"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

Actuellement en ligne

 

1er au 17 septembre 

 21.035 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.315.060 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.216.040   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 18:47

   Lorsqu'on pratique cette méthode de pêche, l'auto-ferrage est souvent utilisé par confort.

   Chacun sa position, certains y étant fermement opposés, d'autres très favorables. Si l'on considère le nombre de touches manquées parce que le poisson recrache très vite l'esche qui offre une résistance, on ne peut, a priori qu' en être partisan.

    C'est vrai que l'on manque plus qu'à la coulée mais que l'on compense par un nombre plus élevé de touches.

    Personnellement, à la question "Pour ou contre l'auto-ferrage ? ", je répondrais "LES DEUX !" Celà dépend du poisson recherché donc du montage que j' utilise.

    Lorsque je recherche les gros cyprinidés avec les montages que j'affectionne, je n'utilise jamais l'auto-ferrage. A mes débuts de pêcheur au quiver, les déboires rencontrés avec les montages hélicoptères  m'ont très vite conduit à imaginer mes propres montages qui, comme je l'ai souvent répété, ne s'emmêlent jamais et ne cassent pas plus mais le départ d'un barbeau, par exemple, est si rapide et si brutal que 15 à 20 mètres de fil sont déjà sortis du tambour avant que l'on ne réagisse, entrainant le feeder qui ne manque pas de s'accrocher.

     Lorsque je recherche le petit cyprinidé, le gardon en particulier, avec une seule canne quiver pour me payer une partie de plaisir, je n'utilise pas plus l'auto-ferrage mais, dans ce cas, j'ai toujours la main en capacité de répondre à la moindre traction.

     Par contre si les touches sont peu nombreuse (Celà arrive !) ou si je tends trois cannes, j'utilise l'auto-ferrage sur la canne légère. Il faut toujours aller au plus simple et je ne suis guère adepte des montages très sophistiqués...ce qui n'empêche pas d'être efficace.

     Précaution indispensable : Bloquer le nylon par un moyen qui ne risque pas de l' écraser donc de l'affaiblir. De ce fait, j'ai renoncé au plomb catherine pour me limiter à un petit morceau de gaine silicone de 3 millimètres de longueur permettant de glisser un petit morceau de bois à l'intérieur. Un bout d'allumette fait parfaitement l'affaire.

Photo-0832.jpgPhoto-0833.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Lorsque je monte ma ligne, je mets toujours cette petite gaîne sur le corps de ligne, à l'arrière du tube anti-angle.

      Si je n'utilise pas l'auto-ferrage, la gaîne est prête et ne gêne absolument pas.

      Si je veux utiliser l'auto-ferrage, je bloque  la gaîne avec un petit morceau de bois, une dizaine de centimètres en arrière sans avoir à effectuer un nouveau montage.

AUTO-FERRAGE.JPG 

 

AUTO-FERRAGE1.JPG 

 

AUTO-FERRAGE2

    

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

    Et quand ça veut rire, il suffit de deux heures pour que les vifs soient dans la bourriche avant de couler des jours que j'espère heureux, dans mon bassin, en prévision de l'ouverture du brochet. Une quinzaine de gardons et une petite perche, ça devrait suffire, non ? En principe, oui, sans mortalité ! Mais ça c'est une autre affaire dont j'aurai sans doute l'occasion de reparler.

                    UN MOT TOUT DE MEME : SANS ARDILLON ! 

      Ah, au fait, Amis pêcheurs, si vous voulez avoir des gardons provenant de la rivière dans laquelle vous comptez faire l'ouverture,  c'est le moment de faire quelques réserves parce que la fraie a débuté et que nous risquons de ne plus voir ces amoureux transis pendant quelques temps !

       Au passage, ne croyez pas qu'ils soient calibrés mais j'ai relaché, sans les mettre dans la bourriche, ceux qui me paraissaient soit trop gros soit vraiment trop petits pour faire de bons vifs.

       Mais je ne terminerai pas cet article sans une pensée pour mon ami Nico, formidable pêcheur passionné qui, pendant que j'écris, essaie de prendre les carpes qui ont investi mon coup et que je suis incapable de tenir...Je connais mes limites !   

Photo-0866.jpgPhoto-0867.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27/03/2011 21:36:28
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par gv sur l'article PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER : Pour ou contre l'auto-ferrage., sur votre blog Le blog de l'Epinoche

Extrait du commentaire:

Je ne comprends pas comment ca marche.
En fait je crois que je ne comprends pas ce qu'est "l'auto ferrage".

Peut etre y a t il deja un article sur ce blog sur le sujet ?

© 2011 over-blog.com. Tous droits réservés

 

28/03/2011 10:17:05
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par André MARINI sur l'article PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER : Pour ou contre l'auto-ferrage., sur votre blog Le blog de l'Epinoche

Extrait du commentaire:

    Bonjour cher confrère que j'accueille toujours avec beaucoup de plaisir en qualité de lecteur assidu et fidèle.
    L'auto ferrage consiste à permettre au montage de ferrer le poisson sans que le pêcheur ait à intervenir. Lorsque le gardon prend l'esche, il est en mouvement. Si l'on bloque le fil quelques centimètres en arrière, il prend de l'élan puis est brutalement stoppé par le petit arrêt que l'on place en arrière du tube et qui supporte le feeder donc un poids qui, par inertie, ne suit pas le mouvement. Même si dans l'eau son poids réel n'est pas de 30 grammes, il est suffisant pour que l'hameçon pénètre dans la gueule du poisson sans intervention immédiate du pêcheur.
   Si l'on place la buttée un peu en arrière c'est justement pour que le poisson engame puis prenne de l'élan, ce qui décuple la puissance d'arrêt et la force de pénétration de la pointe de l'hameçon.
   Si l'on plaçait cette buttée sans laisser le poisson prendre de l'élan, il sentirait immédiatement la résistance et recracherait l'esche sans se piquer.
   En conclusion, l'auto-ferrage consiste à donner l'impression que l'esche est libre pendant un instant puis à la bloquer en mouvement par le poids du feeder. Je comprends votre remarque et m'en excuse. Si j'avais placé le feeder sur le tube comme c'est le cas en action de pêche, mon croquis aurait été parlant. J'en suis désolé. Je vais donc y rémédier.
  Merci cher Ami et toujours au plaisir de vous lire.
Cordialement André MARINI

© 2011 over-blog.com. Tous droits réservés

commentaires

André MARINI 28/03/2011 10:17


Bonjour cher confrère que j'accueille toujours avec beaucoup de plaisir en qualité de lecteur assidu et fidèle.
L'auto ferrage consiste à permettre au montage de ferrer le poisson sans que le pêcheur ait à intervenir. Lorsque le gardon prend l'esche, il est en mouvement. Si l'on bloque le fil quelques
centimètres en arrière, il prend de l'élan puis est brutalement stoppé par le petit arrêt que l'on place en arrière du tube et qui supporte le feeder donc un poids qui, par inertie, ne suit pas le
mouvement et même si dans l'eau son poids réel n'est pas de 30 grammes, il est suffisant pour que l'hameçon pénètre dans la gueule du poisson sans intervention immédiate du pêcheur.
Si l'on place la buttée un peu en arrière c'est justement pour que le poisson engame puis prenne de l'élan, ce qui décuple la puissance d'arrêt et la force de pénétration de la pointe de l'hameçon.
Si l'on plaçait cette buttée sans laisser le poisson prendre de l'élan, il sentirait immédiatement la résistance et recracherait l'esche sans se piquer.
En conclusion, l'auto-ferrage consiste à donner l'impression que l'esche est libre pendant un instant puis à la bloquer en mouvement par le poids du feeder. Je comprends votre remarque et m'en
excuse. Si j'avais placé le feeder sur le tube comme c'est le cas en action de pêche, mon croquis aurait été parlant. J'en suis désolé. Je vais donc y rémédier.
Merci cher Ami et toujours au plaisir de vous lire.
Cordialement André MARINI


gv 27/03/2011 21:36


Je ne comprends pas comment ca marche.
En fait je crois que je ne comprends pas ce qu'est "l'auto ferrage".

Peut etre y a t il deja un article sur ce blog sur le sujet ?


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -