"La pêche en Seine-et-Marne"

QUE CHERCHEZ-VOUS ?

TAPEZ VOTRE MOT-CLE.

 

 

 

Actuellement en ligne

 

1er au 17 septembre 

 21.035 Visiteurs

 

DEPUIS LA CREATION

1.315.060 Visiteurs

  

TOTAL ARTICLES LUS 

21.216.040   

 

 

CONTACTS

Contact André MARINI

 

Cliquer sur la photo

Contact Président

Cliquer sur la photo

 

SOMMAIRE ACTIF

 

La pêche au coup, les amorces.

 

La pêche au coup, le matériel.

 

La pêche au coup, les additifs.

 

La pêche au coup, la pratique.  

 

La pêche du BROCHET au vif

 

La pêche du SANDRE au vif

 

TECHNIQUES ET MATERIEL pour la pêche au vif.

 

La pêche au leurre

 

La pêche au feeder

 

La pêche à la plombée

 

La pêche au pater-noster

 

La pêche au chènevis

 

Astuces de pêcheurs

 

Faune halieutique

 

Anguille menacée

 

Manifestations, concours

 

Correspondance

 

Divers

 

Réglementation

 

Jeux et quizs

">

JUMELAGE AVEC L'AAPPMA DE CRECY

LES PLUS QUE JE VOUS PROPOSE

LES "PLUS" QUE JE VOUS PROPOSE

 

VOIR LES AUTRES BLOGS DE André MARINI

 

NATURE POUR VOUS créé le 18 avril 2013

 

ASTUCES DE BLOGUEUR

 

JOUER A TOUS LES QUIZS PROPOSES PAR André MARINI

 

Toutes les vidéos de André MARINI sur DAILYMOTION

FLORILEGE DE BLOGS DE PECHEURS PASSIONNES

LES INGREDIENTS ET ADDITIFS DE L'AMORCE

11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 08:27

SITE INTERNET:

 

Le site internet sera ouvert à partir du 15 décembre 2015, pour tous y compris nos amis résidant en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et en Ukraine.

 

Amis pêcheurs de tous pays, vous êtes les bienvenus en France et nous serons très heureux de vous accueillir sur les parcours de l'AAPPMA de Crécy-la-Chapelle en Seine-et-Marne.   

 

DEPOSITAIRES DE L'AAPPMA DE CRECY-LA-CHAPELLE ET SES ENVIRONS:

 

Vous pourrez cependant continuer à prendre vos cartes de pêche 2016 chez nos dépositaires, à partir du 15 décembre 2015.

 

A Crécy-la-Chapelle

 

Monsieur Bricolage  

téléphone: 01 64 63 80 26

77580 CRECY-LA-CHAPELLE

Ouvert du mardi au dimanche matin inclus.

 

Magasin Intermarché

77580 Crécy-la-Chapelle

Téléphone: 01 64 63 96 22

Ouvert tous les jours.

Ventes articles de pêche et esches.

 

Bureau de l’office du Tourisme :

téléphone: 01 64 63 70 19

77580 CRECY-LA-CHAPELLE

 

Camping l'Ensoleillé du Pré Saint-Jean

77580 CRECY-LA-CHAPELLE

ouvert au printemps

 

A Villiers sur Morin

 

Bar Tabac LE VILLIERS :

téléphone: 01 64 63 92 29

77580 VILLIERS SUR MORIN

Ouvert 7/7

 

 

Café Restaurant LA TABLE DU CURE :

téléphone: 01 64 63 92 30

77580 VILLIERS SUR MORIN

Ouvert du lundi au samedi.

 

Une idée cadeau…offrez une carte de pêche !

 

La Société de pêche de Crécy-la-Chapelle rappelle aux pêcheurs qu’il est important de prendre sa carte de pêche à L’AAPPMA locale où l’on pêche le plus souvent.

 

Crécy, Villiers, Voulangis font partie des lots de pêche de Crécy-la-Chapelle.

 

Pour tous renseignements:

 

http://aappma77.free.fr

 

adresse email aappma77@free.fr

 

ou bien Serge AVANZINI au 01.64.63.96.35 ou 06.85.28.55.20.

 

L’Equipe de L’AAPPMA de Crécy-la-Chapelle et ses environs vous souhaite un Joyeux Noël et vous présente ses meilleurs veux pour l'année 2016.

Publié par André MARINI - dans AAPPMA de Crécy
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 08:52

Bien que les dates soient désormais uniformisées sur le territoire national, il est rappelé que le Préfet d'un département a la possibilité de retarder les ouvertures en fonction de certaines conditions particulières locales.

 

Le présent document, après publication, sera directement accessible par la barre d'état.

NOTES IMPORTANTES, RELATIVES AU DEPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE

 

Publié par André MARINI - dans Règlementation
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 10:03

Pêche de la carpe, présentée par Emmanuelle LAMPIN dans le département de l'Aube, sur le lac réservoir de la forêt d'Orient, régulateur de la Seine et sur le fleuve.

Passionnée de pêche, Emmanuelle est notre correspondante pour le compte de "Ultimate Fishing" et de la Fédération nationale pour la Pêche en France. 

 

CODE POUR FAIRE APPARAITRE UNE PHOTO EN PLEIN MILIEU DE PAGE DISPONIBLE CI-DESSOUS.

Vous pourrez d'ailleurs retrouver, ci-dessous, le lien

 

ULTIMATE FISHING / FEDERATION NATIONALE POUR LA PECHE EN FRANCE

 

avec notre site

 

http://www.pecheurdumorin.fr

 

jumelé avec l'AAPPMA de Crécy la Chapelle et ses environs et notre Président, Monsieur Serge AVANZINI.

VOIR LA VIDEO TOURNEE SUR LE LAC D'ORIENT

 

J'en profite pour informer que je compose moi-même les codes HTML, CSS ou JAVASCRIPT pour les widgets, compteurs, effets de texte ou d'images, redirections, défilements, surlignages et tous les artifices qui me plaisent et qui, j'espère, vous amusent.

 

N'ayant jamais recours à des sites, il ne doit pas y avoir d'indésirables qui vous balancent des encarts publicitaires. 

 

C'est la raison pour laquelle, je me permets de vous questionner régulièrement à ce sujet.

Publié par André MARINI - dans Articles divers
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 09:10

 

 

Voici les tarifs applicables pour l'achat des cartes de pêche 2016 pour le département de Seine-et Marne.

 

Vous remarquerez que ne figure pas au présent tableau le tarif des cartes inter-fédérales auxquelles je consacrerai un article particulier, traitant à la fois de leur montant et de leur réciprocité.

 

Le présent article, après publication, sera directement accessible par le bandeau du haut.

 

Publié par André MARINI - dans Règlementation
commenter cet article
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 18:37

 

J'ai pris beaucoup de gardons cette année et pas mal de barbeaux mais, à chaque fois que je suis tombé sur un poisson qui avait eu maille à partir avec un pêcheur, moi ou un autre, et qui en portait les stigmates, j'ai été frappé par une constatation.

 

A chaque fois, la blessure visible et mon hameçon piqué étaiant quasiment au même endroit.

 

Il m'est donc venu une question qui, comme ça, a priori, peut paraître saugrenue : Y A-T-IL, CHEZ LES POISSONS, DES DROITIERS ET DES GAUCHERS ?

 

Clin d'oeil à Eric puisque nous étions ensemble lorsque j'ai gambergé ! 

Drôle de question, me direz-vous...et pourtant !

 

De nombreuses études ont été faites à ce sujet, ce qui en passant, me rassure un peu sur mon état de santé mentale et voici ce que l'on trouve à la dissection. 

 

 

On voit parfaitement le cerveau qui comporte deux lobes. Il n'y a, a priori, pas de raison pour que, comme pour nous, les fonctions ne soient pas croisées, délimitées et parfois inversées. 

 

J'ai donc poussé encore un peu plus loin pour retenir une étude particulièrement intéressante faite par Thierry Lodé.

 

Dans La guerre des sexes chez les animaux: une histoire naturelle de la sexualité, il démontre "qu’il existe des poissons droitiers et des poissons gauchers, chacun constituant une inévitable espèce, puisque le descendant d’un éventuel croisement échoue fatalement au test de dextérité." 

Cette théorie, qui est loin d'être fantaisiste, est confirmée par Catherine Blois-Heulin, de l' Université de Rennes-1 à Paimpont.

Aujourd’hui, environ 90 % des personnes humaines écrivent avec leur main droite.
Ce phénomène s’explique d’un point de vue cérébral.
En 1877, le Français Paul Broca a, le premier, décrit chez l’homme une asymétrie morphologique mais aussi fonctionnelle entre les deux hémisphères cérébraux.

On a longtemps considéré que seul l’homme était latéralisé.
À tort car, depuis une dizaine d’années, on sait qu’il existe bel et bien des animaux gauchers !

Dans beaucoup d’espèces appartenant aux poissons, les individus peuvent être droitiers ou gauchers.
Cette latéralisation s’observe tant au niveau moteur que perceptif.

À l’instar de l’homme, cette latéralisation s’établit au niveau de l’individu et non au niveau de la population. 


Autrement dit, une partie de la population est droitière, et l’autre gauchère. 

Quelques individus peuvent aussi être ambidextres : le sens de latéralisation est instable, il varie en fonction du type de tâches demandé.
De nombreux facteurs influenceraient l’expression de la latéralité chez les animaux.
Certains sont endogènes, propres à chaque individu, tels que l’âge, le sexe ou le génome.
D’autres seraient exogènes, liés à l’environnement où vit l’individu.
Il s’agirait du mode de vie, de l’apprentissage ou des caractéristiques de la tâche, complexe ou toute simple.

Bon, et bien voila qui, à la fois, répond à ma question et m'en

 

bouche un coin !

Dites-moi pourquoi

 

Dites-moi pourquoi d'un gaucher habile, on dit qu'il est adroit ?

 

Dites-moi pourquoi d'un droitier malhabile on dit qu'il est gauche ?

5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 19:14

 

Bonjour,

 

je n'ai été informé qu'aujourd'hui, par le nouveau président de l'Épinoche, de l'article de M. Marini daté du 10 novembre de cette année intitulé << Pêcheurs de l'Épinoche de Couilly-Pont-aux-Dames, Saint-Germain-sur-Morin et Montry, vous êtes des charlots ! >>

 

Je n'ai pas pour habitude de passer mon temps sur des blogs et encore moins de réagir aux articles quels qu'ils soient, préférant m'occuper des parcours qui m'ont été confiés ; cependant les commentaires apportés m'incitent à donner quelques renseignements sur le fonctionnement difficile d'une petite aappma comme la nôtre. Certains d'entre vous le savent, mais d'autres pas.

 

Monsieur CN, vous reprochez à l'association de ne pas communiquer, de ne pas avoir de blog, mais savez vous le temps qu'il faut consacrer à un blog pour qu'il soit à jour et attractif ? Nous ne sommes pas tous à la retraite, vous l'avez écrit…

 

En tant que garde depuis 2008, j'ai distribué plus de cent cinquante cartes de visite avec mon adresse électronique epinochegardepeche@hotmail.fr en invitant les pêcheurs à me contacter pour toute question ou pour que je récupère leur adresse afin de leur transmettre des informations sur les activités de notre, de leur, association.

 

Savez-vous combien j'ai récupéré d'adresses en 8 ans ? SEPT !

Dans ces conditions, il est difficile de communiquer des informations.

Quant à envoyer systématiquement des courriers papiers, ce n'est pas envisageable.

 

Sans possibilité de faire appel à des bénévoles pour nous aider, savez vous combien nous étions jusqu'à présent pour les opérations de nettoyage, d'élagage, d'affichage, de rempoissonnement, de gestion administrative de l'association ?

 

Trois ! Et je vous passe la partie garderie que j'assure seul

 

Le nouveau président de l'Épinoche vous a invité à notre assemblée générale qui se tiendra en février, c'est l'occasion pour tous les pêcheurs d'avoir des informations sur ce qu'il se passe sur nos parcours ; il se passe des choses intéressantes depuis quelques années mais si l'on se réfère aux participations habituelles, seuls 4 ou 5 pêcheurs le sauront.

 

Voilà ma réponse, sans aucune animosité, à votre commentaire Monsieur CN et n'hésitez pas à vous servir de mon adresse : je l'ai créée pour les pêcheurs.

 

Je souhaite également réagir à "l'omerta" concernant la station d'épuration, évoquée par M. Marini.

 

Depuis ma prise de fonction je n'ai jamais relâché la surveillance de cette station qui pose régulièrement problème et j'ai toujours signalé par rapports avec photos à l'appui les dysfonctionnements qui se produisaient, ces signalements ont donné lieu à des interventions sur site de la police de l'ONEMA (Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques) ainsi que de la DDT (Direction Départementale des Territoires).

 

Je tenais à dissiper toute suspicion me concernant sur la responsabilité de cette omerta.

 

Merci à M. Avanzini pour son compliment, si je suis perçu comme un garde sérieux c'est que je dois arriver, en partie, à atteindre mes objectifs de contrôles, d'information, de surveillance et de protection.

 

"Lorsque tu penses à tout laisser tomber, rappelle-toi la raison pour laquelle tu as résisté jusqu'à maintenant"

 

Les raisons qui font que je résiste M. Avanzini, je les trouve au bord de l'eau, non pas canne en main (je ne suis allé qu'une fois à la pêche cette année), mais en nettoyant, en observant et en découvrant parfois ce dont personne ne soupçonne l'existence…et dans ces moments là, je ne pense plus à l'ingratitude du bénévolat.

 

Je reste à votre disposition, chers pêcheurs de l'Épinoche de Couilly-Pont-aux-Dames, Saint Germain-sur-Morin et Montry, pour toute demande.

Je suis également à l'écoute des pêcheurs de Crécy et de Dammartin, bien sûr.

 

Salutations les meilleures.

 

Le garde pêche particulier de l'Épinoche de Couilly / Saint-Germain / Montry,

Crécy-la-Chapelle et Dammartin-sur-Tigeaux, par conventions.

 

Publié par André MARINI
commenter cet article
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 10:21

Le code de ce slide-show, fabriqué par mes soins, est disponible sur mytesting.

Un pêcheur qui se respecte et qui respecte son environnement ne garde qu'une ou deux prises par an, de taille raisonnable, et relâche les autres dans les meilleures conditions possibles.

 

Mais avant de veiller à relâcher dans de bonnes conditions, encore faut-il d'abord veiller à prendre dans de bonnes conditions. C'est-à-dire faire en sorte que le montage n'abîme pas trop le poisson.

 

Bannir le triple qui, même s'il n'a pris qu'avec une seule branche, sera difficile à sortir parce que les pointes libres ne manqueronr pas de s'accrocher au passage.

 

Ne pas attendre pour ferrer, au risque de manquer, pour éviter l'engamage profond.

 

Ne pas prolonger le combat pour que le poisson ne soit pas trop fatigué par la production d'acide lactique.

 

Relâcher immédiatement en plaçant dans l'épuisette et attendre que le poisson ait retrouvé sa position de nage.

 

Mais malgré cela, voici mes propres observations.

 

1) Ceci remonte maintenant à pas mal de temps.

 

Sur les rives du Grand Morin, j'avais deux habitués, toujours au même endroit et je les prenais une fois par an.

 

Je pouvais essayer dix fois sans succès mais le jour faste, je les prenais tous deux, l'un après l'autre. Deux ou rien ! Puis je relachais consciencieusement des poissons que je voyais grossir d'année en année jusqu'à atteindre 70 centimètres.

 

Un jour, la place est prise par un pêcheur qui, entre deux coulées, pêche à la cuiller.

 

Lorsque j'arrive, il en a piqué un mais, à défaut de crinelle, s'est fait couper le fil. Evidemment, je le préviens qu'il va forcément en prendre un autre parce que c'est le jour J.

 

Il ne tient pas compte de mon avertissement et c'était couru d'avance, lorsque je repasse, il s'est fait couper par le second.

 

Deux poissons avec deux cuillers dans la gueule ? Je ne les ai jamais revus !

2) Ceci est beaucoup plus récent puisque ça date de quelques semaines.

 

Dans la rivière Marne, là où je pêche habituellement, j'ai pris cinq brochets en trois jours dont au moins deux que je voyais venir chasser à mes pieds.

 

De taille modeste, je les ai relachés avec tout le soin que je sais apporter à ce genre de situation.

 

D'une part, je n'en prends plus, d'autre part, je ne les vois plus. Que sont-ils devenus ?

 

Sont-ils partis vers des lieux moins inhospitaliers ou ne se sont-ils pas remis de leur prise ?

Je ne connais pas la réponse mais, au moins , je me pose la question.

 

La prise d'un brochet, même dans des conditions optimales, avec tout le soin que l'on peut y apporter, est-il aussi innocent que cela ?

 

A l'appui de ces deux exemples que je pourrais multiplier, je suis bien obligé de répondre NON !

De nombreuses études ont été réalisées par des chercheurs sur le taux de survie des poissons pêchés et relachés

Vous remarquerez, au passage, que cette compilation d'études est faite par un Français qui ne cite que des sources anglo-saxones.

 

Pas étonnant ! Chez nous les études dignes de ce nom se comptent sur les doigts d'une seule main. Après tout, ce ne sont que des poissons !

Les 8 commandements de la pêche en no-kill


-Utilisez des leurres artificiels munis d’hameçons simples et une épuisette à petites mailles sans nœud. 

-Ayez tout l’équipement nécessaire à portée de main. 

-Limitez la durée du combat le plus possible.

-Ne touchez surtout pas les branchies ou les yeux du poisson.

-Manipulez le poisson avec précaution et le moins longtemps possible. 

-Maintenez le poisson dans l’eau tout au long de la manipulation. 

-Retirez l’hameçon délicatement ou coupez-le s’il est trop profondément engagé. 

-Laissez au poisson le temps de récupérer sans lui imposer de mouvement de va et vient.

Mais, ne croyons pas que nous n'avons aucune incidence sur le milieu, même en no-kill !

 

Pour vous en convaincre, il suffit de lire cet excellent article

Et malgré toutes ces précautions, nous n'éviterons jamais, au mieux, une longue période de récupération.

 

Au pire, un taux de mortalité qui peut avoisiner les 5 pour cent.

30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 10:17

 

 

J'ai pris, d'une part, un fluorocarbone SEAGUAR de 33 centièmes.

GRMAX01X30                         0.330 mm                     8.16 kg

 

D'autre part, j'ai pris 3 fils de fluorocarbone SEAGUAR de 11 centièmes chacun.

GRMAX7X30                           0.115 mm                    1.59 kg X 3 =     4,77 kg

 

A priori, il n'y a pas photo à diamètre équivalent, entre 8,16 Kg et 4,77 Kg donc il ne reste plus qu'à se précipiter sur le 33 centièmes qui pourrait servir à remorquer un train de péniches. 

POURTANT:

 

J'ai tressé en tresse serrée les 3 brins de 11 centièmes et je me suis livré à quelques essais.

 

ESSAI DE RUPTURE

 

1) Le 33 centièmes.

 

Le 33 centièmes, malgré ce qui est annoncé à 8,16 kg, casse à 5,2 kg au noeud.

 

Il m'a fallu de la patience pour ajouter poids mort après poids mort mais je voulais en avoir le coeur net.

 

En phase de combat, avec les à-coups, je pense que c'est encore moins.

 

2) Les 3 brins de 11 centièmes.

 

JE LES AI TRESSES EN TRESSE SERREE avant de me livrer à la même expérience.

 

La tresse  de flurocarbone de 3 fois 11 centièmes, soit un diamètre équivalent, devrait casser à 4,77 kg mais casse à 5,6 kg et, chose surprenante, ce n'est pas au noeud.

 

ESSAI D'ERAILLEMENT

 

Là, je n'y suis pas allé par quatre chemins et comme terrain de jeu, j'ai pris un angle de mur en ciment sur lequel j'ai délimité une longueur de 50 centimètres et j'ai successivement frotté les fils sur l'angle en essayant d'avoir toujours la même force.

 

1) Le monofilament de 33 centièmes

 

 

Il casse au 3ème passage après avoir beaucoup souffert, presque autant que mes doigts.

 

2) Trois fils de 11 centièmes, non tressés et simplement tenus à la main.

 

 

Ils cassent l'un après l'autre pour se détacher au 2ème passage.

 

A ce moment, la différence initiale donnée par le fabricant est vérifiée, chaque fil de 11 centièmes se débrouillant comme il peut.

 

3) Trois fils de 11 centièmes en tresse serrée

 

 

 La tresse casse complètement au 8ème passage, soit un gain de résistance à l'abrasion de 150 pour cent.

 

Et bien maintenant il faut tenter de trouver une explication à cette

différence ! 

En fait, la tresse solidarise les trois fils qui sont sollicités tour à tour puisqu'elle tourne lorsqu'on la frotte alors que lorsque l'éraillement débute, il s'accélère sur le monofilament.

 

Ainsi, lorsque j'ai frotté le monofilament, il s'est un peu éraillé au deuxième passage pour être achevé au troisième alors que la tresse a commencé à souffrir au troisième passage mais la rupture ne s'est pas accélérée et l'usure du fil a été constante.

 

Pour être franc, je le savais depuis longtemps puisque lorsque j'étais moufflet et que je pêchais le chevesne à la volante, au doryphore et à genoux à l'avant du bateau sur le LOT, je tressais trois brins de raphia que j'attachais en bout de canne pour maîtriser les très gros qui se prélassaient sous les arbres penchés.   

COMMENT FAIRE LA TRESSE

 

 

Coincer les trois fils AU-DESSUS du noeud dans un étau. 

Puis l'on tresse, plus ou moins serré, selon ses besoins.

 

Ceci consiste à faire passer ALTERNATIVEMENT le fil de gauche puis le fil de droite SUR le fil du milieu, restant bien entendu que, à l'évidence, ce ne sera jamais le même fil. 

 

Voici une tresse de gaucher, ce que je suis, partant donc du fil de gauche que je passe sur celui du milieu puis ensuite c'est celui de droite que je passe sur celui du milieu.

 

A partir du 4ème passage, nous sommes revenus à la même combinaison qu'au 1er passage mais à droite au lieu du départ à gauche et ainsi de suite. 

Voici une tresse de cheveux terminée, telle que l'applique nos dames.

 

Alors, si vous ne savez pas comment faire, demandez à nos lectrices, à votre femme, votre soeur, votre fille. 

 

Et comme vous avez été sages et inspirés d'aller jusqu'au bout de l'article, voici une confection de charme.

 

Quand les tresse sont faites, voici ce qui se passe ensuite.

 

Ce fichier s'ouvre avec le mot de passe communiqué aux membres du Conseil d'administration.

 

AMES SENSIBLES, S'ABSTENIR.

 

Lorsqu'il est téléchargé, cliquer AVEC LE BOUTON DROIT et indiquer:

"ouvrir avec"

"aperçu des images et des télécopies windows" pour l'animer.

Normal que je vous fasse ce petit cadeau aujourd'hui puisque c'est la Saint André.

28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 10:51

 

Bien évidemment, les résultats ne sont pas comparables à ce que l'on obtient en été, par eau relativement chaude, mais il est tout à fait possible de pêcher au chènevis en fin d'automne, donc à cette période de l'année.

 

Je le fais chaque année et j'obtiens des résultats convenables en notant toutefois que le coup doit être MOINS amorcé, que la préparation doit débuter plus tôt qu'en été et que les touches sont parfois un peu plus longues à venir.

 

Actuellement, l'eau est à 10 degrés en surface, ce qui laisse supposer qu'elle est à 13 ou 14 degrés au fond, bien que la thermocline s'abaisse progressivement.

 

LE MATERIEL

 

Identique à celui que l'on utilise en période faste, corps de ligne de 10 à 12 centièmes et hameçon de 16 sur bas de ligne en 8 centièmes.

 

Plume fine bien équilibrée, canne permettant un ferrage immédiat et peu de bannière.

 

L'AMORCAGE

 

Pains de chènevis, bien sûr, comme amorce de fixation mais c'est largement suffisant à une période où l'eau se refroidissant, le métabolisme du poisson ralentit et où l'on arrive rapidement au gavage.

 

C'est aussi, paradoxalement, une période où le poisson fait ses réserves pour l'hiver et reste tout de même actif.

 

De la même façon qu'en été, dispersion d'une bonne poignée de grains en tête de coulée afin de rassembler le poisson en début de partie de pêche.

 

LE GRAIN

 

C'est lui qui fait toute la différence.

 

A l'inverse de l'été, il vaut mieux utiliser du petit grain, certes plus difficile à faire tenir à l'hameçon mais bien meilleur au niveau des résultats parce qu'il évite le gavage.

 

Et maintenant, la particularité du grain:

 

Il est bien connu que par eau se refroidissant, les esches très huileuses sont particulièrement recommandées et c'est ce qu'il faut appliquer.

 

Après avoir fait cuire normalement votre chènevis et l'avoir consciencieusement égoutté, conservez-le dans de l'HUILE DE CHENEVIS, à défaut de toute autre. 

 

 

Pas d'huile de sardine, d'huile de table ou autre. Huile de chènevis exclusivement.

 

VOTRE EQUIPEMENT

 

Prévoyez de mettre un tablier et d'avoir plusieurs chiffons à proximité.

 

Entourez le pommeau de la canne avec du chatterton.

 

Vos doigts seront très gras et sans ces précautions, les taches d'huile sur vos vêtements ne sont pas près de partir.

 

ACTION DE PECHE

 

Eschez et amorcez avec le même chènevis. Au contact de l'eau, vous verrez une petite tache huileuse se former et concernant votre amorce, l'huile, plus légère que l'eau, formera un nuage au-dessus de votre grain qui restera au fond.

 

Vous inciterez ainsi les gardons à monter d'avantage au-devant de la graine.

 

Les retenues et les relachers doivent être plus amples et plus fréquents qu'en saison pour déclencher le réflexe d'attaque du poisson un peu léthargique.

 

Ne pêcher que les jours de soleil et en plein soleil. Ce n'est pas la hausse minime de température qui réveillera le poisson mais la luminosité.

 

J'écris justement cet article aujourd'hui parce que c'est un temps idéal pour une partie sur un coup ensoleillé que j'ai préparé depuis quelques jours. 

Publié par André MARINI - dans La pêche au chènevis
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 09:04

 

En préambule, on peut dire que le fluororcarbone ne se justifie que comme bas de ligne. En tout cas, c'est comme ça que je vois les choses.

 

Etant plus cher que le nylon, il n'y a pas lieu d'investir mais, comme toujours, chacun fait ce qu'il veut.

 

QUE DEMANDE-T-ON A UN BAS DE LIGNE EN FLUOROCARBONE ?

 

VISIBILITE réduite, voire nulle, SOUPLESSE pour ne pas perturber la nage d'un leurre ou la prise d'un vif, RESISTANCE aux noeuds et à l'abrasion.

 

VISIBILITE

 

Si l'indice de réfraction de l'eau entre 0 et 20 degrés centigrades est de 1,33 celle du polyfluorure de vinylidène ou fluorocarbone est de 1,42.

 

Il y a, certes, un gain important par rapport aux autres matériaux utilisés comme le nylon, la tresse, l'acier ... mais si la différence entre 1,42 et 1,33 le rend très discret, il ne le rend pas invisible pour autant.

 

Pourtant, l'invisibilité totale est possible, l'astuce étant une question de couleur que vous comprendrez avec ce croquis.

 

 

Le prisme figure l'eau et l'on voit que le rayon est de moins en moins dévié lorsqu'on se rapproche du rouge, l'indice de réfraction égal étant représenté par une ligne droite.

 

Souvenez-vous que lorsque l'on plonge un baton dans l'eau, il semble brisé. C'est le résultat de la différence qui existe entre l'indice de réfraction de l'air et celui de l'eau.

 

 

C'est ainsi ! L'indice de réfraction du rose est égal à celui de l'eau. DONC:

Pour qu'un fil soit invisible dans l'eau, il faut qu'il soit ROSE.

 

Rassurez-vous, je n'ai rien inventé et certains concepteurs ont déjà traduit ces données en réalisations. 

 

FLUOROCARBONE 100% INVISIBLE - SPÉCIAL BAS DE LIGNE
• La couleur rose est la première couleur à disparaitre dans l'eau.
• Discrétion totale et haute résistance à l'abrasion.
• Réalisation de bas de ligne discrets et solides pour le brochet ou la pêche au gros.

 

SOUPLESSE

 

Notre fluorocarbone n'est pas réputé pour sa souplesse mais plutôt pour une certaine rigidité, ce qui gêne l'évolution d'un leurre ou d'un vif.

 

En effet, commercialisé en monofilament par beaucoup de marques, il trahit la publicité qui l'entoure.

 

Raide, fragile aux noeuds, il n' a pas tout pour plaire mais il existe

 

l' hyperfluorocarbone

 

qui, grâce une technologie particulière, obtient une souplesse inégalée.

 

Grâce à trois extrusions successives de fluoro, il peut acquérir une souplesse accrue, c'est le cas du FLORO CASTING. 

 

L'extrusion est un procédé de fabrication par lequel un matériau compressé est contraint de traverser une filière ayant la section de la pièce à obtenir. On forme en continu un produit long.

 

 

Le Fluorohybrid Pro est obtenu grâce à la technologie de double extrusion en ligne 100% PVDF premium + copolymer (2CXP).

 

Un copolymère est issu de la copolymérisation d'au moins deux types de matériaux, chimiquement différents. 

 

Le FHP est donc un hybride fluorocarbone/ copolymer qui possède tous les avantages du fluorocarbone sans en avoir les inconvénients.

RESISTANCE

 

Là encore, nous sommes sous le coup des annonces publicitaires qui vantent les mérites de tel ou tel produit mais, en action de pêche, la prise d'un brochet se traduit souvent par la coupure du fluorocarbone.

 

Pourtant, au monofilamant classique, on peut substituer un produit de réputation mondiale, non démentie par tous les utilisateurs.

 

Deux monofilaments exclusifs en fluorocarbone dans une technologie double structure créent la combinaison parfaite de la force et de la flexibilité.  

 

 

Les bas de lignes en fluorocarbone coulent plus facilement sans traitement car ils sont plus lourds que le nylon. Ils disposent, grâce à ce procédé de fabrication, d'une résistance à la rupture supérieure pour un diamètre équivalent.

 

En utilisant des noeuds standards, ils conserveront 100% de leur force dans l'eau au cours du temps. 

 

EN CONCLUSION

 

Il ne vous aura pas échappé, qu'attachées à leur brevet, aucune des marques ne vous propose un produit qui allie les trois qualités d'invisibilité, de souplesse et de résistance à l'abrasion.

 

Il vous faudra donc choisir.

 

Personnellement, je conseille la marque Seaguar qui a l'avantage de ne pas "truquer" ses informations. Elles sont d'ailleurs mondialement reconnues. 

25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 10:00

Eric, mon compagnon de pêche officie quelquefois sur les rives du Grand Morin ou dans la Marne lorsqu'il me rejoint.

 

Voici ses dernières prises et les miennes que je vous montre avec d'autant plus de plaisir mais de nostalgie qu'il s'agit sans doute des dernières de la saison pour ce qui concerne les cyprinidés.

 

En effet, ce temps exécrable et froid a pour conséquence de brouiller et de faire monter les rivières tout en abaissant la température.

 

BARBEAU DE MARNE.

 

Mettre la souris sur l'image

CODES HTML ET CSS DISPONIBLES SUR     www.mytesting.fr

AUTRE BARBEAU DE MARNE PARMI LES 4 PRIS CE JOUR-LA.

 

>

GARDONS ET CHEVESNES PRIS DANS LE GRAND MORIN.

 

 

Mais, en plus des cyprinidés, voici un brochet pris par la gueule à l'asticot.

 

23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 11:21

LE PLUS GRAND SALON DE LA PECHE EN BELGIQUE LES

 

28 ET 29 NOVEMBRE 2015 A COURTRAI

 

Lors de Hengel Expo 2015, les halls de Kortrijk Xpo hébergeront sur plus de 10.000m² tout ce qui a attrait à la pêche.

 

Pêcheur passionné ou occasionnel, à Hengel Expo, vous trouverez tous les aspects de votre sport favori : fabricants top belges et internationaux, importateurs de marques diverses, stands d'achat de nombreux commerçants, découverte des destinations de pêche les plus agréables et divers stands d'information où vous trouverez toutes les réponses à vos questions.

 

21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 09:03

Cet article, classique au début, est ensuite plus technique et offre des pistes de prospective vers des matériaux encore inconnus du grand public.

Trouver le juste équilibre n'est pas chose facile puisqu'en magasin, le fil universel n'existe pas encore.

 

Pêcher fin, solide, résistant à l'abrasion ou aux dents du brochet, tromper la méfiance du sandre, voici autant de contradictions qui parfois s'opposent. Pourtant le choix est large.

 

Passons donc en revue ce qui existe:

LE NYLON

 

Comme bas de ligne, il n'est guère utilisé que pour la pêche au coup s'adressant aux cyprinidés.

.

 

Comme corps de ligne, il existe parfois en couleur et permet de mieux suivre son déplacement ou son lancer. Au niveau performances, il est équivalent mais bien entendu, déconseillé pour les bas de ligne.

 

 

De très gros progrès ont été réalisés dans le rapport diamètre/résistance mais il reste sensible à l'allongement et à l'abrasion. De plus, sa porosité limite sa durée de vie.

 

Son indice de réfraction est de 1,53 ce qui le rend tout de même discret et qui lui conserve toute sa place dans les rayons des magasins. 

LE FLUOROCARBONE

 

C'est sans doute le matériau qui se rapproche le plus de la polyvalence.

 

-Bonne résistance à l'abrasion mais pas à toute épreuve.

 

-Indice de réfraction de 1,42 qui le rend proche de celui de l'eau et lui permet de passer presque inaperçu, l'indice de réfraction de l'eau étant de 1,33.

 

-Indice de rupture supérieur à celui du nylon à diamètre égal.

 

En revanche, on lui attribue, à juste titre, une certaine rigidité qui peut parfois être un avantage au ferrage mais parfois aussi un inconvénient quant à sa discrétion.

 

A mon avis, il n'est pas utile de l'utiliser comme bas de ligne pour la pêche au leurre. S'agissant d' une pêche ultra-rapide, un matériau moins discret mais plus résistant peut avoir le même usage.

 

Par contre, il trouve son plein usage pour la pêche du sandre...en espérant ne pas tomber sur un beau brochet.

 

L'ACIER

 

C'est le plus ancien bas de ligne utilisé pendant des années pour le brochet alors qu'aucun autre matériau n'existait encore sur le marché.

 

Il est parfois utilisé dans les rivières dépourvues de sandres car sa résistance est sans égal.

 

Souvent gainé de nylon, il a le gros inconvénient d'être particulièrement rigide et surtout de posséder une grande mémoire.

 

Quant à sa discrétion, il ne passe pas inaperçu. On le réserve de plus en plus pour la pêche en mer.

 

Voici un fil d'acier de 30 centimètres commercialisé par Daïwa

LA TRESSE

 

Elle a l'avantage de la résistance et de l'absence de mémoire mais en revanche, son manque d'élasticité peut être un inconvénient comme bas de ligne.

 

Par ailleurs, sa discrétion n'est pas son point fort et elle est sujette à l'abrasion et à l'usure causées par les dents du brochet.

 

LE KEVLAR

 

Il s'agit d'un aramide découvert  en 1965 par des chercheurs de la société Du Pont de Nemours.

 

Le Kevlar est une fibre synthétique qui possède de très bonnes propriétés mécaniques en traction mais ses chaînes polymères lui confèrent une grande rigidité.

 

 

La résistance à la traction est supérieure à celle de l'acier.

 

Commercialisé en 1971, son brevet a expiré et sont apparus des produits concurrents qui laissent supposer qu' un matériau pour bas de ligne multi-usages fera bientôt son apparition, même si pour l'instant, l'industrie s'en réserve l'exploitation.

 

Le TWARON

 

 

Le SULFRON

 

 

Le TECHNORA

 

 

Le TEIJINCONEX

 

Comme vous pouvez le remarquer, ces produits ont déja gagné en souplesse et il reste encore à modifier leur structure moléculaire pour obtenir un matériau translucide.

LE TITANE

 

Déjà commercialisé pour la pêche, ce matériau est en pleine évolution et est une solution alternative à l’acier avec une résistance supérieure pour un diamètre équivalent.

 

On le trouve en monobrin ou en brins tressés, en général à sept.

 

 

Le titane est plus souple et n’a pas de capacité de mémoire. 

 

 

Comme vous pouvez le remarquer, ce produit se décline en diamètres qui défient toute concurrence puisqu'il peut atteindre 0,1 millimètre, soit l'équivalent de notre 10/100ème.

 

Fraichement arrivé sur le marché, ce produit est encore assez cher et sa discrétion est inférieure au fluorocarbone

 

Mais il existe, dans le commerce, un fil de titane, également cher, utilisé en chirurgie et qui atteint un diamètre de 0,025 mm soit l'équivalent de 2 centièmes pour une résistance incomparable. Compte-tenu de sa longévité, un tel investissement n'est pas à faire plusieurs fois.

 

DANS CE CAS, LA FINESSE COMPENSE LE MANQUE DE DISCRETION. Imaginez ! du 2 centièmes de millimètre ! 

VOICI UN AUTRE FOURNISSEUR QUI PROPOSE LE FIL DE TITANE EN 0,05 mm soit 5 centièmes ou en 0,125 mm soit 12 centièmes.

 

TI005100 Titane Fil,    
Diamètre:0,05 mm,    Pureté:99,8 %,    Etat:Dur,    
TI005112 Titane Fil,    
Diamètre:0,125 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Recuit,    
TI005120 Titane Fil,    
Diamètre:0,25 mm,    Haute pureté:99,99+ %,    Etat:Etiré,    
TI005121 Titane Fil,    
Diamètre:0,20 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Recuit,    
 
TI005122 Titane Fil,    
Diamètre:0,25 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Recuit,    
TI005123 Titane Fil,    
Diamètre:0,25 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Etiré,    
TI005125 Titane Fil,    
Diamètre:0,5 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Etiré,    
TI005126 Titane Fil,    
Diamètre:0,75 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Etiré,    
TI005127 Titane Fil,    
Diamètre:0,5 mm,    Pureté:99,975+ %,    Etat:Recuit,    
 
TI005128 Titane Fil,    
Diamètre:0,5 mm,    Haute pureté:99,99+ %,    Etat:Etiré,    
TI005129 Titane Fil,    
Diamètre:1,0 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Etiré,    
TI005130 Titane Fil,    
Diamètre:1,0 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Recuit,    
TI005135 Titane Fil,    
Diamètre:1,0 mm,    Haute pureté:99,99+ %,    Etat:Etiré,    
TI005140 Titane Fil,    
Diamètre:1,5 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Etiré,    
 
TI005320 Titane Fil,    
Diamètre:1,0 mm,    Pureté:99,6+ %,    Etat:Fil rectiligne,    Etat:Etiré,   

Pour être aussi complet que possible, l'achat de 10 mètres de titane en 5 centièmes coûtent la bagatelle de 275 euros, soit 27,50 euros le mètre.

 

J'ai réussi à m'en procurer un mètre que j'ai utilisé seul.

-Résistance: incomparable

-Discrétion: malgré sa finesse, elle laisse à désirer.

-Souplesse: Peu souple.

 

J'ai donc eu l'idée de tresser 1 fil de titane de 5 centièmes avec 2 fluorocarbones de 10 centièmes et là, surprise !

Pour l'équivalent de 25 centièmes.

-Résistance : incomparable

-Discrétion: presque parfaite.

-Souplesse: le fait de tresser donne un énorme gain.

 

Depuis que je cherche, je sais que je ne suis pas loin du fil universel mais évidemment, je n'ai pas les moyens techniques alors, je vous livre le résultat de mes modestes expériences, gratos, bien entendu. 

18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 09:13

Il est bon de rappeler que deux autres associations après nos efforts ont trouvé l'idée de suivre le chemin que nous avons tracé.
Merci à MOUROUX et à VARREDDES.
Si d'autres aappma veulent suivre le même chemin, nous sommes là pour les aider.

SERGE AVANZINI Président de l'AAPPMA de Crécy-la-Chapelle et ses environs.

Qu’est ce qu’un Atelier Pêche Nature ?


Rattachée à une Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA), un Atelier Pêche Nature (APN) est une structure d’animation validée par le Président de la Fédération Départementale des AAPPMA.


Un APN a pour vocation la délivrance d’un apprentissage de la pêche et la sensibilisation à la protection des milieux aquatiques.

 

Il a donc pour objectif d’initier, ou de perfectionner, tout pêcheur tout en respectant une ligne de conduite déterminée :


‐ Le respect du poisson, dont la pêche effectuée dans les règles d’un art résultant de la connaissance de ses modes de vie et de ses techniques de capture raisonnée.


‐ La conscience du caractère fragile et irremplaçable des milieux aquatiques, de leur faune, de leur flore, des paysages qui leur sont associés, éléments d’un patrimoine environnemental indispensable à la qualité de la vie, à l’équilibre et à l’épanouissement de l’homme.


‐ Le respect de soi‐même et d’autrui, qui doit inspirer le comportement du pêcheur à l’égard des autres usagers de l’eau et de son environnement.


‐ La connaissance du rôle des associations agréées de pêche et de protection du milieu aquatique et des missions d’intérêt général que la loi leur confie.


L’APN s’engage à respecter les critères de sécurité définis par les organismes certificateurs compétents (exemple : l’APAVE dans le cas de la charte APN).

L'ATELIER PÊCHE NATURE DES PETITS VAIRONS CRECOIS.L'ATELIER PÊCHE NATURE DES PETITS VAIRONS CRECOIS.

Projet de réhabilitation du plan d’eau de Villiers ­sur ­Morin

 

Afin de mener ses actions à bien, l’APN utilise principalement l’étang de Villers‐sur‐Morin.

 

Un bail de pêche est concédé à la faveur de « l’AAPPMA de Crécy‐la‐Chapelle et ses environs ».

 

D’un point de vue halieutique, le plan d’eau présente une capacité d’accueil raisonnable, compte tenu de sa superficie (environ 2000 m2), et présente des qualités permettant d’ y exercer une activité de pêche récréative : accès facile et sécurisée, population piscicole adaptée, braconnage inexistant, présence d’un abri et entretien régulier assuré.

 

Par contre, on note une épaisseur importante de sédiments, qui limite l’utilisation du plan d’eau à une période allant de mars à juin (le niveau d’eau de l’étang est lié à celui du Grand‐Morin et, par conséquent, à ses étiages).

 

Les caractéristiques écologiques du plan d’eau présentent des atouts.

 

La queue de l’étang est peu profonde, s’apparentant à un écosystème de type mare, très attractive pour la biodiversité.

 

Les berges du côté Nord sont arborées, diversifient ainsi la physionomie du plan d’eau et offre une illustration parfaite d’une ripisylve.

 

Ces milieux constituent les supports utilisés pour les actions d’éducation à l’environnement réalisées par l’APN.

 

Néanmoins, le comblement du plan d’eau porte préjudice au développement de la vie aquatique sur la partie « profonde » et augmente les risques de mortalité piscicole en période estivale (réchauffement de l’eau dû à une trop faible profondeur et anoxie).

 

De plus, l’absence de végétation rivulaire (hélophytes, hygrophytes) sur les berges Est, Ouest et Sud nuit au fonctionnement du plan et au développement de sa biodiversité.

 

DOCUMENT COMPLET EN CLIQUANT CI-DESSOUS.

Publié par André MARINI - dans ECOLE DE PECHE
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 09:03

 

Hommage aux innocentes victimes de la barbarie

Lire la suite

Publié par André MARINI
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 19:18

Concernant le détecteur de touches artisanal et très bon marché, il existe bien entendu d'autres possibilités, notamment avec un fil de cuivre ou de fer très fin qui remplace le rilsan et remplit la même fonction.

 

C'est ce que me fait remarquer avec juste raison un lecteur assidu.

 

Avant d'imaginer ce petit gadget, j'utilisais le fil de fer qui reste après que l'on ait brulé du rafia armé qui sert à attacher les plantes grimpantes. Ce fil de fer est extrêmement fin et plie à la moindre traction.

 

Mais le rilsan offre une autre possibilité.

 

 

Rien ni personne ne vous empêche de fixer un grelot sur le rilsan pour être prévenu lorsqu'après avoir lâché le fil à la touche, il reprendra sa position initiale.

 

Je le fais souvent lorsque, parallèlement, je pêche au coup pour prendre les vifs, et croyez-moi, je l'entends parfaitement.

 

Tel que le fil est positionné sur la photo, il n'y a aucun risque d'accrochage ou de noeud, que ce soit avec le rilsan seul ou avec le rilsan surmonté d'un grelot.

15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 10:02

Amis pêcheurs, membres de l'AAPPMA de Crécy, vous trouverez, désormais, dans un module à droite intitulé:

 

"VIE ASSOCIATIVE DE L'AAPPMA DE CRECY la CHAPELLE ET SES ENVIRONS"

 

-Les convocations aux réunions du Conseil d'administration.

-Les convocations aux assemblées générales.

-Le compte-rendu des Assemblées générales.

 

Les autres manifestations feront l'objet d'un article.

 

Ce message s' adresse à tous les membres, y compris nos amis d' Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas et d'Ukraine qui nous ont fait le plaisir et l'honneur de prendre leur carte interfédérale dans notre AAPPMA.

 

Il est normal qu'ils sachent comment leur contribution sera utilisée et j'ajoute qu'ils seront, par courtoisie, cordialement conviés à nos assemblées générales futures.

 

Merci à eux en espérant que nous pourrons encore compter sur leur soutien pour les années à venir.

Publié par André MARINI - dans Correspondance
commenter cet article
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 10:30

 

Si vous avez adopté le système de pêche à fond que je préconise pour le brochet, le sandre ou la perche, le ferrage doit forcément être particulier.

 

RAPPEL DU MONTAGE QUE JE PRECONISE

 

Il est réputé sans noeud, sans risque d'emmêlage et avec un pourcentage de réussite que je n'ai jamais atteint avec aucun autre montage.

 

Que ce soit au quiver ou à la canne classique, au nylon, au fluorocarbone ou à la crinelle, je le réduis à sa plus simple expression.

 

LE FIL DE PLOMBEE EST LONG.

 

LE BAS DE LIGNE EST COURT POUR EVITER LES ACCROCHAGES AU FOND.

 

Il s'agit tout simplement de laisser glisser le fil supportant la plombée sur le corps de ligne.

 

Je ne mets ni perle, ni amortisseur, ni tube formant ventouse, ni autre gadget et je garantis que, grâce au deux micros émerillons barils qui permettent de tourner dans tous les sens, il n'y a ni emmêlage au lancer ni en action de pêche.

 

A RETENIR POUR LE MONTAGE PATER-NOSTER AVEC QUELQUES DIFFERENCES.

 

Ce n'est certes pas seulement le souci de tout simplifier, mes montages comme mon amorce, qui m'ont poussé à adopter ce système mais le simple bon sens et j'en garantis la redoutable efficacité.

 

De cette façon la traction ne s'exerce que sur le corps de ligne qui est seulement prolongé par le bas de ligne. La plombée, perdue ou non, étant complètement dissociée du reste.

 

LE DECLENCHEUR DE TOUCHES. 

 

Une  précaution toutefois, comme la traction s'exerce immédiatement sur le corps de ligne donc sur la pointe du scion, le système qui consiste à lacher le fil doit être extrêmement sensible.

 

1)-Mon sytème consiste à fixer un rilsan sur le pied du moulinet à angle droit avec la bobine.

2)-A enfiler une cheville dans le rilsan

3)-A enfiler un cavalier de ligne dans la cheville.

4)-ANSE DE PANIER OUVERTE.

 

 

 

Voici maintenant le dispositif armé.

 

 

Le fil sort de la bobine, passe dans le crochet puis va vers le premier anneau.

 

L'anse de panier est ouverte et permet au dispositif de lacher le fil à la moindre tirée.

 

Ce montage convient parfaitement pour le sandre, réputé tatillon.

 

Pas de spires qui sortent du tambour, pas de risque d'accrochage de brin d'herbe ou de brindilles, une vision immédiate de la touche, pas de bousculade parce que le poisson part tranquillement, une mise en place très rapide des cannes en action de pêche.

 

Si on l'utilise pour le brochet, avec un vif assez conséquent, il faut couper la moitié du rilsan pour diminuer la sensibilité du système car, à titre d'exemple, lorsqu'on pêche le sandre avec un goujon au quiver, on voit les tirées du goujon sur le scion.

 

C'est dire la sensibilité !

La touche du sandre peut prendre diverses formes.
-Une tirée discrète, lente, puis sentant la résistance, il lâche tout.
-Une tirée brutale lorsqu'il saisit le poisson puis, après un temps d'attente, il file avec le poisson dans la gueule.
-Une tirée lente ou brutale avec un départ dans la foulée...à condition qu'il ne sente rien.
-Un départ fulgurant s'il saisit le poisson à la volée ou s'il est en bande, craignant la compétition alimentaire.

LES PLUS GROS SANDRES SONT SOUVENT ISOLES OU EN TOUT PETIT GROUPE DONC ILS NE CRAIGNENT PAS LA COMPETITION ET PEUVENT SE PAYER LE LUXE D'ÊTRE TATILLONS ET PRUDENTS.

Les touches les plus discrètes sont souvent celles des plus gros.

Contrairement à l'élastique, à l'allumette ou un petit morceau de bois coincé avant le premier anneau, le petit procédé que je vous présente est réglable car la longueur et le diamètre du rilsan déterminent sa sensibilité.

Il suffit de l'étalonner et, en fonction du vif que vous utilisez, faire en sorte qu'il se déclenche à 10, 20 ou 30 grammes selon la force du courant et la longueur de fil sorti.

LE FERRAGE

 

En m'appuyant sur les expériences de mon ami Eric lors de nos parties de pêche et de ses expériences sur les bords du Morin, je recommande que le ferrage intervienne dans des conditions particulières.

 

1)-Lorsque le poisson file et que le fil se dévide, ne soyons pas trop pressé. Il faut prendre la canne, refermer l'anse de panier, vérifier que le frein est bien serré puis attendre de PRENDRE CONTACT AVEC LE POISSON.

 

C'est-à-dire de le sentir au bout de la ligne.

 

2)-C'est seulement après la prise de contact que doit intervenir le ferrage qui doit être AMPLE.

 

Voici pourquoi, sous forme de dessin.

 

 

Trajets en vert 1,2 et 3: On ferre réellement le poisson.

Trajets en vert 4 et 5: Il faut rattraper le mou que donne la plombée. Dans ce cas, on ferre à moitié la plombée

Trajets 6 et 7: Si l'on n'a pas pris contact avec le poisson, on ferre dans le vide.

 

Donc, dans tous les cas, ferrage après PRISE DE CONTACT puis FERRAGE AMPLE.

 

CE PROCEDE PEUT ÊTRE UTILISE au vif ou au mort posé au fond, au vif avec un bouchon, à n'importe quelle esche posée au fond ou au bouchon pour les gros cyprinidés.

 

Il me donne tant de réussite que je l'ai adopté pour presque tous mes montages, même aux cyprinidés.

 

Pour le brochet, soit on utilise du fluorocarbone comme bas de ligne mais il y a tout de même risque de coupure, soit le bas de ligne est en deux parties.  

 

Et si le poisson est décidé, voici ce que cela peut donner en trois jours.

 

5 brochets, loin d'être des monstres, mais tous piqués sur le bord de la gueule et qui peuvent être remis à l'eau sans le moindre problème, du moment que l'on va vite. Une photo pour le plaisir puis vite dans l'épuisette pour le réoxygéner. 

 

 

 

 

 

Publié par André MARINI - dans La pêche du brochet.
commenter cet article
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 10:55

 

 

En principe, les laxatifs ont pour but d'augmenter la vitesse de digestion des poissons pour qu'ils aient envie ou besoin de se nourrir à nouveau.

 

Il n'y a pas lieu de les confondre avec les colorants, les additifs de goût ou ceux qui sont censés ouvrir l'appétit même si certains laxatifs exercent plusieurs actions.

 

Voici la liste des laxatifs les plus couramment utilisés:

 

LES POUDRES

 

LA CITRONELLE dont les feuilles séchées puis broyées ont évidemment une une odeur de citron.

 

 

Elle facilite la digestion et renforce le goût.

Dosage : 5 à 10 pour cent du total de l'amorce.

 

LE ROMARIN d'odeur très forte, contribue aussi à une meilleure digestion.

 

 

On l'associe souvent au Curcuma.

Dosage :5 à 10 pour cent

 

L'ALOES dont la poudre obtenue pas dessication de la résine amère de cette plante grasse est certainement le purgatif le plus puissant utilisé.

 

 

On l'associe souvent au fenouil.

Dosage : 2 cuillers à soupe par kilo d'amorce.

 

LE CACAO ajouté à l'amorce est un purgatif mais aussi un stimulant.


 

Dosage: 5 à 10 pour cent.

 

LE FENUGREC est un stimulant de l’appareil digestif mais aussi de l'appétit.

 

 

Souvent associé au romarin.

Dosage : 5 pour cent

 

LE LIN MOULU contient des mucilages, substances végétales qui ont la particularité de gonfler au contact de l’eau et capables d’absorber 8 fois leur volume.

 

 

Particulièrement efficace, il doit être dosé à 5 pour cent.

 

LA MARJOLAINE dont on tire une farine par broyage après séchage.

 

 

C'est aussi un bon dispersant et un aromate.

Dosage : 5 pour cent.

 

LES HUILES

 

Toutes les huiles ont la particularité de faciliter le transit en lubrifiant les parois intestinales. On retiendra:

 

L'HUILE DE CHENEVIS, obtenue par broyage des graines de chanvre, est surtout destinée au gardon.

 

 

L'HUILE DE VANILLE a des propriétés digestives et apéritives.

 

 

Dosage: 10 gouttes par kilo d'amorce.

 

L'HUILE DE POISSON surtout utilisée l'hiver pour provoquer l'émulsion de l'amorce.

 

 

A utiliser avec parcimonie car elle produit un nuage au-dessus de l'amorce qui affole les poissons et fait qu'ils se désintéressent de l'esche. 

 

PRECAUTION: 

 

Ne pas mélanger plusieurs laxatifs à l'amorce sous peine d'avoir la queue aux cabinets d'aisance.

 

POUR MA PART

 

Mis à part la période hivernale pendant laquelle j'utilise de l'huile de poisson, les autres produits me laissent indifférent pour leurs propriétés laxatives et je n'ai jamais remarqué de fringale alimentaire du fait de leur utilisation.

 

L'effet ne se fait sentir qu'à moyen terme et je ne vois pas l'intérêt de "traiter" la faune halieutique comme Thomas DIAFOIRUS.

 

Je laisse donc ces produits dans leur emballage, dans les rayons des magasins puisque je les considère, EN TANT QUE LAXATIFS, comme proprement inutiles.

 

Mon amorce est simple, réduite souvent à sa plus simple expression mais diablement efficace.

 

Maintenant, évidemment, même si je ne les utilise pas commes tels, il faut les connaître et vous êtes parfaitement libres de les méler, en plus ou moins grande quantité, à votre amorce.

 

Après tout, il n'y a que la foi qui sauve.

Publié par André MARINI - dans las additifs pour la pêche au coup.
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 21:16

 

J'ai, dans un premier temps, pensé insérer l'invitation DE LA DERNIERE CHANCE sans le moindre commentaire puis finalement, la colère montant, je vous dis ce que je pense de vous et ce n'est pas du bien.

 

Je le fais avec d'autant plus de tranquillité d'esprit que la seule chose qui m'attache à votre AAPPMA est l'amitié profonde et sincère qui me lie à Jean-Michel PETIT.

 

Depuis des années maintenant, il assure la Présidence, se bat au quotidien pour que survive votre association et, avec son garde, est intraitable pour que renaissent vos parcours.

 

Moi, je lui rends un hommage appuyé. Avant lui, les rives étaient devenues des déserts.

 

Ce n'est plus le cas maintenant.

 

Croyez-vous que cela se soit fait tout seul ?

 

Vous vous êtes largement abstenus lors de la première réunion pourtant importante puisqu'elle avait pour but de réélire un bureau pour 5 ans.

 

Vous êtes à nouveau invités mais, au moins, ne serait-ce que par gratitude envers ceux qui oeuvrent au quotidien pour vous permettre de tremper votre fil avec des chances de réussite, SOYEZ PRESENTS !  

 

 

7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 08:41

Cet article répond à la question d'un lecteur qui demande si l'on peut fabriquer des pellets MOUS.

 

Il est bien évident que, dans ces cas-là, l'esche ne portera plus la dénomination "pellet" mais peu importe. Je pense que le souci de notre ami pêcheur est de pouvoir pêcher sans être obligé de monter au cheveu.

 

On notera toutefois qu'une esche molle ne restera pas longtemps à l'hameçon et qu'il est forcément nécessaire de relever souvent pour contrôler et, éventuellement, escher à nouveau.

 

DEUX METHODES DE FABRICATION

 

1ère METHODE

 

1) Réduire des pellets durs en poudre très fine avec un moulin électrique à café.

 

Il est indispensable que la poudre obtenue soit très fine, sinon le mélange avec les protéines ne tiendra pas.

 

2) Se procurer du "SUPER RICH PRO" fabriqué et commercialisé par Sensas.

 

 

3) Faire un mélange à 50/50 de ces deux produits, le SUPER RICH PRO étant des protéines enrichies.

 

4) Faire des boules de la grosseur d'une bouillette de 14, 16 ou 18.

 

5) Ne pas utiliser d'hameçon simple mais un petit triple comme je l'ai indiqué dans un article précédent "LE BARBEAU AU FROMAGE" et escher de la même façon, en faisant une grande boucle au bas de ligne, en détachant le petit triple qui passe dans l'esche et rattacher par un noeud coulant.

 

VOIR L'ARTICLE PRECEDENT

 

2ème METHODE

 

1) Toujours réduire en poudre des pellets au poisson.

 

2) Mélanger cette poudre à 50/50 avec de la farine ordinaire.

 

3) Lier le tout avec un oeuf.

 

4) Faire des boules de la taille d'une bouillette de 14, 16 ou 18. 

 

4) Préparer de l'eau portée à ébullition et plonger les boules dedans  jusqu'à ce qu'elles remontent.

 

5) Laisser bien égoutter et sécher.

 

6) Au choix, utiliser un hameçon simple ou un triple sans avoir à démonter quoi que ce soit.

6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:31

 

J'ai toujours refusé les sollicitations de publicistes qui me proposent des sommes considérables pour insérer des encarts sur ce site à grande audience.

 

Rien d'étonnant à cela !

 

Hier et par voie de commentaire, j'ai reçu la proposition d'un responsable d'édition d'une grande maison.

Toujours plus, encore plus. Votre site, déjà si complet, a-t-il donc autant de ressources ?

Je ne vous apprendrais rien en vous écrivant que c'est une référence de montages et d'astuces. Sans doute, l'un des meilleurs de cette catégorie.
Je tenais à vous remercier pour votre engagement, accompagné d'humour et d'un style qui laisse pantois.
Vous êtes, très astucieusement, un VRAI militant pour la pêche en France...et à l'étranger d'après les statistiques consultables.
Il n'est pas possible de copier vos articles, sauf par impression d'écran, qui demande beaucoup de travail.
Etant éditeur, je vous propose, sous votre nom et à votre avantage, de présenter ce site sous forme de livre qui, j'en suis persuadé, ferait référence dans le monde des pêcheurs.
Par le biais de ce commentaire, vous disposez de mes coordonnées et après avoir étudié ma proposition, je vous suggère de m'apporter une réponse que; bien entendu, j'espère positive.
MERCI D' ETUDIER CETTE PROPOSITION restant bien entendu que le produit d'une édition serait en votre faveur et sous votre nom.
En effet, contrairement aux autres sites, blogs ou forums, vous ne présentez jamais de photos exhibitionnistes, ce qui convient parfaitement à une possibilité d'édition papier.
Cordialement et à bientôt, j'espère.

Alain B. Chef de production des éditions X.

Voici ma réponse, écrite par la même voie, ce matin.

Bonjour Monsieur B.
Je vous remercie pour l'appréciation que vous portez sur ce site. Il me ravit et je ne suis pas au bout de mes possibilités mais chaque chose en son temps.
En préambule à la réponse que je vais faire à l'égard de votre proposition, je précise qu'une telle audience induit forcément beaucoup de demandes de publicistes qui me proposent des contreparties financières importantes en échange de l'autorisation de mettre des encarts.
J'ai toujours refusé.
Votre proposition étant publique, par voie de commentaire, souffrez que je réponde de même et non par le biais d'une conversation privée.
Certes, les éditions que vous représentez ont acquis une notoriété intéressante, nationale et mondiale mais je ne dérogerai pas à la règle que je me suis fixée: Ce site doit être totalement dégagé de toute forme de rémunération ou de dédommagement. Sa gratuité ne peut être remise en cause sous quelque prétexte que ce soit.
Votre proposition d'éditer sous forme de livre ou de revue est, certes, alléchante mais elle ne s'accorde pas avec ma déontologie d'un militantisme pour la Pêche en France qui, à mon sens, doit être totalement dégagée de toute considération financière.
En conséquence, je refuse votre proposition d'éditer mes articles par voie de presse.
La possibilité existe et je suis en mesure de la mettre en place moi-même mais lorsque le moment sera venu, je réserve GRATUITEMENT cette possibilité à mes centaines de milliers de fidèles lecteurs qui me font l'honneur de me suivre depuis des années.
Sans eux, ce site n'est rien.
Avec eux et grâce à eux, il est l'une des meilleures références dans le domaine halieutique et, en retour, ils pourront, le moment venu, enregistrer ou imprimer GRATUITEMENT le recueil que je prépare parallèlement.
Ma réponse n'est pas négociable donc claire, précise et définitive.
Je vous prie de croire, Monsieur, en l'expression de mes respectueuses salutations.
André MARINI

C'est à vous, mes fidèles lecteurs, que je réserve GRATUITEMENT cette possibilité d'enregistrer puis, si vous le souhaitez, d'éditer sous forme de livre, le contenu de ce site.

 

J'Y TRAVAILLE ACTIVEMENT.

 

Cette proposition arrive au bon moment puisqu'elle me permet de vous l'annoncer.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE.

 

Vous voyez, Gvaudan, puisque je sais que vous continuez à lire les articles, que mes affirmations étaient fondées même si certaines valeurs qui sont les miennes vous échappent !

A titre d'exemple,  voici deux articles qui peuvent être imprimés.

 

Il suffira que je les classe par famille et il vous sera possible de les enregistrer, voire de les imprimer.

Publié par André MARINI - dans Correspondance
commenter cet article
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 08:35

Vous pouvez désormais, par accès direct, consulter les articles les plus lus de ce site, tels qu'ils me sont communiqués par mon organisme de statistiques.

 

Le premier est bien entendu la page d'accueil.

 

Figurent ensuite, dans un module A DROITE, presque en bas, les titres des 9 autres articles les plus consultés sur lesquels il vous suffit de cliquer pour accéder.

Publié par André MARINI
commenter cet article
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 08:21

Puisque l'occasion s' est présentée, autant en profiter.

 

J'ai amassé des croûtes de vieux fromages et des restes d'agapes familiales pour me faire ce plaisir.

 

Je pêche à la coulée, donc à la ligne flottante particulièrement puissante puisque c'est une Daïwa 5150 téléscopique à moulinet de réserve et anneaux.

 

 

Mon corps de ligne est en 25 centièmes, mon bas de ligne en 20 centièmes et mon flotteur est équilibré à 5  grammmes.

 

J'utilise un hameçon à boucle de 12 très fort de fer.

 

Cela peut paraître beaucoup mais lorsque les barbeaux sont là, il faut bien cela pour les maintenir.

 

L'ESCHAGE

 

Traditionnellement, on utilise un petit triple planté dans un cube de gruyère.

 

Pour obtenir cette présentation.

 

 

Personnellement, dans le souci de préserver le poisson, je n'utilise pas de triple mais un hameçon simple de 12, à boucle, et je monte mon fromage avec l'aiguille à bouillettes.

 

L'AMORCAGE

 

S'il n'y a rien de surprenant dans le montage de la ligne et la présentation du fromage, l'originalité de ce mode de pêche réside surtout dans l'amorçage.

 

Dès qu'il y a des travaux de réfection de chaussée, je m'arrête et je prends quelques "pierres" du soubassement.

 

En fait, sur les anciennes routes, on met du mâchefer à jour. Quelle aubaine !

 

 

Mais, hélas, depuis la fermeture des hauts fourneaux, ce résidu devient presque introuvable et, dans ce cas, j'utilise de la pouzzolane, minéral volcanique que l'on exploite en Italie mais aussi en France, en particulier dans le Massif central, au puy de Lemptégy.   

 

 

La particularité du mâchefer ou de la pouzzolane est de présenter une multitude de petites cavités dues à la haute température.

 

Il suffit de chauffer tous les restes de fromage, de plonger le mâchefer ou la pouzzolane dans la casserole et de laisser refroidir.

 

Toutes les cavités se remplissent et lorsque vous jetez cela à l'eau, croyez-moi que les barbeaux tournent très longtemps autour pour essayer de grapiller quelques miettes de fromage.

 

L'esche est un cube apéritif très ordinaire mais hier, la préférence allait à ceux parfumés au cumin. 

 

Quant au résultat, même si le temps de pêche est réduit à deux heures, il est honorable.

 

Désormais, je garde les prises dans une grande bourriche anglaise profondément immergée et je relâche en fin de partie afin que le premier barbeau pris ne rejoigne le groupe qui décampe à toutes nageoires. 

 

 

 

 

Le portable écrase un peu les photos mais croyez-moi, il s'agit de trois superbes specimens de 4 à 5 Kg chacun dotés d'une défense qui oblige, même sur du 20 centièmes comme bas de ligne, à les travailler sans brutalité avant de les amener à l'épuisette.

 

UN REGAL POUR LES AMATEURS DE SENSATIONS !

 

Il faut dire que mon coup est merveilleux.

 

Devant moi, à 1 mètre, une fosse de 4 mètres remontant légèrement.

 

A ma droite, un bouquet d'arbres au large est un véritable nid à brochets et j'ai fait connaissance avec le père, la mère et tous les enfants, comme au jeu des sept familles. J'en ai pris 5 en 3 jours dont un au maïs.

 

A mes pieds, une remontée de fond qui abrite goujons, gardons et petites perches qui se croient en sécurité.

 

Devant moi et même sous moi, un petit ruisseau.

 

A ma gauche jusqu'à la rive, une fosse très profonde de plus de 5 mètres.

 

Un courant lent avec un retour en fin de coulée qui ramène l'amorce qui tourne dans la fosse et, pour couronner le tout, ce courant est un plus plus rapide au fond qu'en surface ce qui permet une présentation parfaite de l'esche.

 

J'ai parcouru et sondé 1 Km de rive, mètre par mètre, au printemps mais je suis satisfait de mon choix.

 

J'y ai construit un ponton pour être chez moi et comme j'ai toujours le fusil pour une petite heure de chasse et la tronçonneuse électrique pour couper du bois, je ne crains pas les importuns.

 

Je dis cà, comme ça, en passant !     

La synchronisation Facebook ne passant plus, si vous accédez par cette voie, vous aboutirez sur un site d'aide qui vous redirigera automatiquement, dans les 10 secondes, vers l'article original.

Comment effectuer une redirection par méta-tag ?
Copier ce code dans un module html qui sera invisible à la publication :

<META http-equiv="Refresh"
content="2; URL=http://www.pecheurdumorin.fr/2015/10/les-amorces-l-utilisation-du-miel-comme-additif-ou-conservateur.html ">

La valeur "content" indique le nombre de secondes au bout desquelles la redirection s'effectuera.
La redirection peut se faire sur le même site, sur deux sites ou même sur un article.

http://mytesting.over-blog.com/2014/11/votez-pour-etre-redirige-vers-votre-site-pecheur-du-morin.html

2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 08:38

 

Très prisé aux Etats-Unis, ce concept n'a pas encore conquis ses lettres de noblesse en France, mais de quoi s'agit-il ?

 

Une canne à lancer habituelle comporte des anneaux assez peu nombreux et dégressifs qui permettent au fil de s'engouffrer dans une sorte d'entonnoir avec les avantages et les inconvénients que cela comporte.

 

 

Le concept des micro-guides repose sur la nécessité de maîtriser le foisonnement du fil dès sa sortie du moulinet par trois ou quatre anneaux dégressifs très rapprochés puis à alléger le bout de canne par des anneaux identiques de faible diamètre. 

 

Ne vous y trompez pas, on présente ceci comme une REVOLUTION. Voire !

 

Moi, personnellement, dans les arguments avancés par les concepteurs, j'y vois peu de gain.

 

En distance de lancer ? La maîtrise du foisonnement permet d'en gagner un peu mais rien de significatif.

 

En précision de lancer ? Aucun gain.

 

En poids ? Tout au plus quelques grammes.

 

 

Mais il n'y a pas lieu de faire du mauvais esprit en dénigrant ce concept.

 

S'il est déjà adopté par des milliers d'Américains, ce n'est pas du snobisme et il faut tout de même qu'ils y trouvent un plus.

 

-En équilibrage : S'il n'y a pas de différence significative au niveau du poids, la répartition des anneaux donne une impression de légèreté et, il faut bien le dire, de confort.

 

En effet, nous savons tous que pour qu'une canne paraisse plus légère, il faut l' ALOURDIR au talon.

COMMENTAIRE DE PIERRE

Pour moi, indispensables sur un lancer pour les tresses fines: beaucoup moins de perruques (la qualité du remplissage du moulinet joue aussi beaucoup), sensibilité accrue, esthétique (subjectif...).

Par contre, avec du nylon, un peu de perte de distance.

C'est cette impression que l'on ressent et que j'ai personnellement testée mais de là à en faire le concept du siècle, il y a tout de même quelques pas que l'on ne peut pas si facilement franchir.

 

En tout cas, à défaut de l'adopter, vous saurez au moins ce qu'est la canne à "micro-guides" d'autant que vous pouvez vous attendre à la voir bientôt inonder le marché français. 

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -