PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER : Les feeders réservoirs. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

  Comme tout le monde, j'en utilise deux types.

-Les feeders grillagés que je réserve à une pêche plus lourde recherchant le barbeau, la tanche ou la carpe. Dans ce cas, j' esche souvent au maïs et je prépare une  amorce assez riche en PV1 dans laquelle j'incorpore la moitié de ma boite de maïs.

-Les feeders réservoirs que je vous présente aujourd'hui avec lesquels je recherche le poisson plus petit comme le gardon en ce moment ou le goujon en saison.

                                        Les feeders réservoirs :

  J' ai essayé de nombreux modèles et je vous présente ceux que j'ai retenus. Il s'agit de Drennan, de poids et de capacité différents selon l'endroit pêché.

D1.jpgD2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Ces modèles se déclinent en trois versions.

    A gauche, un feeder lesté à 15 grammmes et son cousin lesté à 22 grammes, tous deux réservés à une pêche fine lorsqu'il n'y a pas de courant. Je les utilise assez peu, considérant que leur capacité est insuffisante et les trous trop petits pour mélanger des esches animales de tailles différentes. Si les pinkies sortent facilement, les gozzers ou les asticots plus gros restent trop souvent coincés.

      A droite, un feeder lesté à 30 grammmes qui représente le modèle que j'utilise en priorité du fait de sa capacité, du diamètre de ses trous et surtout de son poids qui donne une stabilité excellente, permettant de tendre le fil sans excès pour que la touche se répercute immédiatement. Son inconvénient ? Il est devenu presque introuvable et il faut recourir à la vente en ligne pour se le procurer.

      Si besoin est, passez-moi un commentaire ou un message, je communiquerai le lien.

D3.jpgD4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D5.jpg

D6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Le capuchon du fond se soulève mais reste maintenu par un élastique torsadé d'une résistance incroyable. Puisqu'il est positionné vers le haut au moment du remplissage, l'amorce et les esches restent contenues sans se répandre tout autour. Il suffit de refermer le fond mobile qui s'emboîte parfaitement.

    Une précaution, tout de même : Escher l'hameçon en premier, avant de remplir le feeder pour ne pas avoir à courir après les esches qui profiteraient de ce temps mort.

 

     Voici maintenant, ci-dessous, les deux montages que j'utilise.

 

     Tout d'abord, le montage avec une attache rapide fixée au tiers d'un tube anti-angle assez long. Dans ce cas, un bas de ligne court permet de lancer assez loin sans risquer, soit d'accrocher le corps de ligne en arrière, soit que le bas de ligne ne se prenne dans l'agrafe. Ce montage est à réserver aux pêches à longue distance ou lorsque le courant est assez soutenu, l'élasticité du corps de ligne compensant le frottement du fil à l'intérieur du tube au moment de la touche. Ne pas oublier que, dans l'eau, le tube se remplit et provoque une résistance comparable  au ménisque.

       Ensuite, le montage traditionnel avec un tube court et un bas de ligne beaucoup plus long. J' utilise ce montage lorsque je pêche à courte ou moyenne distance ou lorsque le poisson est particulièrement méfiant. Dans ce cas, le frottement à l'intérieur du tube est considérablement réduit mais le lancer doit être parfaitement controlé sous peine de voir le feeder prendre le corps de ligne à l'arrière ou que le bas de ligne ne vienne faire des noeuds autour du feeder au moment de la descente.

 D7.jpgD8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Voici maintenant un modèle bien pratique, non commercialisé par Drennan et qui demande à être utilisé en au moins trois exemplaires identiques pour la même canne:

D10.jpg

        La plombée, interchangeble, se trouve à l'intérieur d'une partie grillagée. Il faut avoir au moins trois exemplaires en action.

        Quand l'un est immergé, les deux autres sont placés dans la boîte d'asticots qui se faufilent dans le treillis et rechargent ainsi le feeder sans que nous intervenions.

          Grâce à une attache rapide, lorsqu'on relève le premier, on dégrafe puis on remplace par un feeder contenu dans la boîte d'esches, donc chargé. Le feeder dégrafé est placé dans la boîte pour que les bestioles l'investissent et...ainsi de suite.

           PRECAUTION INDISPENSABLE : Utiliser une boîte à asticots à rebords ! Les feeders mouillés humidifient les asticots qui ne manqueront pas de profiter de l'aubaine pour se faire la malle. Nous connaissons tous leur capacité à escalader n'importe quelle paroi verticale lorsqu'ils sont mouillés.  

 

 

     Tout ceci ne représente bien entendu que quelques exemples parmi tant d'autres mais pour certains modèles à emboitement, je me demande vraiment si les concepteurs ont, un jour, mis les pieds au bord de l'eau !

Tag(s) : #La pêche au quiver et au feeder

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :