"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

           Hier

 1.301 Visiteurs  

 

  1er et 21 juillet 2017

 27.584 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.227.852 Visiteurs

   

TOTAL ARTICLES LUS 

19.881.570   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 07:00

 

Article initialement publié en 2010 et remis à jour du fait de nouveaux commentaires.

  Je le répète souvent...Parce que j'en suis convaincu...La pêche est une grande école d'humilité, avec ses réussites et ses échecs, ses belles bourriches et ses "capots", ses bons et ses mauvais jours.

 

Mais il y a une constante parmi ces aléas et ces apparentes contradictions:  Etre curieux de tout et écouter...Ensuite, on prend ou on laisse, tout dépend du résultat !

 

A la suite d'un article récent publié sur ce blog et intitulé :" PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER, ENFIN UNE BONNE JOURNEE", l'un de nos lecteurs, dans son commentaire, conseille d'utiliser le Frolic pour chiots.

 

Presque sans y croire, j'ai essayé, sans conviction je l'avoue parce que la veille, un pêcheur voisin utilisant cette même nourriture mais pour chiens adultes, n'avait pas vu grand chose et mon pote Jean-Mi, essayant lui aussi, n'a pas vu de différence. 

 

  Oh, je n'ai pas essayé tout de suite ! Avec une nourriture pour chiens, il vaut mieux être prudent et ne pas courir le risque de se retrouver avec un Pit Bull (ou Pitbull si vous voulez) dans l'épuisette.

 

Manquerait plus que je me fasse gratter parce que je n'emporte pas de muselière pour une partie de pêche !

 

Mais revenons à nos Frolics (Je n'avais pas de moutons sous la main) que j'ai donc utilisés comme notre ami, pêcheur du Tarn, l'avait recommandé.

 

Juste pour deux journées avant un mini-départ en vacances mais quel festival ! Moi qui ne suis pas carpiste pour deux sous, je peux dire que je me suis régalé en Marne et comme je ne m'y attendais pas, mon 18 centièmes a explosé aux deux premiers départs.

 

Carpes et barbeaux semblent attirés comme par un aimant. A se demander ce que font les concepteurs d'amorces pour la pêche ! Ils vont se faire souffler le marché sous le nez !

 

Le moins que je puisse faire c'est écrire d'essayer, si ce n'est déjà fait et, le cas échéant, de faire un petit retour en arrière pour relire le commentaire de notre ami.

 

Dans cet article, je m'attacherai simplement à décrire la façon dont j'attache les croquettes.

 

Pour avoir essayé toutes les méthodes...et ce n'est pas ce qui manque...J'en retiens une qui me paraît la meilleure. L'avantage de cette esche est aussi son inconvénient: Très tendre et se délitant vite, au cheveu traditionnel il faut relever souvent.

 

Par contre, en faisant un cheveu à boucle, on prolonge très sensiblement la "durée de vie". De plus, la présentation est parfaite parce que réglable.

 

F1

 

F2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préparer une boucle pouvant laisser passer deux esches sur un fil d'une quinzaine de centimètres. Hameçon à boucle de 12. Avec un hameçon à palette, le résultat est le même mais le montage d'un hameçon à boucle est d'une grande facilité. De plus, il n'y a pas d'usure du fil sur la palette. 

 

F3

 

F4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passer un brin libre du bas de ligne par devant et le descendre en le serrant le long de la hampe COTE A COTE AVEC LE BRIN TERMINE PAR LA BOUCLE QUE L'ON VIENT DE PREPARER. Tourner l'autre brin du bas de ligne le long de la hampe en enserrant le brin libre du bas de ligne et le second brin terminé par la boucle puis ressortir par l'arrière.

 

     En fait, celà revient à attacher un hameçon à boucle avec, le long de la hampe, un petit morceau de fil terminé par la boucle qui fera noeud coulant autour des esches.

 

F6

   F5                                                                                            

 

Couper l'excédent du premier brin libre du bas de ligne puis passer la boucle  dans les esches.

 

F7

 

F8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                           Faire un noeud coulant autour des 2 esches et serrer délicatement.

 

F9

 

F10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tirer l'extrémité du fil terminé par la boucle pour obtenir un positionnement parfait des esches puis faire un noeud simple à un centimètre de l'extrémité pour qu'au moment de l'engamage ou lors du changement d'esche, le fil ne sorte pas du corset du bas de ligne.Laisser dépasser ce morceau de fil. Il ne gênera en rien l'engamage et si l'on utilise du fluoro-carbone, c'est le top.

 

F11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour recharger, il suffit de tirer un peu la boucle vers le bas. Le noeud évitera une maladresse. Donc, tirer la boucle vers le bas, recharger, tirer le fil vers le haut pour une présentation parfaite et ne pas se prendre les pieds dans le tapis au moment du lancer.

 

Chose surprenante, les esches prises dans un noeud coulant tiennent très longtemps alors que si un seul brin passe au milieu, il faut recharger très souvent.

 

Bien entendu, si l'on esche avec une seule croquette, la boucle de départ (Figure 1) doit être réduite d'autant... C'est évident !

 

 

 

   

L'auteur du présent article décline toute responsabilité dans l'hypothèse où un chien de 1ère ou de 2ème catégorie se laisserait tenter par un pêcheur téméraire utilisant cette esche qui lui est normalement destinée.

    

16/08/2010 21:20:00
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par gv sur l'article PECHE AU QUIVER OU AU FEEDER: Le Frolic, j'ai essayé., sur votre blog Le blog de l'Epinoche

Extrait du commentaire:

3 question se posent a moi en lisant cet article :
- est ce bien un n°12 cet hamecon ? la main me semble bien petite.
- Le aussi me parait bien gros.
- Cela fait plusieurs fois que je lis "Frolic", c'est une marque bien precise. Est elle utilisee comme on dit un 'frigidaire' ou bien les autres marques comme eco+ ou les marques distributeurs des
grandes surfaces (bien moins cheres, que vais je faire de 2kg de Frolic moi ?!) ne sont elles pas aussi apettantes pour les poissons a moustaches ?

 

voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2010 over-blog.com. Tous droits réservés
17/08/2010 12:35:33
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par André MARINI sur l'article PECHE AU QUIVER OU AU FEEDER: Le Frolic, j'ai essayé., sur votre blog Le blog de l'Epinoche

Extrait du commentaire:

Bonjour cher lecteur,
     En réponse à vos deux premières questions, pour les besoins des photos que je réalise moi-même, j'utilise forcément un hameçon de grande taille et du fil de couleur.
En l'occurence, en hameçon de 2 et du backing de couleur orange mais, je le répète, uniquement pour que le montage soit visible.
    Je confirme que pour celui qui est présenté, en action de pêche j'utilise un hameçon à boucle de 12 et du fluorocarbone, invisible dans l'eau, de 18 centièmes.
    Pour ce qui concerne votre troisième question, il s'agit bien de Frolic pour CHIOTS (Je ne fais pas de publicité pour la marque, vous l'aurez compris). Pour ce qui concerne votre utilisation personnelle, il serait intéressant de savoir si vous obtenez de bons résultats, auquel cas rien ni personne n'interdit de remplacer le terme Frolic, pour lequel vous faites très justement remarquer qu'il est utilisé comme un nom commun, par croquettes pour chiots. Suivant les conseils d'un lecteur et ayant rencontré d'autres pêcheurs qui pêchent au Frolic, j'ai essayé...avec succès...Mais
j'ai passé trop de temps au bord de l'eau pour ne pas savoir que l'on sacrifie parfois à certaines modes... Si le Frolic possède des vertus que ne possèdent pas les autres marques, seule l'expérience me le dira car, pour l'instant, mes essais sont trop limités dans le temps.
    En conclusion, je vous tiendrai informé si les performances se confirment et de votre côté, tenez-nous au courant des performances que vous réalisez avec vos ingrédients.
   Vous êtes pêcheur et, comme moi, vous savez parfaitement qu'une expérience ou un essai n'ont de valeur que si ils sont étalés dans le temps...Donc, forcément, à bientôt sur ce blog.
Cordialement André MARINI

 

voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2010 over-blog.com. Tous droits réservés
17/08/2010 21:28:30
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par gv sur l'article PECHE AU QUIVER OU AU FEEDER: Le Frolic, j'ai essayé., sur votre blog Le blog de l'Epinoche

Extrait du commentaire:

Merci pour le suivi et vos réponses à mes commentaires.
Je me posais cette question car j'avais moi même envisagé cette option lors de ma visite dans les rayons pèche et voyant les prix des amorces. Je ne suis pécheur que du dimanche d’où mes considérations pécuniaires très terre à terre ;-)
Ma conclusion avait été que ca ne peut être valable que
1 – si on possède un chien pour le nourrir (les prix au kg des petits conditionnements sont très élevés
2 – si l'on excepte les grandes marques, très chères
Et malgré tout, les tarifs restent très proches
Mais j'avais abandonné l'idée en me disant que les aromes des uns et des autres pouvaient être bien différents et je voulais prendre encore quelques infos sur des sites comme le votre.
En fait je continue de faire mon amorce avec du pain sec et de la farine de Mais/blé noir et terre a laquelle j'ajoute une poignée d'esches.
La croquette pour chiens en guise d'esches, je n'avais pas imaginé vu la différence de taille, pour ma petite pêche, entre l'hameçon et l'appât.

 

voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2010 over-blog.com. Tous droits réservés
10/09/2010 00:20:56
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par stephane gavignet sur l'article PECHE AU QUIVER OU AU FEEDER: Le Frolic, j'ai essayé., sur votre blog Le blog de l'Epinoche

Extrait du commentaire:

Je lis que le Feeder au FROLIC suscite des interrogations auxquelles je vais essayer d'apporter quelques réponses :
- FROLIC ou autres croquettes ? les cyprins aiment les croquettes (pour chiens, pour chats), je le vois tous les jours dans mon bassin. J'ai renoncé à acheter la nourriture pour poissons d'ornement (hyper chère) et je nourris mes carpes aux croquettes pour chats sans marque. L'avantage du vrai FROLIC pour la pêche : IL COULE quand la plupart des croquettes FLOTTENT. Vous pouvez donc mettre n'importe quelle croquette à l'hameçon et faire décoller votre appât, en revanche si vous lancer des croquettes pour amorcer et qu'elles restent toutes à la surface....il ne vous reste plus qu'à pêcher au buldo !!!! vous m'avez compris. A cet effet le magazine "carpe passion" dans son hors série été 2010, a publié un comparatif des alternatives au FROLIC. En résumé si vous souhaitez prendre une croquette qui ressemble au FROLIC (croquette un peu tendre en forme d'anneau), à retenir : LYDOG (Leclerc), Tendres croquettes Auchan, ou Croq'tendre Canaillou (Intermarché). Attention elles n'existent qu'en version gros chien (donc grosse croquette, donc pour grosse carpe à grosse bouche !!!).
- le prix : je n'ai pas de chien, j'achète en petit conditionnement (1 kg), prix au KG, environ 2 euros. Avec 1 kg je fais en général 2 seances de pêche. FROLIC, c'est peut-être de la croquette "haut de gamme", mais ça reste moins cher qu'un kilo de "3000 feeder" + 1/2 litres de pinkies. C'est quand même pas la ruine.
- montage : j'ai fais un autre commentaire dans lequel je disais que j'utilisais les élastiques spéciaux pour pellets pour escher le FROLIC (hyper simple d'emploi et très efficace).
- amorçage : dans cet autre commentaire, j'explique comment agglomérer les FROLIC avec de la colle à asticot pour pouvoir amorcer précisément à la fronde et à grande distance.
Bonne pêche...

 

voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2010 over-blog.com. Tous droits réservés
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 08:53

C'est sans doute la pêche du moment mais il faut encore attendre que les rivières aient retrouvé un niveau et une couleur normales.

 

Pour moi, mars et avril sont les pleines périodes, bien qu'il s'agisse d'une pêche statique qui s'accorde assez peu avec une température basse.

 

LA POSITION DE LA CANNE.

 

Du fait d'un courant assez soutenu, la canne doit être tenue haute, pointée vers le ciel pour échapper à la force du courant qui obligerait à augmenter le poids du lest.

 

Ceci n'est évidemment possible que si le vent n'est pas trop violent ou si l'on est dans un endroit abrité.

 

Canne ainsi positionnée, il y a moins de fil dans l'eau donc moins de force de courant qui s'exerce dessus..

 

 

La bannière sera tendue aval par le courant et l'on verra parfaitement les touches mais le ventre sera moins important et résistera moins à la tirée du poisson qui relacherait si la résistance était trop grande. 

 

LA TAILLE DE LA CANNE

 

Cest le moment de laisser de côté les 3,30 ou moins au profit de cannes plus longues, notamment les 3,70 et plus, toujours pour la même raison qui consiste à faire échapper le maximum de bannière au courant.

 

Les 3,90 ou les 4,20 sont parfaites et auront, de plus, l'avantage de permettre de mieux maîtriser un gros specimen.

 

LE SENS DE LA CANNE

 

Toujours avec le même souci de diminuer la pression du courant, on doit pêcher AVAL et la bannière ne doit pas être à angle droit par rapport à la rivière.

 

 

LE FEEDER

 

Quel que soit le feeder utilisé, il ne faut pas hésiter pas à monter en grammage et à utiliser un procédé autobloquant.

 

En effet, à l'inverse des pêches d'été où les rivières sont tranquilles, on n'échappera pas à la traction du courant, quels que soient la position, le sens de pêche, la taille de la canne...et le fait, pour le poisson d'avoir à rattraper la bannière, même réduite, avec la pression qui s'exerce dessus, suffira à faire ferrer dans le vide trois fois sur quatre.

 

LA DISTANCE DE PECHE

 

Il est important de pêcher, non pas à la même place parce que notre précision n'est pas suffisante, mais à la même distance et pour cela, on emploie l'astuce suivante:

 

Après le premier lancer qui parait correct, on coince le fil de moulinet, fil sorti, dans l'ergot du tambour.

 

Ainsi nous sommes certains de lancer toujours à la même distance.

 

7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 07:59

C'est un problème que nous rencontrons tous à certains endroits et dans certaines rivières.

 

Les fonds sont si encombrés de branches et obstacles divers que la pêche au feeder y est quasiment interdite du fait de l'accroc systématique du feeder reposant au fond.

 

C'est d'ailleurs bien dommage parce que c'est souvent là que se trouve le poisson, abrité des prédateurs.

 

Voici le système que j'ai adopté pour ce genre de situation que je rencontre très fréquemment en Marne.

1-CANNE FEEDER MAIS CE N'EST PAS INDISPENSABLE.

 

  Si l'on utilise une autre canne dont le scion est moins flexible, l'ensemble doit être muni d'un déclenchement très sensible à la touche.

 

 

Fixer un rilsan sur le pied du moulinet.

Emboiter une cheville au bout du rilsan

Emboiter un blocage de ligne en plastique au bout de la cheville.

 

LE SYSTEME PERPENDICULAIRE AU MOULINET.

 

 

Ce petit gadget est diabolique de sensibilité. Il permet de pêcher anse de panier ouverte, plie à la moindre traction et lâche le fil. 

 

2-PRINCIPE DU MONTAGE TERMINAL

 

 

J'ai, désormais, évacué de mes montages, tout ce qui est de nature à faire des noeuds ou à freiner le fil par aspiration ou par ventouse.

 

Même au pater-noster, au sandre, au brochet à fond, j'utilise cette simplification.

 

Un émerillon baril passé dans le corps de ligne, une perle, un émerillon baril supportant le bas de ligne.

 

Tous les noeuds sont des noeuds cuiller.

 

Le bas de ligne est ainsi en prise directe sur le scion.

 

C'est évidemment très simple mais remarquable d'efficacité et sans noeud, même s'il n'y a pas de courant.

 

Le fil n'a qu'à glisser dans la boucle du noeud baril, ce qui ne créée pas de résistance et peu importe la plombée puisqu'elle reste en place, quelle que soit la touche.

 

JE RECOMMANDE VIVEMENT D'EFFECTUER AINSI TOUS LES MONTAGES DE FOND A CONDITION QUE TOUS LES NOEUDS SOIENT DES NOEUDS CUILLER.

 

VOUS SEREZ SURPRIS PAR LA SENSIBILITE, LA SIMPLICITE ET L' EFFICACITE.

 

MEME AU VIF, PAS DE NOEUD ET DES DEPARTS D'UNE FRANCHISE INEGALABLE.

3)-MONTAGE SPECIFIQUE AU FEEDER POUR FONDS ENCOMBRES

 

Le principe est simple.

 

Le feeder ne doit pas être du commerce mais fabriqué par les soins du pêcheur avec de la toile grillagée.

 

En tout cas, le plus léger possible.

 

Peu importe qu'il soit coulissant ou non.

 

Ce qui a de l' importance c'est qu' il y ait une longueur de fil 

 

DERRIERE LUI supportant la plombée perdue.

 

Il consiste tout simplement à relever le feeder d'une trentaine de centimètre et à utiliser une plombée perdue attachée avec du 10 centièmes.

 

 

Lorsque le feeder en toile grillagée sera plein, il sera au fond mais au fur et à mesure qu'il se videra, il remontera A LA VERTICALE et seule la plombée perdue restera au fond.

 

S'il n'y a pas accroc, elle reste au bout de la ligne.

 

S'il y a accroc, elle casse mais elle seule et est remplacée en 2 secondes.

 

Peu importe le poids de la plombée puisqu'elle ne joue aucun rôle dans la touche et la prise grâce au système très simple de coulissage.

24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 09:28

Comme j'ai conclu un pacte de non-agression avec le brochet qui se tient à mes pieds et qui bondit à la vitesse de l'éclair sur les poissons que je rassemble, je ne pêche pas au vif, de peur de le prendre alors qu'il m'amuse beaucoup et que, surtout, j'apprends à connaître son comportement.

 

Depuis trois jours, je me suis donc reconverti dans le gros cyprinidé.

 

Il y a tant de carpes qui sautent au milieu et sur l'autre rive que j'espère bien les faire venir sur le coup mais, malgré mes efforts, rien à faire.

 

Ah Nico, mon ami, si seulement Pacific Pêche te prenait un peu moins de temps !

 

 

Voici mon amorçage:

-Bouillettes.

-Croquettes

-Pellets de 14

-Pellets de 8

 

Je pêche au pellet de 8, le plus petit mais le plus efficace.

 

Un feeder de 80 grammmes garni d'amorce mélangé à du maïs en grains sert de plombée.

 

Bien entendu, j'en mets deux à l'hameçon à boucle monté au cheveu.

 

Ce ne sont pas les carpes qui se manifestent mais les barbeaux. Mais alors, quels barbeaux !

 

Des bombes au niveau de la défense et des départs de champions de 100 mètres. Ils ne s'avouent pas facilement vaincus mais ils faut dire que leur taille les aide considérablement.

 

Bien que ce ne soit plus trop la saison et que je ne les vois plus enchainer leurs sauts caractéristiques si spectaculaires, je les ai un peu réveillés.

 

Oh, pas longtemps. Tout au plus une demi-heure avant que la rivière ne retombe dans la léthargie, à l'exception de mon copain brochet qui continue à se remplr le ventre.

 

Le feeder est rempli d' amorce Charlot que j'ai déjà présentée, mélangée à une boite de maïs en grains.

 

 

1ère prise, dès la ligne à l'eau.

 

 

2ème prise, à peine le feeder rempli, l'hameçon regarni et la canne remise en position.

 

 

3ème prise calibrée, dans la demi-heure qui suit puis PLUS RIEN de tout l'après-midi, pas même un chevesne alors que j'en avais pris deux très gros la veille, pas une brème alors qu'elles fouillent devant moi et, bien sûr, pas une carpe.

 

A n'y rien comprendre ! 

 

Mais tout de même, le pellet est un véritable aimant, lorsqu'ils sont là.

11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 18:19

S'inspirant d'un montage que je préconise en milieu encombré, voici le croquis qu'un fidèle lecteur m'a fait parvenir.

 

 

Voici maintenant le montage que je préconise pour un type de pêche en rivière, s'adressant à de gros poissons tels que le barbeau, le chevesne et éventuellement la carpe.

 

Il y a peu de différence, si ce n'est:

 

-Mon corps de ligne est en 25 centièmes avec bas de ligne en 18 centièmes.

 

-Je ne mets surtout pas de système d'auto ferrage.

 

S'adressant aux barbeaux en priorité, la position de leur bouche permet un ferrage à chaque touche mais surtout, l'auto-ferrage a pour conséquence d'entrainer le montage avec le poisson donc de trainer sur le fond surtout quand on sait qu'un barbeau a un départ rapide et brutal et qu'il suit justement le fond.

Dans ce cas, c'est l'accrochage et la casse assurés.

 

Par contre si la pêche concerne des poissons tels que le gardon, je préfère de loin ce montage:  

 

Comme dans toutes ces pêches où le relevage de la ligne est très fréquent, je prévois toujours 150 mètres de fil sur la bobine et je n'hésite pas à en sacrifer 1 ou 2 mètres dès que j'entends le fil "râper" au relevage.

 

Précaution indispensable si l'on ne veut pas tout perdre lors d'une touche du fait d'un éraillement rapide.

1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 10:30

Bonjour André,

Tout d'abord merci pour votre site et tout ce que vous y avez ecrit, c'est une véritable mine d'informations, précises et sans retenue, que j'apprécie beaucoup.
Je n'en ai pas encore fait le tour, mais j'ai monté une de mes cannes au Feeder avec la plombée gainée longue que vous montrez, c'est bien. Je n'ai encore rien pris pour le moment, mais c'est sans doute que je l'utilise mal. Pour commencer je n'ai pas de canne "quiver" donc j'ai ajouté à un bouchon coulissant pour voir les touches, et puis je manque d'experience dans la pèche en général :)

Je peche dans le Grand Morin, dans les étangs autour de Marne la Vallée, et un peu en Marne. 
J'imagine que tout le monde doit vous solliciter, mais si vous aviez l'envie de partager une session de peche avec moi, je me rendrai disponible, et ce serait un grand plaisir.

Merci encore, vraiment.

Bonne journée
,


Michael

Bonjour Michaël

 

Tout d'abord, j'ai, par discrétion, fait sauter votre numéro de tléphone et votre lieu de résidence.

 

Concernant la pêche au quiver dans le Grand Moirin, vous avez peu de chance en ce moment.

 

1)-Mon montage, que vous utilisez, s'adresse à de gros poissons comme le barbeau ou la carpe. Or la carpe fraie en ce moment et le barbeau est pratiquement absent.

2)-Le Grand Morin est une "rivière froide" du fait d'une faible largeur pour une bonne profondeur et du fait des arbres qui la bordent.

Pêcher à fond n'offre que peu de possibilités pour un poisson qui cherche des couches d'eau plus tempérées.

Voir "plancton" et "thermocline" sur le site.

3)-Votre montage ne peut pas vous permettre de voir les touches. Il faut que le fil soit directement au contact du plomb partant de la pointe du quiver, sinon, il offre trop de résistance s'il y a un flotteur intermédiaire.

 

Je serai à Germigny l'Evêque lundi à partir de midi, sur la place et j'ai un C15 blanc équipé pour la pêche. Si vous pouvez venir, je me ferai un plaisir de vous offrir deux ou trois scions quiver que vous pourrez facilement adapter sur vos cannes. 

 

A bientôt peut-être.

(J'ai bien écrit, "OFFRIR")

29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 07:30

Le présent article ayant donné lieu à des échanges avec mon ami TOAD, fidèle lecteur, je le remonte aujourd'hui et le complète avec notre correspondance.

Pour compléter votre article comme toujours très utile: une autre solution serait de terminer le corps de ligne par une boucle simple, si l'on ne dispose pas d'émerillon assez petit pour passer à travers les anneaux du scion quiver. Il suffit alors de préparer des montages intermédiaires qui supportent l'amorçoir et que l'on attache par une boucle dans la boucle, sur le lieu de pêche, une fois le scion choisi en fonction des conditions. Voici des liens vers des schémas que j'ai faits pour un forum:
http://i38.servimg.com/u/f38/17/52/12/19/montag10.png 
http://i38.servimg.com/u/f38/17/52/12/19/montag11.png
 
 
Bien sûr, Toad, toutes les techniques sont bonnes mais après usage, boucle dans boucle, il faut couper.
De même si les conditions changent en cours de partie, il faut également couper au cas où l'on veut changer le quiver tip mais je regarde en suivant vos liens et peut-être les reproduirais-je avec votre permission.
Merci et amicalement.                                      André
 
 
On peut laisser la boucle simple sur le corps de ligne, pas besoin de la couper à chaque fois après usage, le nœud passe bien à travers les petits anneaux des scions quiver (sauf si on utilise du fil de gros diamètre). Pas de souci pour reproduire les schémas ou les montages, je n'ai, hélas, rien inventé ;-)
 

Merci de vos visites sur mytesting

 

RECHARGER L'ANIMATION

La pêche au feeder est parfois une pêche d'imprévus.

 

Lorsque l'on arrive au bord de l'eau, on ne peut jamais prévoir qu'elles seront les conditions ce jour, surtout en cette période où le courant est particulièrement changeant.

 

Un jour, c'est calme, le lendemain, ça file à toute allure en bouillonnant et, manque de chance, le scion prévu ne correspond pas, soit parce qu'il est trop sensible, soit parce qu'il ne l'est pas assez.

 

En changer s'impose mais il faut se livrer à un véritable exercice que nul d'entre nous n'a envie de faire tant nous sommes pressés de tremper notre fil.

 

Pourtant, il faut bien s'y résoudre sous peine de passer une journée catastrophique avec un scion à la limite de sa sensibilité ou, au contraire, pas assez si l'eau est à peu près calme.

 

Le meilleur moyen de se livrer à cet exercice est de prévoir un montage qui puisse se défaire et se remonter en un clin d'oeil.

 

En un mot, il faut pouvoir enlever le feeder qui ne passera jamais dans l'anneau terminal et prévoir le reste du montage avec des micro émerillons qui, eux, passeront sans problème.

 

Vous avez sans doute déjà compris où je veux en venir : Pour enlever le feeder, il suffit qu'il soit agrafé mais pas n'importe comment puisque si vous enlevez le feeder, c'est l'agrafe qui ne passera pas.

 

Pour remédier à cela, montez votre feeder avec une double agrafe BALZER et le tour sera joué.

 

Vous ferez passer la partie pêchante par l'anneau terminal, vous changerez le scion puis vous repasserez la partie pêchante dans le nouveau scion. 

 

Vous avez le choix entre ces deux modèles :

 

Double agrafe simple

 

 

Double agrafe avec micro émerillon

 

Il vous suffit ensuite de prévoir un montage très simple pour pouvoir démonter et remonter rapidement.

 

 

Détachez l'agrafe à sa partie supérieure pour que le feeder suspendu puisse être libéré, passez votre bas de ligne dans l'anneau terminal mais pour cela prévoyez des micro émerillons, changez le sion, remontez puis agrafez le feeder.

 

La deuxième agrafe vous servira à changer de feeder sans avoir à tout démonter. 

 

Si vous ne trouvez pas ces gadgets chez votre détaillant, ils sont disponibles par internet.

8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 10:00

 

 

Cliquer ici pour les codes HTML ET JAVASCRIPT disponibles sur mon blog "mytesting"

Ils ont tous deux leurs avantages mais aussi leurs inconvénients.

 

Si la tresse présente les avantages de n'avoir aucune élasticité, de retransmettre instantanément la touche et de supporter une grande finesse grâce à sa solidité, elle demeure sans souplesse et présente moins de résistance à l'abrasion.

 

Par contre, le nylon offre une grande résistance à l'abrasion, il amortit les chocs et permet une glisse sans problèmes.

 

Mais voila, l'élasticité du nylon lui permet ou plutôt lui permettait de s'étirer de 30 pour cent de longueur.

 

Une pêche à 30 mètres supporte un étirement de 10 mètres ce qui ne permet pas un bon contrôle de la touche et encore moins du ferrage puis du contrôle du poisson.

 

Il n'est pas non plus particulièrement préconisé d'attendre un étirement de 10 mètres avant de voir le tremblement du quiver.

 

C'est sans doute la raison pour laquelle bon nombre de pêcheurs se sont tournés vers la tresse malgré sa propension à ne pas couler très vite et son goût prononcé pour ramasser tout ce qui traîne en surface.

 

 

Mais qu'en est-il aujourd'hui ?

 

Conscients de l' inconvénient d'une trop grande élasticité, les concepteurs ont mis au point des monofilaments dont l'élasticité est fort réduite par rapport aux anciens nylons avec une régularité de calibrage, un excellent rapport diamètre/puissance, une résistance aux noeuds, à l'abrasion et au vieillissement qui peuvent désormais nous orienter vers cette utilisation.

 

On trouve actuellement des monofilaments dont le coefficient d'élasticité est réduit de moitié, soit 15 pour cent. 

 

Un ferrage avec du nylon nécessitera un geste ample qui pardonnera la brusquerie, ce que ne permet pas la tresse.

 

 

La tresse, loin d'être abandonnée, sera plutôt réservée à la pêche au lancer puisque là, le ressenti de la touche gagne à être immédiat ou au feeder à très longue distance et, bien entendu, pour toutes les pêches de fond, également à longue distance afin de procurer un meilleur ferrage.

 

Personnellement, pour la pêche au feeder et au quiver, j'ai définitivement opté pour le monofilament, compte-tenu des avantages qu'il présente mais s'il y a bien une précaution à prendre c'est de choisir un matériau moderne, à élasticité réduite.

 

Et qui dit matériau moderne dit forcément prix relativement élevé mais le jeu en vaut la chandelle et, personnellement, je n'ai pas hésité à sortir de mes anciennes habitudes pour me tourner désormais vers le monofilamant.

 

Mais, pour le lancer, la tresse reste de mise.

 

©AM©

Ce copyright n'est qu'un simple exemple dont le code figure sur mon blog my testing.

25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 11:23

 

L'une des difficultés, lorsqu'on pêche au feeder, est de faire en sorte que le bas de ligne, quelle que soit sa longueur, n'accroche pas le corps de ligne ou, à plus forte raison, le feeder surtout si l'on pêche avec une cage grillagée.

 

Il existe pourtant une façon très simple d'éviter totalement cet inconvénient, sans manipulation ou montage particulier et ceci ne prend qu'une seconde.

 

Pour cela, quels que soient votre montage et la longueur de votre bas de ligne, il suffit de rentrer l'hameçon dans l'amorce de la cage.

 

 

Présenté ainsi, vous pouvez lancer votre ligne sans crainte.

-Accrocher l'esche au bout de l'hameçon.

 

-Bourrer le feeder comme habituellement.

 

-Avec le doigt, tasser l'amorce du côté pêchant (Evidemment !).

 

-Placer l'hameçon dans cette partie tassée.

 

-Mettre un peu d'amorce par-dessus pour qu'au lancer, l'hameçon ne se décolle pas. 

 

Voici ce que cela donne en position de lancer:

 

 

Lorsque vous lancez, l'extrémité du bas de ligne reste prisonnière de la cage mais se libère très vite, laissant  ainsi apparaître votre esche.

 

Prenez soin, en contrôlant la descente, de toujours garder le fil tendu de façon à ce que l' ouverture pêchante du feeder soit toujours orientée vers le large.

 

Pour cela, il suffit de relever très légèrement la canne au moment où l'on sent que la cage touche le fond. 

 

24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 08:29
La pêche en Seine-et-Marne Marne et Grang Morin

Je vous présente une excellente vidéo de préparation de l'amorce à base de pellets puis de pêche au quiver.

On remarquera que le quiver utilisé est de 1/2 ozen, soit environ 15 grammes pour l'amener à la verticale.

C'est donc particulièrement sensible et adapté à la pêche du petit poisson à condition de ne pas dépasser le 14 centièmes comme corps de ligne et le 12 centièmes, voire le 10 centièmes, comme bas de ligne.

 

Voici d'ailleurs un scion "quiver" de cette sensibilité mais ne vous fiez pas à la couleur de la pointe car elle varie selon les marques.

 

 

De plus, pour nous avec l'habitude, pas besoin de tester le scion pour savoir quel poids amènera la pointe à la verticale.

 

Le doigt suffit.

 

 

Voici maintenant la vidéo que je vous conseille de regarder en plein écran.

Consacrons-nous à cette méthode de pêche aux multiples facettes parce qu'il ne faut pas oublier que le brochet ferme demain, dimanche 25 janvier 2015.

21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 19:00

Pour nous, pêcheurs au quiver et au feeder, la recherche de petites astuces est notre préoccupation constante.

 

Bien que "to quiver" signifie "trembler ou frémir" en anglais et que "a quiver" signifie "un tremblement", ceci ne nous suffit pas.

 

Comment faire en sorte que le tremblement de la pointe (quiver-tip) soit encore mieux adaptée aux poissons particulièrement méfiants ?

 

On a donc imaginé que la pointe qui tremble (quiver-tip) devienne la pointe qui danse (swing-tip) et c'est ainsi qu'est née une véritable méthode grâce à un petit accessoire fixé sur le scion: le swing-tip qui va permettre de mieux détecter la touche.

 

Le swing-tip est tout simplement un petit morceau de gaine silicone collé sur le scion.

 

Dans ce cas, la sensibilité du quiver n'a qu'une importance relative puisque ce n'est plus la pointe qui va indiquer la touche mais le mouvement du bout du scion, véritablement articulé par le swing-tip.

Bien entendu, la disposition de la canne et de la ligne va être différente de la position de pêche classique, perpendiculaire ou parallèle à la rive.

 

Posée sur deux supports penchés en direction de la surface la canne forme un angle de 25° environ avec la verticale.

 

Le fil est tendu de façon que le swing-tip, qui laisse pendre le bout de scion, change de position à la touche.

 

Quand le poisson engame, la tension se relâche, le swing-tip prend une position verticale.

 

 

Quand le poisson exerce une traction, le swing-tip se soulève. 

 

 

C'est donc cet accessoire que le pêcheur surveille.

Fabrication maison:

 

1)-D'abord couper le scion mais pas n'importe où.

 

2)-La partie pendante fait environ 25 centimètres et attention de laisser une place suffisante entre les anneaux pour passer puis coller la gaine.

 

3)-On réunit les deux parties entre elles avec de la gaine thermo-retractable. 

 

4)-On chauffe pour que la gaine se rétracte et fasse la jonction entre les deux parties du scion.

 

Voyez que ce n'est pas bien compliqué.

 

Oui, mais reste le ferrage !

 

Dans ce cas, il faut mieux utiliser l'auto-ferrage.

 

Reste aussi à ramener le poisson avec un bout de canne qui pendouille !

 

Bah, vous faites comme vous pouvez.

 

Sympa le gars, mais reste le sacrifice d'un scion !

 

Bon, j'ai compris ! Il ne me reste plus qu'à dire ce que je fais.

Qui vous oblige à mettre un swing-tip ?

 

Si vous enfilez un bout de gaine de silicone au bout du scion, vous obtenez exactement le même résultat pourvu que cette gaine soit assez longue.

 

Prenez de la gaine de fil électrique de 2,5 et, surtout, ne la chauffez pas ! Sinon elle perd sa rigidité relative.

 

 

3 centimètres enfilés sur la pointe du scion, un trou pour que le fil puisse passer avant l'anneau sinon vous coincez le fil puis une dizaine de centimètres de gaine au-delà de la pointe du scion.

 

Vous n'achetez rien, vous ne vous cassez pas la tête dans des fabrications périlleuses, vous enlevez cette gaine quand vous voulez et vous ne sacrifiez pas un scion.

 

Ou, encore plus facile et qui ne demande aucun bricolage particulier, enfoncez un peu en force la gaine dans l'anneau terminal. C'est ce que je fais.

 

Vous faites comme vous voulez mais moi, il y a bien longtemps, même avant que l'on affuble ce petit stratagème d'un nom anglo-saxon, que je pratique comme cela sur le petit poisson très difficile.

 

Je me demande si, en fin d'article, il ne faut pas que je fasse un lexique !

-tip:pointe

-quiver-tip:  pointe du scion tremblant

-quiver:  scion tremblant

-swing quiver:  scion tremblant qui se met à danser. Et oui, c'est ça !

-quiver swing-tip: la pointe dansante du scion tremblant.

 

NON MAIS ! OU VA-T-ON ?

 

Heureusement que les asticots s'appelaient déja comme ça avant la deuxième guerre de cent ans sinon nous pêcherions avec des "maggots" ou des "worms". 

 

Encore que..."pinkies" ou "gozzers ! "

27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 18:06

 

Active Feeder est une amorce très collante qui permet de la mélanger aussi bien avec des appâts vivants que des appâts végétaux.

 

Adaptée pour la pêche au feeder, elle est cependant polyvalente.

 

Elle intéresse tous les types de poissons blancs.

 

L'avantage de cette amorce est que les appâts vivants sortent très lentement du réservoir du fait de sa propriété particulièrement collante.

 

J'ai adjoint du "brasem belge", acheté, alors qu'habituellement je le fabrique moi-même.

 

Pas de doute, ce n'est pas la même composition.

 

A tout hasard, j'avais pris une boite de maïs et bien m'en a pris.

 

Aujourd'hui, allez savoir pourquoi, les touches se sont succédées sans interruption, en Marne, pendant trois bonnes heures.

Feeder que je réalise moi-même, plombé à 30 grammmes en tête du montage.

Scion 1 ozen.

Corps de ligne en 14 centièmes.

Hameçon de 16 sur bas de ligne en 10 centièmes.

Esches: asticots puis maïs en voyant la taille des gardons.

En cette saison, bien que décembre approche, l'eau est encore à 13 degrés en surface.

Le maïs est sucré et à utiliser en ce moment, d'autant qu'il sélectionne les gros sujets. 

 

 

Mais à ce rythme-la, bonjour les dégâts pour ce qui concerne le moulinet.

 

L'amorce est si collante que même en s'essuyant les mains, la manivelle est bonne à nettoyer ce soir.

 

Résultat de cette partie pas si improvisée que cela parce que j'avais amorcé pendant deux jours:

 

Une vingtaine de très gros gardons, deux chevesnes, un carpeau et, surprise, un joli barbeau que mes 150 mètres de fil me permettent de maîtriser.

 

A méditer:

Au feeder, même lorsque l'on pêche fin, une bonne réserve de fil n'est pas négligeable, d'abord parce qu'elle permet d'éliminer 1 mètre ou 1,5 mètre lorsque le passage répété dans les anneaux éraille le fil, ensuite parce que l'on peut maîtriser en douceur une prise un peu plus importante.

Et le comble du bonheur est d'avoir enfin retrouvé l'usage de mes deux jambes.

Je suis content ? Bah, oui, on le serait à moins, surtout après plus de quatre mois !

14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 10:00

Je classe les montages que j'utilise en deux catégories.

 

1)-Les montages polyvalents que j'utilise aussi bien pour la pêche au coup du petit ou moyen poisson, de même qu'en les adaptant, ils peuvent s'adresser à des espèces plus grosses.

 

2)-Le montage lourd pour la pêche des gros cyprinidés comme le barbeau, la tanche, la carpe, le chevesne et la brème.

 

MONTAGES POLYVALENTS

 

-150 mètres de 14 ou de 12 centièmes sur un moulinet à tambour fixe à double frein.

 

-Bas de ligne en 10 centièmes avec hameçon de 18.

 

-Feeder réservoir DRENNAN 30 grammes contenant de l'amorce très fine passée au moulin électrique dans laquelle j'ajoute toujours des asticots de tailles différentes.

 

-Quiver d'origine très sensible 14 grammes si j'en trouve ou quiver que je fabrique moi-même, soit en ponçant un quiver plus puissant, soit en utilisant un scion de canne à pêche rapide sur lequel je colle des anneaux pour canne anglaise.

 

-Mon tambour contient toujours 150 mètres de fil soit pour maîtriser un poisson plus puissant qui ne manque pas de venir parfois sur le coup soit pour sacrifier 1 mètre de fil après quelques parties de pêche lorsque le fil "crisse" au moment de la préparation du lancer, signe que les nombreuses sollicitations l'ont éraillé.

 

Cette seconde précaution est indispensable sous peine de perdre le feeder déjà très difficile à se procurer.

 

1) Montage type hélicoptère, boucle dans boucle:

 

Je les utilise lorsque je pêche dans le courant et qu' il est nécessaire de décoller l'esche du fond afin qu'elle n'accroche pas quelque corps indésirable comme les feuilles mortes qui tapissent encore le fond, rendant l'asticot invisible.

-Avec le nylon, faire une boucle d'une cinquantaine de centimètres.

 

 

-Couper l'excédent.

 

-Couper la boucle à 10 centimètres du noeud. L'autre partie fait alors 40 centimètres

-Faire une boucle à l'extrémité du brin de nylon le plus court puis attacher le bas de ligne portant l'hameçon boucle dans boucle.

 

-Mettre un émerillon agrafe au bout du brin le plus long destiné à porter le feeder.

2) Montages avec un tube anti-angle.

 

 Le corps de ligne passe dans le tube et est bloqué, à la sortie, par un amortisseur puis un émerillon baril de petite taille sur lequel est fixé un bas de ligne en 10 centièmes d'une trentaine de centimètres.

 

Avant d'effectuer ce montage, on peut glisser un petit tube de silicone souple en arrière du tube. En action de pêche on bloque cette petite gaïne de quelques millimètres sur le fil avec un petit morceau de bois une dizaine de centimètres en arrière du tube.

 

Au moment de la touche, le fil est tiré dans le tube antiangle mais est vite bloqué par cette buttée située en arrière permettant ainsi un auto-ferrage par inertie.

 

J'utilise parfois ce montage lorsque le poisson est très méfiant et qu'il convient, à la fois de limiter la longueur de tube afin de diminuer le frottement et d'allonger le bas de ligne. 

 

 Les tubes de 8 cm comportant, à une extrémité, le porte-agrafe destiné à recevoir le feeder se vendent désormais dans le commerce.

F7

F8

INCONVENIENTS :

 

-Il arrive que le bas de ligne se prenne dans le feeder ou dans le corps de ligne.

 

-Si le lancer est mal controlé au moment où le feeder touche l'eau, il arrive que le corps de ligne soit pris en arrière, dans l'agrafe.

3) Montage avec un tube anti-angle long.

-Le tube anti-angle mesure une vingtaine de centimètres.

 

- La bague portant l'agrafe est collée à 7 ou 8 centimètres de l' extrémité supérieure du tube.

 

-Le bas de ligne en 10 centièmes est plus court que la distance qui sépare l'agrafe de l'extrémité inférieure du tube.

 

Avec ce montage je peux lancer à n'importe quelle distance sans craindre un quelconque emmêlage.

 

Le feeder ne peut pas accrocher l'arrière du corps de ligne pas plus que l'hameçon ne peut accrocher l'agrafe.

 

Durant les deux dernières saisons écoulées, j'ai réalisé de mémorables "bourriches de gardons" et même en ce moment où le poisson boude un peu, je concrétise les quelques touches que l'on a dans l'après-midi.  

 

Avec ce montage, un quiver très sensible est indispensable et, parfois, plus que sa sensibilité, c'est sa capacité à ne pas reprendre trop vite sa position initiale qui est primordiale.

 

Touche prononcée ?  Prise assurée !

 

Dans ce cas, je préfère la fibre de carbone à la fibre de verre et j'ai fabriqué mes quivers moi-même.

 

Avant que feeder et quiver n'apparaissent sur le marché, j'utilisais une canne anglaise dont j'alourdissais la pointe et, en guise de réservoir je m'inspirais du spirale-amorçoir que je confectionnais avec du tube PVC.

F10

F11

 

En action de pêche, on peut utiliser un feeder-cage ou un feeder-réservoir.

 

Le bas de ligne en 10 centièmes peut porter un hameçon de 18 ou de 14 selon l'esche utilisée.

J'ai réalisé les plus belles pêches en commençant à l'asticot sur hameçon de 18 puis en sélectionnant mes prises au maïs sur hameçon de 14.

 

Certains jours, les touches se sont succédées sans interruption et si, d'aventure, un barbeau se laisse tenter, ma réserve de fil permet de le maîtriser.

4)-Montage à boucle: 

 

A ce niveau, l'imagination des pêcheurs semble ne pas connaître de limites et vous trouverez sans peine la formule susceptible de vous convenir.

 

Je me contenterai de présenter ce que j'utilise, non sans préciser, par courtoisie, que je me suis inspiré des montages utilisés par MAFRED ANGLING, maître en la matière.

 

Le principe est simple :

Placer le feeder sur un fil de dérivation plus long que le fil de corps de ligne de façon à ce que son poids ne se fasse sentir et, surtout, que sa masse n'agisse que sous la tirée du poisson.

 

Ce montage très simple présente plusieurs avantages :

 

- Il n'y a pas d'emmêlages, ni au lancer ni au posé sur le fond.

 

- Au moment de la tirée par le poisson, le "mou" du second brin portant le feeder permet un auto-ferrage en mouvement donc très efficace.

 

- Le bas de ligne peut être relativement long.

 

Pour le fabriquer:

-Enfiler le petit tube de silicone sur le corps de ligne.

 

-Sur 70 à 80 cm de corps de ligne, faire un double noeud, le feeder se trouvant à l'intérieur.

 

-Sur cette grande boucle, faire une petite boucle à 1/4 pour 3/4 là où se trouve le feeder.

 

- Fixer le bas de ligne boucle dans boucle dans la petite boucle.

 

Voici le montage terminé

5)-Montage "ultimate" appelé encore montage "en ligne".

 

 

Le feeder glisse sur le corps de ligne grâce à 1 cm de silicone passé dans sa boucle jusqu'au stop-fil, lui-même bloqué par un noeud. 

 

Cela évite qu'il tourne et coince le corps de ligne au lancer.

 

Le bas de ligne est dans l’alignement du fil venant de la bobine. 

 

Ce montage feeder nécessite des ajustements selon la distance, le courant et le poisson recherché.

 

Il se décline donc en formes très variées adaptées à ces conditions.

MONTAGE LOURD

 

-150 mètres de 25 centièmes sur un moulinet à tambour fixe à double frein.

 

-Bas de ligne en 18 ,20 ou 22 centièmes.

 

-Hameçon à palette ou à boucle de 10. 

F13

Feeder constitué d'un simple grillage attaché à l'extrémité supérieure d'un tube rigide de 20 centimètres, tenu par une bague supérieure et une bague inférieure collées à l'araldite sur le tube.

 

Bas de ligne court ne permettant pas à l'hameçon d'accrocher le grillage. 

  

Une plombée gaînée ne risquant pas de retenir le bas de ligne lorsque le montage arrive au fond.

 

Un amortisseur, un émerillon agrafe permettant de changer le bas de ligne ou simplement de le retirer pour enfiler un grain de maïs à l'aide d'une aiguille à bouillettes.

 

Amorce traditionnelle "FEEDER", collante à laquelle on ajoute la moitié de la boite de maïs si on l'utilise comme esche.

Ceci est, bien entendu, une fabrication PERSONNELLE, particulièrement efficace et REPOSANTE, à utiliser sur des fonds un peu encombrés.

 

En effet, le tube se pose en travers des obstcles et s'il y a accrochage, ce n'est que l'hameçon.

13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 12:00

Lorsque vous achetez une canne "quiver", elle est fournie avec plusieurs scions sur lesquels est inscrite ce que l'on appelle une puissance exprimée en "OZEN" ou "OZ".

LA PECHE AU QUIVER: Bien choisir le scion.

canne-feeder-daiwa-powermesh-z-1144-114437

 

Mais qu'est ce qu'un OZEN ?

 

En fait, il ne s'agit pas d'une puissance mais d'une masse.

 

En effet, c'est le poids du lest que l'on peut attacher au bout du scion pour le faire plier à angle droit.

 

L'ozen ou ounce ou once est une mesure anglo-saxone valant 28,35 grammes

Si le système métrique français est né en 1799, après la Révolution, les anglo-saxons ont codifié leur système en 1824 et il est différent du nôtre.

Par souci de simplification, la masse nécessaire pour faire plier le scion à angle droit a été codifié en couleurs mais comme cette codification est différente selon la marque, nous ne sommes guère avancés.

 

 

Voici un bouquet de scions de différentes marques mais la même couleur n'indique pas la même masse selon le fabricant.

Le choix devient donc difficile et connaissant la valeur d'un ozen, il vaut mieux se guider à cette indication qu'à la couleur.

ATTENTION:

La masse exprimée en "ozens" ne correspond qu'à la masse du test curve et non à la puissance de la canne.

Ainsi vous pouvez utiliser une puissance de 110 grammes avec un scion 0,5 ozen.

Votre lancer sera moins précis et vous perdrez de la distance mais ce sera tout de même possible.

LE QUIVER EN FONCTION DES CONDITIONS DE PÊCHE.

 

Quiver de 0,5 ozen pour une pêche de petits poissons en eau calme, sans vent et sans courant.

 

 

Bien entendu, dans ce cas, le diamètre du fil, le poids du feeder et la taille de l'hameçon doivent être adaptés.

Quiver allant de 1 à 2 ozens pour la pêche de poissons moyens, avec un courant léger, un vent faible et pas de grande profondeur.

 

 

Voici un Quiver de 2 ozens. Encore une fois, la ligne doit être adaptée.

Personnellement, j'utilise le 2 ozens pour la pêche du barbeau en Marne.

Quiver allant de 2,5 à 4 ozens pour la pêche des gros poissons, un jour de vent en courant soutenu.

 

 

Voici un quiver de 3 ozens que j'utilise ausi en Marne lorsque je pêche à assez grande distance, en plein courant, avec un feeder de 60 à 80 grammes.

Quiver de 5 ozens et plus pour les pêches de gros poissons à longue distance, par vent fort et courant soutenu.

 

 

Quiver de 5 ozens, puissant, permettant de lancer des poids considérables à longue distance.

 

Personnellement, je ne l'utilse pas.

Ensuite, en fonction des conditions de pêche, à chacun d'adapter la puissance de son quiver.

Il ne faut pas hésiter à monter ou descendre d'un demi-ozen, voire d'un ozen, si l'on pêche en eau calme mais qu'il y a du vent ou que l'on lance à grande distance.

Ce tableau ne fixe, en aucun cas, les valeurs à respecter mais la moyenne de puissance en fonction des conditions.

Mais si l'une de ces conditions change, on change aussi de puissance, évidemment.

7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 08:33
LA PECHE AU FEEDER AVEC L'AMORCE BAIT-TECH MANTRA.

Cette amorce est sans doute polyvalente mais elle est surtout bien adaptée pour la pêche au feeder du fait de sa structure, de sa composition et surtout de ses propriétés mécaniques.

 

C'est dans ces conditions et dans cette optique que j'ai eu envie puis l'occasion de l'essayer à une profondeur de 5 mètres avec un courant assez rapide comme peut l'être la Marne en ce moment.

C'est après avoir lu l'article de Vincent HURTES consacré à ce produit et à son utilisation au feeder que j'ai eu envie de comparer avec l'amorce que j'utilise habituellement.

 

Je lis beaucoup Vincent HURTES qui n'est pas le premier venu dans le monde de la pêche puisqu'il partage sa passion sur le site peche-feeder.com depuis 2010 et est pigiste pour le magazine "La Pêche et les poissons" depuis 2014, rubrique feeder.

LA PECHE AU FEEDER AVEC L'AMORCE BAIT-TECH MANTRA.

Pour se la procurer, le plus facile est de passer par internet parce que si Pacific Pêche fournit certains produits de la marque, celui-ci n'est pas en rayon.

Mise au point par la marque anglaise BAIT-TECH, elle convient parfaitement aux pêches de fond puisqu'elle est très fine mais surtout très collante.

 

De plus, elle dégage une odeur inhabituelle et agréable qui s'accentue lorsque l'amorce est mouillée, propriété rare pour une amorce.

 

Quant à la composition, alors là !

Elle ne contient pas de farine de poissons, mais est destinée à tous les poissons blancs.

LA PECHE AU FEEDER AVEC L'AMORCE BAIT-TECH MANTRA.

Sèche, elle est de couleur claire mais, chose surprenante, elle s'assombrit dès qu'elle est mouillée et devient alors collante, même très collante si elle est saturée en eau.

LA PECHE AU FEEDER AVEC L'AMORCE BAIT-TECH MANTRA.LA PECHE AU FEEDER AVEC L'AMORCE BAIT-TECH MANTRA.

Malgré cette saturation, elle conserve toutes ses propriétés mécaniques et travaille rapidement au fond malgré son pouvoir collant.

Elle devient alors une amorce de qualité pour la pêche au feeder puisque ses propriétés collantes permettent de laisser les esches vivantes se dégager très progessivement du feeder, même en rivière à courant soutenu comme la Marne.

Elle ne demande pas à être tamisée.

UN PLUS : il est possible de l'utiliser comme additif dans une amorce pour la rendre plus collante avec l'avantage d'apporter ses qualités gustatives, ce qui n'est pas le cas du PV1 par exemple.

Voici une vidéo "You tube" publiée par "Goldfisch Experiences" en mode public sur la pêche du gardon au feeder, en lac de barrage.

Pour ce qui me concerne, je n'ai pas eu l'occasion de tomber sur les gardons mais j'ai réussi à fixer une troupe de petites carpes que je me suis fait un plaisir de prendre.

LA PECHE AU FEEDER AVEC L'AMORCE BAIT-TECH MANTRA.
LA PECHE AU FEEDER AVEC L'AMORCE BAIT-TECH MANTRA.
LA PECHE AU FEEDER AVEC L'AMORCE BAIT-TECH MANTRA.
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 10:00

Depuis quelques temps, fleurit, à grand renfort de publicité sur les sites des fabricants, une nouvelle génération de feeders.

FEEDERS A TETE PLOMBEE, NOUVELLE GENERATION DE MATERIEL.

On les appelle "feeders à tête plombée" ou "feeders plombés en tête".

Vous remarquez d'ailleurs que le plomb habituellement situé sur le côté est, cette fois, placé en tête, ce qui confère à l'ensemble une forme aérodynamique permettant, à la fois d'être plus précis dans son lancer et d'aller plus loin.

Beaucoup d'auteurs en vantent les mérites mais pour ma part, compte-tenu du montage que j'utilise, je n'y vois guère d'amélioration.

La précision je l'obtiens en coinçant le fil dans l'ergot du moulinet et je ne lance jamais à très grande distance.

Mais, dans certains cas, ces feeders peuvent s'avérer utiles...Tout de même pas au point de dire, "l'essayer c'est l'adopter".

Voici donc les modèles proposés par quelques marques, liste non exhaustive.

BIEN ENTENDU, MOI JE N'AI RIEN A VENDRE.

REPORTEZ-VOUS AU SITE DU FABRICANT OU DU REVENDEUR.

 

FEEDERS A TETE PLOMBEE, NOUVELLE GENERATION DE MATERIEL.

BROWNING

FEEDERS A TETE PLOMBEE, NOUVELLE GENERATION DE MATERIEL.

FOX MATRIX

FEEDERS A TETE PLOMBEE, NOUVELLE GENERATION DE MATERIEL.

PRESTON

FEEDERS A TETE PLOMBEE, NOUVELLE GENERATION DE MATERIEL.

RAMEAU

FEEDERS A TETE PLOMBEE, NOUVELLE GENERATION DE MATERIEL.

WATER QUEEN

FEEDERS A TETE PLOMBEE, NOUVELLE GENERATION DE MATERIEL.

SENSAS

Le montage doit, à mon sens, s'effectuer en hélicoptère pour que le bas de ligne, lors du lancer ou de la descente n'ait pas la mauvaise idée de s'accrocher dans la cage.

Ensuite, à vous de l'adapter comme bon vous semble et de trouver d'autres montages.

Pour ma part, celui-ci ou une variante coulissante me semble le plus confortable.

Au moment du lancer, le feeder partira largement en tête et si vous contrôlez la descente, le bas de ligne ne peut pas s'accrocher.

Mais entre nous, utilisez ce que je viens de vous proposer en fabriquant vos feeders vous-même !

27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 10:00

Je n'en aurai jamais terminé avec ce mode de pêche en pleine expansion et particulièrement agréable à pratiquer.

J'ai déjà abondamment présenté les méthodes traditionnelles qui ont fait leurs preuves mais celà n'empêche pas chacun d'apporter des améliorations, en fonction de sa pratique et des inconvénients rencontrés.

Pour ce qui me concerne, je présente mon montage, qui, à mes yeux, présente tous les avantages sans comporter d'inconvénients.

Ensuite, à chacun de se faire une idée.

J'utilise des cannes d'une longueur de 3,50 mètres, suffisantes pour pêcher en Marne ou dans le Grand Morin.

Rien ne s'oppose à utiliser des cannes un peu plus longues, utiles lorsque des herbes ou des nénuphars bordent la rive et nécessitent de tenir le poisson un peu plus éloigné lors de prises ou, plus simplement, pour que le fil ne se prenne pas dans ces mêmes végétaux.

Le choix dépend de l'endroit où l'on pêche mais, à mon goût, des 3,50 sont très sensibles et parfaitement équilibrées.

-Le porte-canne :

 

Cette pêche demande souvent un ferrage immédiat à la touche et ils sont nombreux lorsque ça "donne".

Il faut donc pouvoir ferrer sans avoir à sortir la canne de son support.

Voici mon bricolage, un morceau de tube de PVC de 40, un embout collé faisant "sabot" et une simple tige filetée.

La canne se pose à l'intérieur, tenue par le sabot mais celui-ci n'empêche pas le ferrage sans le sortir.

-Le moulinet :

 

J'utilise un moulinet à double frein.

En plus du frein classique à molette, une manette permet de régler la vitesse à laquelle le nylon se dévide.

Si la résistance est suffisante pour voir et ferrer instantanément une touche de gardon au scion, le tambour se dévide librement sans perruque au moment d'un départ de carpe ou de barbeau.

C'est tout l'intérêt de cette pêche.

Vous pouvez passer du gardon au barbeau, à la carpe, à la tanche, à la brème ou au chevesne sans crier gare.

Le frein est totalement desserré et je ne travaille qu'avec le double frein en action de pêche.

Le frein initial ne me servira qu'en cas de grosse prise.

Ma bobine contient 150 mètres de 25/100 ème et je préfère le nylon à la tresse du fait de sa souplesse, de son élasticité relative et de sa capacité à glisser sans s'érailler dans mon montage terminal.

Le montage terminal :

 

 Après avoir essayé bien des montages, voici celui que j'utilise :

A l'aide d'un filet maillé rigide dont je coupe une bande, j'attache le "feeder" ainsi constitué à l'une des extrémités d'un anti-emmêleur et, pour éviter qu'il ne bouge, je le positionne avec deux morceaux de gaine électrique.

Le deuxième morceau, le plus à l'extrémité, est collé avec un peu d'araldite pour éviter qu'il ne sorte de l'anti-emmêleur au moment du lancer.

PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER, A CHACUN SES PETITS "TRUCS".

Je me procure les plombées au bout desquelles je fixe le feeder chez "décathlon" mais je pense que l'on peut les trouver à divers endroits.

Elles se déclinent en grammages qui vont de 40 à 140 grammes.

PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER, A CHACUN SES PETITS "TRUCS".

En voici une de 80 grammes que j'utilise le plus souvent.

PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER, A CHACUN SES PETITS "TRUCS".

L'avantage incontestable est qu'elles sont gainées et ainsi, le bas de ligne peut glisser dessus sans s'accrocher.

PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER, A CHACUN SES PETITS "TRUCS".

Je préfère le nylon à la tresse qui s'affaiblirait par le frottement contre l'extrémité du montage.

Le bas de ligne :

 

Le fil coulisse librement dans l'anti-emmêleur et pour le passer, j'utilise une aiguille vendue avec le tube rigide puis je place un "amortissseur" sous forme d'une bille de caoutchouc comme nous le faisons tous.

Je mets ensuite une agrafe pour pouvoir enlever mon bas de ligne, par exemple si je pêche au grain de maïs que j'enfile avec une aiguille à bouillettes.

MAIS ATTENTION

CE BAS DE LIGNE DOIT ËTRE COURT, EN TOUT CAS, PLUS COURT QUE LA TIGE RIGIDE POUR NE PAS ACCROCHER LE FEEDER AU MOMENT DU LANCER.

Montage complet

J'utilise le plus souvent un hameçon de 12 monté sur un bas de ligne de 18 centièmes. Comme cette pêche permet de lancer assez loin, on touche du gardon moins méfiant et, surtout, de grosse taille.

J'en prends régulièrement au maïs, sachant que je ne mets qu'un seul grain fixé sur un hameçon de forme telle que le grain ne peut pas descendre plus bas que la hampe.
Par expérience, un grain est aussi prenant que plusieurs et si c'est un gardon, 18 centièmes ou pas, bas de ligne long ou pas, je n'en manque pas
beaucoup.

Pour remplir le feeder, j'utilise de l'amorce traditionnelle avec un peu plus de PV1 pour la rendre un peu collante et J'AJOUTE LA MOITIE DE MA BOÎTE DE MAÏS.

 

Dans l'eau, l'amorce se délite et libère les grains de maïs du feeder qui s'éparpillent à proximité.

A ce moment, mon grain esché est un grain parmi d'autres.

Rechercher des hameçons ayant cette forme.

On les trouve facilement et le grain de maïs, bloqué par l'angle droit de la hampe laissera le fer libre et très prenant, souvent sans même avoir à ferrer.

PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER, A CHACUN SES PETITS "TRUCS".
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 09:00

 

Peu de pêcheurs ont idée de la façon dont l'amorce contenue dans un feeder peut travailler au fond.

Voici une vidéo publiée par peche-feeder.com qui montre un feeder immergé, restant bien entendu que ceci se passe dans un milieu artificiel, avec peu de fond donc peu de pression et pas de courant, donc pas de dérive.

Amorce feeder : le principal attractant pour les poissons.

L’amorce attire les poissons. Les esches maintiennent les poissons sur le coup.

Quand on parle d’amorce, on pense immédiatement à la recette, les composants, les éléments qui la structurent.

On pense moins à la dimension mécanique, à sa texture, c’est pourtant le paramètre le plus important pour une amorce feeder.

La pêche au Quiver est très efficace pour sélectionner les beaux poissons.

Cette image de “pêche au gros” a longtemps induit en erreur les fabricants qui proposaient des amorces feeder avec une très forte granulométrie.

Aujourd’hui, les industriels se sont adaptés à cette technique de pêche et fabriquent des recettes extrêmement performantes et très adaptées.

Par exemple la nouvelle gamme d’amorce Sensas 3000 Super Feeder se caractérise par une texture fine et une composition riche en attractant.

Ces caractéristiques sont idéales pour gérer de bout en bout une stratégie de pêche.

Ces amorces relativement fines, permettent de faire varier facilement la pression que vous appliquez pour remplir la cage.
Plus l’amorce sera comprimée, plus elle mettra du temps pour s’échapper du feeder.
Quand vous tassez votre feeder vous bénéficiez d’un éventail de possibilités :

Très compact pour les grandes profondeurs et la pêche dans le courant.
Très peu comprimé lorsque l’on a besoin de faire travailler le mélange dès qu’il se pose au fond.

 

On remarquera toutefois que si l'amorce forme un tapis sur les côtés, ce qui est normal, des particules remontent grâce à l'air contenu dans ce mélange.

Cette observation est particulièrement importante parce que c'est ce nuage qui va aller chercher les poissons en aval et les amener vers ce tapis formé autour du feeder.

ASTUCE:
Ne serrez pas trop l'amorce contenue dans votre feeder de façon à ce qu'elle contienne encore de l'air dont le bulles remonteront vers la surface en faisant éclater la mixture.

 

D'où l'importance de faire pétiller l'amorce feeder.

ASTUCE:
Pour que votre amorce feeder soit pétillante, ajoutez QUELQUES GOUTTES DE VINAIGRE et une cuiller à soupe de bicarbonate de soude dans votre mixture.

 

J'ai bien dit "quelques gouttes" de vinaigre.

Contrairement à ce que l'on croit, une saveur légèrement acidulée attire les poissons et la réaction chimique qui se produit avec le bicarbonate de soude donne ACIDE + BASE avec un dégagement gazeux.

Vous aurez alors un pétillement qui véhiculera l'amorce et formera un nuage encore plus important.

J'ai beaucoup insisté, dans plusieurs articles de ce site, sur l'importance du bicarbonate de soude, pour nettoyer un fond "pourri", pour faire pétiller l'amorce et, aujourd'hui, pour augmenter le pouvoir d'attraction de votre mixture feeder.

12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 09:00

L'ESCHE

Un pellet, "ring pellet", de 14 ou de 16 plait beaucoup à la carpe, au barbeau, au chevesne ou à la brème.

PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.
PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.

LA PARTIE PECHANTE

Bien qu'ils soient souvent percés, ils sont bien trop durs pour être directement fixés à l'hameçon.

Il faut donc les fixer au "cheveu".

PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.
PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.

On peut aussi utiliser, beaucoup plus simplement, une bague élastique qui s'achète et présente, pour chaque bague, un petit ergot permettant d'enfiler la pointe de l'hameçon.

PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.
PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.

Ou encore une méthode mixte si l'élastique ne comporte pas de petit ergot permettant de passer l'hameçon.

Attention, on ne fixe jamais l'esche en passant sous l'élastique parce que la présentation n'est pas assez mobile et occasionne beaucoup de ratés.

PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.
PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.

LE FEEDER

On n'utilise que le feeder-cage pour que les pellets et l'amorce, en se délitant, diffuse par tous les côtés. Il faut, en fait, privilégier les ouvertures.

Bien entendu, le lest sera adapté en fonction du courant et du quiver.

PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.

Au risque de paraître chauvin, je préfère mon propre montage, avec un bas de ligne très court qui ne lui permet pas de s'accrocher dans le grillage et la gaine a une telle facilité à se poser en travers des obstacles du fond que depuis que je pêche comme ceci, je n'ai accroché qu'une seule fois.

Une fois...en cinq ou 6 ans, même si le fond est sale.

La raison est simple à comprendre. Même si c'est un barbeau qui prend et se sauve à toutes nageoires, il ne prend que du fil mais le montage reste sur place.

Lorsque je prends contact, le fil se tend et le montage se soulève à la verticale puis le lest coulisse le long du fil mais comme je suis canne haute, il est en pleine eau.

PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.

L'AMORCE

Il existe des pellets de toutes tailles et si comme esche, on utilise du 14 ou du 16, pour l'amorçage, on utilisera un plus petit calibre qui permettra à l'amorce de quitter le grillage.

Le diamètre 4 ou 6 fait parfaitement l'affaire et la composition est la même.

POUR RENDRE L'AMORCE ENCORE PLUS ATTRACTIVE, ATTACHEZ 2 OU 3 PELLETS DE 14 OU 16, AU GRILLAGE AVEC DU FIL SOLUBLE.

PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.
PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.

LE LANCER

Lorsque votre montage touche le fond, coincez le fil dans l'ergot du moulinet pour être sûr de lancer toujours à la même distance.

PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.

Votre premier lancer doit toujours être légèrement AVAL.

La première touche peut être assez longue à venir mais lorsque vous l'aurez, vous saurez que les poissons rôdent ou sont rassemblés autour de votre amorce.

Vous n'êtes jamais certain que le deuxième lancer se posera au même endroit mais avec votre fil coincé, vous serez dans la même coulée et quoi qu'il arrive, vous devez poser en AMONT du premier.

Ainsi, les effluves viendront chercher les proies que vous avez rassemblées.

PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: L'utilisation du pellet comme esche et comme amorce.
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 07:30

La pêche au quiver et au feeder est très prolifique, nous le savons tous.

Mais pour gagner en efficacité, encore faut-il pouvoir réaliser ses lancers dans la même coulée.

Ce n'est évidemment pas chose facile lorsqu'il faut aller chercher le poisson à plus de 20 mètres mais ce n'est pas irréductible puisque si vous regardez bien, le matériel est conçu pour cela.

Eh oui ! Je dis bien qu'il est conçu pour obtenir une réelle précision.

Il suffit de bien le connaître.

Regardons un moulinet.

PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: OBTENIR LA PRECISION INDISPENSABLE DU LANCER.

On voit, sur le tambour, un ergot sous lequel on peut passer le fil et penser qu'il ne sert qu'à ranger le matériel.

Mais cet ergot a une double utilité.

-Coincer son fil lors du rangement, bien sûr.

-Mais surtout, coincer le fil en action de pêche pour être sûr de lancer toujours à la même distance.

PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: OBTENIR LA PRECISION INDISPENSABLE DU LANCER.

En action de pêche au quiver, lancez votre feeder et attendez qu'il soit au fond.

Il faut souvent attendre un peu avant que les touches n' arrivent et, si c'est le cas, c'est que vous êtes dans la bonne coulée.

Dans ce cas, ligne tendue, passez le fil dans l'ergot. Ceci ne vous empêchera nullement de rembobiner ni de lancer car c'est justement prévu pour cela.

PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: OBTENIR LA PRECISION INDISPENSABLE DU LANCER.

Mais avec cette petite astuce, vous êtes certain de lancer toujours à la même distance.

La direction n'a qu'une importance relative du moment que vous êtes dans la coulée. Par ailleurs, vous aurez au moins éliminé un élément du manque de précision.

Et, si d'aventure, les touches cessent, vous sortez le fil de l'ergot puis vous recommencez la même manoeuvre à une autre distance.

Lorsque vous rangez, vous pouvez même laisser le fil coincé. Ceci ne lui occasionnera aucun dommage.

Honnêtement, le saviez-vous ?

16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 08:58

C'est en général ma pratique: Je procède par ce que nos jeunes appellent des sessions, en pêchant au même endroit, le même poisson avec la même esche et le même montage pendant trois ou quatre jours.

Après la recherche du sandre jusqu'à samedi (Oui, merci, ça ne s'est pas mal passé), je suis revenu au feeder lundi et hier.

Voici donc la dernière en date mais il risque de ne pas y en avoir de troisième parce que, ce matin, le temps devient menaçant.

Le matériel:

2 cannes de 3,30 mètres à moulinet débrayable.

Corps de ligne: 150 mètres de 25 centièmes, bas de ligne en 18 centièmes et hameçon à boucle de 12 de couleur jaune esché avec un seul grain de maîs.

Comme je pêche dans un endroit où le fond est encombré, j'ai dû imaginer un montage feeder un peu particulier qui n'accroche pas si ce n'est parfois, le bas de ligne.

J'ai déjà présenté ceci mais cela ne m'empêche pas de le recommander.

Ni risque d'accrochage ni risque d'emmèlage du bas de ligne dans le montage, avouez que cela en vaut la peine !

J'utilise des plombées à tige mais, antérieurement, je les faisais moi-même avec une olive dont j'agrandissais le trou pour passer le tube.

LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: Deuxième session au maïs.

L'avantage est que ce plomb est gainé et que le bas de ligne ne peut pas se prendre dans la plombée au moment du lancer du fait du moulage.

LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: Deuxième session au maïs.

Je confectionne moi-même le feeder que j'attache et que je colle à l'autre bout du tube mais ce qui est important c'est que le bas de ligne soit plus court que la distance qui le sépare du feeder.

Ainsi, on peut lancer dans n'importe quelle position sans risquer l'accrochage de l'hameçon esché dans les mailles.

LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: Deuxième session au maïs.
LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: Deuxième session au maïs.

Il y a peu de risque d'accrochage grâce à la longueur du tube rigide car, en cas d'obstacle, il se pose en travers.

Le feeder, très souple puisque constitué de toile grillagée, se décroche facilement et le plomb fusiforme passe partout.

Cela fait des années que j'utilise ce montage pour pêcher au large et j'ai cassé une seule fois en plusieurs années.

Je trouve ces plombées gainées chez Décathlon et elles se déclinent en 40, 60, 80 et 100 grammes. Personnellement j'utilise souvent 60 grammes, 80 au maximum, pour ménager les cannes au moment du lancer.

Hier, les cyprinidés n'étaient pas dans leur meilleure forme et il me semble que ça décline de jour en jour.

Malgré cela, j'ai vu et j'ai pris...Que demander de plus ?

LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: Deuxième session au maïs.
LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: Deuxième session au maïs.

Comme d'habitude, un modeste chevesne pour ouvrir le bal, puis viennent trois barbeaux nettement moins gros que ceux de la veille.

LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: Deuxième session au maïs.
LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: Deuxième session au maïs.
LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: Deuxième session au maïs.
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 19:44

Si le maïs est excellent en toute saison, l'automne reste pour moi l'époque privilégiée pour l'utiliser grâce à sa saveur sucrée qui réveille l'appétit de nos cyprinidés dont le métabolisme est déjà ralenti.

En route, donc pour une partie au quiver et au feeder dans la rivière Marne encore un peu trouble et qui court beaucoup à l'endroit où je pêche.

Comme souvent, je suis accompagné de mon setter qui ne veut surtout pas perdre l'occasion de me voler quelques ablettes lorsque je les prends pour passer le temps.

Ah, aujourd'hui, le temps ?

Je n'ai pas vraiment eu l' occasion de le voir passer même si j'ai tout de même un peu taquiné l'ablette en prévision des sandres qui commencent à montrer le bout de leurs nageoires.

J'accroche un grain de maïs à mon hameçon à boucle de 12 monté sur un bas de ligne de 18 centièmes, corps de ligne en 25 centièmes, je remplis le feeder d'amorce à laquelle j'ajoute les deux tiers de ma boite de grains et je lance ma première ligne en guidant sa descente.

Je ne suis même pas sur que mon montage avec lequel je n'accroche jamais ait eu le temps de toucher le fond !

LA PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: Voici le temps du maïs.

Rien à dire ! ça c'est du barbeau dressé pour le combat et qui sait parfaitement se servir du courant assez fort.

Voila, je ne suis pas capot et une belle bête en plus...7 à 8 livres...facile !

Bon bah, je remets à l'eau pour pouvoir monter ma deuxième canne !

Même combat, même résultat ! Pas possible, je vais me faire toute la famille ?

LA PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: Voici le temps du maïs.

Et ça remet ça mais je n'ai toujours pas monté ma deuxième canne !

A la touche et à la vitesse à laquelle se dévide la bobine, je comprends vite que c'est une brème.

LA PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: Voici le temps du maïs.

Et presque aussitôt, ça repart mais en cherchant le bord.

Je diagnostique un chevesne. Gagné !

LA PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: Voici le temps du maïs.

Je recharge, relance et je n'attends pas 3 minutes. Une autre brème.

LA PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: Voici le temps du maïs.

Bon au point où j'en suis, je monterai ma seconde canne un autre jour.

D'ailleurs j'ai bien fait parce que la tirée violente qui plie le quiver et le moulinet qui se dévide à toute vitesse me font tout de suite comprendre qu'un nouveau barbeau vient de prendre mon grain.

Oui, belle bête, même calibre !

Après le père, la mère, voici le fils.

Je ne suis quand même pas là pour jouer au jeu des sept familles ?

LA PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: Voici le temps du maïs.

Bon, si je veux prendre quelques ablettes, il vaut mieux que je sorte mon quiver et que je le range sinon ça peut durer longtemps.

Dont acte, pour le plus grand plaisir de ma compagne à quatre pattes qui frétille déjà de plaisir en pensant qu'elle va pouvoir, comme d'habitude, plonger la tête dans le seau pour me chiper quelques ablettes et les engloutir avant que je ne tourne la tête.

Loupé, ma fille ! On a de la visite et les ablettes n'aiment pas beaucoup cette masse sombre qui se promène sur l'eau.

LA PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: Voici le temps du maïs.

D'habitude, on dit que l'on pêche entre chien et loup si l'on s'attarde un peu le soir.

Moi, pour vous faire plaisir, je vais inventer une nouvelle expression puisque l'on voit ma plume :

 

On peut pêcher entre chien et cygne.

Mais le pire, c'est qu'elle est grossière maintenant !

LA PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER: Voici le temps du maïs.

Je vous le donne en mille, savez-vous ce qu'elle vient de lui dire dans le langage des signes ?

 

              " CASSE-TOI, PAUV' CON ! "

 

Tout de même ! Il y a des exemples à ne pas suivre !

28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 16:57

J'utile souvent le pellet de 14 comme esche lorsque je pêche à la plombée, à fond. Cela m'arrive d'autant plus souvent que c'est une pêche calme et tranquille et que je ne suis jamais resté une demi-journée sans voir une touche.

Je les fabrique souvent moi-même en été et en hiver pour faire varier la proportion d'huile mais ceux du commerce me conviennent parfaitement au printemps et à l'automne. J'y ai d'ailleurs déjà consacré l'article "Fabriquer ses pellets soi-même".

Considérant la température de l'eau pour un mois d'avril, j'ai fait quelques parties que j'espérais sympas, avec des touches et une prise de temps en temps. A cette période et cette année, je n'en demande pas plus.

Cannes pour la pêche à fond.

Lignes plombées à 80 grammes parce que ça court encore bien en Marne.

Bas de ligne en 18 centièmes.

Hameçons de 6 montés au cheveu.

Pellet de 14.

Habituellement, ça "huche" comme disent mes amis fougerais !

Mais là, des touches ? Pour en avoir, j'en ai eues ! Des discrètes, des violentes, certaines très nettes, d'autres à peine perceptibles....mais la concrétisation ? Impossible, je n'ai d'ailleurs toujours pas compris pourquoi !

Cependant, lorsqu'il y a des touches discrètes, on pense, soit à du poisson plus petit que ce que l'on attend, soit du poisson qui, à cette époque, n'a pas encore les yeux en face des trous.

J'ai donc changé mon fusil d'épaule :

Feeder et quiver, corps de ligne en 25 centièmes, hameçons de 10 montés sur du 18 centièmes mais PELLETS de 8.

Ces deux esches ont la même composition, seule la taille est différente et, bien entendu, la méthode utilisée.

Canne quiver et feeder rempli d'une amorce basique enrichie d'ail broyé parce que je soupçonnais la présence de brèmes, souvent présentes en nombre sur mon coup à cette époque de l'année.

A peine à l'eau, touche et je pique mais c'est lourd et malgré mes 150 mètres de fil de 25 centièmes, je tiens un bon moment sans pouvoir reprendre un mètre de fil et je finis par casser.

Puis touches sur touches: Chevesnes d'abord, 2 barbeaux ensuite puis arrivent les brèmes, entrecoupées de carpeaux.

Pas de doute, on voit tout de suite la différence de taille mais ce qui ne se voit pas c'est la différence de résultats.
Pas de doute, on voit tout de suite la différence de taille mais ce qui ne se voit pas c'est la différence de résultats.

Pas de doute, on voit tout de suite la différence de taille mais ce qui ne se voit pas c'est la différence de résultats.

J'étais enfin remonté chercher mon épuisette ce qui m'a permis de les prendre en photo ! Dominique, ne rit pas s'il te plait ! Je sais que j'ai le mauvais défaut de ne jamais la préparer !
J'étais enfin remonté chercher mon épuisette ce qui m'a permis de les prendre en photo ! Dominique, ne rit pas s'il te plait ! Je sais que j'ai le mauvais défaut de ne jamais la préparer !
J'étais enfin remonté chercher mon épuisette ce qui m'a permis de les prendre en photo ! Dominique, ne rit pas s'il te plait ! Je sais que j'ai le mauvais défaut de ne jamais la préparer !

J'étais enfin remonté chercher mon épuisette ce qui m'a permis de les prendre en photo ! Dominique, ne rit pas s'il te plait ! Je sais que j'ai le mauvais défaut de ne jamais la préparer !

Quatre coup sur coup.
Quatre coup sur coup.

Quatre coup sur coup.

Puis ça continue mais cette fois ce sont les gardons. Oui, mais des vrais...que je ne peux même pas garder pour l'ouverture tant ils sont gros.

En voici deux specimens.
En voici deux specimens.

En voici deux specimens.

Et, pour terminer l'après-midi, un dernier carpeau se laisse tenter par mon esche.

LA PECHE AU FEEDER ET AU QUIVER  : Le pellet est une esche excellente à condition de choisir la bonne taille.

Quelle que soit l'espèce, je prends, sans mépriser les brèmes que l'on est bien content de voir arriver les jours de vaches maigres.

En tous cas, le pellet de 8 monté au cheveu ou à la bague en caoutchouc qui se fixe à l'hameçon constitue une esche de premier ordre. J'ai souvent recommandé d'utiliser cette esche mais maintenant, si je dois compléter cette recommandation, n'hésitez pas à varier les tailles.

J'avoue y avoir déjà pensé mais je n'avais jamais réussi à trouver un calibre plus petit, sauf sur internet mais je ne fais jamais d'achat en ligne.

Moi, je suis convaincu. J'espère avoir également réussi à vous convaincre mais les touches sont si nombreuses qu'il me parait difficile d'avoir d'autres cannes en batterie à côté.

C'est donc une pêche plaisir à pratiquer de temps en temps mais dans quelques jours, avoir deux ou trois cannes à vif à côté c'est, à mon humble avis, courir deux lièvres à la fois.

A noter que la plupart des cyprinidés avaient des boutons de noce sur le nez. Chevesnes, brèmes, gardons et même barbeaux, à l'exception des carpeaux.

Bonne lecture à tous et, encore une fois, bonne ouverture à moins que vous ne préfériez aller au "Bois de Chaville" voir s'il y a du muguet, comme dans la chanson.

Si tel est la cas, pour vous guider, Chaville se trouve près de Versailles et j'y faisais quelques "randonnées accompagnées" (Hum !) lorsqu'entre 15 et 19 ans, j' étais élève à l' Ecole Normale de Versailles.

28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 14:03

En cette période de pré-ouverture, les passionnés de pêche au quiver sont en pleine action, en tout cas, cela a été mon cas pendant les quelques journées d'autant plus agréables que nous en avons hélas perdu l'habitude. Remarquez, ça n'a pas duré !

Cet article n' apprendra sans doute pas grand chose aux pratiquants réguliers et bien documentés qui, par la force de l'habitude, ont cherché la meilleure position pour ce genre de pêche rapide.

Pour moi, les conditions de réussite sont le résultat d'une combinaison de facteurs:

-L'amorçage à proximité de l'esche donc bien ciblé grâce au feeder.

-L'élasticité du quiver qui permet presque d'anticiper la touche.

-La rapidité du ferrage grâce à la position que l'on adopte.

Sur ces deux derniers points et lorsqu'on consacre une partie à cette pêche et uniquement à elle, la position de la canne et du pêcheur ont de l'importance, à condition de disposer d'une place suffisante et de n'utiliser qu'une seule canne.

Le but est de profiter au maximum de l'élasticité du scion pour détecter la touche, donc de ne pas se mettre en "paratonnerre" mais "parallèle" à la rive et pointe de la canne vers l' AVAL.

LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: La position de la canne et du pêcheur.
LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: La position de la canne et du pêcheur.

Sur la première photo, on peut remarquer que les deux supports permettent de poser la canne parallèlement à la rive et, dans ce cas précis, le courant va de gauche à droite.

Par voie de conséquence, mon quiver est à droite de la photo, donc orienté vers l'aval.

La seconde photo indique que mon siège est positionné de façon à ce que je ne sois pas face à l'eau mais tourné de trois-quarts.

J'y vois deux avantages et ce n'est déjà pas si mal !

- Le scion étant tourné vers l'aval, la pression du courant sur le fil ne fait pas plier le scion et il y a peu de dérive même si l'on est peu plombé. Par contre, il faut lancer un peu en aval.

-.Le quiver restant bien droit, la touche est tout de suite perceptible et le ferrage peut être instantané.

INSTANTANE ? Oui, mais à condition que les porte-cannes soient prévus pour celà car le ferrage ne se fera pas de bas en haut en relevant la canne mais latéralement vers l'arrière.

LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: La position de la canne et du pêcheur.
LA PECHE AU QUIVER ET AU FEEDER: La position de la canne et du pêcheur.

Le porte-canne avant permet de poser la canne puis de ferrer en arrière sans avoir à relever puisqu'il est à angle droit. Le porte-canne arrière est classique puisqu'il n'a qu'à laisser pivoter.

Bien entendu, c'est du bricolage mais, pour les puristes...et l'un d'entre eux pêche en face de moi...il existe, dans le commerce, des trépieds normalement destinés au surf casting et qui permettent de ferrer simplement en faisant pivoter le porte-canne, et bien entendu la canne, vers l'arrière.

Je n'ai pas retenu les noms des fabricants mais vous pouvez facilement les retrouver sur des sites à vocation commerciale.
Je n'ai pas retenu les noms des fabricants mais vous pouvez facilement les retrouver sur des sites à vocation commerciale.

Je n'ai pas retenu les noms des fabricants mais vous pouvez facilement les retrouver sur des sites à vocation commerciale.

Ceci est le premier article après la migration. Je n'ai trop idée du "rendu" devant mon brouillon mais s'il y a des aménagements à faire, j'essaierai d'y remédier.

Un mot tout de même à mes amis qui, comme moi, ont cherché comment éliminer la pub qui polluait ce site. C'est le compteur qui en était la cause...Soyons toujours méfiants avec les "widgets" et j'ai retenu la leçon ! Ne rien installer tant que l'on n'a pas trouvé les C.G.U.

Amis, à demain j'espère pouvoir vous rendre compte de ma dernière partie de pêche au blanc et surtout de l'esche que j'ai utilisée, puis ce sera l'ouverture.

J'ai trouvé ça sympa alors autant en profiter

J'ai trouvé ça sympa alors autant en profiter

30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 14:02

    Derrière ce titre quelque peu insolite se cache une curiosité que nous ne sommes pas plus habitués à voir qu'à utiliser . N'allez pas, pour autant, en déduire que je vous l'offre comme cadeau de Nouvel An parce que je ne serai pas très généreux envers le 110.000ème visiteur de ce blog depuis sa création.

    Il s'agit d'un feeder fabriqué et utilisé en Pologne, version lourde et peu maniable du X-SAFE déjà présenté et accessible dans notre douce France.

DSCF0050.jpg     DSCF0051

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Cette curiosité se présente sous forme d'un cylindre métallique grillagé dans lequel un piston tenu par une tige est repoussé par un puissant ressort.

      Pour charger , il convient d'utiliser une amorce très collante qui repousse et maintient le piston au fond de son logement, l'hameçon esché étant placé à l'intérieur pour ne pas s'emmêler au moment du lancer.

      Sous l'effet de l'eau, l'amorce se désagrège et permet au piston de repousser l'hameçon esché d'abord, le reste de l'amorce ensuite.

      Seul avantage par rapport à ce que nous utilisons : La force du piston permet un amorçage plus rapide puisqu' il  "éjecte"  tout le contenu de la cage.

         Qui y voit un accessoire original  et efficace peut s'aventurer à le bricoler lui-même !

     A défaut de prendre du poisson, il attirera la curiosité de ses voisins qui ne manqueront pas, comme je l'ai fait moi-même, de venir prendre une photo. Dans ce cas, il vaut mieux essayer de le faire lorsqu'il y a un peu plus de luminosité que lorsque j'ai sorti mon appareil de poche ! 

 

      Que cette note originale me permette au moins de présenter mes voeux à chacune et à chacun d'entre vous.

   

      Halieutiquement vôtre, comme se plaisait à répéter mon maitre, Monsieur Michel DUBORGEL.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -