"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

           Hier

 1.640 Visiteurs

Record absolu 

 

  1er et 24 juillet 2017

 32.140 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.232.408 Visiteurs

   

TOTAL ARTICLES LUS 

20.046.560   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 19:55

  Bien que, pour moi, il soit incontestable qu'elles sont moins "prenantes" que lorsque j'ai commencé à les utiliser dès leur commercialisation, elles font encore partie de l' incontournable matériel que contient ma boîte à pêche.

  En ce sens, je ne suis pas particulièrement original. Je les utilise volontiers en début de partie ou lorsque j'arrive sur un poste. Si je n'ai guère d'illusions sur l'efficacité, je suis au moins persuadé qu'elles brasseront l'eau et ne manqueront pas d'intriguer, voire d'agacer, un éventuel prédateur. J'en veux pour preuve ma dernière sortie...comme vous...le samedi, veille de la fermeture.

  Si j'ai réussi à faire monter trois gros becs dans l'après-midi qui ne se prêtait guère à l'utilisation d'autres leurres, celà ne m'a pas empêché de ramasser un "capot".

  Sans doute ces trois lascars, à l'évidence de taille  respectable, avaient-ils vu passer des kilos et des kilos de ferraille. Sans doute aussi, pendant leur tendre jeunesse, en avaient-ils senti le "piquant". S'ils étaient encore là, c'est que le fruit de leurs cuisantes expériences les avaient rendus très prudents.

   Mais il faut rester objectif : Parfois, ça prend, alors autant les utiliser au mieux. 

  Le principe est simple, il consiste à associer des signaux visuels, vibratoires ou sonores afin de déclencher un réflexe alimentaire ou d' attaque. 

    Les cuillers tournantes possèdent une palette tournant autour d'un axe afin d'émettre le maximum de vibrations. De taille, de poids ou de couleur différents, le dénominateur commun reste la vitesse de récupération qui ne doit pas être uniforme et linéaire mais faite d'accélérations, de ralentissements, de montées ou de descentes afin d'être agaçantes et d'explorer toutes les couches d'eau.

1) La forme de la palette: A taille égale, plus la palette est ronde, plus elle brasse l'eau.

    Dans les eaux rapides qui tirent beaucoup, mieux vaut privilégier la "feuille de saule", plus étroite et allongée qui assure une nage plus creuse.

c1.jpgc2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Dans les eaux calmes ou à faible courant, la palette ronde trouve parfaitement sa place.

c3.jpgc4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     2) La couleur : A ce niveau, c'est plus le pêcheur que le poisson qui se fait prendre. N'empêche qu'il y a quelques recommandations à suivre pour accroître ses chances de réussite.

      Deux éléments se conjuguent : La luminosité ambiante et la couleur de l'eau. On obtient ainsi des cas de figure que des passionnés, au fil de leurs observations, n'ont pas manqué d'exploiter pour retenir ces grands principes de base: 

      Eau claire    :    palette claire.

      Eau turbide :    palette foncée, voire noire ou fluo avec des contrastes.

      Forte luminosité par temps ensoleillé : palette dorée. 

      Faible luminosité par temps sombre : palette argentée.

      L'incontournable palette rouge, signal sang, restant bien entendu toujours présente dans la boîte, par temps sombre comme par temps clair.

c5.jpgc6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     3) On peut lester la cuiller à l'aide d'une plombée axiale pour les radiers ou d'une plombée en tête pour exploiter les postes accidentés. Grâce à cette surcharge, la palette continue de tourner grâce à la vitesse de descente lorsqu'on varie la vitesse de récupération.

        Il nous est tous arrivés, par force, de ralentir soit une cuiller soit un poisson nageur en arrivant au bord. Un brochet posté qui surgit sans crier gare, s'arrête intantanément puis replonge si le leurre ralentit son mouvement. Il n'y a pas de raison pour que ce soit différent lorsque celà se passe hors de notre vue. 

c7.jpgc8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    4) Et pour conclure, comme le poisson convoîté nous réserve toujours beaucoup de surprises, il ne faut pas hésiter à transgresser les règles et à changer très souvent de cuiller. Une ondulante peut amener la surprise alors qu'on désespère et elle a sa place dans l'assortiment que l'on emmène à chaque sortie.

c9.jpgc10

Publié par André MARINI - dans La pêche au leurre
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -