LE GARDON, L' ESPECE LA MIEUX REPRESENTEE DANS NOS COURS D'EAU DE 2ème CATEGORIE. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

         Je ne sais même pas s'il est nécessaire de le présenter puisqu'il constitue notre fonds de commerce et c'est une justice à lui rendre que de parler un peu de lui.

 

MORPHOLOGIE ET MODE DE VIE :


          Son corps fusiforme est entièrement recouvert d'écailles brillantes.

         Le dos est d'un vert foncé à nuance bleutée et les nageoires sont rouges orangées à l’exception des pectorales. La caudale est allongée et garnie d' écailles argentées.

 

          Le gardon possède un épiderme présentant des cellules glandulaires qui sécrètent un mucus destiné à protéger les écailles. Il est donc indispensable de se mouiller la main lorqu'on le touche pour que ce mucus protecteur colle le moins possible. 

 

    Il possède aussi une ligne latérale garnie d'écailles possédant un trou en communication avec le système nerveux et qui va détecter les variations de longueurs d'ondes à basse fréquence dues aux mouvements de l'eau: ce sont des mécanorécepteurs.


        Son activité est plutôt diurne mais l'été, au crépuscule et pendant la nuit, il s'alimente près du bord et parfois en surface à l'aube.

 

   C'est un poisson grégaire vivant en groupes parfois importants, surtout dans sa jeunesse, puis, en grossissant il se  tient souvent à l'écart, plus au large.

                          
 
    Il se nourrit surtout sur le fond contrairement au rotengle avec qui on le confond parfois. Il apprécie les herbes aquatiques, les mollusques, les larves d'insectes et les vers de vase ainsi que la plupart des appâts conventionnels comme le maïs, le blé, la mie de pain, mais il semble qu'il devienne végétarien en vieillissant.

 

                 Il est si friand de mousse qu'il peut s'en gaver l'été et dédaigner toutes les esches que le pêcheur lui propose. Il nous est arrivé, à tous, lors de la prise d'un gardon que l'on tient dans la main, de voir sortir une bouillie verte par l'orifice anal ou de le pêcher à cette esche. A une certaine époque, on trouvait dans le commerce un mystic vert supposé  imiter la mousse.    

 

gardon1.JPG 

 

REPRODUCTION

 

    Sexuellement adultes vers l'âge de 2 ou 3 ans, les géniteurs se rassemblent en troupes nombreuses sur les frayères. 

  Toutes les femelles d'un même groupe, parfois d'un même plan d'eau, pondent au même moment. Ces amours collectives sont tumultueuses et peuvent occasionner de graves blessures lorsque les poissons se frottent contre le fond. Parfois d'autres espèces comme la brème, le rotengle ou même l'ablette peuvent se mêler à l'euphorie amoureuse et donner naissance à des hybrides. La brème et le gardon sont, sans doute, les meilleurs exemples, en tout cas, les plus courants.

 

   La fraie a lieu entre avril et juin dans une eau peu profonde dont les couches superficielles se réchauffent plus vite et qui doit atteindre 12 degrés,  mais elle peut se prolonger jusqu'en juillet selon les régions et les conditions météoroliques.

  

   La femelle dépose 50 000 à 100 000 oeufs sur les herbiers proches des berges. Cette fécondité importante pourrait expliquer l'abondance de cette espèce dans presque toutes les eaux.      

  L’ incubation dure 3 à 4 jours, puis les larves éclosent et se fixent à la végétation pendant quelques jours avant de partir en pleine eau.


   La période des amours est le seul moment de l'année où l'on peut distinguer les mâles des femelles. Ces messieurs sont couverts de "boutons de noces", gros comme des grains de semoule, sur la tête, sur le dos et sur les opercules.


 bouton2.jpeg  boutons-de-noce.jpeg

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Ces boutons sont bien visibles sur le gardon posé à plat sur ma main. Vous remarquerez, au passage, que je ne serre pas le poisson et que ma main est à demi immergée pour préserver le mucus . 

 

SA PECHE :

 

    C'est vraiment l'espèce pour laquelle on peut donner libre cours à ses envies du moment, que ce soit pour la pêche à la coulée, à l'anglaise, au quiver et au feeder. Quant aux esches, on privilégie les esches animales lorsque l'eau est froide pour donner plus de place aux esches végétales dès qu'elle s'est réchauffée mais, malgré les idées reçues, même la pêche au chénevis est possible en toute saison et si le poisson ne mord pas, aucune autre esche ne le décidera.  

     Concernant l'amorce, privilégier une amorce sombre,voire noire qui lui permettra d' être moins facilemment localisable par les prédateurs puisque la tache créée sur le fond rassure le poisson qui s’y positionne.

      Mieux vaut une amorce qui "travaille" par adjonction d' un dispersant comme le chénevis grillé puis broyé, permettant de créer une zone attractive grâce à la quantité de particules en suspension.

 

Voici deux "recettes" très simples proposées par pechemag.fr, le magazine de pêche en ligne.

 

Recette 1 :

        -4 parts de chapelure rousse  

 

        -1 part de PV1 (2 si vous pêchez en canal)  

 

        -1 part d’épicéine noire  

 

        -1 part de coco belge  

          -1 part de chènevis grillé  

 

        -Vanille en poudre  

 

        -Terre de somme 10 à 40% (d’après la saison pour appauvrir l’amorce et s’il y a du courant ou non)

 

          -1 poignée de gros sel 

 

N’oubliez pas d’incorporer des esches animales comme les pinkies ou les asticots.

 

Recette 2 :

 

        -40% de 3000 Super Etang gardons de chez Sensas  

 

          -40% de 3000 Gardons  de chez Sensas 

        -20% de Super épicéine.

        -Rajouter une cuillère à café de Sweetix par kilo d’amorce.  

 

Rajouter 1 à 2 kg de Terre de somme pour alourdir le mélange en fonction du courant.

        

    Celle-ci, pas de doute, c'est vite fait et je la conseille aux pêcheurs pressés qui n'ont pas eu le temps de confectionner leur amorce eux-mêmes parce que si le gardon peut aimer, le porte-monnaie n'aime pas du tout. Dommage parce que j'utilise parfois les 3000 de chez Sensas et je les trouve, en effet, excellentes.

 

06/03/2013 11:26:02
OverBlog : Vous avez reçu un message

Ce message vous est envoyé par un visiteur grâce au formulaire de contact accessible en bas de page de votre blog: pecheurdumorin.over-blog.fr

article sur le gardon
LAURENT Daniel
Bonjour,
Vote article est suffisament intéressant pour que nous puissions le présenter dans notre magazine.
Bien entendu, nous en profiterons pour présenter votre site.
Merci de votre accord.
Cordialement
Daniel LAURENT
Rédacteur en Chef de Pêche au Coup Magazine

www.pecheaucoupmagazine.com


Le visiteur qui vous envoie cet e-mail n'a pas eu connaissance de votre adresse de messagerie.

L'adresse qui apparaît comme expéditeur n'a pas été vérifiée.

 

 

© 2013 over-blog.com - Tous droits réservés
   Bonjour Monsieur Laurent,
  Je connais et j' apprécie vos publications, en kiosque ou sur vos sites.
  Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à l'article cité en référence et, j'espère, à d'autres qui sont le récit de mes expériences, comme tout pêcheur d'ailleurs.
  Je vous laisse toute latitude quant à l'utilisation de mes écrits en précisant toutefois que j'ai dû neutraliser le clic droit de la souris après avoir retrouvé des textes intégralement récupérés sur des forums dont la qualité me paraissait douteuse.
  Si nécessaire, et après que vous me le fassiez savoir, si besoin est, je débloquerai cette fonction.
  Bien entendu et comme je le fais toujours, j'édite votre commentaire à la suite de l'article qui l'a inspiré avec un lien actif.
  Je précise enfin que l'accord que je vous donne est totalement dénué de toute considération financière. 
          Cordialement          André MARINI  
Tag(s) : #Faune halieutique d'ici ou d'ailleurs

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :