LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.

 Quel temps de chien aujourd'hui ! 

Nous passons plus de temps à tenter de passer entre les gouttes qu'à nous préoccuper de nos lignes à sandre...et pourtant !

-Le niveau de la Marne est encore un peu haut donc elle court un peu plus qu' habituellement, au mois de juin mais elle est bien oxygénée.

-Légèrement trouble, elle favorise les prédateurs qui perçoivent parfaitement les vibrations émises par leurs proies sans être vus.

-Le temps est sombre depuis trois jours et convient parfaitement à ce poisson lucifuge qui, en principe, est surtout actif tôt le matin et tard le soir.

-Un petit vent ride la surface et pour couronner le tout, les ablettes sont très faciles à prendre.

Deux sandres avant-hier et un hier suffisent à me faire plaisir mais qu'ils sont méfiants ! La moindre résistance suffit à les faire décamper en laissant l'ablette passée à la râpe à fromage. 

N'opposer qu'une très faible résistance à la touche n'est pas chose facile, même avec 80 cm de bas de ligne en fluorocarbone de 18 centièmes et une plombée dont le trou est agrandi pour laisser filer.

Mais reste la détection de la touche par le pêcheur. Si l'on se fie au scion, c'est déjà perdu.

L'allumette fendue, le petit caillou posé sur le sol, le moulinet débrayable hyper-sophistiqué...autant d'astuces que l'on peut laisser de côté.

Alors j'ai ressorti mon détecteur de touche "maison", ultra-sensible qu'une mouche (une grosse mouche, quand même ! ) pourrait déclencher et là, ça marche. Oh ! pas à tous les coups mais assez pour assurer quelques prises et égayer la journée.

J'avais déjà présenté un "truc" de ce genre mais le plomb tombait sur la clochette et le moindre balancement faisait qu'il tombait à côté.

Là, plus de problème et c'est un truc de môme qui marche, facile à confectionner, qui ne coûte rien et qui ménage les oreilles sensibles. Moi, ça me rappelle mes réveils dans mon chalet du Jura, près du col de la Faucille.

Alors, imagination ou nostalgie ?

LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.
LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.

Une simple tige en fer plantée dans le sol, sur laquelle j'ai collé un bout morceau de tasseau, lui-même percé d'un trou.

Je pince une petite clochette en haut, comme nous en avons tous dans nos boites à pêche.

LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.
LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.

J'attache un fil à l'extrémité de la clochette, je le passe dans le trou du tasseau et j'attache un poids de 20 grammes au bout.

Parallèlement je prépare une légère tige en cuivre recourbée et je boucle au milieu pour pouvoir l'attacher et ne pas être obligé d'en refabriquer une à chaque touche parce qu'elle gicle du montage.

LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.

La ficelle qui tient la petite tige recourbée est maintenue par une boucle passée dans la tige initiale plantée au sol.

LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.

Revenons à la tige plantée en terre et lestée d'un plomb à l'extrémité.

Je fais une boucle sur le fil; entre la terre et le tasseau, si bien que lorsque la tige en cuivre passe dans cette boucle, le poids de 20 grammes est en suspension.

On imagine facilement que si on sort la tige, le poids de 20 grammes tombe et c'est suffisant pour faire tinter la clochette puisque ce petit ustensile est muni d'un ressort.

LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.
LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.

ANSE DE PANIER OUVERTE

TIGE METALLIQUE PLANTEE PERPENDICULAIREMENT AU MOULINET, DU COTE OPPOSE A L'ANSE DE PANIER POUR EVITER UN EMMELAGE.

Le fait de planter cette tige exactement à la hauteur du tambour empêche le fil de se dévider et d'accrocher un brin d' herbe lorsqu'il part.

Le détecteur est armé en passant la tige de cuivre dans la boucle du fil et le petit crochet de cette tige permet d'accrocher le fil du moulinet qui fait donc un angle avec le premier anneau.

On imagine facilement qu'une très faible tirée suffit à tirer le crochet en cuivre, à libérer le fil qui peut filer sans résistance du moulinet.

LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.

Voici la position armée. On voit la tresse qui se trouve sur la bobine sans se dévider, tenue par la partie courbe de la tige, elle-même passée dans la boucle qui empêche le plomb de tomber.

Cette sensibilité supporte mal un vent trop fort qui fait bouger le bout du scion ou un courant fort qui tire sur le fil dans l'eau. Là où je pêche les conditions sont idéales puisque mes cannes sont abritées du vent et il y a un courant très atténué.

La seule chose dont je ne suis pas protégé, c'est la pluie alors aujourd'hui, on fait relâche.

LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.

A la moindre tirée, le fil est libre de filer et le plomb qui a fait tinter votre clochette vous prévient que la sieste est finie.

Sans plaisanter, cette fois, s'il y a un vent soutenu ou si le courant est assez fort, on peut augmenter le poids et passer à 30 ou 40 grammes mais évidemment, on diminue la sensibilité.

C'est tout bête mais comme dit l'autre: "Il fallait y penser". C'est sans doute pour cela que mes amis, pêcheurs et amateurs de sandres s'y sont mis avec succès, alors ça ne coûte rien d'essayer.

LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.
LA PECHE AU VIF: LE SANDRE EST ACTIF, C'EST LE MOMENT D' EN PROFITER.
Tag(s) : #La pêche du sandre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :