"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

Actuellement en ligne

 

1er au 17 septembre 

 21.035 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.315.060 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.216.040   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 10:50

   Voici le dernier article d'une série de trois consacrés à la pêche au vif avec un montage pater-noster.
   Après vous avoir présenté les deux formules de base les plus utilisées ( Montage avec un bouchon fixe immergé puis montage avec un bouchon coulissant ) je vous communique ma propre méthode, largement expérimentée pendant les années écoulées et qui, à mon sens, a fait ses preuves si j'en juge par le pourcentage de réussite que j'ai eu.
   Comme je l'ai indiqué dans les deux articles précédents, le fait que le poids du lest se fasse trop rapidement sentir lors de l'attaque du vif par le carnassier est un inconvénient majeur. 

   Celà
m'a conduit à rechercher un montage qui laisse coulisser le bas de ligne pour que le plomb ne soit pas entrainé au moment de la touche.
 
    Par voie de conséquence et au risque de cultiver le paradoxe, mon montage ne comporte pas d'émerillon pater-noster.

 
MATERIEL:

 -Une canne de 4,50 mètres à anneaux et moulinet, bien entendu.
- Je préfère, pour cette pêche, le nylon 30 à 35 centièmes à la tresse 20 à 30 LBS (Vite à votre convertisseur ) parce qu'il coulisse mieux et ne s'éraille pas au passage de ce que je vais vous présenter.
- Un bouchon coulissant supportant au moins 20 grammes.
- Un stop-fil.
- Des noeuds barils, un amortisseur en caoutchouc, de la crinelle, un hameçon canadien, une rondelle à fixer sur l'hameçon après avoir accroché le vif... TOUT CELA VOUS CONNAISSEZ.

- Un morceau de tube plastique rigide d'une dizaine de centimètres avec deux bagues en caoutchouc, ou en gaine de fil électrique ou en silicone, peu importe.

PN1.jpg  

   




    Collez les deux bagues de silicone à peu près à hauteur du tiers du tube rigide sans que ces deux bagues ne se touchent. Un point de colle super-glue fait parfaitement l'affaire et permet à la fois un séchage très rapide  tout en empêchant ces deux bagues de glisser le long du tube.
     Il existe des anti-emmêleurs avec agrafes qui peuvent parfaitement faire votre bonheur mais comme je cherche toujours à simplifler les montages pour la fabrication ou la réparation et à éliminer tout ce qui est susceptible de provoquer un emmêlage, je préfère cette formule.





      Phase suivante:   Chauffer ce tube pour lui donner la forme d'un arc de cercle.
       Pourquoi ? Pour qu'au moment où votre vif est en place et où vous vous apprêtez à lancer, le bas de ligne ne vienne pas s'enrouler autour du fil qui supporte la plombée. Ceci est plus que fréquent et d'autant plus désagréable que votre vif reste à l'air pendant tout le temps passé à "détortiller".

        Un petit truc pour mettre correctement en forme votre tube sans l'écraser : Glisser un fil de cuivre électrique à l'intérieur pour qu'il se s'écrase pas sous l'effet de la LEGERE CHALEUR. Faites largement dépasser ce fil de cuivre de chaque côté du tube et CHAUFFER LEGEREMENT au-dessus d'un bruleur à gaz SANS TOUCHER LA FLAMME. Dès que le fil de cuivre DEVIENT TIEDE dans vos doigts, mettez en forme, attendez que le tout refroidisse puis otez le fil de cuivre. Votre tube rigide aura pris sa forme.
 PN2.jpg          
   PN3              

















        Voici ce qui remplace mon émerillon pater-noster. Vous avez déjà compris que le fil supportant le bas de ligne va coulisser dans ce tube et laissera toute latitude au prédateur au moment du départ.
         Il ne me reste qu'à faire la synthèse sous forme de croquis et vous êtes parés pour votre dernier brochet de la saison, dimanche, d'autant que vous n'aurez auncun mal à prendre quelques vifs puisque le gardon est encore assez actif et vient bien sur l'amorce.

          DANS CE MONTAGE NE METTEZ PAS DE STOP-FIL  SOUS  LE BOUCHON COULISSANT SINON TOUT CE QUE VOUS FAITES NE SERT PAS A GRAND CHOSE, C'EST EVIDENT ! Par contre, celui qui se trouve au-dessus reste indispensable.


 

- Le fil supportant la plombée est attaché entre les deux bagues du tube rigide par un noeud cuiller.
- La longueur totale du bas de ligne ( C ) doit être inférieure à la longueur du fil supportant la plombée.
-Le bas de ligne peut coulisser dans le tube, entrainant le bouchon coulissant sans être géné par la plombée.
-Je mets une agafe au bout du fil supportant la plombée mais celle-ci est constituée d'un morceau de métal attaché avec du fil de couturière pour casser lorsque le poisson a pris de la vitesse et a fait couler le bouchon coulissant. Il peut facilement être remplacé en préparant quelques "plombées perdues" à l'avance... d'autant que vous n'aurez pas une dizaine de départs dans la journée mais ainsi, une fois la plombée perdue, le poisson sera libre... et vous aussi pour le travailler sans risque d'accrochage.
-Je mets toujours un noeud baril quelques centimètres sous le noeud d'attache pour éviter le vrillage du fil supportant la plombée. Il ne sera pas perdu puisque la rupture de la plombée au moment du départ se fera largement en dessous.
   Si je mets ce noeud baril c'est parce que le mouvement le plus fréquent du vif qui cherche à se dégager consiste à tourner lorsqu'il tend le bas de ligne. La partie A subira un vrillage mais réparti sur une grande longueur alors que la partie B ne fait que 60 centimètres.
- Je le répète, la longueur totale du bas de ligne ( C ) doit être inférieure  à A et à B. Je mets une soixantaine de centimètres de nylon pour B alors que la bas de ligne est constitué de 10cm de tresse intercalée entre deux noeuds barils et 25 centimètres de crinelle. Votre vif ne pourra pas s'accrocher au fond.
 

     Le croquis, ci-dessous à gauche, montre la position de la ligne avant le lancer et explique la raison pour laquelle je coude le tube rigide.
      Le bas de ligne et le fil qui soutient la plombée sont décalés et nous connaissons tous l'agacement que procurent les deux parties qui s'entortillent au moment où il ne faut pas traîner pour lancer. 

Position de lancer

 


Position de la canne pêchante     


 

   

Le croquis, ci-dessus à doite, préconise de positionner la canne en position haute sur son support pour qu'aussi peu de fil que possible soit posé sur l'eau, donnant de la prise au courant ou interceptant tous les corps flottants indésirables qui obligeraient le fil à faire un "ventre" déséquilibrant et même, parfois, coulant le flotteur.

         

                 Voici le montage dans son intégralité

PATER-NOSTER POUR LA PECHE AU VIF: CELUI QUE JE PREFERE.

PRETS POUR LA FERMETURE, DIMANCHE ? JE LE SAVAIS BIEN !

Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -