"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

Actuellement en ligne

 

1er au 17 septembre 

 21.035 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.315.060 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.216.040   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 10:38

Grâce à nos échanges, à ses croquis et à ses photos, je vous présente aujourd'hui le montage pater-noster mis au point et utilisé par mon ami Serge LEGLISE.

 

Considérant que l'attractant a de l'importance, Serge a mis au point, en simple bricolage, un bouchon immergé ou en surface qui permet de le diffuser à proximité du vif qui évolue au bout de son montage. 

 

Le connaissant, s'il continue à l'utiliser, c'est qu'il obtient des résultats intéressants dans ses plans d'eau du Morvan.

 

Merci à lui de faire partager ses connaissances, ses essais et ses trouvailles.

 

C'est avec d'autant plus de plaisir et de satisfaction que je relaie bien volontiers nos échanges de courriers sur ce site car nous sommes de la même trempe des chercheurs du petit plus.

LE FLOTTEUR

 

Un simple bouchon de champagne percé en son milieu pour enfiler un coton tige permettant au fil de coulisser mais la particularité est qu'il creuse deux cavités sur les cotés, bourrées de mousse absorbante imprégnées d'attractant.

Fabrication terminée avec de la peinture rouge ou du vernis pour la visibilité.

LE PATER-NOSTER.

 

Serge n'utilise pas d'émerillon classique mais fabrique lui-même avec de la corde à piano gainée, un émerillon agrafe et un émerillon baril.

LA PLOMBEE

 

Un plomb Arlesey fixé au corps de ligne de plombée par un émerillon agrafe.

Voici tout son matériel non assemblé.

Voici maintenant le montage dans sa totalité, restant bien entendu qu'il s'apparente aux montages classiques avec pour différence qu'il a conçu et fabriqué lui-même, en retenant surtout les cavités dans le flotteur en liège qui sont gorgées d'attractant, donc plus prenantes.

 

A noter également qu'il prévoit un corps de ligne de plombée assez fin pour casser en cas de grosse prise avec laquelle la plombée deviendrait très gênante.

Publié par André MARINI d'après le montage de SERGE LEGLISE - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 17:00

A la demande de nos lecteurs, le présent article reprend les différents montages de type pater-noster qui demeurent les plus lus sur ce site.

 

Il reste bien entendu que ce sont uniquement les montages que j'utilise et que je ne prétends, en aucun cas, dresser un inventaire exhaustif.

 

LE MONTAGE PATER-NOSTER A FLOTTEUR FIXE :

 

Le matériel :

 

D'abord, un bouchon fixe, un émerillon pater-noster, un émerillon agrafe puis la plombée.

 

Ensuite, le bas de ligne fixé à l'anneau perpendiculaire et qui pour moi, présente toujours la particularité d'être constitué d'une vingtaine de centimètres de tresse puis d'un émerillon baril puis de la crinelle portant l'hameçon.

 

En créant un point supplémentaire de rotation sur un montage assez rigide, j'évite ainsi que le vif ne vrille la crinelle.

 PNFIXE1

PNFIXEBdL

 

CROQUIS COMPLET DU MONTAGE PATER-NOSTER A FLOTTEUR FIXE

PN11

 

Avantages :

 

1) Avec ce montage, il est possible de pêcher dans toutes les conditions ou presque et tous les carnassiers, du brochet au sandre pour peu que la taille du flotteur, la plombée et le bas de ligne soient adaptés.

 

2) Le "posé" de la ligne est très facile en jetant "sous main". Au moment de la descente rapide du plomb, le vif sera entrainé à la suite sans emmêlage.

 

3) Il est possible de pêcher à la distance et à la profondeur voulues, le flotteur tirant le vif vers le haut et l'empêchant de rechercher les obstacles alors qu'à la ligne flottante on ne peut pêcher que sous la pointe de la canne et qu'au posé au fond, le vif ne manquera pas de profiter de la moindre plante aquatique....au mieux !

 

Inconvénient :

 

A mon sens, il n'en existe réellement qu'un mais de taille !

 

Pour avoir longtemps utilisé ce montage à mes débuts, j'ai vite compris que le poids de la plombée créait une inertie vite ressentie par le carnassier qui lâche le vif...

 

Loupé inévitable !

 

Il m'arrive, comme à chacun d'entre nous, de consulter parfois des sites spécialisés et je suis toujours étonné de voir que ce montage-type est présenté comme tel sans que l'on introduise un remède pourtant fort simple à l'inconvénient que je viens de décrire.

 

Remède :

 

"La plombée perdue" autrement dénommée "le plomb cassant."

PNI2

PNI4

Il suffit de remplacer la plombée par un poids, boulon, gros écrou, pierre, petit cube de ciment...., attaché avec du fil de couturière qui sera suffisamment résistant pour maintenir le vif qui cherche à se dégager mais qui ne résistera pas à l'attaque brutale d'un brochet.

 

Pour l'avoir testé, un fil de couturière supporte 3 à 400 grammes de poids mort mais pas plus.

 

Lorsque j'ai l'occasion de faire du ciment, j'en prépare un peu plus que j'étale dans un tiroir à glaçons de vieux réfrigérateur.

 

Avant séchage, je glisse dans chaque cube un morceau de fil de cuivre recourbé formant anneau.

 

Après démoulage, j'en ai pour toute la saison.

 

Lorsqu'on relève la ligne et que le fil de couturière casse, le remplacement est si rapide qu'il serait dommage de se priver d'une petite astuce qui multiplie par 3 ou 4 les concrétisations.

 

J'avoue ne pas comprendre les raisons pour lesquelles la plupart des prétendus spécialistes ne recommandent pas ce petit artifice que l'on utilise si fréquemment dans ce type de montage mais aussi dans bien d'autres (Le barbeau au fromage, par exemple...).

 

En conclusion de ce premier montage, voici le croquis de sa position pêchante.

PN111.jpg

LE MONTAGE PATER-NOSTER A FLOTTEUR COULISSANT :

 

Le matériel :

 

Un stop-fil, un flotteur coulissant, un émerillon pater-noster, un émerillon agrafe, une plombée.

 

Le bas de ligne tel que je l'ai précédemment présenté.

PNCoulissant1.jpg

PNCoulissantBdL.jpg

CROQUIS COMPLET DU MONTAGE PATER-NOSTER A FLOTTEUR COULISSANT

PN22.jpg

Avantages :

 

1) La longueur de fil entre l'émerillon pater-noster et le flotteur est plus importante que pour le montage précédent, ce qui laisse le rend un peu plus sensible mais là encore, l'inertie du plomb se fait assez vite sentir.

 

2) Le flotteur étant sous la surface mais visible, la touche est mieux détectée.

 

Inconvénients :

 

1) Le lancer n'est pas très aisé, en tous cas moins que le précédent.

 

2) Avant d'être vraiment en action de pêche, il doit y avoir plusieurs mises à l'eau d'essai pour positionner le stop-fil afin qu'il retienne le flotteur visible mais légèrement sous la surface.

 

S'il est à plat sur l'eau, son utilité est nulle parce qu'il ne jouera pas le rôle de "bouée", tirant le vif vers le haut.

 

3) Lorsqu'on ramène, le stop-fil passe dans les anneaux et se positionne sur le tambour du moulinet avec le fil mais après quelques jours d'utilisation, il perd de son élasticité et modifie la profondeur de référence en étant retenu par les anneaux dans lesquels il doit passer à chaque lancer.

 

4) Comme dans le montage précédent, l'inertie du plomb se fait très vite sentir.

 

Remède :

 

Encore la plombée perdue en remplaçant le plomb par un poids tenu par du fil de couturière et là, vous aurez un montage de premier ordre parce que vous verrez immédiatement la touche.

PNI2

PNI3

 

En conclusion de ce deuxième montage, voici le croquis de sa position pêchante.

 

PN222.jpg

LE MONTAGE PATER-NOSTER A FLOTTEUR COULISSANT ET A BAS DE LIGNE COULISSANT :

 

Autant annoncer tout de suite la couleur: C'est celui que je préfère !

 

Matériel :

 

D'abord, un stop-fil, un bouchon coulissant, un passe-fil sur lequel est collé un

anneau, un emerillon agrafe, une plombée.

 

Ensuite, toujours le même montage pour le bas de ligne.

Photo 0728

PNI-Bas-de-ligne.jpg 

CROQUIS COMPLET DU MONTAGE PATER-NOSTER A FLOTTEUR COULISSANT ET A BAS DE LIGNE COULISSANT.

PN33

Avantages :

 

1) Lors de la touche, le bas de ligne puis le fil libre glissent dans le tube jusqu'à ce que le flotteur vienne en buttée. Le plomb ne se fait sentir que bien plus tard.

 

2) Le flotteur étant immergé juste en-dessous de la surface, la touche est immédiatement visible.

 

Inconvénients :

 

1) Nécessité de faire quelques "posés" à vide pour régler le stop-fil de façon à ce qu'il retienne le flotteur juste en-dessous de la surface pour être visible.

 

2) Même si la plombée ne se fait sentir que bien plus tard, elle peut occasionner des "loupés" lorsque le carnassier a "pris" les quelques mètres de fil qui coulissent dans le tube.

 

Remède:

 

Vous l'avez deviné : Cette fois encore, "la plombée cassante" en remplaçant le plomb par un poids attaché avec du fil de couturière !

PNI2

PNI3

 

En conclusion de ce troisième montage: Le croquis en action "pêchante".

PN333.jpg

LE MONTAGE PATER-NOSTER INVERSE :

 

Dénommé ainsi parce que le flotteur se trouve situé après le plomb.

 

Matériel :

 

D'abord, un flotteur lesté comportant un anneau dans sa partie inférieure.

 

Ensuite, un flotteur lesté, un tube anti-angle sur lequel est enfilé un anneau supportant l'émerillon agrafe et la plombée, un émerillon pater-noster.

 

Le bas de ligne sera indentique aux précédents mais fixé droit de l'émerillon pater-noster et non à l'anneau perpendiculaire.

 

Il est préférable de placer un amortisseur entre l'extrémité droite du tube et l'anneau gauche de l'émerillon.

PNI1.jpg

PN4BIS-copie-2.jpg

CROQUIS COMPLET DU MONTAGE PATER-NOSTER INVERSE.

PN44.jpg 

Avantages:

 

1) Offre peu de résistance au moment de la touche.

 

2) Donne une grande liberté d'évolution au vif, permettant ainsi d'explorer toutes les couches d'eau.

 

3) Touche bien visible par enfoncement du bouchon immergé près de la surface.

 

Inconvénients :

 

1) Lancer assez malaisé du fait du bouchon lesté qui pend au bout de 1, 50 mètre de fil.

 

2) Les possibilités d'évolution du vif obligent à ne pas placer deux montages de cette nature trop proches l'un de l'autre sous risque d'emmêlage.

 

En conclusion de ce dernier montage, le voici en position pêchante :

PN444.jpg

Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 12:43
PATER-NOSTER, LE MONTAGE A BOUCHON COULISSANT.

Cet article, figurant dans le chapitre des montages en pater-noster, a suscité tant de commentaires ( je ne peux que m' en féliciter ) que je crois utile d'y revenir car il présente deux avantages incontestables dans toute cette famille.

 

Certains lecteurs m'ayant demandé des précisions, je les donne sous forme d'article qui, bien entendu, rejoint en détail ce que j'ai présenté de façon plus succinte.

 

1) Il permet de voir plus rapidement le départ puisque le bouchon est en surface ou très près de la surface.

 

2) Il offre moins de résistance au moment de l'engamage puisque la longueur de fil entre le bouchon et le tube rigide qui fait office d' émerillon pater-noster laisse plus de latitude.

Pour ce montage on peut aussi utiliser la plombée perdue.

 

MATERIEL:

- Le même que pour le montage à bouchon fixe, sauf le bouchon lui-même. 

- Canne à vif de 4,50 mètres et moulinet équipé de tresse 30 LBS.

 

Mais à la place du bouchon fixe:

 

- Un bouchon coulissant prévu pour vingt grammes.

 

- Des stop-fil en caoutchouc qui se glissent sur le fil ou sur la tresse et restent en place, pouvant passer dans les anneaux et rester sur le fil même lorsqu'il est sur la bobine.

PATER-NOSTER, LE MONTAGE A BOUCHON COULISSANT.PATER-NOSTER, LE MONTAGE A BOUCHON COULISSANT.

-Un plomb de 40 ou 50 grammes.

Moins si vous utilisez un petit vif, plus si vous utilisez un gros vif ou s'il y a du courant mais, bien entendu il doit toujours être plus lourd que la portée du flotteur sinon vous obtiendrez une ligne flottante.

 

Le poids du plomb à peu d'importance s'il est cassant, sous réserve de la condition ci-dessus.

Au contraire, s'il est lourd, il fera auto-ferrage.

 

Mais à la place de l'émerillon pater noster, un tube rigide de silicone d'une dizaine de centimètres sur lequel on fixe ou on colle de quoi attacher le fil de la plombée.

PATER-NOSTER, LE MONTAGE A BOUCHON COULISSANT.PATER-NOSTER, LE MONTAGE A BOUCHON COULISSANT.

N'importe quel poids, issu du fouillis de notre atelier, peut faire office de plomb cassant attaché avec du fil de couturière qui casse à environ 250 à 300 grammes.

 

Sous l'attaque d'un brochet, le fil casse tout de suite.

PATER-NOSTER, LE MONTAGE A BOUCHON COULISSANT.

Voici, décomposés, tous les éléments de la partie pêchante :

 

1) Le stop-fil.

2) Le bouchon coulissant.

3) Le tube supportant le poids et laissant coulisser le bas de ligne.

4) Le plomb, interchangeable en un clin d'oeil, grâce à une agrafe.

On fixe le plomb à l'agrafe avec du fil de couturière en simple.

Après la prise, le fil de couturière cassera, le plomb sera perdu et seuls le fil et l'agrafe resteront en place mais c'est un poids négligeable.

De plus, on rechargera très vite.

5) Le bas de ligne tenu par un émerillon agrafe avec un amortisseur intercalé .

 

 A noter que tous les noeuds sont de type "noeud cuiller" et que la crinelle est précédée d'une dizaine de centimètres de tresse elle-même terminée par un noeud baril.

 

 La souplesse de ce petit morceau de tresse évite que le vif ne vienne s'accrocher, soit à la partie montante, soit au fil supportant la plombée.

 

A noter, également, que comme dans tous les montages que je destine à la pêche au vif, je prévois toujours une petite rondelle de caoutchouc à enfiler sur la pointe de l'hameçon après avoir mis le gardon en place.

.
.

.

MONTAGE :

 

La particularité de ce montage est que le bas de ligne peut coulisser DANS le tube alors que le plomb, attaché au tube, NE BOUGE PAS tant que le bouchon n'arrive pas au fond, entrainé par le poisson. 

 

En partant de l'extrémité libre du fil, donc à l'opposé de celui qui est sur la bobine :

 

1) Glisser un stop-fil en passant l'extrémité libre du fil dans la boucle qui permet de faire passer le stop-fil de son support à votre fil.
2) Passer ensuite le bouchon.

3) Passer le fil dans le tube.

4) Passer un amortisseur sur le fil à sa sortie.

5) Attacher un émerillon agrafe.

6) Fixer le bas de ligne.

7) A partir de l' anneau sur le tube, attacher un fil de pêche qui supportera le plomb.

 

Ce fil doit être nettement plus long que le bas de ligne pour que le poisson ne puisse pas s'accrocher au fond.  

PATER-NOSTER, LE MONTAGE A BOUCHON COULISSANT.

N'oublions pas que ces montages sont destinés à pêcher plus loin qu'au bouchon flottant traditionnel sans permettre au vif de s'accrocher au fond, tiré qu'il est, vers le haut par le bouchon.

 

En positionnant correctement le stop-fil, on empêche le bouchon de se poser à plat sur l'eau

 

Avant de se mettre en action de pêche, il est nécessaire de faire un ou deux essais pour placer le stop-fil de façon à ce qu'il retienne le bouchon à la surface ou juste en-dessous pour qu'il soit visible.

 

C'est une contrainte, mais pas plus que de sonder à la coulée et les avantages sont si importants que cela vaut le coup de consacrer une ou deux minutes à avoir un bon positionnement.

C'est après avoir eu quelques "loupés" au pater noster à bouchon fixe immergé que j'ai imaginé cette formule intermédiaire avec laquelle la prise est quasiment assurée.

 

 

Voici ce que peut donner une petite comparaison de montages.

Maintenant, en cette période, reste à prendre les vifs qui ne sont pas toujours bien vaillants mais les concepteurs, soucieux de nous faire prendre du poisson et, accessoirement, un fou-rire, viennent de mettre au point une nouvelle amorce.

 

Moi, ça ne me surprend pas parce que quand le poisson boude, je mets une pièce de 1 euro et si ce que leur présente ne leur plait pas, ils vont s'acheter ce qu'ils veulent mais là, je n'y avais pas pensé !

 

Vous parlez d'une amorce ! Et si votre femme vous demande si ça a mordu, aujourd'hui, qu'est-ce que vous répondez ?

PATER-NOSTER, LE MONTAGE A BOUCHON COULISSANT.

Il parait que c'est efficace pour prendre mais encore faut-il les conserver en bonne forme et là, encore, on peut faire confiance à nos revendeurs qui viennent d'inventer la bourriche du siècle !

 

Mais non! La bourriche, pas la bourrique ! Ouais, je sais, on pourrait ajouter quelque chose!

 

Vous avez quand même les idées mal placées!

 

Mais je crois que je vais tout de même publier sur fesse-book.

 

Si vous êtes intéressés, je fournis les sacs en plastique et les poissons rouges. 

 

Vous fournissez le reste?

 

         Marché conclu?

PATER-NOSTER, LE MONTAGE A BOUCHON COULISSANT.

Dites, les copains, pas bon pour le moral une journée maussade qui s'annonce après ces quelques jours de rêve? 

 

           Alors, je fais ce que je peux pour vous, moi! 

Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 11:00

Puisque ces articles sont lus, qu'ils font débat et confrontation amicale de montages, pourquoi ne pas aller jusqu'au bout ?

 

Lorsque j'ai présenté ce montage pater-noster que j'utilise d'ailleurs depuis peu, l'un de nos lecteurs a fait remarquer à juste titre que le montage-type, préconisé en son temps par Monsieur DUBORGEL et par Henry LIMOUZIN ne se présentait pas à l'identique.

 

On pourrait d'ailleurs y ajouter Jérôme NADAUD.

 

Vie associative oblige !

 

Notre assemblée générale et son compte-rendu ne m'ont pas permis de publier plus tôt, en tout cas pas avant la fermeture mais les saisons se suivent...

 

Ce n'est donc que partie remise, surtout pour des méthodes très efficaces et pérennes.

paternoster-invers--2426fdc.jpg

Voici, en rappel, le montage type tel qu'il figure dans le forum, présenté par notre confrère Toflacarpe.

 

Le bas de ligne est fixé à l'anneau perpendiculaire de l'émerillon pater-noster. Grâce à cet assemblage, le lancer est facilité par le fait que le flotteur plombé ouvre la route du bas de ligne...sauf, si, comme moi, on utilise toujours de très gros vifs.

 

Voici deux croquis qui montrent la difficulté que je rencontre avec le bas de ligne lors du posé d'un vif plus lourd que le flotteur plombé.

 

N'oublions pas qu'à ce moment-là, nous sommes dans l'air et non dans l 'eau.

img030

1) Le montage en supposant qu'il soit posé à plat sur l'herbe.

 

1A) Au moment du lancer, le vif, toujours plus de 100 grammes, quelquefois beaucoup plus, ouvre la route et le flotteur reste à l'arrière, freinant le lancer et retournant l'émerillon pater-noster.

 

Ceci m' a souvent conduit à relever puis relancer jusqu'à ce que j'obtienne le résultat escompté.

 

Le vif n'aime pas ça !

 

Il y a sans doute un remède mais, en toute humilité, je ne l'ai pas trouvé.

Voici maintenant deux autres croquis montrant comment j'ai contourné cette difficulté.

img031.jpg

img032.jpg

2) Le montage, toujours en supposant qu'il soit à plat.

 

Par rapport au montage type, j' attache le fil reliant l'émerillon au flotteur à l'anneau perpendiculaire.

 

2A) Au moment du lancer, le vif plus lourd, maintient l' émerillon pater-noster en ligne et la plombée, qui vient se caler contre lui pendant la descente, entraine le flotteur qui pivote en décrivant un arc de cercle vers le haut, à droite.

 

J'ai uniquement pêché le brochet de cette manière et seulement cette année en automne.

 

J'ai déjà fait état de ma propension à n'utiliser que des gros vifs et des hameçons canadiens de triple zéro mais rien ne dit que je ne reviendrai pas au montage traditionnel la saison prochaine avec des vifs plus petits lorsque je chercherai le sandre.

 

A mon sens, cette méthode peut être très efficace.

 

DONC, AFFAIRE A SUIVRE...LA SAISON PROCHAINE.

 

Petit poisson sera devenu grand puisque, de plus en plus, nous leur prêtons vie.

Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 22:00

J'ai déjà présenté ce montage mais je n'avais pas eu l'occasion d'en montrer l'efficacité.

Pour se remettre tout ceci en mémoire, voici le pater-noster que j'utilise.

PATER-NOSTER, LES AVANTAGES DE MON MONTAGE PERSONNEL.

Je multiplie les points de rotation afin que le vif, quelle que soit sa taille, puisse faire tourner le montage.

 

Tous les noeuds sont des noeuds cuiller afin qu'aucun bout de fil ne traîne.

 

Le montage de base ne change pas en fonction de la taille du vif.

 

       Seul le bas de ligne peut changer, ce qui est vite fait. 

Je le préfère de très loin au montage avec l'émerillon pater-noster type qui est une source de noeuds et ne possède pas la souplesse de celui-ci.

En cas de grosse prise, l'émerillon baril passé sur le brin de silicone ne peut pas quitter le montage, à condition qu'il soit de la même taille que celui du dessus et celui du dessous.

ADOPTEZ CE MONTAGE, VOUS M'EN DIREZ DES NOUVELLES !

 

Mais n'oubliez pas que le bas de ligne doit être plus court que la distance entre le flotteur et le montage, de même pour la plombée, sinon, inutile de faire du pater-noster ! 

Hier après-midi, en Marne.

Après une perche, voici les deux autres prises.

Brochet 80 centimètres

Brochet 80 centimètres

Gueule impressionnante

Gueule impressionnante

PATER-NOSTER, LES AVANTAGES DE MON MONTAGE PERSONNEL.
PATER-NOSTER, LES AVANTAGES DE MON MONTAGE PERSONNEL.
Puis un silure de 70 cm

Puis un silure de 70 cm

Ce n'est tout de même pas très beau !

Ce n'est tout de même pas très beau !

J'ai pris, de la même façon, un autre jour, un silure beaucoup plus gros que je n'ai pas pu tenir.

Au bout d'une heure de combat, ce n'est pas le montage qui a rendu l'âme, c'est la crinelle alors qu'elle était de 9 Kg.

Lorsque j'ai vu la ferraille du tambour, je me suis sans doute affolé et j'ai voulu récupérer un peu de marge trop vite.

Adopter ce montage, c'est :

-Ne pas avoir de noeuds faits par le vif.

-Avoir une solidité à toute épreuve à condition de bien contrôler tous les noeuds cuiller.

-Avoir une souplesse inégalable parce que le vif peut circuler gràce au morceau de tresse que je mets entre les 2 émerillons baril.

-Simplement changer le bas de ligne en fonction de la taille du vif, ce qui est tout de même très vite fait.

-Avoir une plombée cassante pour qu'au départ, elle s'accroche et casse, laissant le poisson libre au bout de l'hameçon.

-Pouvoir lancer sur-main et sous-main, gros avantage !

Alors vous l'adoptez ou je le fais breveter ?

 

Après, il vous faudra payer pour l'avoir ! (LOL)

PATER-NOSTER, LES AVANTAGES DE MON MONTAGE PERSONNEL.

Gueule de silure, vous l'aviez deviné !

Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 09:57

Voici un montage léger et qui ne s'emmêle jamais.

Il est utilisable avec toutes sortes de vifs, gros, moins gros ou même petits, bien que ce ne soit pas vraiment dans mes habitudes d'utiliser des ablettes mais, en ce moment, le gardon boude en Marne. 

Il ressemble au montage type mais a comme avantage de n'utiliser que de très petits émerillons barils et, ainsi, de multiplier les points de torsion.

En fonction de la taille du vif, il suffit de changer la plombée et l'hameçon.

PATER-NOSTER, LES AVANTAGES DU MONTAGE LEGER.

Et vous pouvez inverser la plombée et le bas de ligne.

Dans ce cas, le carnassier ne sentira la résistance qu'au moment ou le bas de ligne buttera sur le deuxième émerillon baril.

PATER-NOSTER, LES AVANTAGES DU MONTAGE LEGER.

Vous pouvez, enfin, supprimer le premier noeud baril.

Le plomb maintiendra le vif au fond et l'empêchera de faire remonter le montage le long du fil.

Dans ce cas, le carnassier ne sentira la résistance que lorsqu'il tirera sur le fil jusqu'au bouchon mais il aura déjà fait un bout de chemin.

PATER-NOSTER, LES AVANTAGES DU MONTAGE LEGER.
Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 18:44

     Ce dernier montage, parmi les 4 que j'utilise, est sans doute le moins employé. Pour ma part, j'avoue sans gêne  que je l'ignorais avant que l'un de mes amis ne me l'explique pour  en vérifier l'efficacité..le jour-même ! Aux innocents les mains pleines, dit-on !

      Depuis, je l'ai ajouté à ma "panoplie" ...Sans avoir, comme nous tous ce dernier mois, beaucoup eu l'occasion de le mettre en pratique. Suffisamment tout de même pour en mesurer les avantages et les inconvénients.

      Le montage pater-noster en général a pour objet de permettre de pêcher plus loin qu'au flotteur sous la canne et de ne pas avoir les inconvénients du vif qui cherche systématiquement à s'accrocher à tout obstacle comme c'est souvent le cas à la plombée sur des fonds incertains. 

PNI1.jpgPNI-Bas-de-ligne.jpg  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Il existe des flotteurs pour ce type de montage mais rien n'est plus facile que de le fabriquer soi-même avec un flotteur coulissant qui comporte un plomb et une attache à la base.

       Pour ce qui concerne le bas de ligne, j'ai l'habitude, depuis des années maintenant, de faire un montage: hameçon puis 30 cm de crinelle puis émerillon baril puis 20 cm de tresse puis un deuxième émerillon baril. Que ce soit à fond, à la ligne flottante ou au montage pater-noster, le fait d'intercaler un morceau de tresse et un émerillon baril évite les "noeuds" que le vif ne manque pas de faire, surtout avec la crinelle dont la mémoire est "incomparable ". Pour une fois, avoir de la mémoire n'est pas un avantage !

      Un croquis pour le montage en dit plus long que toutes les explications possibles ? Oh oui, alors allons-y ! 

      Pater-noster inversé

 

        De l'anneau terminal de la canne jusqu'au vif:  

        La tresse (Ou le nylon) passe dans une olive coulissante reposant au fond puis dans un petit morceau de tube, qui, au maximum, viendra butter contre le premier émerilon baril du bas de ligne puis le bas de ligne.

        La particularité de ce montage réside dans le fait que 1, 50 mètre de fil relie le petit tube coulissant au flotteur. En action de pêche, le vif disposera d'une grande liberté de mouvement.

        J'avoue que ce montage ne faisait pas partie de mes favoris mais il a été à l'origine de plusieurs prises de beaux brochets en fin de saison. Il est incontestablement perfectible pour être encore plus efficace.

        AVANTAGES : 

-A la touche, le prédateur ne sent pratiquement aucune résistance.

-Grâce au flotteur qui se trouve souvent sous la surface et que l'on voit par transparence, on n'est jamais dans l'urgence à la touche.

-Mais surtout: Disposant d'une grande latitude d'évolution, le vif explore toutes les couches d'eau et, en le tirant vers le haut, le flotteur ne lui permet pas de s'accrocher.

        INCONVENIENTS :

-Lancer tout cet attirail n'est pas aisé, dommage !

  On peut heureusement controler que le montage est en place et le vif bien pêchant grâce au flotteur lorsqu'il remonte et qu'il est visible par transparence.

-Si l'on pose plusieurs lignes montées ainsi, elles doivent être largement espacées parce que les vifs, dans leur libeté d'évolution, risquent de se rencontrer et ne manqueront pas de former une perruque.

-La plombée doit être lancée assez loin du bord. (Ne lésinez pas sur son poids, surtout s'il y a un peu de courant. Le nylon ou la tresse coulissent à l'intérieur.) En effet, le vif a souvent tendance à revenir chercher les obstacles de la rive. Il doit être bridé, juste ce qu'il faut pour ne pas perdre le bénéfice d'un tel attelage.  

    Pour ma part, j'ai utilisé une variante avec émerillon paster-noster. Elle se présente ainsi :

pater-noster2.jpg

    Corps de ligne attaché à un anneau de l'émerillon pater-noster, bas de ligne attaché à un autre anneau puis fil reliant le flotteur attaché à l'anneau perpendiculaire. Ce montage se contrôle beaucoup mieux que le précédent mais il faut être beaucoup plus attentif, surtout lorsque, comme moi, on utilise de très gros vifs qui font souvent plonger le bouchon. La touche se détecte alors au fil qui se tend.

     Dans ces deux types de montage, pick-up ouvert, bien entendu et le petit détecteur de touches que je vous ai déjà présenté se révèle bien utile. Qand le fil "saute" de la lamelle qui le retient à peine, c'est le coup au coeur assuré.

    J'ai seulement utilisé ce montage pendant quelques mois avant que les rivières ne se transforment en torrents. Par principe,  je pêche toujours à la coulée ou au quiver léger pour rassembler le garde-manger...comme tout le monde...et je pose deux cannes à vifs avec des montages différents. Le premier en pater-noster inversé et le second au bouchon flottant ou en pater-noster fixe ou coulissant donc mieux bridé pour éviter les perruques. Mais même sans avoir encore le recul nécessaire pour améliorer le montage que je vous ai présenté, 2 fois sur 3, c'est celui-là qui "part"...

                         Donc nous en reparlerons, n'est-ce pas ? 

04/01/2011 22:26:25
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Toflacarpe sur l'article LE MONTAGE PATER-NOSTER INVERSE., sur votre blog Le blog de l'Epinoche

Extrait du commentaire:
Bonjour Monsieur MARINI
Tout d'abort je vous souhaite mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année , bien évidemment remplie de pêches fructueuses.
Je me permet d'intervenir sur ce sujet car le montage que vous présentez n'est pas le vrai issu de l'imagination de Michel DUBORGEL qui d'ailleurs facilitera son lancé et les risques d'enmellement.
Je vous poste un exemple sur le forum dans la soirée, bien cordialement.

PS: c'est vraiment un montage du tonerre pour le brochet, surtout en eau close....

Toflacarpe

© 2011 over-blog.com. Tous droits réservés

 

paternoster-invers--2426fdc.jpg

    Pour une bonne compréhension du montage pater-noster inversé que nous présente notre ami Toflacarpe sur le forum, j'ai simplement ajouté la direction du fil vers la canne.

      Ce montage est très voisin de la variante que j'ai présentée dans l'article ci-dessus si ce n'est le "plomb montre" fixé sur un tube anti-angle.

       

        Après consultation des statistiques d'audience, nul doute que ces articles sont les plus lus. Je présenterai donc, dans un article à venir très prochainement, le résumé en une seule page de ce que vous êtes obligés d'aller consulter aux 4 coins du blog. 

Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 10:50

   Voici le dernier article d'une série de trois consacrés à la pêche au vif avec un montage pater-noster.
   Après vous avoir présenté les deux formules de base les plus utilisées ( Montage avec un bouchon fixe immergé puis montage avec un bouchon coulissant ) je vous communique ma propre méthode, largement expérimentée pendant les années écoulées et qui, à mon sens, a fait ses preuves si j'en juge par le pourcentage de réussite que j'ai eu.
   Comme je l'ai indiqué dans les deux articles précédents, le fait que le poids du lest se fasse trop rapidement sentir lors de l'attaque du vif par le carnassier est un inconvénient majeur. 

   Celà
m'a conduit à rechercher un montage qui laisse coulisser le bas de ligne pour que le plomb ne soit pas entrainé au moment de la touche.
 
    Par voie de conséquence et au risque de cultiver le paradoxe, mon montage ne comporte pas d'émerillon pater-noster.

 
MATERIEL:

 -Une canne de 4,50 mètres à anneaux et moulinet, bien entendu.
- Je préfère, pour cette pêche, le nylon 30 à 35 centièmes à la tresse 20 à 30 LBS (Vite à votre convertisseur ) parce qu'il coulisse mieux et ne s'éraille pas au passage de ce que je vais vous présenter.
- Un bouchon coulissant supportant au moins 20 grammes.
- Un stop-fil.
- Des noeuds barils, un amortisseur en caoutchouc, de la crinelle, un hameçon canadien, une rondelle à fixer sur l'hameçon après avoir accroché le vif... TOUT CELA VOUS CONNAISSEZ.

- Un morceau de tube plastique rigide d'une dizaine de centimètres avec deux bagues en caoutchouc, ou en gaine de fil électrique ou en silicone, peu importe.

PN1.jpg  

   




    Collez les deux bagues de silicone à peu près à hauteur du tiers du tube rigide sans que ces deux bagues ne se touchent. Un point de colle super-glue fait parfaitement l'affaire et permet à la fois un séchage très rapide  tout en empêchant ces deux bagues de glisser le long du tube.
     Il existe des anti-emmêleurs avec agrafes qui peuvent parfaitement faire votre bonheur mais comme je cherche toujours à simplifler les montages pour la fabrication ou la réparation et à éliminer tout ce qui est susceptible de provoquer un emmêlage, je préfère cette formule.





      Phase suivante:   Chauffer ce tube pour lui donner la forme d'un arc de cercle.
       Pourquoi ? Pour qu'au moment où votre vif est en place et où vous vous apprêtez à lancer, le bas de ligne ne vienne pas s'enrouler autour du fil qui supporte la plombée. Ceci est plus que fréquent et d'autant plus désagréable que votre vif reste à l'air pendant tout le temps passé à "détortiller".

        Un petit truc pour mettre correctement en forme votre tube sans l'écraser : Glisser un fil de cuivre électrique à l'intérieur pour qu'il se s'écrase pas sous l'effet de la LEGERE CHALEUR. Faites largement dépasser ce fil de cuivre de chaque côté du tube et CHAUFFER LEGEREMENT au-dessus d'un bruleur à gaz SANS TOUCHER LA FLAMME. Dès que le fil de cuivre DEVIENT TIEDE dans vos doigts, mettez en forme, attendez que le tout refroidisse puis otez le fil de cuivre. Votre tube rigide aura pris sa forme.
 PN2.jpg          
   PN3              

















        Voici ce qui remplace mon émerillon pater-noster. Vous avez déjà compris que le fil supportant le bas de ligne va coulisser dans ce tube et laissera toute latitude au prédateur au moment du départ.
         Il ne me reste qu'à faire la synthèse sous forme de croquis et vous êtes parés pour votre dernier brochet de la saison, dimanche, d'autant que vous n'aurez auncun mal à prendre quelques vifs puisque le gardon est encore assez actif et vient bien sur l'amorce.

          DANS CE MONTAGE NE METTEZ PAS DE STOP-FIL  SOUS  LE BOUCHON COULISSANT SINON TOUT CE QUE VOUS FAITES NE SERT PAS A GRAND CHOSE, C'EST EVIDENT ! Par contre, celui qui se trouve au-dessus reste indispensable.


 

- Le fil supportant la plombée est attaché entre les deux bagues du tube rigide par un noeud cuiller.
- La longueur totale du bas de ligne ( C ) doit être inférieure à la longueur du fil supportant la plombée.
-Le bas de ligne peut coulisser dans le tube, entrainant le bouchon coulissant sans être géné par la plombée.
-Je mets une agafe au bout du fil supportant la plombée mais celle-ci est constituée d'un morceau de métal attaché avec du fil de couturière pour casser lorsque le poisson a pris de la vitesse et a fait couler le bouchon coulissant. Il peut facilement être remplacé en préparant quelques "plombées perdues" à l'avance... d'autant que vous n'aurez pas une dizaine de départs dans la journée mais ainsi, une fois la plombée perdue, le poisson sera libre... et vous aussi pour le travailler sans risque d'accrochage.
-Je mets toujours un noeud baril quelques centimètres sous le noeud d'attache pour éviter le vrillage du fil supportant la plombée. Il ne sera pas perdu puisque la rupture de la plombée au moment du départ se fera largement en dessous.
   Si je mets ce noeud baril c'est parce que le mouvement le plus fréquent du vif qui cherche à se dégager consiste à tourner lorsqu'il tend le bas de ligne. La partie A subira un vrillage mais réparti sur une grande longueur alors que la partie B ne fait que 60 centimètres.
- Je le répète, la longueur totale du bas de ligne ( C ) doit être inférieure  à A et à B. Je mets une soixantaine de centimètres de nylon pour B alors que la bas de ligne est constitué de 10cm de tresse intercalée entre deux noeuds barils et 25 centimètres de crinelle. Votre vif ne pourra pas s'accrocher au fond.
 

     Le croquis, ci-dessous à gauche, montre la position de la ligne avant le lancer et explique la raison pour laquelle je coude le tube rigide.
      Le bas de ligne et le fil qui soutient la plombée sont décalés et nous connaissons tous l'agacement que procurent les deux parties qui s'entortillent au moment où il ne faut pas traîner pour lancer. 

Position de lancer

 


Position de la canne pêchante     


 

   

Le croquis, ci-dessus à doite, préconise de positionner la canne en position haute sur son support pour qu'aussi peu de fil que possible soit posé sur l'eau, donnant de la prise au courant ou interceptant tous les corps flottants indésirables qui obligeraient le fil à faire un "ventre" déséquilibrant et même, parfois, coulant le flotteur.

         

                 Voici le montage dans son intégralité

PATER-NOSTER POUR LA PECHE AU VIF: CELUI QUE JE PREFERE.

PRETS POUR LA FERMETURE, DIMANCHE ? JE LE SAVAIS BIEN !

Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 18:12

   Comme annoncé dans le premier article consacré à  la pêche au vif avec un montage pater-noster, voici maintenant l'utilisation d'un bouchon coulissant en substitution du bouchon fixe totalement immergé.

   Ce montage présente deux avantages par rapport au  précédent :
1) Il permet de voir plus rapidement le départ puisque le bouchon est, soit en surface, soit immergé très près de la surface.
2) Il offre moins de résistance au moment de l'engamage parce que la longueur de fil entre le bouchon et l'anneau de l'émerillon pater-noster laisse plus de latitude.

     Cependant, dans ces deux montages, la plombée demeure l'inconvénient majeur...

     Comment contourner cette difficulté fera l'objet du troisième article et d'une variante avec laquelle j'ai fait un "carton" de brochets le long de la promenade du Morin, à Couilly, lorsqu'on pouvait encore accéder au bord de la rivière avec la voiture mais aussi en Marne, sur le petit chemin, rive droite, qui va de la sortie d'Esbly à Vignely.
     Quand je dis un "carton", croyez-moi, c'est un "carton" de belles prises  (Quand on voit la taille des vifs que j'utilise, un sifflet pourrait en consommer une partie sur place et mettre le reste au congélateur !). N'empêche que mes bons copains me disaient que c'était toujours le même que je prenais....un coup raccourci...un coup étiré...allant du gabarit 60 au 95 fillette.                             
      En deux ou trois ans, j'en ai pris des dizaines et souvent plusieurs le même jour. 

MATERIEL:
Le même que pour le montage à bouchon fixe, sauf le bouchon lui-même :
- Canne à vif de 4,50 mètres  et moulinet  équipé de tresse 30 LBS
- Partie pêchante identique à la précédente donc constituée d'un émerillon pater-noster à 3 anneaux dont un perpendiculaire qui soutient le bas de ligne. Pensez toujours à intercaler une dizaine de centimètres de tresse entre l'anneau qui se trouve à angle droit et la crinelle.
Mais à la place du bouchon fixe:
- Un bouchon coulissant prévu pour vingt grammes.
- Des stop-fil en caoutchouc qui se glissent sur le fil ou sur la tresse et restent en place, pouvant passer dans les anneaux et rester sur le fil même lorsqu'il est sur la bobine.
 

janvier-2010 1891 edited                 janvier-2010 1890 edited

    MONTAGE :

     En partant de l'extrémité libre du fil, donc à l'opposé de celui qui est sur la bobine :

     1) Glisser un stop-fil en passant l'extrémité libre du fil dans la boucle qui permet de faire passer le stop fil de son support à votre fil.
     2)  Passer ensuite le bouchon.
     3) Mettre un second stop-fil
sous le bouchon.

janvier-2010 1892 edited
                  janvier-2010 1893 edited

      Je mets toujours un stop-fil SOUS le bouchon bien qu'on ne le trouve pas dans les montages traditionnels. Il est pourtant très précieux au moment du lancer parce que n'oublions pas que ces montages sont destinés à pêcher plus loin qu'au bouchon flottant traditionnel sans permettre au vif de s'accrocher au fond, tiré qu'il est, vers le haut par le bouchon, immergé ou non. Et, justement, le risque d'emmêlage se passe au moment du lancer si on laisse le bouchon coulissant redescendre sur l'émerillon pater-noster.
        En positionnant correctement le stop-fil, on empêche le bouchon de redescendre.              
        Ainsi, au moment du lancer,
l'hameçon et sa traîne ne l'accrocheront pas.
        C'est un simple petit "truc" mais qui peut vous éviter bien du temps passé à défaire les noeuds, sans compter que le vif ne peut pas attendre la fin de votre travail de Pénélope !

  
pater3.jpg       pater4


  Bouchon coulissant descendant vers le stop-fil inférieur puis en position avant le lancer.

pater2
                 pater5    

   

pater6

           














     Voici, décomposés, les trois éléments de la partie pêchante :
             1)  Le bouchon coulissant qui ne peut pas descendre sur l'émerillon grâce au stop-fil inférieur.
             2)  Le plomb, interchangeable en un clin d'oeil, grâce à une agrafe.
           3)  Le bas de ligne, fixé à l'anneau perpendiculaire de l'émerillon pater-noster. A noter que tous les noeuds sont de type "noeud cuiller" et que la crinelle est précédée d'une dizaine de centimètres de tresse elle-même terminée par un noeud baril.
               Toutes les parties tournantes de l'émerillon et du noeud baril ainsi que la souplesse de ce petit morceau de tresse évite que le vif ne vienne s'accrocher soit à la partie montante, soit au fil supportant la plombée.
              A noter, également, que comme dans tous les montages que je destine à la pêche au vif, je prévois toujours une petite rondelle de caoutchouc à enfiler sur la pointe de l'hameçon après avoir mis le gardon en place. 


 
      VOICI UN CROQUIS RECAPITULATIF DU MONTAGE PATER-NOSTER AU BOUCHON COULISSANT

Croquis-pater-noster.Bouchon-coulissant.jpg   

    Votre montage est prêt. Il reste maintenant à vous mettre en action de pêche et, surtout, à positionner  votre bouchon coulissant pour qu'il soit immergé près de la surface, donc visible, mais il peut légèrement dépasser du moment qu'il reste en position verticale.
    La seule chose à éviter est qu'il soit positionné couché sur l'eau,
auquel cas votre fil ne serait pas tendu et votre montage pater-noster ne serait d'aucune utilité.
     Pour celà, remontez le deuxième stop-fil jusqu'à l'anneau terminal de votre canne de façon à ce qu'il ne gêne pas la remontée de votre bouchon coulissant lorsque vous lancez.

      Pour trouver la longueur parfaite pour que votre bouchon soit correctement positionné, vous risquez d'être obligés de lancer plusieurs fois, soit pour remonter ou pour descendre le stop-fil supérieur SAUF SI VOUS PLACEZ UNE FAVEUR sur votre bouchon avant de lancer.

      Une faveur ? C'est quoi, ça ?
      A l'origine, c'est un terme de marine : Un brin de laine que l'on fixe sur les haubans d'un voilier pour connaître la direction du vent... Une girouette de fortune, en quelque sorte, que j'ai beaucoup utilisée lorsque je faisais du dériveur 420 dans le hâvre de Rothéneuf près de Saint-Malo.
       Là, c'est presque la même chose à la différence près qu'au lieu de vous donner la direction du vent, au premier lancer, votre "faveur" vous donnera la position exacte à laquelle vous devez fixer le stop-fil supérieur.
        Fixez ce brin de laine par un simple noeud au-dessus du bouchon, lancez et attendez que le plomb, ayant touché le fond, oblige le bouchon à remonter à la surface, entrainant la faveur avec lui. Lorsque vous sortirez votre montage, le bouchon redescendra mais la faveur, gorgée d'eau, restera collée sur votre fil, à l'endroit exact où vous devez faire glisser votre stop-fil.

janvier-2010 1894 edited  

    Vous êtes parés et si j'ai fait diligence pour publier ces articles avant la fermeture, vous vous doutez bien que c'est parce qu'en certains lieux, je ne me suis pas ennuyé avec cette méthode.

    POURVU QUE L'EAU S' ECLAIRCISSE TRES VITE ET QUE LE COURANT DIMINUE UN PEU !  
N'hesitez pas, si nous avons cette chance avant le 31 janvier, date de fermeture du brochet, à utiliser de beaux gardons comme vifs et à pêcher au milieu.
    Je sais que je ne suis pas un spécialiste et qu'aux innocents les mains pleines...mais si les conditions le permettent, allez tout de même faire un tour sur les bords du Grand Morin. Après tout, si ça a marché pour moi, ça doit marcher pour vous...Avec mon troisième montage, c'est vrai mais je n'aurai pas le temps de vous le présenter avant le fermeture.
     A VOS CANNES ET A VOS VIFS ET QUE L'ON NE ME DISE PAS QUE C'EST LONG A PREPARER ! 10 PETITES MINUTES SUFFISENT ET JUSTEMENT,CE SOIR, IL N'Y A RIEN A LA TELE !
      


Bien entendu, vous me tenez au courant ? Comme d'habitude ?

 
20/01/2010 21:58:56
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Garde pêche sur l'article LA PECHE AU VIF AU PATER-NOSTER AVEC UN BOUCHON COULISSANT., sur votre blog pecheurdumorin

Extrait du commentaire:

Bonjour,

  Monsieur Marini, au risque de vous paraître vieux jeu, s'il vous plaît n'employez pas de termes qui demandent des recherches pour être compris par tous : 30LBS cela correspond à quoi ? De grâce essayez de ne pas tomber dans cette mode qui, si on n'oblige pas le lecteur à faire des recherches, ne fait pas passer l'auteur pour quelqu'un de crédible ! Je suis sûr que les anciens vous en seront reconnaissants...et les plus jeunes aussi.

  Merci pour eux.

  le Garde pêche



voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2010 over-blog.com. Tous droits réservés
 
21/01/2010 11:26:31
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par André MARINI sur l'article LA PECHE AU VIF AU PATER-NOSTER AVEC UN BOUCHON COULISSANT., sur votre blog pecheurdumorin

Extrait du commentaire:

    Voyons cher Monsieur ! Vous devez bien vous douter que si j'ai écrit 30 LBS c'est plus pour faciliter l'achat du matériel par nos lecteurs que pour leur compliquer la vie !
    Celà pour une bonne et simple raison : Seule cette indication de mesure anglo-saxone figure sur les emballages !
    Toutefois, vous me donnez une idée.
    On trouve dans le commerce des indications différentes de résistance de nylon ou de tresse selon l'origine de la fabrication et l'on s'y perd quelquefois. Voici donc une adresse de site qui permet de convertir, en un clic, la résistance LBS en Kg et réciproquement.
http://www.gometal.com/pInc/lask.html


voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2010 over-blog.com. Tous droits réservés

        
21/01/2010 13:40:01
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Garde pêche sur l'article LA PECHE AU VIF AU PATER-NOSTER AVEC UN BOUCHON COULISSANT., sur votre blog pecheurdumorin

Extrait du commentaire:

Bonjour,
  Avec cette adresse il n'y a plus qu'à noter une fois pour toute les équivalences dans le carnet de pêche qui est tenu ou sur un papier rangé avec la carte de pêche.
Merci Monsieur Marini.

Le Garde pêche


voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2010 over-blog.com. Tous droits réservés

 

21/01/2010 15:36:41
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par André MARINI sur l'article LA PECHE AU VIF AU PATER-NOSTER AVEC UN BOUCHON COULISSANT., sur votre blog pecheurdumorin

Extrait du commentaire:

     Il y a même, dorénavant, plus simple :
     Venir sur le site et, dans le module PERMANENT, à gauche, intitulé "CONVERTISSEUR LBS en KG" ,taper, soit en LBS pour avoir la conversion instantanée en KG, soit taper en KG et convertir en LBS avant de se rendre chez le détaillant afin de ne pas être pris au dépourvu au cas où le nylon ou la tresse convoités chez le marchand indique une résistance en LBS.
     Que ne fait-on pas pour nos Amis pêcheurs ! Je vais finir par croire que je suis le seul à manipuler les moteurs de recherche !


voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2010 over-blog.com. Tous droits réservés

 

03/01/2013 21:58:39
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par fifou sur l'article MONTAGE PATER-NOSTER AVEC UN BOUCHON COULISSANT POUR LA PECHE AU VIF., sur votre blog La pêche en Seine-et-Marne, Marne et Grand Morin

Extrait du commentaire:
bonsoir,une question qui peut paraître bête mais comment un flotteur de 20grs ne coule t'il pas avec une plombée de 50ou60 grs

voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2013 over-blog.com - Tous droits réservés

 

Bonjour Fifou,

    Le flotteur doit être coulissant. Après le lancer, le plomb ira au fond mais le bouchon remontera à la surface jusqu'au stop-fil.

     Celà demande un petit réglage en fonction de la profondeur du coup, en particulier faire un lancer à vide pour placer le stop-fil de façon à ce que le flotteur quille à la surface ou légèrement en-dessous de la surface pour rester visible. Si le stop-fil est placé trop haut, le bouchon se couchera sur la surface et offrira plus de résistance à l'enfoncement.

        J'utilise essentiellement ce montage en bateau parce que l'on pêche avec une canne plus courte que lorsque l'on est au bord et la manipulation est beaucoup plus aisée.

Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 14:03

  Ce mode de pêche au vif présente deux avantages :
1- Il permet de pêcher plus loin qu'au bouchon flottant même si vous utilisez une 7 mètres.
2- Le bouchon tire le vif vers le haut, l'empêchant de s'accrocher au fond.

   Pourquoi est-ce le moment ?

1-Parce que les eaux sont très froides et que le blanc cherche les couches plus profondes, là où les échanges thermiques très lents permettent de gagner quelques degrés.
    Evidemment, le prédateur suit son garde-manger !
2-Parce que le fond est encore tapissé de feuilles tombées très tard cette année et que le vif ne manquera pas d'en profiter si vous pêchez à la plombée, à fond. Vous n'aurez sans doute pas de départ de brochet mais en passant chez le poissonnier pour en acheter un vous aurez déjà la salade pour l'accompagner.

    Pour les feuilles non encore décomposées ou recouvertes de limon, là on veut bien parce qu'on voit ce que ça donne, même au ver, à fond mais pourquoi saurait-il que les entremets et les plats de résistance des prédateurs sont dans les couches profondes ? 
                                                           
             Et les écho-sondeurs, les gars, c'est fait pour les chiens ?

    Mais attention, il ne reste que quelques jours avant la fermeture !
 Je vous présente donc, en trois articles successifs, ce mode de pêche approprié.
             Le montage pater-noster de base à bouchon fixe immergé.
             Le montage pater-noster à bouchon coulissant.
             Mon montage pater-noster dont vous me donnerez des nouvelles !

MONTAGE PATER-NOSTER A BOUCHON FIXE IMMERGE :

   Le matériel :
       Un bouchon supportant 15 grammes, fixé sur le fil et qui, immergé, tirera le poisson vers le haut pour qu'il ne puisse pas s'accrocher au fond.
       Un émerillon pater-noster comportant donc 3 anneaux dont un perpendiculaire aux 2 autres.
       Un émerillon terminal de grande taille, permettant de changer la plombée en un clin d'oeil.
       Des plombs dont le poids doit être supérieur à ce que supporte le bouchon pour que le montage soit totalement immergé.
        En perpendiculaire, un bas de ligne en crinelle fixé d'un coté à l'anneau de l'émerillon pater-noster et de l'autre côté à un hameçon type canadien. N'hésitez pas à changer la taille de l'hameçon en fonction de celle du vif que vous emploierez.
        La preuve, je vous présente du 2/0, du 3/0 et du 4/0.... C'est ce que j'emploie !

1      2

3        4

    Dans ce montage, la longueur de fil allant du bouchon à l'émerillon pater-noster et la longueur de fil allant de la plombée à ce même émerillon doivent, respectivement, être SUPERIEURES au bas de ligne pour que le poisson ne puisse pas s'accrocher au bouchon au moment du lancer ni s'accrocher au fond en action de pêche.
    Une petite astuce très importante : Ne fixez pas directement votre crinelle à l'anneau perpendiculaire du pater-noster mais intercalez TOUJOURS un petit morceau de tresse. Vous serez étonnés de voir qu'avec ce simple petit artifice, votre vif, dans ses évolutions, n'accrochera jamais le fil qui vient du bouchon ou celui qui soutient la plombée.
     Une dernière chose avant de vous présenter un croquis récapitulatif : FAITES TOUS VOS NOEUDS AVEC DES NOEUDS CUILLER. Vous garantirez la solidité et aucun brin, aucune boucle, aucun noeud coulant ne risqueront de provoquer une perruque qui vous occuperait toute la journée à défaut de prendre du poisson.

Montage pater-noster

     Ce montage est aussi efficace que n'importe quel autre à la prise du vif par un brochet mais présente, à mon sens, deux inconvénients majeurs ensuite :
      1- On ne voit pas le bouchon et la touche ne se détecte que lorsque le fil se tend. Encore faut-il être attentif.
      2- Et surtout, lorsque le vif est emmené, la plombée se fait très vite sentir pouvant éveiller la méfiance du prédateur et même en cas d'auto ferrage puis de départ, le fait qu'elle traine en arrière peut provoquer un accrochage qui risque de tout faire manquer.
          On peut y remédier en utilisant une plombée perdue. Pour celà, le fil terminal allant de l'anneau du pater-noster à la plombée doit être un simple fil de couturière qui cassera à la première tirée. La plombée, quant à elle, sera un vieux morceau de ferraille, un gros boulon ou n'importe quel "truc" assez lourd pour faire couler le bouchon et que vous trouverez, comme moi, dans le fouillis de votre atelier. Dans ce cas, évidemment, ne mettez pas d'émerillon terminal qui serait également perdu.

        Toute la plombée restera au fond mais vous tiendrez le poisson... et lui seul.

           Quand j'étais haut comme trois pommes et qu'un orage d'été se terminait, c'est ainsi que je pêchais l'anguille dans les enrochements. Les touches étaient si nombreuses que je préparais à l'avance mes éclats de briques plates tenus par un simple fil.
            Les esches ? Je les avais sur place parce que toutes les limaces étaient dehors après la pluie et les anguilles adorent ça.               
 
           Je vous présenterai dans l'article prochain, le montage au bouchon coulissant même si ceux qui ne connaissent pas ce mode de pêche ont sans doute déjà compris de quoi il s'agissait puis dans un troisième article, le montage que j'ai mis au point pour ce mode de pêche et qui permet, à la fois de se fier au bouchon et de contourner l'inconvénient de la plombée qui traine derrière au moment du départ.
           Mais chaque chose en son temps ! La méthode de base que je viens de vous présenter est utilisée et, quoi qu'il en soit, il faut la connaître.

           BONNE FIN DE SAISON A TOUS !  (Sans ironie par rapport aux articles précédents ! )

Publié par André MARINI - dans Les montages en Pater-Noster
commenter cet article
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -