"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

           Hier

 1.301 Visiteurs  

 

  1er et 21 juillet 2017

 27.584 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.227.852 Visiteurs

   

TOTAL ARTICLES LUS 

19.881.570   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 10:00

Janvier est déjà bien engagé et la pêche au coup ou au posé ne sont plus des parties de plaisir.

 

Ces derniers jours annonciateurs de l'entrée dans une période froide et perturbée ne peuvent que nous inciter à passer en revue notre matériel pour la pêche au leurre.

 

Plus dynamique elle s'accorde avec une période où le carnassier en général, mais le brochet en particulier, devient généralement plus mordeur, soucieux de constituer des réserves pour l'hiver puis en vue de la préparation de la fraie pendant laquelle les organes digestifs s'atrophient au profit des organes sexuels.

 

Par voie de conséquence, c'est, pour nous le moment de controler notre matériel destiné à cet usage et, en particulier, les poissons nageurs qui constituent la base incontournable de notre équipement.

 

Vous pouvez vous reporter à l'excellent catalogue quasi-exhaustif publié par ARDENT PËCHE en suivant le lien ci-dessous:

Comme son nom l'indique, s'agissant d'un catalogue, toutes les familles sont représentées avec une explication détaillée et intéressante concernant les meilleures conditions d'utilisation de chaque modèle.

 

Mais si ce document présente l'avantage de guider nos confrères débutants, il ne fait que nous permettre d'organiser notre propre classification et d'ordonner nos connaissances issues de la pratique et de l'expérience.

 

Ces leurres se répartissent en trois grandes familles de densités différentes, avec ou sans bavette, celle-ci, lorsqu'elle est présente, étant de taille variable. 

 

Ces différences induisent forcément des nages différentes susceptibles de s'adapter à toutes les situations, à toutes les saisons, à tous les postes prospectés ou aux conditions inhérentes à l'eau (Profondeur, couleur, force du courant ).

 

FAMILLE DES POISSONS NAGEURS FLOTTANTS :

 

Les flottants sans bavette sont destinés à une pêche de surface et ne plongent pas du fait de leur poids. Ne possédant pas de bavette, ils ne frétillement pas spontanément et seuls la vitesse de récupération et les mouvements de canne animent leur nage.

 

C'est ceux sur lesquels le pêcheur a le plus d'action concernant leur nage parce qu'il pêche "à vue".

 

Ils conviennent bien à une pêche de bordure, donc à faible profondeur, ou aux endroits encombrés d'obstacles immergés obligeant à pêcher à vue.

 

Ils sont aussi conseillés pour tenter un poisson repéré.

 

 

1-Flottants sans bavette

 

 Les flottants à petite bavette sont des petits plongeurs qui ne descendent pas en-dessous d' un mètre cinquante et qui remontent à la surface dès que l'on cesse la récupération.

 

Ils conviennent aux faibles profondeurs, notamment pour un passage au-dessus d'obstacles immergés. A essayer en toute saison mais l'été demeure leur époque de prédilection, lorsque le poisson est actif en surface. 

 

2-Flottants avec petite bavette  

Les flottants à grande bavette sont sans doute les plus utilisés parce qu'ils offrent une multitude de possibilités.

 

Ils peuvent rester à la surface et n'être animés  que par des tirées brèves mais ils peuvent également atteindre des profondeurs allant jusqu'à 6 ou 7 mètres en récupération rapide faisant d'autant plus agir la poussée de l'eau sur la bavette.

 

C'est sans nul doute le type de leurre avec lequel j'ai pris le plus de poissons, perches et brochets bien sûr mais également des sandres. 

 

J'ai pris aussi beaucoup de gros chevesnes avec des modèles de couleur blanche, non sans cacher une petite déception lorsqu'après un beau combat je les ai amenés en surface, espérant tenir un beau brochet.

 

Je l'utilise le plus souvent en pleine eau en commençant par une tirée assez appuyée pour le faire plonger puis je l'immobilie souvent en l'animant sur place par des mouvements de scion avant de repartir par une nouvelle tirée sur quelques mètres pour l'immobiliser à nouveau.

 

Si l'on cesse de ramener et que l'on relache le fil, le leurre remonte en surface mais en marche arrière....qui ne s'accorde pas vraiment avec la nage du poisson réel qu'il est censé imiter...

 

J'utilise les gros modèles pour la prospection des rives en m'arrêtant à chaque trou et en balançant à doite et à gauche mais, cette fois, en ramenant assez rapidement pour que le leurre passe à proximité des obstacles ou sous les arbres qui sont autant de postes d'affût pour un brochet embusqué.

 

Si les billes en tungstène contenues dans ces modèles creux comme dans bien d'autres m'ont semblé accroître l'efficacité au début de la commercialisation, je pense que l'attrait de la nouveauté s'est considérablement émoussée. 

 

3-Flottants grande bavette

 

FAMILLE DES POISSONS NAGEURS DITS "SUSPENDEURS":

 

Grâce à leur densité proche de celle de l'eau, ces leurres plongent lentement lors de la récupération pour remonter si l'on relève la canne.

 

La taille de la bavette permet de les faire plonger à la profondeur souhaitée mais leur densité permet de les y maintenir et, ainsi, d'explorer successivement toutes les couches d'eau.

 

Les suspendeurs à petite bavette, au profil allongé, se désaxent facilement lors d'une tirée plus vive suivie d'un relacher, donnant l'illusion d'un poisson blessé en difficulté.

 

Ils plongent à faible profondeur et sont donc destinés à des eaux peu profondes ou le courant est assez vif et les postes d'affût apparents.

 

On obtient les meilleurs résultats en pratiquant des arrêts sur ces endroits de prédilection.

 

Ne pas hésiter à marquer des pauses assez prolongées lorsque le poisson n'est pas actif.

 

C'est souvent au moment où la récupération reprendra que l'attaque se manifestera.

 

4-Suspendeurs petite bavette

 

Les suspendeurs à grande bavette sont également capables, comme les précédents, de se désaxer à la récupération.

 

Par contre, la taille de la bavette les fait plonger plus rapidement.

 

Ils sont conseilllés pour une utilisation en pleine eau puisqu'ils ne sont pas capables de se faufiler aisément entre les obstacles.

 

Le guide "RAGOT" les préconise pour les poissons suiveurs mais ils m'est souvent arrivé de faire des prises de poissons intercepteurs avec ces modèles. 

 

Pour ces leurres plus que pour les autres encore, la vitesse de récupération doit varier, surtout en récupération linéaire.

 

5-Suspendeurs grande bavette   

 

 

FAMILLE DES POISSONS NAGEURS COULANTS:

 

Les coulants sans bavette

 

Je ne les présente plus pour y avoir récemment consacré plusieurs articles, en particulier au "rattlin" .

 

Je me bornerai à rappeler qu'ils sont très denses et, grâce à leur attache dorsale, peuvent être maniés à la dandine ou en récupération linéaire.

 

Ils sont actuellement, à mes yeux, les plus preneurs et offrent les plus grandes possibilités.

 

6-Coulants sans bavette avec attache dorsale

 

Pour terminer, voici les coulants à bavette.

 

Lestés, ils coulent au lancer dès qu'ils touchent l'eau. Leur nage est rectiligne à vitesse de récupération constante pour descendre si l'on ralentit et remonter lorsqu'on accélère.

 

Pour d'assez gros modèles, le choc est perceptible lorsqu'ils touchent le fond.

 

De là, découle forcément une astuce particulièrement utile pour explorer toutes les couches d'eau : Il suffit de compter les secondes qui s'écoulent entre le moment où ils touchent la surface de l'eau et celui où ils touchent le fond.

 

On peut ainsi, en gardant ou en variant cet intervalle, apprécier la profondeur à laquelle évolue le leurre, passer plusieurs fois dans la même couche ou en changer.

 

Cette indication s'avère très précieuse en cas de prise pour déterminer à quelle profondeur se trouvent les proies recherchées.

 

 

7-Coulants avec bavette 

 

 

Cet article ne prétend, en aucun cas, être une référence.

 

D'autres que moi s'y emploie avec sans doute plus de compétence et c'est pourquoi, en préambule, j' ai cité la source qui constitue mon support.

 

J'ai simplement apporté quelques touches personnelles parce que j'ai utilisé tous ces leurres, sans exception,  avec des fortunes diverses.

 

La lecture de l'excellent catalogue m'a tout simplement, une fois encore, conforté dans l'idée que, comme nous tous, j'étais un "Monsieur Jourdain" de la pêche.

 

          Pour le reste, à vous de voir... comme d'habitude !

 

Moi, j'ai mis de l'ordre dans mes maigres connaissances plus empiriques que

livresques et je n'ai pas plus d'actions dans cette maison que dans les autres. 

Publié par André MARINI - dans La pêche au leurre
commenter cet article

commentaires

André MARINI 08/11/2010 16:52


Toi, mon copain, t'as dû salement paniquer pour me balancer un commentaire sur un article mais pas de panique, tu vas tout retrouver en quelques clics. Je suppose que c'est parce que tu as ouvert
mon blog pour t'assurer que ça venait de toi et non de l'hébergeur.
Moi aussi, ton blog, je viens de l'ouvrir.
1-Tes pages existent toujours sinon tu aurais le message "erreur 404 La page demandée n'existe plus."
2-Ta page apparaît parce que je reconnais ta feuille de style mais elle est vide, tout simplement parce qu'il n'y a pas de "corps" (Body).
Voici ce que tu vas faire :
-Tu ouvres ton "Admin" puis "Design" puis dans la barre d'état, en haut, "Mode CSS".
-Vérifie que tu as coché "Appliquer ma feuille de style personnalisée" bien que je sois sûr que oui parce que je le reconnais même vierge.
-A gauche, tu as "Accueil" "Articles" "Pages". Tu mets pages en surbrillance.
-Tu as ainsi ouvert le CSS de tes pages et comme tu as sans doute bidouillé, tu en as saqué le corps (Body)qui existent encore mais dont tu as rendu le corps invisible. Si tu allais un peu moins
chez Anna, ça ne t'arriverait pas. (Tu vois ce que je veux dire ? )
-Déroule ton CSS et cherche la formule suivante :
body } display; none; }
Je suis certain qu'elle y est ! Tu la saques, tu enregistres et retourne voir sur ton blog. Tout sera redevenu comme avant !
Pour les asticots, tu t'es pas foulé ! Mon anniversaire, c'était hier !
Ce message, je l'envoie aussi à ton adresse e-mail et j'attends le résultat ! Outlook, ça existe !
A plus au bord de l'eau mon ami.
Dédé


Gégé 08/11/2010 16:12


Dédé, HELP !
Sur mon blog, les pages n'existent plus. Il y a le titre de la page mais quand on clique, elle ne s'ouvre pas. Regarde STP si tu y comprends quelque chose, moi j'ai tout essayé mm de publier à
nouveau mais c'est toujours pareil.
Mon blog, c'est le désert et j'ai tout perdu !
HELP, HELP, HELP !
Si tu trouves, je t'offre les asticots jusqu'à ton anniversaire, promis !
Gégé


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -