"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

           Hier

 1.640 Visiteurs

Record absolu 

 

  1er et 24 juillet 2017

 32.140 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.232.408 Visiteurs

   

TOTAL ARTICLES LUS 

20.046.560   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 08:27

  J'avoue, sans fausse modestie, que le principe des feeders que je vous présente aujourd'hui n'est pas vraiment une nouveauté pour moi et que je m'étais déjà aventuré, il y a au moins deux saisons, à utiliser l'élastique comme amortisseur et surtout comme procédé auto-ferrant mais que j'avais abandonné l'idée parce que je n'avais pas trouvé le moyen d'éviter que le bas de ligne n'accroche quelque partie du montage au moment du lancer. 

  Voici donc les deux modèles actuellement disponibles sur le marché et qui, à mon avis, n'ont pas fini de faire parler d'eux.

  De chez GURU et en vente chez Pacific Pêche (Ailleurs aussi sans doute) voici les X-SAFE SYSTEM actuellement disponibles en 28 et 24 grammes.

f1.jpgf2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

   Le principe est simple et astucieux : Une cage très ouverte vers le bas, traversée par un tube dans lequel coulisse un élastique qui, sous la tirée du poisson, permet un auto-ferrage immédiat.

f22.jpg

   Montage : Enlever la tétine supérieure puis passer le corps de ligne à l'intérieur. Attacher le corps de ligne à l'anneau brisé supérieur du feeder par un noeud cuiller. Le bas de ligne, quant à lui, s'attache à l'anneau brisé inférieur.

   Mettre la tétine supérieure en place...et bonne pêche !

   Mais la grande astuce de ce feeder consiste à charger en amorce puis à appuyer l'amorce avec le pouce dans la partie inférieure qui, comme vous le voyez parfaitement sur la photo, est ouverte. Vous créez ainsi un petit logement dans lequel vous déposez votre hameçon esché que l'on recouvre d'un peu d'amorce.

   L'hameçon et l'esche ainsi protégés ne se dégageront que dans l'eau et aucun risque de noeud ne viendra perturber le lancer puis l'action de pêche.

    Là, franchement, c'est le top ! Encore une fois, il fallait y penser !   

 

 

 

 

         Voici maintenant quelques petites manipulations ou astuces qui permettront de tirer le meilleur avantage de ce montage : 

   1) Le choix du quiver :  

   Contrairement au montage coulissant pour lesquel on recherche un quiver souple, pour que l'élastique du feeder joue vraiment son rôle en s'étirant puis en se rétractant, le feeder doit être NERVEUX (Je n'ai pas écrit rigide). J'entends par nerveux, un quiver qui marque la touche en pliant puis en reprenant brutalement sa position initiale.

    2) L'amorce :

     Le feeder étant "très ouvert", l'amorce a tendace à se déliter rapidement. Voci ce qu'utilise avec beaucoup de succès mon copain Thierry DOIDY.

      Dans un seau, il prépare une amorce très fine à peine humidifiée.

      Dans le même temps, il place ses asticots dans un seau voisin et les saupoudre de colle à asticots.

       Il mêle le tout. Sous l'effet de l'humidité de l'amorce, la colle joue son rôle et permet de charger le feeder, de placer l'esche au centre puis de  recharger au-dessus de l'hameçon jusqu'à ce qu'il soit au fond sans que toutes ces bestioles ne se soient éparpillées aux quatre coins de sa place. 

       J'aurais pu intituler notre dernière partie de pêche commune " La pêche au feeder X-SAFE SYSTEM" ou "Quand l'élève dépasse le maître" parce que j'en ai pris pour mon grade de la part de ce garçon d'une gentillesse à toute épreuve doublée d'une lecture de l'eau incomparable. Bon sang ! Quel pêcheur !

       Pour l'anecdote et, j'espère, pour vous arracher un sourire, si j'écris " Quand l'élève dépasse le maître", c'est tout simplement parce que Thierry est un ancien élève du Collège que je dirigeais. Avouez que celà ne me rajeunit pas mais si vous saviez quel plaisir...et quelle fierté...celà représente pour moi ! Je l'ai suivi pendant sa scolarité secondaire et voici que, maintenant, c'est lui qui me couve comme un poussin !

     Juste retour des choses ? Peut-être...mais si tous les enseignants pouvaient en dire autant !

    3) Le lancer :   

    Très important : Le lancer doit toujours se faire en aval.

       Lorsque le feeder touche le fond, l'hameçon esché se dégage puis dérive légèrement. Lancé en aval, le bas de ligne s'étale librement alors que lancé en amont, il ne manquera pas d'accrocher le corps de ligne lors de sa dérive.

      4) Le bas de ligne :

       Il doit impérativement être très court : 10 centimètres au maximum.

- Il n'y a ainsi aucun risque d'emmêlage.

-L'esche est pêchante très près du feeder dans lequel les poissons viennent taper. Trop de longueur l'éloigne forcément de la concentration de poissons.

-Etant relié à un élastique, la tirée interviendra à l'engamage et le poisson n'aura pas le temps de sentir l'inertie. A titre d'exemple, je prends du gardon et du goujon sur un bas de ligne en 16 centièmes sans aucun loupé et vous pouvez être assurés d'avoir rapidement la visite des barbeaux ou (et) des carpeaux. Le problème est que l'on passe de l'un à l'autre sans crier gare !

        Quant au résultat des deux dernières parties de pêche ? Jugez par vous-mêmes, chaque photo illustrant une prise différente !

f3.jpgf4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

f5.jpgf6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

f7.jpgf8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

f9.jpgPhoto0112.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Pour conclure, chaque matériel et chaque méthode ont leurs limites : En l'occurence, dans le cas présent, on ne peut modifier ni le grammage du lest du feeder ni la capacité de son réservoir...A moins que !

      A moins que je ne ressorte les montages personnels dont j'ai parlé au début de cet article et que je ne modifie la forme du réservoir pour pouvoir y placer l'hameçon esché au moment du lancer...ça, j'y avais pensé et bien qu'artisanale cette fabrication aurait pu, une fois de plus, précéder les concepteurs qui eux, ne vivent pas d'amour et d'eau fraîche !

      Combien de fois m'est-il arrivé de retrouver mes petites fabrications sur le marché ! 

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -