PATER-NOSTER INVERSE : Le dernier d'une longue série d'articles. - PÊCHE EN SEINE-ET-MARNE proposée par André MARINI

Puisque ces articles sont lus, qu'ils font débat et confrontation amicale de montages, pourquoi ne pas aller jusqu'au bout ?

 

Lorsque j'ai présenté ce montage pater-noster que j'utilise d'ailleurs depuis peu, l'un de nos lecteurs a fait remarquer à juste titre que le montage-type, préconisé en son temps par Monsieur DUBORGEL et par Henry LIMOUZIN ne se présentait pas à l'identique.

 

On pourrait d'ailleurs y ajouter Jérôme NADAUD.

 

Vie associative oblige !

 

Notre assemblée générale et son compte-rendu ne m'ont pas permis de publier plus tôt, en tout cas pas avant la fermeture mais les saisons se suivent...

 

Ce n'est donc que partie remise, surtout pour des méthodes très efficaces et pérennes.

paternoster-invers--2426fdc.jpg

Voici, en rappel, le montage type tel qu'il figure dans le forum, présenté par notre confrère Toflacarpe.

 

Le bas de ligne est fixé à l'anneau perpendiculaire de l'émerillon pater-noster. Grâce à cet assemblage, le lancer est facilité par le fait que le flotteur plombé ouvre la route du bas de ligne...sauf, si, comme moi, on utilise toujours de très gros vifs.

 

Voici deux croquis qui montrent la difficulté que je rencontre avec le bas de ligne lors du posé d'un vif plus lourd que le flotteur plombé.

 

N'oublions pas qu'à ce moment-là, nous sommes dans l'air et non dans l 'eau.

img030

1) Le montage en supposant qu'il soit posé à plat sur l'herbe.

 

1A) Au moment du lancer, le vif, toujours plus de 100 grammes, quelquefois beaucoup plus, ouvre la route et le flotteur reste à l'arrière, freinant le lancer et retournant l'émerillon pater-noster.

 

Ceci m' a souvent conduit à relever puis relancer jusqu'à ce que j'obtienne le résultat escompté.

 

Le vif n'aime pas ça !

 

Il y a sans doute un remède mais, en toute humilité, je ne l'ai pas trouvé.

Voici maintenant deux autres croquis montrant comment j'ai contourné cette difficulté.

img031.jpg

img032.jpg

2) Le montage, toujours en supposant qu'il soit à plat.

 

Par rapport au montage type, j' attache le fil reliant l'émerillon au flotteur à l'anneau perpendiculaire.

 

2A) Au moment du lancer, le vif plus lourd, maintient l' émerillon pater-noster en ligne et la plombée, qui vient se caler contre lui pendant la descente, entraine le flotteur qui pivote en décrivant un arc de cercle vers le haut, à droite.

 

J'ai uniquement pêché le brochet de cette manière et seulement cette année en automne.

 

J'ai déjà fait état de ma propension à n'utiliser que des gros vifs et des hameçons canadiens de triple zéro mais rien ne dit que je ne reviendrai pas au montage traditionnel la saison prochaine avec des vifs plus petits lorsque je chercherai le sandre.

 

A mon sens, cette méthode peut être très efficace.

 

DONC, AFFAIRE A SUIVRE...LA SAISON PROCHAINE.

 

Petit poisson sera devenu grand puisque, de plus en plus, nous leur prêtons vie.

Tag(s) : #Les montages en Pater-Noster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :