"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

VISITEURS EN LIGNE 

 

           Hier

 1.438 Visiteurs  

 

  1er au 25 mai 2017

 34.553 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.153.506 Visiteurs

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 18:35
 
         Au Pré Manche,   route de Saint-Martin
 
 
                     77580    VOULANGIS
Image qui suit la souris
FÊTE DE LA PÊCHE A L'AAPPMA DE CRECY LE 4 JUIN 2017

Cette image peut-être copiée et enregistrée en cliquant GAUCHE avec la pointe de la souris, puis "enregistrer". 

Publié par André MARINI - dans AAPPMA de Crécy
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 09:12

Amis lecteurs.

 

Je ne reçois plus vos commentaires pour une raison que je ne comprends pas.

 

Je cherche mais ne vous étonnez pas s'il n'y a pas de réponse.

Lire la suite

Publié par André MARINI
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 08:15

Je les aurais décidément tous faits !

 

Après la journée du brochet puis la journée du sandre, voici la journée de la perche.

 

Il ne manquerait à ce catalogue que la journée du silure mais là, très sincèrement, je ne suis pas pressé, ayant quelques réticences pour ce poisson.

 

Hier, ni brochet ni sandre. On les croirait totalement absents, peut-être du fait de la grande difficulté à les pêcher avec des ablettes qui ne mordent pas, repues de pollen.

 

Enfin, des touches sont des touches et il ne faut pas faire la fine bouche même les jours de vaches (presque) maigres.

 

Ces perches, dont l'une est d'une taille assez impressionnante, sont prises au goujon, faute d'autre vif et, bien entendu, avec mon montage crinelle.  

17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 21:29

Le présent article met en scène des mineurs.
Toute utilisation des photos, à quelque usage que ce soit, est formellement interdite et sanctionnée par la loi.

Par cette chaude journée de mai, les Petits Vairons se sont donnés rendez-vous en situation de pêche sur les bords de la rivière Le Grand Morin.

 

Certes, le poisson boudait bien un peu mais pour ces futurs passionnés, ce n'est pas de nature à les arrêter.

Ah, une touche !

 

Ferrage, un peu de travail pour maîtriser ce poisson avec un fin bas de ligne puis la récompense.

Un rotengle de belle taille qui semble sortir de fraie avec ses écailles manquantes. Il faut dire que le rotengle, plus souvent en surface qu'au fond, fraie plus tard que le gardon franc.

Pendant ce temps, les équipiers attendent désespérément un poisson qui ne vient pas.

Ce n'est pourtant faute d'essayer: Retenues, relâchés, changement de fond, amorçage concocté par le Président Serge AVANZINI. Rien n'y fait !

 

Ce n'est décidément pas le jour !

Mais malgré ces "vaches maigres" auxquelles nous sommes tous, un jour, confrontés, on peut déjà remarquer et saluer le travail effectué.

 

Bien que jeunes, voire très jeunes, ces pseudo-débutants font déjà preuve d'une maîtrise et d'une attention qui appellent une passion naissante.  S'ils persévèrent, c'est une relève de qualité qui se profile et viendra le jour où, devenus trop vieux, c'est eux qui accrocheront les esches à nos hameçons.

 

J'ai particulièrement remarqué ce jeune Gabin.

 

Concentré, méthodique, attentif, curieux de tout, il est déjà difficile de l' arracher des bords de rivière et, pour notre plaisir réciproque, je lui ferai découvrir cette pêche au sandre et au brochet que j'affectionne tant en Marne. 

Une fois de plus, saluons l'engagement sans faille et sans répit pour la jeunesse, pour l'environnement, pour la pêche et les pêcheurs qu'il défend avec âpreté de Monsieur Serge AVANZINI, Vice-Président fédéral et Président de l'AAPPMA de Crécy la Chapelle et ses environs.

 

CHAPEAU BAS, MONSIEUR SERGE !

Publié par André MARINI - dans AAPPMA de Crécy
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 09:05

Après la journée du brochet, voici la journée du sandre.

 

Celle-ci s'est déroulée le lendemain, au vif et à la plombée avec exactement le même matériel que la veille. Ceci tend à prouver ce que j'affirme depuis toujours: On prend le sandre à la crinelle, à condition de la rendre souple.

Premier joli poisson de 60 centimètres pris à l'ablette morte.

Deuxième joli poisson de 58 centimètres, pris à l'ablette vivante.

Mais l'essentiel de cet article consiste surtout à relater les montages qui prennent pratiquement à chaque fois.

BAS DE LIGNE

 

On notera, sur la deuxième prise, que je tiens à la main une crinelle à brochet qui n'a pas rebuté le sandre et a parfaitement trompé sa méfiance légendaire.

 

J'ai déjà écrit et je maintiens, preuve à l'appui, qu'il est parfaitement possible de pêcher les deux espèces avec le même bas de ligne.

Toute l'astuce consiste à assembler du nylon et de la crinelle, celle-ci gardant alors sa souplesse. MAIS, considérant mon montage, il est indispensable de recouvrir le noeud qui relie les deux brins d'une gaine très fine pour deux raisons.

 

1)-Ceci permet de laisser un brin de nylon dépasser du noeud cuiller pour qu'il ne se détache pas, ce qui se produit souvent lorsque l'on coupe à ras.

 

Attention, ne pas mettre de tresse à la place du nylon. Celle-ci est trop molle.

 

2)-Ceci évite les emmêlages du bas de ligne et du fil de plombée du fait de l'ergot qui dépasse du noeud cuiller. 

MONTAGE FIL DE PLOMBEE ET BAS DE LIGNE

Très utile dans les fonds encombrés pour que le vif ne s'accroche pas et c'est mon cas.

Ce qui détermine ma partie terminale est la présence de DEUX EMERILLONS BARILS, celui de PLOMBEE étant simplement passé dans le fil, AVANT l'émerillon du bas de ligne.

 

Pas d'amortisseur, RIEN qui complique ce montage d'une qualité remarquable. Tout ce que j'ai essayé conduit à ce que le vif, pendant ses évolutions ne vienne s' emmêler alors que là, c'est extrêmement rare.

PARTICULARITES

-Le corps de ligne est en tresse.

 

-Le bas de ligne est, d'abord du fil de 30 centièmes puis de la crinelle, les deux étant attachés avec un noeud cuiller recouvert d'une petite gaine. Il n'excède pas 60 centimètres.

 

-Le bas de ligne peut librement coulisser dans le premier anneau de l'émerillon baril supportant le fil de la plombée et la tirée du poisson se fait UNIQUEMENT ressentir à la pointe de la canne.

 

-Par contre, au lancer, le vif est entraîné par la plombée mais, MOINS LOURD, IL SE POSE AU MOINS DEUX METRES APRES LA PLOMBEE et c'est pour cette raison que ce montage ne fait jamais de noeuds.

 

-Le plomb est un "plomb perdu", constitué d'un boulon, écrou, caillou, attaché avec du 12 centièmes et qui casse à la ferrée. 

 

-Une seule précaution au lancer: Tenir le plomb et lancer sous main.

 

 

Et voici ce que cela donne au moment où le montage touche l'eau.

 

Le vif traîne en arrière et se pose 2 mètres moins loin, évitant ainsi tout accrochage avec le corps de ligne, y compris au moment de la descente. 

Au moment du lancer, lorsque le plomb touche l'eau, garder le fil tendu pour que la descente se déroule bien puis poser la canne, fil tendu.

 

OUVRIR L'ANSE DE PANIER et coincer le fil dans le détecteur de touches qui doit plier puis lâcher sous la tirée.  

L'astuce de ce mode de pêche est de pouvoir adapter la hauteur de la canne à la surface de l'eau.

 

En effet, pour que le vif ne puise pas s'accrocher au fond, il faut que la canne soit placée le plus haut possible de façon à DIMINUER l'angle canne, corps de ligne.

 

Du bord, canne à 45 degrés.

Sur ponton, j'ai surélevé de 2 mètres, ce qui me permet:

1-De diminuer le frottement du fil dans les anneaux.

2-De passer dessous sans me baisser. 

3-De diminuer l'angle, donc de pouvoir pêcher plus loin.

Publié par André MARINI - dans La pêche du sandre
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 08:47

Merci aux nombreux amis qui ont expérimenté les formules et produits dont j'ai fait des articles.

 

Grâce à eux, à leur persévérance et aux nombreux échanges que nous avons développés, je pense que nous avons abouti à des formules qui, désormais sont proches d'une relative perfection.

 

Je remercie en particulier Cédric, Pierre, Thierry, Sam, notre ami Belge, Victor, Codebore et bien d'autres encore.

 

Je note avec grand plaisir que je ne suis pas un maître mais un simple "annonciateur" qui, grâce à ses recherches, pose des préalables largement expérimentés, testés, enrichis, modifiés, mis au point.

 

Ils ont eu l'immense courtoisie de garder avec moi des relations au cours desquelles ils m' ont fait part de leurs résultats, de leurs déboires puis des améliorations pour parvenir au succès.

 

J'exprime, à leur intention, toute ma gratitude pour avoir, pendant plusieurs mois, fait vivre ce site et je ne manquerai pas, avec leur permission, d'écrire dans les prochains jours un article qui reprendra tous les essais pour aboutir à l'amorce qui "prend" ou qui "fait prendre".

 

Merci à eux,

 

Amis, merci à vous ! 

Publié par André MARINI - dans Articles divers
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 07:15

Hier après-midi, en Marne, le brochet semblait décidé mais il s'agissait de petits sujets de 57 centimètres, non maillés suivant la nouvelle réglementation.

 

Chose surprenante, ces deux sujets, pris à 1 heure d'intervalle, mesurent exactement 57 centimètres tous les deux. A croire que le premier, relâché, est revenu se faire prendre quelques instant après.

 

En fait, non, car je marque mes prises avec un petit bouton en laiton pris dans une nageoire avant de les relâcher.

PRISES

COMMENT RELACHER LES PRISES, MAILLEES OU NON

Il convient de ne JAMAIS remettre directement à l'eau un poisson piqué, quelle que soit son espèce.

 

En effet, le temps de décrochage, de mesure et photo ne doit pas excéder 2 minutes, d'où la nécessité, en no-kill, de toujours disposer, même pour rien, du matériel nécessaire.

 

Mètre, épuisette, dégorgeoir, appareil photos.

 

Même si l'animal n'a pas une taille impressionnante, utiliser l'épuisette a l'avantage de ne pas lui tirer sur la gueule.

 

Dès que ces '"formalités d'usage" sont remplies, ne jamais relâcher directement mais PLACER dans l'épuisette et remettre à l'eau jusqu'à ce que le poisson retrouve sa position de nage. Si nécessaire, agiter doucement l'épuisette pour le faire bouger.

 

Ne jamais libérer le poisson qui a repris ses esprits mais en abaissant légèrement le bord de l'épuisette, attendre qu'il la quitte de lui-même. 

LE MARQUAGE

 

Il ne prend qu'une seconde et consiste à fixer un petit bouton en laiton sur une nageoire de façon à pouvoir effectuer un suivi si l'on pêche souvent à la même place. Cette opération n'a d'intérêt que si l'on tient à jour un cahier de prises comportant la date, l'espèce, le poids, la dimension et, bien sûr, d'autres facteurs.

Publié par André MARINI - dans La pêche du brochet.
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 08:19

Voici le superbe specimen pris par Jérémy cette semaine, en Marne, aux environs de Trilport.

 

Bien entendu, je me garderai de donner l'endroit exact. Ceci ne m'appartient pas et c'est à lui, s'il le souhaite, d'en faire part dans un commentaire.

 

Pour l'histoire et bien qu'il ne s'agisse pas d'un record en rivière, l'animal accusait 32 livres sur la balance. Avouez que ce n'est déjà pas mal pour un poisson pris au ver canadien sur un coup qui n'est pas spécialement amorcé pour cela.

 

 

Bravo, Jérémy, pour ce coup de maître !

Bien que je ne sois pas un grand spécialiste de ce poisson, il s'agit, à mon avis, d'une carpe miroir, parmi les 3 espèces les plus fréquentes dans nos eaux.

CARPE EN MARNE: TRES BELLE PRISE !

Carpe commune, recouverte d'écailles.

CARPE EN MARNE: TRES BELLE PRISE !

Carpe cuir, totalement dépourvue d'écailles.

 

Seuls le dos et le pédoncule dorsal en sont parfois couverts, ce qui donne un aspect très lisse au poisson.

CARPE EN MARNE: TRES BELLE PRISE !

La carpe dite "miroir"a une écaillure incomplète,  le plus souvent latérale avec de grosses écailles.

11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 09:16

Cette pratique, assez peu courante en France mais très appréciée par nos amis Belges, mérite bien un article car elle peut être très prolifique, surtout sur les coups à gardons amorcés au chènevis.

 

D'ailleurs, bien souvent, ce sont ces mêmes pêcheurs à la graine qui font, de temps en temps, quelques coulées sur leur coup.

 

J'ai personnellement beaucoup pratiqué, étant tout jeune, pendant mes parties de chènevis et j'en garde un bon souvenir. 

Le principe est simple.

 

Il suffit d'exciter le poisson en faisant d'incessants retenues et relâchés qui déclenchent le réflexe d'attaque de l'esche. On peut rapprocher cette méthode de la graine où c'est souvent après une retenue que la plume part.

Voici un assortiment de perles de pêche mais antérieurement, sur les coups à chènevis, nous n'utilisions que des perles noires à facettes.

 

Maintenant que les pêcheurs qui pratiquent ne le font pas spécialement sur les coups à graine, toutes les couleurs et les diamètres sont utilisés.

LA PERLE

 

Le trou doit avoir un diamètre qui lui permette de remonter le long de la hampe et de dépassr la palette pour prendre. 

Ceci est indispensable car sinon, à la touche, la perle ne pouvant pas remonter le long du fil empêcherait un ferrage correct.

 

L'HAMECON

 

Rechercher des hameçons à hampe longue et à longue pointe dont la palette ou la boucle pourront passer dans le trou de la perle.

LA LIGNE

 

Elle doit être légèrement SURPLOMBEE.

 

C'est-à-dire que la plume doit couler sous le poids de la plombée. Même sur une ligne ordinaire, il suffit d'ajouter quelques plombs pour qu'elle soit pêchante.

 

Flotteur   1 gramme              Plombée   1,25 grammes

Flotteur   1,5 grammes         Plombée    1,75 grammes

Flotteur   2 grammes            Plombée    2, 50 grammes

 

Il est préférable d'utiliser des flotteurs supportant un lest de 1,5 à 2 grammes, voire plus, que d'utiliser une ligne plombée à 1 gramme qui se maniera plus difficilement pour cette pêche de mouvement.

 

Bien entendu, la bannière doit être courte et la pêche se fait sous la pointe de la canne en parcourant, si nécessaire, toute la coulée.

 

S'il y a du courant, il faut l'utiliser.

S'il n'y a pas de courant, pratiquer la fausse coulée.

Cette pêche dynamique est particulièrement amusante à condition d'effectuer des tirées brusques mais pas de grande ampleur. Le poisson se ferre seul à la tirée.

 

Voici un autre montage préconisé et vendu par Pacific Pêche.

5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 10:15

Ceci est le troisième et dernier article publié à propos des pains de fixation réalisés à la végétaline.

 

En effet, grâce à son enrobage de graisse, même très léger, on constate, avec le temps, que la durée de conservation des ingrédients est considérable et dépasse plusieurs semaines sans précaution particulière telle que la mise au réfrigérateur

FONTE DE LA VEGETALINE

 

Durée de fonte à feu moyen: 2 minutes.

 

Inutile d'attendre qu'elle soit brûlante. Dès la fonte totale du pain, éteindre le gaz et utiliser le liquide obtenu

INDREDIENTS:

 

1)-Chènevis grillé moulu.

 

On obtient ainsi des pains traditionnels, tels qu'ils étaient vendus antérieurement dans le commerce mais qui n'ont rien à voir avec les pains actuels puisque constitués de chènevis grillé moulu, ils conservent toute leur huile.

2)-Chènevis grillé moulu et chènevis cuit en grains

 

Confection telle que la précédente mais incorporer une bonne dose de chènevis cuit en grains afin d'habituer le poisson à prendre la graine. 

 

Cette fabrication a l'énorme avantage de se conserver sans que les grains entiers ne se corrompent.

3)-Pains à la farine de maïs, véritable aimant pour la carpe et le gardon.

4)-Pains à la farine et au grain entier de maïs

 

Il suffit d'incorporer deux boites de maïs au mélange pour obtenir un pain qui, en se délitant, libérera les grains, provoquant ainsi une fixation de très longue durée 

5)-Pains à la farine de maïs, biscuit broyé et croquettes Frolic pour chiots.

 

Ces pains contiennent un paquet entier de mini-Frolic. Leur pouvoir d'attraction sur la carpe et le barbeau est exceptionnel et de très longue durée.

 

Le temps de conservation, hors pêche, est de plusieurs semaines. 

6)- Pains d'asticots

 

Bien supérieurs à ceux réalisés avec la colle Magot, il suffit de verser un litre d'asticots purs dans une cuvette et de recouvrir d'une fine particule de végétaline.

 

Pouvoir d'attraction HORS-CONCOURS !

7)- Je vous ai présenté les quelques essais que j'ai fait mais il y a des centaines d'autres combinaisons possibles avec les mêmes avantages:

 

-Pouvoir d'attraction supérieur du fait de la présence de corps gras très apprécié.

 

-Pouvoir de conservation qui va sans doute au delà de plusieurs semaines puisque mes premières fabrications qui y remontent sont encore en parfait état de fraîcheur.

 

-Rapidité de confection en 5 minutes chrono et séchage en 24 heures au maximum.

 

-Facilité à se procurer et coût de la végétaline: Moins de 5 euros les deux pains de 500 grammes, soit 1 Kg chez Leadl avec possibilité d'une fabrication en nombre de pains importante.

 

-Si vous ne possédez pas de cuvette en plastique, vous pouvez toujours étaler le mélange sur une simple planche, en tassant les bords. Vous pourrez ainsi donner à vos pains l'épaisseur qui vous convient. Découpage à la scie égoïne si vous n'avez pas, avant séchage, prévu les dimensions de coupe.   

AFFICHAGE DE CES ARTICLES DANS PLUSIEURS ENSEIGNES DE PÊCHE DONT J'AI OBTENU L'ACCORD.

 

Evidemment, sans contrepartie financière ou avantage en nature. On ne se refait pas !

1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 08:01

Le brochet ouvre aujourd'hui !

Préparez vos vifs !

Mais n'oubliez pas que la taille légale de capture est passée: 

 

DE 50 A 60 CENTIMETRES

 

Que seuls trois carnassiers, brochets, sandres, blacks, peuvent être gardés par jour et par pêcheur, DONT 2 BROCHETS AU MAXIMUM !

 

J'y vais. A plus et bonne journée à tous.

Publié par André MARINI - dans Règlementation
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 08:11

Cet article complète le précédent et indique le temps de dissolution en eau brassée des pains agglomérés à la végétaline, celui-ci étant proportionnel à la quantité graisseuse incorporée.

Végétaline est la marque commerciale d' une matière grasse de cuisson composée d'huile de coprah totalement hydrogénée.
L'hydrogénation permet d'élever la température de fusion de n'importe quelle huile et d'obtenir ainsi un produit plus dur à température ambiante.

Cet élément est forcément important, considérant que l'on peut utiliser cette amorce pour une pêche immédiate ou, au contraire, différée. On peut également l'utiliser en amorce d'entretien d'un coup régulièrement pêché.

 

TEMPS DE DISSOLUTION COMPLETE EN EAU BRASSEE QUELLE QUE SOIT L'AMORCE UTILISEE..

 

1- 100 grammes de végétaline par Kg d'amorce: Dissolution immédiate se prolongeant 2 heures.

 

2- 250 grammes de végétaline par Kg d'amorce: Dissolution commençant après 1/2 heure et se prolongeant 6 heures.

 

3- 500 grammes de végétaline par Kg d'amorce: Dissolution commençant après 1 heure et se prolongeant 24 heures.

 

4- 1 Kg de végétaline par Kg d'amorce: Pains extrêmement durs dont la dissolution commence LENTEMENT après 3 HEURES d'immersion et se prolonge pendant 48 heures    

INGREDIENTS CONSTITUANTS L'AMORCE

 

1-FARINES

 

Toute farine, blé, maïs, soja, chapelure blonde, rousse ou brune. Eviter le coprah dont la végétaline est déjà constituée.

2-ESCHES ANIMALES

 

Toutes esches animales comme les crevettes, le thon, les sardines. Ebouillanter les asticots avant de les incorporer.

 

3-ADDITIFS

 

Tous additifs en évitant l'huile de cuisine mais les huiles essentielles peuvent être utilisées, à condition de respecter les dosages, romarin, fénugrec, ricin etc...

 

Tous les colorants ou traçants sombres qui auront l'avantage de former un nuage autour du pain en cours de délitement.

 

Tous les parfums sauf avec le chènevis pour ne pas le dénaturer. Menthe, épices, safran, curcuma. 

4-VEGETAUX

 

Bouillie d'orties hachées (Excellent).

 

Laurier sauce réduit en bouillie (Excellent).

 

Toute plante réputée pour ses vertus nutritives.

PRECAUTION.

 

Eviter les pains contenant trop de végétaline.  Celle-ci étant un acide gras saturé est, à l'inverse des acides gras insaturés, réputée indigeste.

 

Se limiter à 1 Kg pour la constitution de 1 Kg d'amorce de base et ne pas hésiter à ajouter des purgatifs.

CONCLUSION

 

Toutes les formes d'utilisation, à courte, moyenne ou longue échéance, sont à retenir.

 

La végétaline, convenant  à la confection de toutes ou presque toutes les amorces en fonction de la quantité utilisée, peut être considérée comme le liant universel présentant un quadruple avantage.

 

-Pouvoir d'attraction du fait qu'il s'agit d'une graisse.

 

-Liant incomparable permettant toutes les combinaisons possibles.

 

-Aucun effet néfaste sur le milieu aquatique naturel.

 

-Possibilité de se la procurer dans n'importe quelle surface

23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 08:45

Bien entendu, cet article permet de fabriquer tout d'abord des pains de chènevis en quelques minutes mais il indique aussi comment fabriquer n'importe quel pain de fixation, que ce soit maïs, chapelure ou mélange, y compris truffé de graines.

 

La seule astuce est d'utiliser de la végétaline en pains qui se travaille avec une facilité remarquable.

 

A l'inverse des autres fabrications, le matériel utilisé peut être celui de la cuisine, à l'exception du récipient contenant le pain lui-même s'il s'agit de chènevis qui laissera une odeur.

Voici mon liant de base, 2 pains de 500 grammes de végétaline pour un peu moins de 5 euros.

La végétaline fait partie de la famille des lipides.
Plus précisément, il s’agit d’un acide gras saturé d’origine végétale.
Elle est fabriquée à base d’huile de palmiste et de coprah hydrogénées qui sont effectivement des huiles végétales.
Les acides gras sont des lipides naturellement présents dans les produits laitiers, les viandes et les graisses de ruminants.

1ère étape.

 

Faire fondre lentement les pains dans une casserole jusqu'à ce que l'on obtienne un liquide clair légèrement huileux. Attention, cela va très vite et il est inutile de porter à très haute température.

 

La végétaline prenant au moins 24 heures pour se solidifier, vous avez le temps. Donc inutile de se précipiter et de prendre les risques d'une brûlure.

2ème étape.

 

Dans un récipient en plastique pour faciliter le démoulage, mettre des petites couches successives de chènevis moulu grillé ou autre farine puis recouvrir d'une fine couche de végétaline à chaque couche pour faciliter l'imprégnation.

Bien tasser avec une brique pour que le pain soit bien compact.

 

Oui, je sais, je suis gaucher ! Et alors ?

 

Dites-moi plutôt pourquoi d'un gaucher habile on dit qu'il est "adroit" et d'un droitier malhabile, on dit qu'il est "gauche" ?  

Ne pas oublier de préparer les séparations, ce qui ne sera plus possible lorsque le pain sera refroidi et devenu très dur.

Et voici votre pain terminé, mis à refroidir.

 

Pour hâter son refroidissement, vous pouvez placer la cuvette dans de l'eau mais sans que celle-ci déborde dans le récipient. 

 

3ème étape: Quantités.

 

2 pains de 500 grammes de végétaline pour 1,5 Kg de farine pour obtenir des pains très durs au bout de 24 heures, destinés à un amorçage lent. Avec cette proportion, le pain se délite en plus de 24 heures et laisse le temps au poisson de venir le "grapiller"

 

2 pains de 500 grammes de végétaline pour 2 Kg ou 2,5 Kg de farine pour obtenir des pains qui se délitent plus rapidement, en moins de 24 heures.

 

Si vous voulez les utiliser en amorçage immédiat, forcer la dose de farine à 3 ou 4 Kg mais respectez le temps de séchage.

 

4ème étape: Observation.

 

Ces pains étant constitués d'une farine attractive et d'une matière grasse qui l'est tout autant, on obtient, avec le chènevis ou toute autre farine, des pains de très haute qualité.

 

Bien entendu, libre à chacun d'ajouter ce qu'il souhaite dans la préparation de la farine: Additifs, attractants, épices, sucre, sel, huiles essentielles... 

5ème étape: RESULTATS APRES 24 HEURES DE SECHAGE.

 

On remarquera que les pains sont aussi durs que ceux du commerce, à quelques différences près.

 

-Enrobés d'une graisse, ils sont très attractifs, comme tout mélange graisseux.

 

-Composés de chènevis moulu grillé, ils contiennent encore toute leur huile et sont donc particulièrement performants. 

 

-Leur durée de dissolution, après expérimentation est de 48 heures, soit très largement supérieure à ceux du commerce, par ailleurs presque introuvables.

 

-On peut utiliser simultanément plusieurs formules, de la moins riche à la plus riche en végétaline, et immerger des blocs à durée variable de désagrégation.

 

-Ces différentes formules peuvent être mises en oeuvre en même temps. Il suffit de disposer de plusieurs récipients et de faire varier la quantité de graisse.

16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 10:24

Je dédie cet article à Cédric, Franck, Francis et les autres qui me suivent ou me précèdent dans mes recherches.

Pêcheurs avisés, Ils sont les testeurs puis les metteurs au point des propositions que je fais.

Qu'ils en soient remerciés, surtout pour les encouragements qu'ils m'apportent et me poussent à aller plus loin, toujours plus loin.

De lecteurs, ils sont devenus des amis. Je leur en sais gré et, du fond du coeur, je les remercie de partager la passion qui m'anime et m'incite à tenir ce site ouvert et accessible à tous.

Commentaire de Francis.


Bjr Mr Marini.

 

J'ai testé l'acétate au cours de quatre demi-journées de pêche. 


Les deux premières : quelconques. 


Les deux suivantes : extraordinaires. 


Les touches ont démarré une demi-heure après l'amorçage initial et se sont succédées à une cadence infernale !!!

 
Amorçage : deux tiers de chapelure, un tiers chènevis moulu, esche au pain.

 

Merci pour la diffusion de cette information et bravo pour votre site qui est une véritable mine d'or.

POUVONS-NOUS FAIRE PLUS SIMPLE POUR DE TELS RESULTATS ?

16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 08:00

M'inspirant des articles précédents déjà énoncés sur ce site, je pousse un peu plus loin la recherche, considérant:

 

-Que plusieurs de mes amis me suivent et m'épaulent dans les tests.

 

-Qu'il s'agit d'une recherche, sans garantie de réussite, menée dans un esprit de curiosité et, éventuellement, d'aboutissement.

 

-Que ces recherches nécessitent quelques approches en chimie.

 

-Que ces recherches s'appuient TOUJOURS, à titre expérimental, sur des brevets déposés.

 

-Que je recherche des composants facilement accessibles. 

Numéro de publicationEP0219416 A2
Type de publicationDemande
Numéro de demandeEP19860402172
Date de publication22 avr. 1987
Date de dépôt2 oct. 1986
Date de priorité3 oct. 1985
Inventeurs

Jean-Paul CHARBONNIER,

Bernard de PASSEMAR

 

Ces compositions peuvent être utilisées sous forme de solutions, de dispersions, de granulés, de poudres dans différentes techniques de pêche.
On peut aussi inclure ces compositions sur des supports absorbants ou adsorbants appropriés.

Ces additifs comprennent un mélange actif constitué par trois éléments:

 

-1 composant de la famille des amides.

 

-1 composant de la famille des acides aminés essentiels.

 

-1 composant de la famille des polyamines ou leurs oxydes

 

1-Un élément actif choisi parmi les amides,

 

par exemple l'urée.

 

2- Un élément actif choisi parmi les acides aminés essentiels,

 

par exemple la lysine.

 

Les acides aminés dits essentiels sont indispensables à l'organisme qui ne sait pas les FABRIQUER lui-même, d'où l'importance de les apporter dans l'amorce.

 

3-Un élément actif choisi parmi les polyamines et leurs oxydes,

 

par exemple, la spermine ou la spermidine.

Mises en évidence pour la première fois au 17ème siècle dans le liquide séminal humain, ces polyamines (PA) sont des ingrédients universels de toute cellule.
Les polyamines sont de petites molécules dont le rôle biologique est INCONTESTABLE, il s'agit de:
• la spermine (ou neuridine),
• la spermidine,
• la putrescine,
• la cadavérine.

Pour la putrescine et la cadavérine, il vaut mieux recourir à un magasin de farces et attrapes mais vous n'êtes pas sûr de la qualité du produit.

 

Pour la spermine ou la spermidine, voici 2 sites qui en proposent mais à un prix prohibitif.

Evidemment, chers lectrices et lecteurs, pour la spermine ou la spermidine, vous pouvez avoir recours à une fabrication...artisanale...mais votre vie privée ne me regarde pas.

 

Vous pouvez aussi utiliser des aliments riches en polyamines et ils sont au nombre de 4.

Les polyamines sont particulièrement présentes:
-dans les petits pois
-dans le fromage bleu
-dans le soja
-dans le maïs.

Avouez tout de même que cette recherche, pourtant assez poussée, aboutit à une formule qui n'est pas compliquée du tout et c'est bien le secret de la pêche !

 

CHERCHER DES ELEMENTS SIMPLES SE COMPLETANT PARFAITEMENT 

4-EN RESUME

 

Additif préconisé:

 

-Lysine + Urée + Fromage bleu type Roquefort ou bleu d'Auvergne

Additif qu'il suffit d'ajouter à votre support d'amorce banale, sans risque de surdosage considérant les composants qui le constituent.

 

Eh oui, il suffisait de chercher !

 

 

Et, malgré la simplicité de la composition de cet additif, vous serez surpris par la

 

qualité et la performance du résultat. 

 

COMMENT AI-JE CONDUIT CES TESTS ?

 

 

Tests menés sur 4 journées, dans mon grand bassin contenant gardons, goujons, chevesnes et vairons.

 

1ère journée

Les poissons se dirigent de préférence vers la croquette bourrée de lysine en poudre.

2ème journée

Les poissons se dirigent de préférence vers la croquette bourrée d'urée.

3ème journée

Les poissons se dirigent de préférence vers la croquette bourrée de fromage bleu.

4ème journée

Les poissons se dirigent vers les deux croquettes pour, finalement, se concentrer sur celle contenant le mélange, bleu, lysine, urée, jusqu'à ce qu'il soit complètement absorbé puis se répartissent ensuite sur les deux mais, volontairement, j'ai toujours mis une quantité de nourriture insuffisante pour tous mes pensionnaires. 

14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 08:32

Moi j'amorce.

 

Lui, il pêche !

 

Voila comment nous concevons la complémentarité de notre bande de copains du Grand Morin.

 

 

Alors, qu'attendez-vous pour nous rejoindre ?

 

 

Entre nous, il n'y a ni jalousie, ni envie, ni contrariété et encore moins dispute pour les places.

 

Nous ACCUEILLONS nos nouveaux confrères et nous ne cachons rien de ce qui marche, de nos bons plans, des meilleurs coups.

 

Ajoutez à cela un cadre digne d'une carte postale et vous aurez compris qu'il y a encore des paradis pour pêcheurs.  

 

Après avoir amorcé pendant trois jours avec une formule peu banale, ou, en tout cas, peu courante, une petite intervention m'a privé du bord de l'eau pendant quelques jours MAIS...

 

...Mon copain Michel, toujours en pleine forme, a pris le relais à l'endroit amorcé de nos parcours du Grand Morin, à Voulangis, et s'est régalé de quelques prises à un endroit où les carpes ne sont pas si fréquentes. 

Pas mal pour un petit pêcheur comme lui !

 

Je plaisante, bien sûr, c'est mon super-copain, un excellent pêcheur, un homme correct et respectueux. Inutile de dire, d'ailleurs, que ces deux beaux specimens sont retournés à l'eau. 

 

Bien entendu, Serge, notre Président vénéré, n'a pas manqué de venir aux nouvelles et de prendre quelques clichés.

Au vu de ces photos, il me sera difficile d'échapper à la déclinaison de ma formule d'attrape-tout qui n'a pourtant rien de bien extraordinaire.

BASE

-200 grammes de croquettes Frolic pour chiots réduites en farine.

-200 grammes d'épeautre

-200 grammes de kamut

-200 grammes de chènevis grillé moulu

-200 grammes de chènevis moulu 

COLLANT

-PV1 collant en quantité nécessaire et suffisante.

ADDITIFS

-15 gouttes d'acétate d'isoamyle.

-30 grammes de goudron de Norvège bien liquide.

-30 grammes de triméthylamine (Fabrication maison).

-1 cuillerée d'asa faetida mais on peut utiliser l'acide butanoïque en quantité plus modérée.

-10 comprimés de lysine mais j'aurais pu mettre 1 cuillère à café de lysine en poudre.

Si j'ai utilisé la lysine sous la forme de comprimés c'est parce que la dissolution est extrêmement lente et, chose surprenante constatée en bassin d'expérimentation, lorsqu'un comprimé reste au fond et se délite très lentement, les poissons viennent taper dedans, bien après la dissolution de l'amorce.

11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 18:41

Magnifique vidéo réalisée par CARNALOR

"La Pêche en Seine et Marne, Marne et Grand Morin", classé 10ème au TOP 20 des 42.070.525 sites répertoriés.

TOP::20
USERS	LIVE	ACCOUNT
376	114	infolutte
171	51	tylerdurden
124	30	monka2
89	25	mosqueedelyon
57	19	monsieurmathieundlronchinjordan
46	9	jol
32	8	sajidine
32	9	peuplepaix
31	8	exterieurstock
21	10	lepecheur77
18	3	patou
16	4	moustache
15	3	mormach
14	3	kiki54200
14	3	sitecgtlaborit
13	4	canaldumidi
13	7	prop
12	4	opgie
12	2	schmockerlivres
11	3	boiteauto
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 10:56

Je crois sincèrement que ça les réveille, ou, plus exactement, que ça les attire et les fixe.

Voici quelques unes des prises réalisées hier dans la rivière le Gand Morin mais au vu de ces jolis poissons, je me dis qu'il faut aller vite car les écailles sont déjà abîmées.

 

La fraie a donc débuté.

 

Touche sur touche de poissons particulièrement nerveux jusqu'à une interruption très brutale due à un brochet "attiré par la foule".

 

"Chouette, une manif !"

 

N'ayant plus rien à se mettre sous la dent, ce coquin de belle taille n'a rien trouvé de mieux que de me prendre l'asticot puis, sous le coup de la surprise, de se laisser monter en surface jusqu'à ce qu'un simple coup de queue lui permette de se dégager.

 

Très bonne partie mais j'avais bien pris soin du dosage parce qu'une erreur, la veille, m'avait valu un capot mémorable. 

Commentaire de Francis.
Bjr Mr Marini. J'ai testé l'acétate au cours de quatre demi-journées de pêche.
Les deux premières : quelconques.
Les deux suivantes : extraordinaires.
Les touches ont démarré une demi-heure après l'amorçage initiale et se sont succédées à une cadence infernale !!!
Amorçage : deux tiers de chapelure, un tiers chènevis moulu, esche au pain.Merci pour la diffusion de cette information et bravo pour votre site qui est une véritable mine d'or.

2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 08:00

Nous sommes les plus gros consommateurs de psychotropes du monde et cette situation ne cesse d'empirer.

 

Plus de 25% des Français consomment des anxiolytiques, des antidépresseurs ou des somnifères, dont 11% de façon régulière, ce qui représente 150 millions de boites par an.

Une étude conduite par Dilute Concentrations of a Psychiatric Drug Alter Behavior of Fish from Natural Populations rejoint les conclusions de Jerker Fick, toxicologue à l’Université d’Ume en Suède. 

 

Les médicaments ne disparaissent pas mystérieusement après que nous les ayons excrétés

 

"Et où vont-ils ? DANS LES RIVIERES ET NOTRE FAUNE AQUATIQUE EN "PROFITE" ! 

Il s’avère que la perche serait droguée par nos médicaments.

 

Elle est devenue un peu trop courageuse, elle a beaucoup moins peur et s’expose ainsi plus facilement au danger.

 

Elle s’éloigne de la sécurité de son groupe et fait preuve de gloutonnerie en dévorant les aliments plus rapidement que ses congénères. Ces dramatiques changements de comportement pourraient entraîner leur disparition et un profond déséquilibre dans notre écosystème.

 

Ces comportements anormaux seraient liés à la présence dans leur eau d’une substance chimique, l’oxazépam, une benzodiazépine contenue dans certains médicaments contre l’anxiété, qu’utilise l’humain et dont l’excédant est rejeté par les urines.

J'ai tenté, hier, l'expérience en bassin avec des goujons.

 

J'ai déversé dans leur eau, 4 comprimés de Lysanxia et j'ai attendu qu'ils fassent effet.

 

Celui-ci est progressif mais les poissons deviennent boulimiques et perdent toute notion de prudence alors que, couverts, ils ne sont pas habitués à la présence humaine et s'affolent habituellement au moindre passage. 

Bien entendu, s'agissant d'une drogue, le Code de l'Environnement en interdit l'usage.

30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 07:00

Utilisée mélangée à l'amorce, l'huile de ricin est prisée par de nombreux pêcheurs mais fait parfois l'objet d'une utilisation particulièrement dangereuse.

Certes, elle est réputée pour sa richesse en Oméga 3, en vitamine E, en protéines et en minéraux, pour ses propriétés antifongiques et antibactériennes et son pouvoir laxatif mais ce n'est pas tout !

Le docteur américain William A. Mc Garey, Phoenix en Arizona, auteur du livre "L'huile qui guérit" recense un grand nombre de traitements efficaces utilisant l’huile de ricin en massages ou en applications locales. 

L'huile de ricin est une huile végétale que l'on obtient par extraction à froid des graines du ricin, une plante originaire d'Afrique tropicale mais que l'on cultive aujourd'hui dans de nombreux pays à travers le monde.

Les feuilles et les graines contiennent une toxalbumine très dangereuse : LA RICINE, 6.000 fois plus toxique que le cyanure et 12.000 fois plus que le venin du crotale.

La ricine est une glycoprotéine très toxique présente à une concentration variant de 1 à 10 % dans la graine de ricin.

La ricine a été utilisée comme poison dans les années 1980 par les services secrets bulgares.
On craint qu'elle puisse être utilisée dans le cadre d'attaques terroristes.
Cela s'est produit le 16 avril 2013, dans un courrier adressé au "Sénat des États-Unis".
Le lendemain le président américain Barack Obama reçut une lettre contenant également de la ricine.
Au delà d'une certaine dose, les effets sont généralement irréversibles. Les symptômes apparaissent en quelques heures, conduisant à la mort de la personne exposée en trois à cinq jours.

Il est donc nécessaire, lors de l'utilisation de ce produit, de n'employer que de

 

l'huile de ricin purgée de sa ricine, d'autant que la ricine n'est pas soluble dans

 

l'huile.

 

Obtenue par première pression à froid des graines de ricin, l'huile est ensuite

 

filtrée pour enlever la ricine, composé toxique naturellement présent dans les

 

graines.

Soyez donc très prudent, voire tatillon, dans le choix des produits dérivés que vous achetez.

 

Si ces produits contiennent encore de la ricine, vous aurez vite atteint la dose létale (qui donne la mort) estimée entre 0,3 et 1 milligramme par kilogramme de poids de l'individu.

 

Exemple pour un individu moyen de 80 Kg:  entre 24 et 80 milligrammes

Exemple pour un poisson de 500 grammes : entre 0,15 et 0,50 milligramme.

Les graines (ou fèves) de ricin contiennent deux substances toxiques : la ricine et la ricinine.
Ces deux substances ne sont pas extraites lorsque les fèves passent par le processus pour l’obtention de l’huile de ricin.
D’ailleurs, elles ne sont pas solubles dans l’huile.
Ce sont les raisons pour lesquelles, contrairement à la consommation des graines, celle de l’huile ne représente aucun danger.

L’ingestion de graines de ricin provoque, au bout de 24 heures, des troubles digestifs et des douleurs abdominales accompagnées de diarrhée et de vomissements. Les effets de la ricine sont particulièrement ressentis au niveau des reins et du foie.
Non traités à temps, ces symptômes entraînent une baisse de la pression artérielle, une forte déshydratation, un arrêt d’émission d’urine et un coma. Plus grave encore, l’ingestion de graines peut être mortelle. Il est à noter que la ricine est présente dans toute la plante, mais sa concentration est maximale dans les graines.
La ricinine, un alcaloïde, est particulièrement dangereuse pour les animaux. Une ingestion, même à faible quantité, provoque la mort quasi immédiate des cellules qui permettent la production des protéines. Or ce sont ces protéines qui maintiennent les animaux en vie.

ANTIDOTE

 

Une recherche, conduite au CEA de Saclay le 24/04/2014, a conduit à la synthèse et à l’élucidation structurale du composé le plus efficace à ce jour contre la Ricine, potentielle arme biologique.

 

Une autre recherche conduite par PARK AND AL a récemment abouti au dépôt d'un brevet  WO 2014060586 A1 définissant deux antidotes à la ricine,  Retro-1 et  Retro-2.   

27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 07:35

PREAMBULE

 

Le carnassier étant fermé, cet essai a été réalisé en laboratoire et s'est avéré concluant. Cependant, il ne garantit pas la réussite en milieu naturel.

 

C'est toutefois à essayer.

PAINS D'ATTRACTANT POUR CARNASSIERS.

 

J'ai présenté, après la pêche au sang, le moyen de fabriquer des pains supposés attirer le carnassier.

EXPERIENCE

 

Ayant lu puis constaté le pouvoir excitant de l'acétate d'isoamyle, présenté dans les articles précédents, je me suis forcément dit qu'il y avait quelque chose à en tirer.

 

J'en ai donc ajouté à ma formule initiale d'autant que l'on se procure ce produit à un prix raisonnable chez "mon-droguite.com".

De là à se dire que ce puissant pouvoir excitant pouvait également s'exercer sur les carnassiers, il n'y a qu'un pas que j'ai allègrement franchi.

 

Je ne peux pas vous présenter de clichés des réactions des carnassiers, les photos étant interdites mais, derrière la vitre, on observe que le pain de sang attire en se délitant puis que, progressivement, le comportement des carnassiers change.

 

Ils piochent dans le pain, tournent comme des lions en cage, la nage s'accélère, les nageoires frémissent beaucoup plus vite et, surtout, la position du corps change.

 

Cela me fait penser au Concorde. D'une position et d'une nage parfaitement horizontales, le poisson relève le nez, signe d'une mise en recherche de nourriture.  

COMPOSITION

 

-10 grammes de chaux vive sur laquelle je verse doucement, en le malaxant, 1 litre de sang de porc, frais.

 

Rapidement, le sang prend et commence à s'épaissir.

 

-Sans attendre qu'il soit complètement ferme, j'ajoute 15 gouttes d'acétate d'isoamyle et je reprends le malaxage jusqu'à un mélange homogène

Bien entendu, cette composition est au kilo mais, en bassin, je n'ai pas utilisé une telle quantité. Il n'empêche que les proportions sont ainsi.

 

-10 grammes de chaux vive

-1 litre de sang

-15 gouttes d'isoamyle.

Effet constaté sur les perches et les brochets.

 

Je ne sais pas ce que cela peut donner sur les sandres ou les silures.

Publié par André MARINI - dans La pêche du brochet.
commenter cet article
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 08:05

 

Si je devais résumer en deux mots mes essais d'amorce complétée avec l' acétate d'isoamyle, je dirais : FANTASTIQUE et DECEVANT.

 

Quelle contradiction ! Il faudrait tout de même savoir si c'est l'un ou l'autre !

 

Après deux journées, je constate que ce produit a un effet important sur le poisson et qu'il l'attire et le rassemble sans conteste.

 

QUATRE AMORCES UTILISEES EN 4 ENDROITS DIFFERENTS TOUJOURS SITUES EN AMONT LES UNS DES AUTRES.

1)-Amorce lambda, sans recherche ni produit particulier:

 

L'amorce laisse le poisson totalement indifférent et je ne vois pas une touche dans l'eau encore trop froide.

 

2)-Amorce plus élaborée, contenant, en particulier, de la coriandre et du fenouil.

 

Deux ou trois touches au bout de 10 minutes, 1/4 d'heure, mais espacées et sans grande conviction. Je prends deux gardons de 3 doigts.

 

A l'évidence, dans une eau qui court et qui est encore teintée, je n'ai pas trouvé le bon "truc".  

3)-Amorce lambda contenant de l' acétate d'isoamyle avec une proportion de 8 gouttes/ Kilo d'amorce sèche.

 

Bien entendu, comme il s'agit d'un simple essai, je n'en ai pas préparé 1 Kg et j'adapte donc la proportion d'acétate.

 

Résultats guère plus satisfaisants qu'au poste précédent, l'acétate semblant n'avoir aucun effet. Je prends deux gardons coup sur coup au bout d'une demi-heure puis plus rien.

4)-Amorce volontairement lambda mais je force la dose d'isoamyle en montant délibérément à une proportion de 15 gouttes au kilo d'amorce sèche.

 

Bien entendu, comme précédemment, comme je n'en prépare pas 1 Kilo, j'adapte le nombre de gouttes au kilo d'amorce.

 

Les touches démarrent assez rapidement, au bout de 4 à 5 minutes, puis s'intensifient jusqu'à devenir une touche à chaque petite pincée de rappel jetée sur la plume en début de coulée. Ah des touches, oui, j'en ai ! Mais là où se situe la déception est qu'elles sont si brutales que c'est un raté presqu'à chaque fois.

 

Je change de plume, je change de taille d'hameçon, je change la longueur du bas de ligne, j'essaie avec et sans le plomb de touche, j'essaie, comme à la graine, les nombreuses retenues. Rien n'y fait, à tel point que je doute de la rapidité de mes réflexes... mais à ce point ?

Comme au bout de deux jours, je n'améliore pas mes résultats, il ne me reste qu'à plier, rentrer à la maison et chercher à comprendre.

 

Il semble (Pour moi c'est certain !) que l'acétate d'isoamyle soit un attractant de premier ordre à une concentration plus importante que préconisée mais que ce soit aussi un EXCITANT particulièrement actif, ce qui pourrait expliquer la frénésie des poissons à s'emparer de tout ce qui bouge sans forcément avoir envie de l'engloutir.

CONCLUSION

 

A partir du moment où un produit semble efficace, il y a forcément lieu de le retenir.

 

Quant à prendre le gardon dans une eau où il y a très peu de tanches, il faudra bien que je me résigne, soit à laisser cette pêche aux jeunes, dotés d'excellents réflexes, soit à ressortir la plume auto-ferrante que j'ai fabriquée l'an dernier et que je vous ai déjà présentée. 

 

En effet, des touches aussi brutales et profondes ne peuvent pas être produites par des petits poissons. C'est forcément du gardon, au moins de taille moyenne.

23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 08:37

Je reçois quelques commentaires qui me font m'interroger sur le contenu de ce site.

 

Certains articles sont, en effet, très techniques et impliquent des précisions qui peuvent paraître inutiles ou trop complexes.

 

Je considère que chacune et chacun doit y retrouver son compte et, dans mon esprit, il n'est pas question d'inciter chaque lectrice ou chaque lecteur à me suivre dans mes essais. Je cherche tout simplement à passer en revue le plus possible de méthodes et de produits qui font notre quotidien.

 

Ensuite, libre à chacune ou à chacun de prendre ou de laisser, libre à chacune ou à chacun de lire ou de ne pas lire, libre à chacune ou à chacun d'essayer ou non. Ce qui importe et ce qui m'importe est que chaque lectrice ou chaque lecteur trouve 2 ou 3 techniques, montages, produits qui l'intéressent.

 

A cet égard, on peut considérer ce site comme un catalogue, RIEN DE PLUS, RIEN DE MOINS...avec la publicité en moins !

 

Si je m'en tenais à quelques recettes très simples, il y a longtemps que ce site serait fermé alors qu'il n'est que le condensé du compte-rendu de ma passion: CHERCHER...et rendre compte !

 

Vous pourrez d'ailleurs constater que là ne s'arrête pas mon plaisir.

 

En effet, tous les widgets, liens, effets d'images, redirections, sont le résultat de codes html que je compose moi-même et je n'ai jamais recours à des sites qui les proposent. C'est aussi mon plaisir.

 

Ces mises au point me semblaient d'autant plus nécessaires que ce site est libre, indépendant. géré et administré par mes seuls soins. Rien n'empêche les lecteurs de se diriger vers les forums...certains bien tristes à mes yeux et avec l'obligation de s'inscrire pour participer.

 

Alors comme on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre, je soumettrai prochainement aux lectrices et aux lecteurs un questionnaire relatif à ces remarques.

 

C'est en fonction des réponses que je déciderai s'il y a lieu de poursuivre ou non dans cette voie.

Lire la suite

Publié par André MARINI
commenter cet article
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 08:20

Voici le compte-rendu de l'expérience de Franck, testant l'acétate d'isoamyle en étang.

En ce qui me concerne j’ai déjà utilisé l’acétate d’amyle en étang profondeur de 1m à 1,20.
Tests réalisés pour 1kg d’amorce sèche :
-8 gouttes: résultat pas satisfaisant. Quelques poissons mais rien de plus.
-16 gouttes: plus d’activité et les tanches sont rentrées en fin de partie « 3 heures de pêche » de belles bêtes. 
-24 gouttes: effet presque négatif.
Conclusion:
Le dosage devrait de situer pour moi entre 8 et 18 gouttes par kg d’amorce sèche. Au-delà j’ai des doutes, de plus les gros sujets rentrent bien et notamment les tanches, mais il faut du temps pour qu’ils arrivent.
Dans le cadre d’un concours c’est un peu long à mon goût.

Voici un compte-rendu extrêmement précis et argumenté qui montre qu'à 16 gouttes, les cyprinidés entrent et les tanches, un peu plus longues, n'arrivent qu'en fin de partie.

 

Cette expérience, oh combien importante, dément les avis des spécialistes qui préconisent de ne pas dépasser 8 gouttes par kilo d'amorce.

 

La dose optimale se situerait entre 8 et 18 gouttes. 

Publié par FRANCK ET ANDRE MARINI - dans las additifs pour la pêche au coup.
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 09:50

 

Cet article, intitulé "Mes amorces selon les saisons", fait suite à l'article "LES 4 GRANDES FAMILLES DES COMPOSANTS DE L'AMORCE, ARTICLE 1".

 

Pour faciliter l'aller-retour entre les deux articles sans perdre le fil, il faudra cliquer sur le rectangle bleu, EN FIN D'ARTICLE.  

HIVER

 

Autant commencer par la saison en cours, même si elle est bientôt terminée.

 

FAMILLE DES FARINES.

 

-Préférer des farines aussi peu nourrissantes que possible du fait d'un métabolisme ralenti qui peut rapidement conduire au gavage.

 

-Rechercher des farines sucrées: Farine ou gaude de maïs.

 

-Rechercher des farines huileuses: Chènevis grillé moulu, contenant encore son huile.

 

-Rechercher des farines riches en protéines telles que la farine de poisson ou le bird-food.

 

A cette époque, je laisse de côté la chapelure ou toutes les autres farines d'origine végétale, y compris le quinoa.  

FAMILLE DES ARÔMES

 

-Assez peu d'intérêt en hiver à part les arômes d'origine animale comme l'asticot ou le boeuf.

FAMILLE DES ADDITIFS

 

-Les colorants sombres ou noir sont précieux quant l'eau est teintée. 

 

-Je fais l'impasse sur les épices mais par contre, j'insiste sur les huiles, végétales ou animales.

 

Cependant, attention que ce soit des huiles "lourdes" qui ne se dégagent que lentement de l'amorce, sinon, plus légères que l'eau, elles formeront un nuage au-dessus de l'amorce qui affolera les poissons et les feront se désintéresser complètement de l'esche qui dérive au fond.

FAMILLE DES PRODUITS SPECIAUX.

 

-A utiliser en toute saison comme l'acide butyrique ou l'acétate d'isoamyle

PRINTEMPS

 

La nature sort de sa torpeur hivernale, le poisson aussi. Il retrouve un regain d'activité d'autant plus marqué qu'il fait des réserves alimentaires pour la fraie pendant laquelle il ne se nourrira que très peu, voire pas du tout.

 

C'est donc le moment de lui proposer une nourriture riche et plus abondante, d'autant que cela ne durera pas longtemps.

FAMILLE DES FARINES

 

-On peut donner libre cours à ses envies et même à des tests: Farine de blé, farine de maïs, farine de soja, farine de quinoa, farine d'épeautre, farines animales...farines en mélange...tout est bon.

 

FAMILLE DES ARÔMES

 

-Ne pas hésiter à utiliser tous les arômes disponibles qui se dilueront bien dans une eau encore fraîche.

 

-Ne pas hésiter à mélanger les arômes d'origine végétale et les arômes d'origine animale.

 

-Les arômes boeuf et surtout brasem trouvent toute leur place.

 

-On peut commencer, doucement, à utiliser les huiles essentielles. Personnellement, je ne le fais qu'en période ensoleillée et sèche.

FAMILLE DES ADDITIFS

 

-Là encore les colorants sombres sont les bienvenus, d'autant que le carnassier, en principe sorti de la fraie, a un regain d'appétit. Au-delà d'attirer le poisson dans un eau qui peut être trouble du fait des pluies, le colorant sombre ou noir les met à l'abri des prédateurs en pleine activité.

 

-Au début du printemps, les épices ne sont pas encore d'actualité. Un peu plus tard en saison, la coriandre ou le fenouil sont à essayer.

 

-Par contre, diminuer sensiblement l'utilisation des huiles. Le pellet de poisson écrasé ou la croquette pour chiots, également écrasée, genre Frolic sont de bons substituts. 

 

-Les produits spéciaux sont à utiliser sans modération de nature mais en respectant les proportions en quantité.

 

Acide butyrique, acétate d'isoamyle, acide formique...

ETE

 

Je ne vous apprendrai rien en écrivant que c'est la pleine saison, bien qu'elle soit, de plus en plus, soumise à des aléas climatiques.

 

Le poisson est actif, son métabolisme fonctionne à plein régime lorsque l'eau a atteint le preferendum thermique. C'est bien entendu la saison privilégiée pour la pêche à la graine. Plus tard, une eau trop chaude, appauvrie en oxygène sera beaucoup moins propice. 

FAMILLE DES FARINES

 

-On recherchera des farines nourrissantes, riches en protéines, vitamines, acides aminés . Chènevis grillé moulu, chènevis moulu chapelure blanche, rousse ou brune ont leur place mais je conseille le mélange avec le quinoa, l'épeautre ou le kamut, beaucoup plus complets et plus riches que la farine de blé.

Je les utilise abondamment et je ne le regrette pas.

 

FAMILLE DES ARÔMES

 

En poudre, liquides ou en huiles essentielles, de l'ananas à l'asticot en passant par l'eucalyptus ou la badiane, tout est à essayer car, aussi surprenant que cela paraisse, ce qui marche un jour ne marchera plus le lendemain et inversement.

 

FAMILLE DES ADDITIFS

 

Comme pour les arômes, tout est à essayer.

 

-Le colorant sombre a moins d'importance dans une eau chargée en plancton et l'on peut essayer des traçants rouges ou jaunes. Le rouge marche bien. 

 

-Par contre, s'il est une saison où les épices sont incontournables, c'est bien l'été. J'utilise, mélangées, de l'épicéine, de la coriandre, du fenouil (excellent), du romarin, du thym et même du laurier sauce. Je n'hésite pas à faire un cocktail selon mon humeur mais je change souvent, SANS CHANGER LA BASE.

 

-Je proscris les huiles à l'exception de l'huile de chènevis, non pas ajoutée mais contenue dans le chènevis GRILLE moulu. 

 

-Pleine saison pour tester les produits spéciaux.

 

Acide butanoïque, acétate d'isoamyle et bien d'autres avec une précaution.

 

Je n'utilise jamais un acide FAIBLE sans ajouter la quantité équivalente de base FAIBLE et réciproquement par la bonne et simple raison qu'ils se neutralisent et donnent un sel + de l'eau.

Définition de Bronsted-Lowry
Réaction entre l'acide chlorhydrique (HCl) et la base ammoniac (NH3) en phase gazeuse.
Formation d'une fumée de chlorure d'ammonium (NH4Cl) ,sel que l'on connait mieux comme additif alimentaire numéro E 510 sous sa forme solide. et utilisé pour la conservation des farines.

Exemples d'acides faibles:

 

Acide méthanoïque, acide acétique, acide borique, acide cyanhydrique...

 

Exemples de bases ou solutions basiques faibles:

 

Ammoniac (gaz), solution aqueuse du gaz ammoniac, l'ion éthanoate ou l'ion méthanoate.

AUTOMNE

C'est souvent excellent au début de saison. Les jours commencent à raccourcir et les journées sont souvent ensoleillées sans être brûlantes.

Le poisson est actif, libéré de la fraie, préparant des réserves au fur et à mesure que les jours passent.

 

FAMILLE DES FARINES

 

Comme en été, j'utilise de la farine de chènevis, de la farine de quinoa, de l'épeautre et du kamut, en banissant la chapelure, quelle que soit sa couleur, parce qu'elle n'est pas assez riche à une époque où le poisson se nourrit abondamment. J'y retrouve mon compte, et apparemment, eux aussi. 

 

FAMILLE DES ARÔMES

 

On peut donner libre cours à son imagination mais je préfère mélanger des arômes d'origine animale et d'origine végétale comme l'arôme d'asticots et le brasem (excellent) ainsi que le basilic en huile essentielle.

 

FAMILLE DES ADDITIFS

 

Colorant redevenant foncé si l'eau s'éclaircit ou, au contraire, si elle devient trouble. 

 

Pour les épices, j'utilise les mêmes qu'en été. FENOUIL, CORIANDRE, EPICEINE sont de très loin mes préférés, mélangés bien sûr.

 

En fin d'automne, quand les feuilles commencent à tomber, j'utilise à nouveau l'huile en petite quantité et, en particulier, l'huile de hareng.

 

FAMILLE DES PRODUITS SPECIAUX

 

Ammoniaque + acide faible ou acétate d'isoamyle. 

TOUTES SAISONS

 

Il y a , bien entendu, des produits que j'utilise toute l'année, en complément, comme le goudron de Norvège, le PV1, le chènevis grillé moulu et le chènevis moulu, le biscuit ou le pain d'épices et la triméthylamine.

MAIS TOUT CECI N' A QU' UNE IMPORTANCE RELATIVE...

 

...que j' utilise parce qu'il faut bien faire un classement.

 

La saison n'est pas particulièrement importante si ce n'est qu'elle détermine deux facteurs capitaux pour le comportement du poisson et la pêche.

 

L'ENSOLEILLEMENT et surtout, LA TEMPERATURE DE L'EAU.

 

Comme chaque espèce a un PREFERENDUM THERMIQUE, plus la

 

température s'en approche, plus le poisson est actif, plus elle s'en

 

éloigne, moins il est actif. 

 

Ainsi, pour le gardon, le preferendum thermique se situe entre 12 et

 

25 degrés.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -