"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

Actuellement en ligne

 

1er au 17 septembre 

 21.035 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.315.060 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.216.040   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 10:37

   Durant la période ensoleillée qui vient de s'écouler, j' ai tenté la carpe à la bouillette sur un montage au cheveu, avec un hameçon de 2 pour une bouillette de 20 mm. Si certains jours, la carpe a bien voulu se décider à prendre mon esche, il m'est souvent arrivé d'avoir un départ aussi violent avec les chevesnes.
    Comme nous nous orientons tous ou presque vers le "no kill", écraser l'ardillon devient une nécessité. Au détriment de la prise ? NON parce que, fil tendu et à condition de bien aiguiser la pointe de l'hameçon avec une pierre à affûter, le poisson est parfaitement tenu puis maitrisé mais il peut être relaché sans beaucoup de dommage.
     
Images-IPHONE-Alain-001.jpg

      Un chevesne de bonne taille s'est laissé tenter par mon esche, montée au cheveu sur un hameçon sans ardillon, lui-même monté sur un bas de ligne très court d'une dizaine de centimètres pour qu'il ne vienne pas accrocher la plombée au moment du lancer.

        Les jours précédents, quelques carpes s' étaient laissées tenter par la même esche au bout du même montage.

 




Images-IPHONE-Alain-002.jpgImages-IPHONE-Alain-004.JPG












     Voici l'avantage d' écraser l'ardillon : Après avoir amené le poisson au bord, je n'ai même pas à le toucher pour le débarasser de l'hameçon. Cette opération terminée, je le prends par la nageoire dorsale pour le redresser dans le sens de la nage puis je le réoxygène par quelques mouvements d'avant en arrière jusqu'à ce que cette femelle reparte tranquillement rejoindre ses congénères.
      On remarquera au passage que sur ces photos prises par un ami, présent à ce moment, le ventre du poisson  est déjà très dilaté.
       A mon avis, la fraie n'est pas loin pour cette espèce. Si une activité relative n'est pas surprenante pour le chevesne malgré la température encore basse de l'eau, je trouve plus étonnant d'avoir pris plusieurs carpes en quelques jours à cet endroit, dont une de 3 Kg et une de 5 Kg.  

commentaires

Garde pêche 23/03/2010 22:34


Bonjour,
dans le cadre du suivi de la population piscicole du Grand Morin, les renseignements réguliers que vous nous fournissez sur vos prises sont intéressants Monsieur Marini et si je suis momentanément
quelque peu indisponible soyez assuré que je me tiens quand même informé de vos écrits concernant vos sorties de pêche… que j’ envie ! Je regrette que vous soyez le seul à nous en informer malgré
les possibilités qui sont offertes aux pêcheurs de nos parcours de le faire soit publiquement, soit privativement comme vous l’avez déjà signalé.
Une banale friture de goujons et l'endroit où elle a été réalisée m'intéresse, quelques ablettes attrapées à tel endroit m’intéresse également et je rappelle que je me suis toujours engagé à une
confidentialité totale sur les lieux que l'on m'indiquerait.
Aimer un cours d'eau ce n'est pas que le pêcher, c'est participer à sa vie afin d'aider à mieux le gérer et le protéger; même si l'on ne veut pas s'investir dans la vie associative en prenant des
responsabilités et en assistant à des réunions, on peut renseigner par quelques lignes les gestionnaires et protecteurs de ce cours d'eau ; c’est si facile avec le courrier électronique qu’il est
dommage que chacun ne le fasse pas…pour SA rivière.
Le Garde pêche


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -