"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

           Hier

 1.640 Visiteurs

Record absolu 

 

  1er et 24 juillet 2017

 32.140 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.232.408 Visiteurs

   

TOTAL ARTICLES LUS 

20.046.560   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 08:25

  Pour les passionnés de ce mode de pêche dont je suis, la pêche au chènevis est toujours un temps fort de la saison d'autant qu'elle se pratique surtout pendant la période chaude puis, l'automne arrivant, les prises se font de plus en plus rares pour, généralement, s'arrêter aux premières gelées blanches...

  Encore que ! Il m'est souvent arrivé de tenter ma chance avec quelques petits succès même lorsque la température de l'eau ralentissait considérablement le métabolisme des poissons.

                                                A la pêche, allez savoir !

   Toujours est-il qu'en cette période, certains jours, sur un coup bien préparé et surtout bien entretenu, on ne sait plus où donner de la gaule pour notre plus grand plaisir.

    Voici quelques bourriches réalisées ces 15 derniers jours...en espérant que ça dure encore un peu !

DP1.jpgDP2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DP4.jpgDP3-copie-1.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DP5.jpgDP6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

  Comme on le constate aisément sur ces photos, les jours se suivent mais peuvent ne pas se ressembler. Hier, par exemple, malgré une pluie fine assez désagréable, les touches se sont succédées sans interruption tout l'après-midi. On peut également  remarquer la prise de quelques brèmes qui se laissent souvent tenter par cette esche.

    La prise d'une perche est plus inhabituelle mais pas exceptionnelle parce que le grain animé par le pêcheur déclenche parfois le réflexe d'attaque. Au temps de ma tendre jeunesse, il m'arrivait très souvent de prendre de la perche et du black dans le Lot en pratiquant ce mode de pêche.

    Il s'agit, à l'évidence, d'un poisson encore très actif puisqu'à un passage de gardons moyens succède un passage de sujets nettement plus gros pour revenir très vite à un autre calibre, le tout entrecoupé de pauses plus ou moins marquées probablement dues au passage de quelques carnassiers attirés par ce rassemblement.

DP9.jpgDP10.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    J'ai récemment lu, dans un article publié dans une revue spécialisée,que l'auteur perçait ses grains de chènevis pour les fixer à l'hameçon et qu'il associait ses grains de rappel à trois amorces Rameau. Je respecte sa pratique mais elle me semble bien sophistiquée par rapport à celle de mes confrères ou à la mienne.

    Un grain parfaitement cuit avec toutes les précautions que je préconise et que j'ai exposées dans des articles précédents me  paraît suffisant et bien plus pratique. Quant à l'entretien du coup, des pains de chènevis "maison" tels que je les fabrique en préparant un caramel blanc auquel j'incorpore du chènevis grillé  puis moulu (Voir l'article ; "Fabriquer ses pains de chènevis soi-même" ) suffisent à tenir le poisson qui, dès le début de la partie, se rassemble au simple bruit de quelques volées de  graînes répandues en tête de coulée

   J'utilise une canne courte et légère de 4,50 mètres, fortement tiercée terminée par un scion très sensible. L' élastique, souvent préconisé, est sans doute très efficace mais, personnellement, je n'ai jamais pu m'y faire...

   Corps de ligne en 10 centièmes et hameçon de 16 monté sur un bas de ligne en 8 centièmes. Bannière très courte de 25 à 30 centimètres au maximum, la ligne devant être plus courte que la canne pour permettre un lancer "au posé" sous main indispensable pour une esche qui ne supporte pas un lancer fouetté sur main.

DP11.jpg

  J'utilise une plume particulièrement sensible supportant environ 1,50 gramme et qui présente la particularité d'être réversible. La partie émergée peut, au choix en fonction de la période et de la luminosité, être blanche ou rouge. Puisqu'elle est fixée au fil par deux passants, il suffit de la retouner dès que nécessaire. 

DP7DP8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Préférer de loin une plombée dégroupée à l'olivette pourtant bien pratique.

     En effet, dégrouper sa plombée permet d'éviter le "ventre" du fil s'il y a un peu de courant. Dans ce cas, le fil est tendu et l'on peut instantanément répondre à la touche qui est brutale et profonde.

     De plus, une plombée dégroupée permet d'animer le grain sans que le poids groupé du plomb d'une olivette ne le fasse redescendre trop vite, perdant ainsi l'avantage de lui donner l'apparence d'être libre.

    Ceci est d'autant plus important que toute ou presque toute la particularité de cette pêche réside dans cette suite de retenues et de relachers qui font vivre l'esche et la rendent plus attractive. 

DP12.jpg   J'ai déjà consacré plusieurs articles à ce mode de pêche prolifique et amusant. La période semble favorable alors autant, pour ceux qui le souhaitent, se reporter au chapître entier que je lui ai consacré sur ce blog et ....bonne pêche ! Vous ne serez pas déçus ! 

Publié par André MARINI - dans La pêche au chènevis
commenter cet article

commentaires

André MARINI 03/12/2013 18:41

Suivez ce lien pour trouver des tourillons de balsa
http://www.micro-modele.fr/index.php?option=com_virtuemart&Itemid=17&category_id=&page=shop.browse&keyword=balsa&limit=50&limitstart=50&lang=fr

lemaire philippe 03/12/2013 17:47

L'article est très intéressant et j'aimerai beaucoup essayer ce type de flotteur, problème, où peut t'on trouver ce genre de plume ?.

André MARINI 03/12/2013 18:19

Bonjour,
Ce sont des flotteurs de mon adolescence, qu'un menuisier de village me confectionnait au tour. Ils sont introuvables dans le commerce mais on peut les fabriquer avec une tige de balza. C'est maintenant ce que je fais et c'est très facile à condition de trouver le bois d'un diamètre de 5 millimètres.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -