PECHE AU COUP: La préparation de l'amorce, une étape importante. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

    Que nous l'achetions toute prête ou que nous la composions nous-mêmes, la préparation de l'amorce avant une partie de pêche demeure une étape importante.

    Chacun sa pratique, chacun ses raisons...L'essentiel étant que "ça marche" mais il n'en demeure pas moins vrai que l'on peut avoir délié sa bourse pour peu de résultat.

        Lorsque l'on ajoute de l'eau dans l'amorce, les particules de farines qui la composent, l'absorbent et gonflent...à condition de leur en laisser le temps mais à condition également de ne pas arriver à saturation sous peine d'obtenir une bouillie collante dont il ne reste plus qu'à espérer qu'elle assomera plus le poisson qu'elle ne l'attirera puis le fixera. 

      Personnellement, j'aime une amorce qui "travaille". Même par 3 mètres ou plus de fond, je veux pouvoir suivre son déplacement grâce aux petites bulles qui s'en dégagent et remontent à la surface. Si ça "pétille", je sais que j'ai réussi mon coup.

      Comme je n'ai rien inventé, je fais comme tout le monde (Ou presque !), ce qui ne m'empêche pas de l'écrire.

       L'humidification d'abord :  Je verse une petite quantité d'eau, en tout cas bien inférieure à celle qui convient puis je laisse gonfler plusieurs minutes.

        Le tamisage ensuite, en frottant le mélange contre la grille pour éliminer les grumeaux mais, surtout, pour aérer l'amorce parce que ce seront ces petites quantités de gaz qui, au contact de l'eau, feront éclater mon mélange en fines particules qui iront battre le rappel en aval.

        Le mouillage enfin : J'ajoute très progressivement le liquide jusqu'à l'obtention d'un mélange doux, souple et spongieux au toucher que je brasse toujours énergiquement pour qu'il reste très aéré.


mouiller.jpgtamis.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     S'il y a lieu d'obtenir des effets spéciaux en fonction de la vitesse du courant, de la profondeur, de la couleur de l'eau ou de la configuration du fond, l' incorporation d'ingrédients supplémentaires se fait généralement à des moments différents:

-Pour alourdir mon amorce, j'ajoute de la terre dite "sablon" lorsque l'amorce est humidifée.

- Par contre, si j'ajoute un colorant, un traçant ou un dispersant en poudre, je les incorpore lorsque l'amorce est encore sèche et non tamisée.

-Pour incorporer un additif liquide ou huileux, je l'ajoute à l'eau de mouillage.

          Mais je n'omets jamais, sauf lorsque je me "fais une partie de graîne", d'incorporer une bonne quantité d' esches animales de taille et de couleur différentes. Enfin, j'écris ceci pour la forme parce qu'en fait, pour les esches animales, je choisis souvent un coup qui permette un eschage permanent...( oui, oui, une autre fois !) et ça, c'est le top ! Héritage de "fondu de la graîne", sans doute !

Tag(s) : #Les amorces pour la pêche au coup.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :