DES GRAINES CUITES DU COMMERCE POUR AMORCER ET DES GRAINES CUITES PAR VOS SOINS POUR ESCHER.

 

      En effet et celà on n'y pense pas assez, les détaillants vous vendent toujours ou presque des graines inutilisables pour escher parce qu'elles ne tiennent pas à l'hameçon mais ils soignent tellement la présentation que tous les germes sont sortis et que l'ensemble est souvent aromatisé. Vous risquez donc de voir le gardon préférer votre amorçage et délaisser votre eschage.

       J'ai déjà consacré un article à la pêche à la graine qui me tient tant à coeur parce que j'y ai fait mes armes de pêcheur adolescent confirmé...Peut-être n'avais-je pas suffisamment insisté sur la cuisson qui reste l'étape essentielle et sans doute la plus délicate....

 

              Comment puis-je le savoir ? Par une coïncidence pour le moins étrange !

 

     Mon compagnon d'un jour, aussi aimable et accueillant que le sont les gens du Nord, quelle que soit la région dans laquelle on les rencontre, connaissait ce blog.

 

        C'est donc pour moi un honneur que de dédier cet article aux pêcheurs du Nord, de la Somme et du Pas-de-Calais.

 

 

03/01/2013 23:38:43
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Adrien sur l'article PECHE AU CHENEVIS : Un petit rien qui change tout., sur votre blog La pêche en Seine-et-Marne, Marne et Grand Morin

Extrait du commentaire:
Même si le post est rédigé de longue date, depuis que je cuis mon chenevis moi même, je n'ai plus ce problème ;)

voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2013 over-blog.com - Tous droits réservés

 

  Bonjour,

        Vous avez parfaitement raison, Adrien et c'est la raison pour laquelle j'ai édité un article plus récent intitulé "La cuisson du chènevis, la clé de la réussite".

Publié par André MARINI - dans La pêche au chènevis
commenter cet article

commentaires

stephane 14/01/2017 16:11

bonjour moi pour la cuisson du chenevis rien de plu facile je le mai dans une thermos avec de l eau bouillante pendant environ 2h30 apres je le rince a l eau froide et voila le top . sinon une petite question pouvez vous me dire ou je pourrait trouvé des hamecons pour peché au chenevie merci a vous touss

André MARINI 15/01/2017 09:05

Toutes les méthodes de cuisson sont bonnes si l'on obtient de bons résultats et si l'on peut faire tenir le grain à l'hameçon.
Ce n'est pas toujours le cas avec la thermos.
Pour la graine, j'utilise du 16 à hampe longue et parfois du 16 pour la pêche à l'anglaise.
Quand j'étais ado, j'utilisais du 15 mais je crois que c'est désormais impossible à trouver.

cyril 12/12/2016 18:10

Bonsoir Michel, j'habite également près de Béthune, et pour trouver du chénevis de bonne qualité, une seule adresse : le magasin loos aliment à mazingarbe ;)
si vous voulez faire une pêche à la graine un jour, faite moi signe ;)

André MARINI 13/12/2016 21:42

Merci pour l'info, Cyril

forvenier michel 18/09/2016 21:29

Bonjour j'habite Béthune je suis un pêcheur de chènevis il m'est impossible de trouver du monstre qui germe . Il me faut pêcher à l'amorce et aux
asticots ; Comment puis faire pour trouver de la graine digne de ce nom !

André MARINI 19/09/2016 08:41

Bonjour,
Ainsi que je l'ai écrit dans un article, mettez de la levure de bière dans l'eau de trempage.
Votre chènevis germera, même le plus récalcitrant.
Pour la graine, je n'ai jamais eu de problème avec celle de Décathlon ou Pacific Pêche.
Si l'on vous vend du chènevis traité, c'est une honte et s'il est âgé de plus d'un an, c'est fichu. Exigez toujours du chènevis qui porte une date de péremption.
Ah, Béthune, ville chère à mon coeur ! Ami, je vous salue et je salue respectueusement votre ville ainsi que tous ses habitants.

Xavier 04/09/2016 11:29

Bonjour. Je viens de lire avec attention votre article sur la préparation et cuisson du chènevis. Il est vrai qu'il y a de nombreuses façons de procéder. Je me permets de vous livrer la mienne étant pêcheur à la graine depuis l'âge de 17 ans et j'en ai maintenant 59. La première étape consiste à faire tremper le chènevis dans un récipient en verre (plat arcopal" pour faire cuire le poulet ou le rôti) exposé au soleil pendant au moins 36 heures jusqu'à germinaison. Il est important de ne pas mettre une épaisseur trop importante de graines afin qu'elles profitent toutes du soleil. Le premier jour au matin, j'expose mon plat au soleil et toutes les 2 ou 3 heures selon la force des rayons du soleil et de la température, je change l'eau de trempage, je rince les graines et les remets au trempage. En effet, le chènevis rend de l'huile et c'est ce qui le "fait tourner" et devenir impropre à la pêche. Le soir, je le nettoie et le place dans le frigo jusqu'au lendemain matin où je le remets au soleil. Vers midi, après 36 heures de trempage, les germes sont sortis. Je peux me mettre à la cuisson qui est la seconde étape. Prendre un grand poëlon et le remplir à moitié d'eau froide que l'on fait bouillir. Lorsque l'eau est à ébullition, j'y plonge mes graines. Etant donné que je viens d'introduire dans l'eau un corps froid, l'ébullition ne reprend pas tout de suite. J'attends quelques minutes et l'ébullition reprend en faisant de "gros rouleaux" sur les bords du récipient. A partir de ce moment, je compte 2 minutes. Au bout de ce temps, je retire le poëlon du gaz et je verse les graines dans un grand "chinois" placé dans mon évier avec de l'eau froide à moitié. Les graines sont ainsi saisies et nettoyées car pendant la cuisson il s'est produit une écume grisâtre. Je les rince plusieurs fois et les mets dans mon contenant pour la pêche. je place le tout au frigo. Le lendemain, avant de partir à la pêche, je les rince de nouveau. Vous l'aurez bien compris, tout le secret d'un chènevis réussi réside dans son rinçage fréquent. Votre chènevis est magnifique, bien noir avec de beaux germes blancs et fermes. Pour me rendre sur le lieu de pêche, je le transporte dans une glacière et durant ma partie de pêche, j'évite de l'exposer au soleil (je le protège avec mon parasol) et je n'hésite pas à changer l'eau au moins 2 fois pour 4 heures de pêche. De retour à la maison, je le rince abondamment et je le remets au frigo si je retourne à la pêche le lendemain. Par contre, si j'y retourne deux ou trois jours plus tard voire plus, je le congèle dans son eau de rinçage. Croyez-moi, vous pouvez le congeler et le décongeler autant de fois que vous le voulez s'il est bien nettoyé. Une petite précision, pour la décongélation, je mets de l'eau froide au dessus du bloc de graines congelés et je le laisse à l'air extérieur. Cela décongèle tout seul en trois heures de temps. Voilà ma façon de faire. Elle est certifiée excellent rendement.

André MARINI 04/09/2016 12:03

C'est une bonne méthode et il en existe bien d'autres.
Par contre, si vous débarrassez l'huile de la graine, celle-ci sera moins attractive et pour moi, il n'y a qu'une vérité, "toujours pêcher avec de la graine cuite du jour" car elle se corrompt très vite.
Je vous suggère de faire un copier-coller de votre commentaire sur le forum car il est particulièrement intéressant.
Personnellement, je le reprends sur forme d'article à votre nom.
Merci et bonne pêche.

Xavier 04/09/2016 10:45

Bonjour
Je viens de lire avec attention votre article sur la préparation et cuisson du chènevis. Il est vrai qu'il y a de nombreuses façons de procéder. Je me permets de vous livrer la mienne étant pêcheur à la graine depuis l'âge de 17 ans et j'en ai maintenant 59. La première étape consiste à faire tremper le chènevis dans un récipient en verre exposé au soleil pendant au moins 36 heures jusqu'à germinaison. Le premier jour au matin, je l'expose au soleil et toutes les deux ou trois heures (selon la force des rayons du soleil) je change l'eau de trempage, je rince les graines et je les remets au trempage. En effet, le chènevis rends de l'huile et c'est ce qui le fait "tourner" et devenir impropre à la pêche. Le soir, je le nettoie et le place dans la frigo. Le lendemain matin, je recommence et vers midi après un ultime rinçage, je passe à la cuisson. A noter que j'ai mis de côté une partie des eaux de trempage pour humidifier mon amorce.... Nous arrivons à la seconde étape qui est la cuisson. Pour cela rien de plus simple. Un gr

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -